24 Mai

Uber lance à Toulouse son service de livraison de repas à domicile « UberEATS »

Après les VTC, Uber va proposer aux Toulousains de leur livrer des plats à domicile. Le lancement d’UberEats est prévu le 30 mai.

© UberEATS

© UberEATS

Uber se diversifie. L’entreprise américaine spécialiste du transport de particuliers en VTC, lancera à Toulouse, ce mardi 30 mai, son nouveau service : UberEATS. 

UberEATS est un service de livraison de repas à domicile. L’application permet de commander, en quelques clics, son plat favori parmi une sélection de restaurants. Le repas est livré « en moins de 30 minutes » promet Uber.

Le service est actuellement disponible dans plusieurs villes du monde et en France. Après un lancement à Paris (en mars 2016), Nantes, Bordeaux,… c’est au tour de Toulouse de bénéficier d’UberEATS.

En attendant les détails qui seront dévoilés la semaine prochaine, on peut se demander quel sera l’impact d’Uber dans ce secteur très concurrentiel ? Les start-up se succèdent depuis un an. Et Toulouse n’est pas épargné par le phénomène. La ville rose est déjà couverte par Deliveroo, AlloResto, Foodora,… 

Julien Leroy

 

23 Mai

Un Toulousain crée SnapPlanet, le premier réseau social des images spatiales

ExclusivitéSnapPlanet est un réseau réseau social pour créer et partager des images de la terre prise depuis l’espace. Une application pour smartphone née de l’imagination d’un ingénieur du CNES de Toulouse, Jérôme Gasperi.

Toulouse vu de l'espace / © Thomas Pesquet - MaxPPP

Toulouse vu de l’espace / © Thomas Pesquet – MaxPPP

SnapPlanet est un « instagram » des photos spatiales. 

Lancé au mois d’avril 2017, l’application est gratuite sur Iphone et AndroÏd. Une fois son profil enregistré, SnapPlanet « permet d’accéder en quelques secondes à des images (très) haute résolution de (presque) n’importe où sur Terre et à (presque) n’importe quelle date » explique Jérôme Gasperi, le fondateur. 

Pour chaque photo, l’internaute à la possibilité de liker, commenter, imprimer, aimer et partager. « Le but est de valoriser ces données spatiales auprès du grand public et raconter l’histoire de la terre » précise le créateur toulousain de 43 ans.

Les images spatiales sont issues des satellites d’observation européen Sentinel-2. Depuis 2015, ils fournissent tous les 5 jours, des images d’une largeur au sol de 290 km et d’une résolution de 10 à 60 m. « C’est moins précis que Google Earth mais les images sont actualisées tous les 5 jours » complète Jérôme Gasperi. 

D’ailleurs, le fondateur de SnapPlanet veut promouvoir cette mise à jour permanente de la terre. Son idée est de réaliser des comparaisons sur un lieu pour « être son propre reporter (..) comme, par exemple, le front de Mossoul ». 

Cette application unique en France est née de l’imagination d’un ingénieur du CNES de Toulouse, Jérôme Gasperi. Spécialiste de la valorisation des données satellites, il vient de créer sa start-up à Ramonville-Saint-Agne, près de Toulouse. Soutenu par son employeur, il a déjà remporté deux prix scientifiques dont le Copernicus Masters 2015.  

>>> Télécharger SnapPlanet : www.snapplanet.io

 Julien Leroy

22 Mai

Opus, un webzine pour découvrir et suivre la scène toulousaine

Opus-musiques.fr est un webzine consacré aux musiques actuelles à Toulouse. Un site web unique sur la toile toulousaine animé par un groupe d’amis passionnés de musique. Reportage.

© Opus Musiques

© Opus Musiques

« Le principe est de faire découvrir la musique et les artistes de la scène toulousaine »  résume Rémy Sirieix, fondateur d’Opus-Musiques et community manager à Toulouse. « Il s’agit de nos coups de coeur, de nos découvertes (..) sans nous mettre de barrière » poursuit-il. Pop, rock, electro, blues, world, chanson,… le site balaye tous les genres musicaux. Chaque groupe ou artiste est présenté brièvement afin de laisser place à un morceau. A l’internaute de se faire son propre jugement. Des interviews de groupe sont également réalisés. A noter que les photos du site sont de grandes qualités rendant la navigation agréable.

Lancé en juin 2014, Opus-musiques est unique sur la toile régionale. Il est animé par des passionnés de musique, « tous bénévoles » précise Rémy Sirieix. L’équipe compte une dizaine de contributeurs actifs. Aujourd’hui, Opus-musiques s’est fait un nom. La plateforme est désormais une aubaine pour les groupes régionaux en quête de visibilité.

