17 Jan

Ouverture à Toulouse d’une formation (ouverte à tous) sur le blockchain et la cryptomonnaie

Si les mots blockchain, ICO ou crypto-actifs restent énigmatiques. L’université Toulouse 1 Capitole et Bitconseil peuvent vous aider en proposant une formation continue sur 4 jours et ouverte à tous.

© Lionel VADAM / MaxPPP

Pour la première fois à Toulouse, Bitconseil et l’Université Toulouse 1 Capitole, proposent une formation continue dédiée au blockchain, aux cryptomonnaies et à la cyber-sécurité.

Durant un cycle de 4 jours, ils initient aux nouvelles technologies émergentes : du Bitcoin jusqu’à la cryptographique en passant par la sécurité sur internet. 

« L’objectif est de rendre accessible au plus grand nombre » précise Benoît Huguet, cofondateur de Bitconseil. « Et ne nécessite pas de connaissance préalable du secteur » assure-t-il. 

La première journée est prévue pour le 25 janvier. Comptez 550 euros par jour.

Cette session est organisée par les Toulousains de Bitconseil. Née en 2015, la jeune pousse conseille et analyse l’émergence des monnaies virtuelles. Elle publie également des tutos et vend depuis novembre 2017, un guide de 120 pages sur le fonctionnement des cryptomonnaies. 

>>> Plus d’info sur la page de la formation

Julien Leroy

15 Jan

La startup toulousaine Staffman lève 600.000 euros (pour continuer à trouver un ingénieur à la dernière minute)

La startup toulousaine Staffman vient de boucler un tour de table de 600.000 euros. Un montant honorable pour cette jeune pousse qui permet aux entreprises du numérique (ESN) de trouver un ingénieur « pour lundi ».

Joël Alaux et Bastien Vialade, les deux fondateurs de Staffman / © Staffman

Le spécialiste du recrutement d’ingénieurs à la dernière minute, a annoncé ce lundi 14 janvier, sa première levée de fonds.

Staffman boucle ainsi un tour de table de 600.000 euros grâce à Hellowork, l’un des poids lourds français de l’emploi et de la formation sur internet. Ce dernier est l’éditeur des plateformes telles que Cadreo, Parisjob, RegionsJob, CVcatcher ou Talentdetection.

« Nous sommes ravis d’accueillir HelloWork dans notre actionnariat. Il y a une logique industrielle à ce rapprochement et une complémentarité évidente avec une offre de staffing à 360° (freelances, sous-traitance et candidats) qui correspond à l’évolution du marché du recrutement en France » explique Bastien Vialade, l’un des deux fondateurs de Staffman.

Cette levée de fonds va permettre également de recruter une dizaine de collaborateurs en 2019.

Née à Toulouse, Staffman est une plateforme collaborative qui met relation des entreprises avec des candidats prêts à enchaîner les missions d’intérim.

Il suffit à l’ingénieur informatique de s’inscrire gratuitement sur le site web et d’attendre l’appel d’un recruteur. Les algorithmes de Staffman permettent de cibler rapidement les profils. Cette agence d’intérim 2.0 revendique, aujourd’hui, un chiffre d’affaire multiplié par 10 en 2018, 500 entreprises en France et 10.000 candidats référencés.

Julien Leroy

e-Education : La startup toulousaine SchoolMouv lève 2,5 millions d’euros

Le leader national des cours particuliers en ligne annonce ce mardi 15 janvier, une levée de fonds record de 2,5 millions d’euros. En 6 ans d’existence, la startup toulousaine a séduit 1 millions d’élèves, de la 6e à la Terminale.

© SchoolMouv

Bonne nouvelle pour Schoolmouv. La plateforme éducative née à Toulouse vient de lever 2,5 millions. L’annonce a été dévoilée ce mardi 15 janvier chez nos confrères de La Tribune.

Un tour de table bouclé auprès de 3 fonds d’investissements : M Capital Partners, Matmut Innovation et Swen Capital Partners. 

Il s’agit de la troisième levée de fonds de Schoolmouv après celle de juin 2015 (180.000 euros) et de juin 2016 (1 million d’euros).

1 millions d’élèves séduits

Schoolmouv a été imaginé en 2013 par le Toulousain Shannon Picardo, âgé seulement de 17 ans.

N’ayant pas les moyens financiers pour suivre des cours particuliers, il lance alors un site web avec des vidéos éducatives. Chaque cours est rédigé par un enseignant mais interprété par un comédien pour le rendre plus dynamique.

