28 Juin

IoT : la startup toulousaine ffly4u boucle une levée de fonds de 1,2 million d’euros

© ffly4u

Les starts-up de Toulouse multiplient les levées de fonds cette semaine. Après EyeLights, c’est au tour de la jeune pousse ffly4u d’annoncer, ce jeudi 28 juin, un tour de table de 1,2 million d’euros.

Une augmentation de capital souscrite auprès d’IRDInov de la Bpi France, d’ALSO (Business Angel) et de la plateforme de financement participatif WiSEED.

Cette deuxième levée de fonds va permettre à la startup toulousaine de développer ses applications et poursuivre son déploiement en Europe.

Installé à la pépinière de Montaudran, ffly4u est le spécialiste français dans le suivi des marchandises et des produits (les actifs industriels).

Concrètement, la jeune pousse est capable de suivre un bien entre le fournisseur et son client, grâce à des boîtiers connectés et intelligents. Ces derniers permettent ainsi de géolocaliser une marchandise, d’informer sur la température d’un produit pharmaceutique ou de signaler lorsque le rouleau de câble sera bientôt terminé. Le réseau fonctionne via Sigfox.

« Les marchandises sont silencieuses. Nous leur donnons la voix » résume en quelques mots Olivier Pages, le CEO de ffly4u. Plus de 3000 boîtiers ont été commercialisés en 2017.

Les services IoT de la société toulousaine se décline un peu partout. De la logistique à l’aéronautique en passant par le transport. Les groupes Nexans (fabrication de câble), Orange, Arteris,… adoptent déjà l’innovation toulousaine.

Des négociations sont également en cours avec Airbus ou ATR. En attendant, ffly4u prépare un nouveau tour de table pour la « mi-­septembre 2018«  promet Olivier Pages

Julien Leroy

26 Juin

Levée de fonds de 2,5 millions d’euros pour la start-up toulousaine EyeLights et son casque de moto connecté

© EyeLights

A Toulouse, la startup EyeLights et son casque de moto connecté, annoncent ce mardi 26 juin, une levée de fonds de 2,5 millions d’euros. 

Un tour de table bouclé avec Breega Capital et le fonds Ambition Amorçage Angels (F3A) géré par Bpifrance.

La pépite toulousaine va pourvoir ainsi attaquer le marché européen. Par ailleurs, elle compte passer de 12 à 20 salariés d’ici à la fin de l’année.

EyeLights veut révolutionner la conduite des motards grâce à son casque connecté avec GPS intégré

Situé sur l’angle droit du casque, le petit écran est à peine visible. Vitesse, guidage GPS, état du trafic, les données sont retranscrites directement dans le champ de vision du motard. Le système est semblable au casque des pilotes d’avions de chasse.

Le dispositif a déjà séduit 1000 clients.

>> Reportage de France 3 Toulouse – Mai 2018

Julien Leroy

 

24 Juin

Environnement : Deux Toulousains entament un tour du monde des CleanTech

24Promouvoir les innovations technologiques qui utilisent et protègent les ressources naturelles. C’est le pari de deux Toulousains, Camille Rigaud et Loïc Bordes, qui entament un tour du monde des CleanTech. Départ le 8 juillet.

© Hit the Innovation

Marier l’innovation et l’environnement, c’est le concept des startups CleanTech. Elles développent des projets et des services qui contribuent à la protection et à la conservation des ressources naturelles de la terre. 

Des projets verts encore méconnus du grand public malgré un fort développement dans la plupart des pays.

C’est pourquoi deux Toulousains, Camille Rigaud et Loïc Bordes, entament un tour du monde des CleanTech. 

« Une année à la rencontre d’entrepreneurs en Asie du Sud, Nouvelle Zélande et Amérique Latine. Nous souhaitons rencontrer des entrepreneurs qui utilisent et préservent un ou plusieurs des 4 éléments, à savoir l’eau, l’air, la terre et le feu » explique le duo de globe-trotteur.

L’objectif est « de promouvoir ces projets et créer un réseau international d’entrepreneurs des CleanTech » poursuivent-ils.

Un blog pour suivre ces deux professionnels de l’IoT Valley de Labège

Les Toulousains partageront leurs découvertes via leur blog « Hit the Innovation ». Ils promettent « des portraits d’entrepreneurs et des articles sur les spécificités du secteur CleanTech dans les pays traversés« .

Camille Rigaud est une professionnelle de la communication. Elle a notamment travaillé comme responsable marketing de la start-up Intesens basée à l’IoT Valley de Labège. Quant à Loïc Bordes, il travaille chez Sigfox comme Ingénieur développement hardware.

« Nous avons voulu combiner notre passion pour l’innovation et l’environnement avec l’envie de faire un voyage autour du monde » précise Camille Rigaud.