Opus publie également une playlist 100 % locale avec 200 titres. A écouter sans attendre.

>>> Découvrez en images Opus – reportage France 3 Midi-Pyrénées – mai 2017 :


Opus, un webzine sur la scène toulousaine

>> Site web opus-musiques.fr

Julien Leroy

21 Mai

Montpellier : Staybler, le « Airbnb » des hébergements pour chevaux

Créée entre Montpellier et le Gard, Staybler est le premier « airbnb » des hébergements pour chevaux en Europe.

© Staybler

© Staybler

Staybler est un « airbnb » des hébergements pour chevaux.

La plate-forme « met en relation établissements équestres et cavaliers » pour « réserver directement en ligne boxs, prés ou paddocks » détaillent les 3 fondateurs. Les forfaits vont de 1 à 30 jours et la réservation se fait directement en ligne.

Le service s’adresse à la fois, aux cavaliers qui ont des difficultés à trouver une pension lors d’une compétition ou d’un voyage. Et aux centres équestres qui cherchent à rentabiliser ses espaces inoccupés. L’objectif est de mettre un terme au bouche à oreille et aux recherches interminables.

Lancé en février 2017, Staybler semble séduire la communauté équestre avec 450 inscrits, 100 hébergements recensés et 50 réservations. L’idée s’exporte également en Belgique et au Portugal. Malgré la présence de deux autres concurrents, l’application est pionnière en Europe.

A l’origine de cette innovation occitane, 3 jeunes entrepreneurs héraultais, amis depuis plusieurs années. Diplômée d’une école de commerce à Montpellier, Clémence est âgée de 27 ans et se charge du marketing. Guillaume (30 ans) est notaire et s’occupe des partenariats. Jean-Baptiste (27 ans) est consultant en aquaculture et travaille sur le développement technique et commercial de Staybler. La start-up est basée à Montpellier.

>> Plus d’info en image avec ma chronique dans « 9h50 le matin Occitanie » sur France 3 – mai 2017 :


Tout ce Qui Buzz : Staybler

>>> Site Staybler : www.staybler.com/fr/

Julien Leroy

19 Mai

Toulouse et Montpellier dans le top 8 des villes où créer sa start-up en France

Quelle est la meilleure ville française pour créer sa start-up ? Le magazine Forbes vient d’établir le Top 8 des métropoles où il fait bon d’innover. Toulouse se classe 4e. Montpellier, 7e.

© France 3 Midi-Pyrénées

© France 3 Midi-Pyrénées

Toulouse et Montpellier sont des paradis pour les entrepreneurs français. Selon un palmarès du magazine Forbes publié fin avril, la ville rose se classe 4e des villes où il faut lancer sa start-up. Montpellier est 7e.

Classement des villes françaises où créer sa start-up :

  1. Lyon
  2. Lille
  3. Nantes
  4. Toulouse
  5. Bordeaux
  6. Marseille
  7. Montpellier
  8. Strasbourg

Forbes a réalisé son étude en prenant en compte les labels French Tech et l’enquête 2016 de L’Entreprise-L’Expansion-Ellisphere sur le palmarès des villes où entreprendre.  

Pour le magazine économique, Toulouse propose un « environnement intéressant pour les start-up : La Cantine pour se développer et coworker, le Camping ou Connected Camp permet aux start-up spécialisées dans les objets connectés d’être accélérées. Un incubateur et des pépinières d’entreprises maillent le territoire et des start-up week-end sont également organisés ». 

Quant à Montpellier, la rédaction note le pari réussit du Business Innovation Center (Bic) ouvert en 1987 par l’ancien maire Georges Frêche. Cet incubateur est considéré comme l’un des meilleurs au niveau mondial selon le classement suédois d’Ubi global. « Initiative intéressante, la French Tech Montpellier organise un événement BigUp 4 startup qui permet de croiser les besoins des grands groupes implantés localement et des jeunes pousses » compléte Forbes.

Julien Leroy

18 Mai

Succès de la youtubeuse montpelliéraine Romy

Montpellier est une terre de youtubeurs à succès. Après Révo, Léa, Kelly et Juliette…voici Romy. Cette étudiante et sa chaîne mode & beauté cartonne sur YouTube après près d’un demi-million de fans.

© Romy

© Romy

De Toulouse à Montpellier, les youtubeurs d’Occitanie savent faire le buzz. Ils sont nombreux à cartonner sur le net depuis 2-3 ans.

Après Révo, Léa, Kelly, Juliette, Adeline&Vidéos, Léa Choue,…voici Romy !