Une recette qui a séduit les collégiens et les lycéens de France au fil des années. Aujourd’hui, la plateforme de soutien scolaire revendique 1 million d’élèves inscrits en proposant des fiches de révision, des cours, des vidéos, des QCM et des exercices d’application.

Avec cette levée de fonds record, Schoolmouv veut continuer à développer son contenu et devenir peu à peu un « Netflix de l’éducation » espère Shannon Picardo dans les colonnes de La Tribune. L’entrepreneur cherche également de nouveaux locaux dans le centre-ville. 

Julien Leroy

28 Déc

MountNpass, le « Google Maps » du vélo

Née à Toulouse, MountNpass est une plateforme web recensant les meilleurs itinéraires et bons plans pour des séjours à vélo. Plus de 6000 parcours sont proposés en France et bientôt en Europe.

© Collection Watier/ MaxPPP

Si vous cherchez des idées de balades en vélo pour éliminer la bûche de noël, le site web MountNpass est pour vous.

Née à Toulouse en 2015, cette plateforme recense les meilleurs itinéraires pour des séjours à vélo en France et en Europe. Il est destiné à la fois aux cyclistes occasionnelles et aux sportifs.

« Il s’agit d’un espace communautaire qui s’autoalimente avec l’aide d’utilisateurs. (..) Chacun trouve son compte avec des itinéraires détaillés ainsi que des services sur place tels qu’un réseau professionnel d’hébergeurs cyclist-friendly » explique Frédéric Blavoux, fondateur de MountNpass.

Aujourd’hui, la plateforme toulousaine revendique « 70.000 membres actifs » qui peuvent « découvrir 6000 parcours qualifiés partout en France, plus de 150 destinations et 1600 hébergeurs« .

Ce « Google Maps » espère profiter de l’engouement des français pour le tourisme à vélo. Un marché à 2 milliards d’euros.

A terme, MountNpass veut peaufiner son modèle économique en développant des partenariats avec le secteur touristique et proposer des services aux amoureux du vélo (location, hébergement, séjour à la carte,…).

La startup veut également élargir son catalogue à l’ensemble de l’Europe. A suivre..

>>> Plus d’info sur www.mountnpass.com

Julien Leroy

20 Déc

Un Gersois est champion de France de poker (amateur) sur internet

Restaurateur à Marciac, dans le Gers, Mathieu Cabannes vient de remporter la finale nationale du Winamax Poker Tour 2018. Il s’agit du plus grand tournoi français de poker en ligne chez les amateurs.

Capture écran de la finale du Winamax Poker Tour 2018 / Crédit : Winamax TV

En moyenne, 230.000 français jouent régulièrement au poker en ligne. Et ils sont environ 2500 à participer au Winamax Poker Tour organisé, chaque année, par le n°1 du poker sur Internet en France.

Pour cette 8e édition, la finale a été remportée par Mathieu Cabannes, alias Petit Bambou. Ce Gersois partage sa vie entre sa famille, son restaurant italien de Marciac et sa passion pour le poker.

Habitué des tournois en ligne, il s’était déjà illustré sur l’un des plus gros tournois en ligne, le HighRoller en octobre 2018 et avait décroché plus de 7 000 €. Avec la finale du Winamax Poker Tour, il a pulvérisé son propre record avec le titre de champion de France et un chèque de 91 044 €.

« Je joue depuis une dizaine d’années, j’ai commencé avec des amis, puis je me suis mis en ligne » raconte Mathieu Cabannes. Malgré son expérience des tournois, le Gersois reste un amateur avant tout. « Je suis restaurateur, c’est très prenant donc je joue surtout les sessions du dimanche ». 

>>> Revivez le direct de La Finale sur Winamax TV

11 Déc

Yestudent, le « Airbnb » du logement étudiant, cherche un repreneur

Née à Toulouse, la plateforme de logements étudiants a été placée en liquidation judiciaire suite au retrait d’un partenaire historique. La start-up cherche un second souffle.

© Jean-Marc Loos / MaxPPP

Malgré une belle croissance, la start-up Yestudent est dans la tourmente.

Né à Toulouse, Yestudent permet à des étudiants de se loger chez d’autres jeunes d’une grande ville. Un « Airbnb » du logement étudiant avec des tarifs plafonnés et réservés au moins de 28 ans.