Cette jeune étudiante de 19 ans compte près de 487.000 abonnés sur YouTube.

De son vrai prénom, Romane, elle commence l’aventure en octobre 2014 après ses journées de cours au lycée. « Je me suis lancée (..) sans trop savoir si ça allait marcher et j’ai découvert une vraie passion »  explique-t-elle sur sa chaîne.

Elle parle ainsi de mode & beauté mais aussi des amis, de ses coups de cœurs et des interrogations que se posent les jeunes filles. « J’adore la mode, le makeup, rigoler, mes amis, la famille, les chats, le macdo et photographier un tas de choses« .

Tutos, vidéos divertissantes, conseils… ses réalisations totalisent, aujourd’hui, plus de 20 millions de vues en l’espace de 2,5 ans.

Un beau succès qui s’explique notamment par sa simplicité et son ton naturel. A découvrir !

>> Plus d’info en image avec ma chronique dans « 9h50 le matin Occitanie » sur France 3 – mai 2017 :


Tout ce Qui Buzz : Romy

Julien Leroy

16 Mai

La start-up toulousaine Demooz propose de tester un produit high-tech chez un particulier avant de l’acheter

La start-up toulousaine Demooz vous propose de tester un produit avec un particulier qui le possède déjà. Spécialisée dans les innovations numériques et les appareils high-tech, la plateforme de recommandation sociale compte plus 60.000 utilisateurs. Reportage sur cette nouvelle success-story.

© Demooz

© Demooz

« Essayez avant d’acheter« , c’est le slogan de la start-up toulousaine Demooz, spécialisée dans la recommandation sociale d’innovations numériques et d’appareils high-tech. Elle met en relation des futurs acheteurs avec des particuliers qui possèdent déjà le produit convoité. Cela permet de le tester en conditions réelles et de discuter avec un utilisateur convaincu (ou pas).

Il suffit de s’inscrire gratuitement sur la plateforme en proposant, soit d’être un « démonstrateur », soit d’être un « testeur ». Un concept simple qui fonctionne. Lancée en décembre 2013, Demooz compte plus de 60.000 utilisateurs dans toute la France, 15 salariés et des bureaux à Bordeaux et Paris. 

Objets connectés, drones et… prochainement des voitures électroniques

Le modèle économique de Demooz repose sur des partenariats avec les marques qui veulent se faire connaître. 250 produits sont ainsi référencés : de la montre connectée, au robot de cuisine en passant par le drone et l’imprimante 3D.

Mais, la jeune pousse toulousaine souhaite étendre son service à tous les secteurs. D’ailleurs, elle vient de signer avec un grand constructeur automobile français, pour proposer en test des voitures électriques. En avril, Demooz avait également décliné son site pour « tester » les candidats du 2e tour de l’élection présidentielle 2017

>> Reportage sur Demooz  – France 3 MidiPyrénées – mai 2017  :


Start-up Demooz

Julien Leroy

09 Mai

Insolite : l’une des plus vieilles maisons de l’Aveyron fait le buzz sur internet

Une photo de la maison de Jeanne à Sévérac-le-Château, en Aveyron, fait le buzz sur les réseaux sociaux depuis 48 heures.

© Auteur inconnu / Imgur

© Auteur inconnu / Imgur

A Sévérac-le-Château, la maison de Jeanne est réputée « pour être une des plus vieilles maisons du département de l’Aveyron » selon l’office de tourisme de l’Aveyron. Cette bâtisse possède des murs à colombages, vieux de 6 siècles. 

Une curiosité du patrimoine aveyronnais qui pousse les touristes à la photographier.

Justement, une photo de la maison fait le buzz, depuis ce dimanche 7 mai sur le réseau social américain Imgur. Postée ce dimanche 7 mai par un photographe anonyme, elle a été likée plus d’1,6 million de fois.

View post on imgur.com

Une exposition inattendue pour rappeler qu’il est possible de la visiter. La maison de Jeanne accueille des animations médiévales en juillet et août. Plus d’info par ici.

Julien Leroy

 

Les Toulousains de Tech Corner veulent faciliter l’utilisation du numérique

La plateforme Tech Corner propose des conseils, des guides et des tests sur les dernières innovations numériques. Face à la multiplication et à la complexité des produits high-tech, la start-up toulousaine veut démocratiser les nouvelles technologies en France.

© www.techcorner.fr

© www.techcorner.fr

Quelle enceinte bluetooth choisir ? Quelle est l’utilité de cet objet connecté ? Pourquoi choisir cette batterie ultra-portable ? Comment acheter son premier appareil domotique ? Les questions sont nombreuses lorsqu’on veut acheter le dernier bijou technologique.