« Avec près de 100,000 utilisateurs, Yestudent se positionne comme la plus grande alternative à l’auberge de jeunesse en Europe avec des prix entre 10€ et 30€ la nuit, y compris dans des villes comme Amsterdam, Paris, ou Berlin » précise Camille Raymond, fondateur de Yestudent.

Malgré le succès de la formule, la jeune pousse est aujourd’hui en liquidation judiciaire depuis le 13 novembre 2018.

En cause, le désistement d’un partenaire financier de longue date, selon la jeune pousse. « Nous n’arrivons toujours pas à comprendre pourquoi un changement d’avis à la dernière minute de la part du partenaire (..). Nous avons peut être des pistes d’idées mais aucunes certitudes (faillite d’un concurrent, changement de stratégie d’investissement etc) » déplore Camille Raymond. 

En attendant de comprendre, « ce refus nous amène au blocage de notre développement ainsi que de notre trésorerie court-terme. Pourtant, l’entreprise n’a jamais été aussi grande et l’activité n’est jamais allée aussi bien » poursuit le CEO. En effet, les comptes de Yestudent sont passés au vert au cours de l’année 2018. « Nous sommes passés d’une marge négative par voyage de – 50 euros à une marge positive par voyage de 5 euros » assure-t-il. 

Depuis cet automne, le fondateur de Yestudent lance des appels sur les réseaux sociaux et ailleurs pour trouver un repreneur. « La meilleure chance pour Yestudent (..) est de trouver un repreneur qui partage les valeurs essentielles de la communauté. (..) Faute de quoi nous serons obligés de déposer le bilan en pleine ascension« .

En attendant, les 7 salariés hébergés chez At Home à Toulouse, ont été licenciés par un mandataire judiciaire. A suivre….

>> Reportage de Stéphane Compan : 

Julien Leroy

03 Déc

L’Occitanie, région pionnière de l’élevage collaboratif

En France, le secteur de l’élevage collaboratif est en balbutiement. Mais quelques start-ups d’Occitanie parient sur cette nouvelle relation entre particuliers et éleveurs. Exemple avec la plate-forme My Horse Family née à Montpellier et leader national.

© My Horse Family

L’élevage collaboratif est la déclinaison du crowdfunding chez les éleveurs d’animaux. Il s’agit simplement de devenir co-propriétaire d’un cheval ou d’un cochon en aidant financièrement l’agriculteur.

Le pionnier français du secteur est né à Montpellier. My Horse Family s’est lancé dans l’élevage 2.0 en juillet 2016.

La start-up d’Occitanie propose de devenir co-éleveur d’un poulain ou d’un cheval de course.

Il suffit de prendre une part financière. A plusieurs, vous soutenez ainsi l’éleveur et la qualité de son travail. Et vous retrouvez votre mise au moment de la vente du cheval. 

Durant les premières années du poulain, les co-éleveurs peuvent rendre visite à l’animal, recevoir des nouvelles sans oublier la possibilité de choisir son nom.

En deux ans d’existence, My Horse Family est parvenu à aider une vingtaine de fermes à travers La France, du Gard à la Haute-Garonne en passant par la Corrèze et la région dijonnaise. Un concept qui a également sauvé les chevaux de Mérens en Ariège.

« Au total, 14 poulains sont nés en copropriété pour 160 000 € investis » précise Guillaume Heraud, chargé de projet chez My Horse Family.

Depuis septembre 2018, la jeune pousse propose d’élargir le financement participatif aux chevaux de sport. Une nouvelle façon de parier sur le bon cheval…

Un cochon à élever…

Et si vous préférez faire de l’élevage collaboratif en pensant à votre barbecue. 

Des Heraultais ont eu l’idée de lancer Pig’s Daddy. Une plateforme de circuit court qui permet de réserver sa côtelette en ligne en regardant le cochon grandir… 

 

Julien Leroy

31 Oct

Des artistes de Toulouse rendent hommage au Bitcoin pour ses 10 ans

Exclusivité. Le Bitcoin fête ses 10 ans, ce mercredi 31 octobre. Pour l’occasion, les artistes toulousains de Tazasproject réalisent des œuvres d’art en hommage à la première monnaie virtuelle. Une série de sérigraphies que l’on peut acheter uniquement…en Bitcoin. La vente est inédite en Occitanie.

© tazasproject alias Guillaume Beinat & Alexandre Suné / Partenaire du projet : Art et cadres Toulouse / Crédit photo : Damien Warcollier

Le Bitcoin inspire désormais les artistes. Exemple avec les Toulousains de Tazasproject qui viennent de réaliser une série d’œuvres d’art autour de la monnaie virtuelle.

« Au départ il y a l’idée de représenter ce qui n’existe pas. Le Bitcoin échappe à tout ce que l’on peut connaître d’une monnaie. Il est dématérialisé. (..) On a eu ainsi l’idée de figer le Bitcoin comme une pièce de collection » explique Guillaume Beinat de Tazas.

Ainsi, deux séries sérigraphiées ont été réalisées. La première s’inspire de l’œuvre d’Andy Warhol et de son « 200 One Dollar Bills ». 48 Bitcoin ont simplement remplacé la monnaie américaine. Une édition originale limitée à 40 exemplaires.

© tazasproject alias Guillaume Beinat & Alexandre Suné / Partenaire du projet : Art et cadres Toulouse / Crédit photo : Damien Warcollier

La seconde création est une œuvre connectée. Elle représente le symbole de la première monnaie virtuelle associée à un écran affichant, en temps réel, sa valeur en euros. Une création iconique produite seulement à 10 exemplaires.

© tazasproject alias Guillaume Beinat & Alexandre Suné / Partenaire du projet : Art et cadres Toulouse / Crédit photo : Damien Warcollier

La première vente d’œuvres artistiques en Bitcoin d’Occitanie

Pour parfaire cet hommage, le duo propose d’acheter leurs œuvres d’art au cours du Bitcoin. « Nous sommes peut-être les premiers en Occitanie à vendre une œuvre en cryptomonnaie » témoigne Guillaume Beinat.

La vente inédite ouvre ce 31 octobre sur le site officiel des Tazas. « Le principe est simple, les acheteurs auront 72h à partir du 31 oct. 2018 pour acheter. Et chaque 7 jours, la vente se ré-ouvre pour 72h. La vente se termine quand les 10 pièces uniques BTC sont vendues » détaille l’artiste

Tazasproject est un duo composé de Guillaume Beinat et d’Alexandre Suné. Ces deux artistes sont diplômés de l’école supérieure des Beaux-Arts de Toulouse, ils réalisent des projets artistiques interactif ou pas, autour des nouveaux médias et du numérique. En 2016, ils avaient notamment conçu un champ de lumières pour percevoir les ondes électromagnétiques.

Plus d’info sur Instagram www.instagram.com/tazasproject/ et sur le site web https://www.tazasproject.com/tzsdigital 

11 Sep

Fintech : que se passe-t-il chez « Hush », la néobanque du Toulousain Eric Charpentier ?

Une équipe muette, des prestataires non payés, une levée de fonds ratée et un fondateur qui disparaît. L’avenir de Hush, créé par le Toulousain Eric Charpentier (ex-Morning), interroge.

© Hush

Lancée en mai 2017 au Luxembourg, la néobanque du Toulousain Eric Charpentier interroge.

Selon le site Mindfintech (média spécialisé dans les Fintech), « le projet Hush est en péril » après l’échec de la levée de fonds en cryptomonnaie. Seulement 614.000 euros ont été récoltés à l’issue de la deuxième phase de l’ICO en juin 2018. Une somme honorable mais bien loin des 15 à 20 millions espérés par son fondateur, Eric Charpentier.

Malgré ce bilan négatif, les tokens (jeton de valeur numérique) ont été distribués aux investisseurs, au début de l’été.

A terme, Hush veut devenir une banque en ligne européenne qui permet de gérer à la fois des euros et des monnaies virtuelles.

« On travaille en silence » selon un responsable d’Hush

Mais au-de-là du volet financier, c’est surtout l’avancée du projet qui inquiète.

Le site officiel de la Fintech est actuellement fermé. Le compte Twitter n’est (quasiment) plus actif depuis 2 mois. Idem pour le groupe public sur Telegram où près de 600 personnes suivent l’évolution du projet. Silence Radio depuis le 6 juillet.

Plus étrange, Eric Charpentier a totalement disparu des réseaux sociaux. Le fondateur a fermé ses comptes Twitter, Facebook et Linkedin.

« Eric prend désormais le temps de mener ses projets loin de la pression des réseaux. D’ailleurs le ministre du numérique vient de faire la même chose » répond Max Massat, le community driver d’Hush. 