C’est le créneau de Tech Corner qui propose à la fois les dernières innovations high-tech et des conseils pour bien choisir. Chaque produit est testé par l’équipe toulousaine qui produit des fiches explicatives et techniques. Le contenu est accessible gratuitement avant de passer à l’achat.  

Les technologies font partie intégrante de notre quotidien. Pourtant, ces produits sont encore trop réservés aux geeks – L’équipe de Tech Corner

« Tech Corner est un site que l’on visite car pour un achat high-tech, on a besoin d’un véritable accompagnement et de conseils » précise Christophe Serres, l’un des fondateurs.

L’objectif de Tech Corner est de « vulgariser les nouvelles technologies pour le grand public » poursuit-il. « Les technologies font partie intégrante de notre quotidien. Pourtant, ces produits sont encore trop réservés aux « geeks ». Notre objectif est de limiter cette fracture numérique qui ne cesse de s’agrandir depuis l’apparition d’internet dans les années 90, en rendant accessibles les nouvelles technologies à tous ».

Tech Corner a commencé en 2014, par un blog animé par deux des fondateurs. Deux ans plus tard, l’idée se transforme en start-up gérée par 5 passionnés âgés de 20 à 24 ans : Christophe Serres & Alexandre Prévost, diplômés d’un Master en stratégies digitales, Clément Santamans, diplômé de l’INSA, Sébastien Laboutely, diplômé de l’ISEG et Hervé Koffel, diplômé de l’ESC Toulouse. 

Evidemment, de nombreuses sites web proposent des conseils similaires à Tech Corner. D’ailleurs, le service rappelle les célèbres tests du labo FNAC. Mais le contenu des Toulousains est synthétique et objectif. En quelques paragraphes, on s’informe rapidement du potentiel d’un produit.

« L’équipe se charge de dénicher les dernières tendances technologiques, sélectionne ses coups de coeur, les teste et vous offre la possibilité de les acheter à travers un site internet qui vous met en relation avec ces inventeurs du monde entier »

Comprendre le numérique grâce aux Toulousains

Démocratiser les nouvelles technologies semble être une affaire toulousaine.

Au-de-là de Tech Corner, il existe Demooz. Cette start-up de la ville rose est spécialisée dans la recommandation des produits high-tech. Elle met en relation de potentiels acheteurs avec des particuliers qui possèdent déjà le produit convoité, pour leur permettre de le tester réellement. Née en 2013, la jeune pousse rencontre de plus en plus de succès. Elle compte aujourd’hui 15 salariés et des bureaux à Paris et Bordeaux. 

Autre cas, la boutique en ligne toulousaine Noova. Elle commercialise des objets innovants ou insolites, inventés par des startups partout dans le monde. Né en 2015, le site est en pleine croissance.

>> Découvrez Tech Corner :www.techcorner.fr

Julien Leroy

05 Mai

Les soeurs toulousaines Keyza et AdelineVidéos sont des stars sur YouTube

Elles sont stars sur le web et soeurs dans la vie réelle. Les Toulousaines Keyza et AdelineVidéos cartonnent sur YouTube en s’adressant, chaque semaine, à plus d’un million d’internautes.

© AdelineVideos & Keyza

© AdelineVideos & Keyza

Estelle et Adeline sont deux sœurs toulousaines. Et Leur chaine YouTube font rire, chaque semaine, plus d’un million d’internautes. Un phénomène rare dans l’univers des youtubeurs français.

A 21 ans, Estelle est connue sous le pseudo de « Keyza ». Depuis 2014, cette étudiante toulousaine réalise des vidéos humoristiques et divertissantes. L’objectif est de faire rire sans oublier d’aborder des sujets plus sensibles comme l’homosexualité ou la dépression. « Je peux être un garçon ou une fille, ça dépend des jours en fait. (..) Sinon j’adore les séries, les jeux vidéos et les chats » détaille la Toulousaine sur sa chaine YouTube qui cumule plus de 45 millions de vues.

Sa petite sœur, Adeline suscite le même buzz. Via sa chaine « AdelineVidéos », cette collégienne de 14 ans tourne des vidéos déjantées et des parodies délirantes. Avec 710.000 abonnés et plus de 21 millions de vues, elle cartonne chez les adolescents.

Ce duo rappelle la chaîne YouTube « In the Stairs » du Toulousain Samuel et sa sœur Lucille. Leurs reprises musicales ont fait le buzz en 2014 et 2015.

>> Plus d’info en image avec ma chronique dans « 9h50 le matin Occitanie » sur France 3 – Avril 2017 :


TOUT CE QUI BUZZ – Soeurs Youtubeuses

Julien Leroy

RSS