Ce proche d’Eric Charpentier estime que les révélations de Mindfintech sont « exagérées » et temporise la situation. « On a décidé de pas se justifier. On travaille en silence. Les vrais investisseurs du projet eux savent. On laisse le fantasme pour les autres« . 

Factures impayées

Faute de fonds, Hush laisse également des ardoises.

Selon une information de Mindfintech (que nous avons pu confirmer), une facture de plus de 150.000 euros n’a pas été réglée à la société Chaineum. Cet opérateur d’ICO a conseillé la néobanque sur la levée de fond. D’autres prestataires sont dans la même situation et n’ont plus de nouvelles d’Eric Charpentier depuis des mois.

L’ombre de Morning

Difficile de ne pas faire le parallèle avec Morning, la précédente start-up d’Eric Charpentier.

Cette banque en ligne est née à Toulouse en 2013 avant de déménager dans un siège flambant neuf à Saint-Elix-le-Château (à 50 km au sud de la ville rose).

En décembre 2016, sa société est épinglée par le gendarme de la banque, l’ACPR en raison d’une utilisation illégale du compte de cantonnement. Une décision qui suspend les activités de la banque. Suivent ensuite des problèmes de trésorerie (non paiement des salaires, factures impayées,…) et un conflit avec la Maif, l’un des principaux actionnaire.

En février 2017, Morning et ses 50 salariés sont rachetés par la banque Edel. Eric Charpentier est écarté et lancera Hush 10 mois plus tard.

Julien L. 

02 Sep

Le Toulousain Lyra lance un titre restaurant nouvelle génération

Le secteur de la livraison de repas au bureau est en plein boom. Mais avec les titres déjeuner en papier, impossible de commander sur internet. A Labège, près de Toulouse, le groupe Lyra vient de mettre au point un titre-restaurant dématérialisé nouvelle génération qui va révolutionner nos habitudes de consommation.

© Alexandre MARCHI / MaxPPP]

Utiliser un titre restaurant directement sur internet. C’est désormais possible grâce à l’innovation de l’entreprise Lyra basée à Labège près de Toulouse.

Jusqu’ici, le paiement en ligne par titre restaurant était (quasiment) impossible même s’il existe quelques cartes de crédit émises par les sociétés spécialisées. Pourtant, le secteur est en plein croissance avec 125 millions de repas livrés en France par an selon une étude du cabinet NPD Groupe.

Lyra, l’un des leaders mondiaux de la transaction financière en ligne, l’a très vite compris en proposant un nouveau mode de paiement plus fluide.

Concrètement, l’entreprise toulousaine propose une plateforme de paiement en ligne qui s’intègre sur un site de e-commerce ou de e-livraison, « sans que le commerçant ait à changer de banque » précise Yves Sicouri, Directeur Retail chez Lyra.

Lorsque le client passe la commande, il peut ainsi « payer une commande en titre-Restaurant (jusqu’à 19 euros par jour selon la loi) et compléter son paiement, si besoin, en réglant le solde par carte bancaire« .

Pour parvenir à ce défi technologique, Lyra a travaillé conjointement avec Conecs, opérateur technique des titres-Restaurant dématérialisés.

Signature de plusieurs leaders de la livraison de repas

Les deux entreprises espèrent ainsi attirer tous les professionnels du secteur. « Les Titres-Restaurant dématérialisés deviennent un formidable levier de croissance à exploiter pour les restaurants et commerces de bouche », explique Yves Sicouri.

Lyra a déjà signé avec Class’Croute, Sodexo, Pass restaurant, Natexis INtertitre, Edenred, le groupe UP et la Food Tech Nestor. Ce dernier livre 3000 repas par jour dont 60 % sont payés avec des tickets papiers. La start-up espère doubler sa clientèle avec ce titre dématérialisé.

Une de nos équipes (Julie Valin et Eric Foissac) a testé ce nouveau mode de paiement 100 % toulousain :

Lyra, le Toulousain leader mondial des paiements en ligne

Fondée en 2001 par Alain Lacour, Lyra sécurise les paiements en e-commerce et proximité et développe des services pour gérer au quotidien les transactions et les équipements. Le groupe est présent dans 10 pays (Algérie, Allemagne, Brésil, Chili, Espagne, Inde, Mexique, Argentine, Colombie et Pérou) et embauche 250 collaborateurs.

Lyra connecte plus de 3 millions terminaux de paiement dans le monde et revendique plus de 10 milliards de transactions en 2017.

Julien Leroy