Leur aventure débutera le 8 juillet prochain avec une première étape à Jakarta en Indonésie. Puis, le duo se rendra au Vietnamn et en Nouvelle-Zélande.

Julien Leroy

30 Mai

IoT : la startup toulousaine Rubix lève 2 millions d’euros

Spécialisée dans les objets connectés pour le suivi des nuisances (gaz, odeurs, bruit, particules, lumière, …), la jeune pousse toulousaine « Rubix » vient de boucler sa première levée de fonds.

© France 3 Occitanie

Fondée en 2016 à Toulouse, la startup Rubix annonce, ce mercredi 30 mai, une levée de fonds de 2 millions d’euros.

Une tour de table bouclé avec deux investisseurs institutionnels : Evolem Start (basé à Lyon) et CPG (Aix-en-Provence). Ils sont également accompagnés de plusieurs Business Angels et de Bpifrance.

C’est la première levée de fonds de la jeune pousse qui espère ainsi accélérer sa croissance.

Rubix développe des objets connectés pour le suivi des nuisances (gaz, odeurs, bruit, particules, lumière, …). Une gamme de capteurs miniaturisés qui permettent d’analyser et d’identifier les sources de nuisances pouvant affecter un bureau, une salle ou une rue.

Ainsi, elle commercialise le « Rubix Pod ». Il s’agit d’un boitier connecté mesurant la qualité de l’air et des nuisances sonores. Une innovation qui intéresse déjà la ville de Los Angeles aux Etats-Unis. Elle cherche à identifier les bruits et notamment les tirs d’armes à feu. Rubix sait reconnaître jusqu’à 67 armes différentes.

Créée par Jean-Christophe Mifsud, Rubix compte 10 salariés et ambitionne de doubler ses effectifs en 2018.

Julien Leroy

25 Mai

L’IoT Valley de Labège ouvre (aujourd’hui) ses portes au grand public

A Labège, près de Toulouse, la pépinière d’entreprise spécialisée dans l’internet des objets organise, ce vendredi 25 mai, une journée porte ouverte. L’occasion de découvrir les coulisses des 40 start-up hébergés par l’IoT Valley dont Sigfox.

© IOT Valley

Journée porte ouverte ce vendredi 25 mai à l’IoT Valley de Labège, près de Toulouse. Une opération de séduction organisée dans le cadre du « Joli mois de l’Europe en Occitanie ».

Le grand public et les passionnés du numérique sont invités à découvrir les locaux de cette pépinière d’entreprise spécialisée dans l’internet des objets (IoT)

Créée en 2011, le site compte aujourd’hui 40 startup et plus de 600 collaborateurs travaillant sur le marché prometteur des objets connectés : compteurs électriques connectés, solution de surveillance des piscines, contrôle du braconnage des rhinocéros, parkings connectés,..

Certaines entreprises connaissent déjà un succès international comme Sifgfox, Intesens, Axible Technologies ou Connit.

Durant cette journée, les visiteurs pourront également rencontrer et échanger avec les entrepreneurs, assister à des démonstrations et visiter le FabLab interne.

>> Plus d’info sur la page Facebook de l’événement : cliquez ici

Julien Leroy

30 Avr

La startup toulousaine Uwinloc boucle une levée de fonds de 4,5 millions d’euros

© France 3 Toulouse

Bonne nouvelle pour la start-up Uwinloc basée à Colomiers, près de Toulouse. La jeune pousse et son étiquette connectée ont annoncé ce vendredi 27 avril, avoir bouclé un levée de fonds de 4,5 millions d’euros.

Un tour de table conclu avec Elaia Partners, une société de capital-risque européenne et trois autres fonds d’investissement : ACE, GALIA Gestion et M-Capital Partners.

C’est la troisième levée de fonds pour Uwinloc après celles de novembre 2017 (1 million d’euros) et 2016 (600 000€)

Cette somme va permettre à la jeune pousse toulousaine de se développer à l’international.

Fondé en 2015 par Eric Cariou, Uwinloc a conçu une étiquette connectée qui permet de géolocaliser simultanément des millions d’objets à 30 centimètres de précision. Une innovation utilisée par plusieurs grandes entreprises. La jeune pousse compte aujourd’hui 40 salariés. 

Julien Leroy

24 Mar

Wizzili : une startup toulousaine imagine un « Google Home » pour gérer la vie de famille

Concilier vie professionnelle, enfants, courses, activités… ce n’est pas toujours facile. Un Toulousain a eu l’idée de créer Wizzili, une enceinte connecté qui permet de rappeler un rendez-vous, conserver un message vocal ou gérer la liste des courses. La commercialisation de ce « Google Home » familial est prévue pour noël 2018.

© Wizzili

Un objet connecté destiné à la fois aux parents et aux enfants. 

Si votre famille accumule les post-it sur la porte du frigo pour rappeler le match du foot ou pour informer que le paquet de céréales est vide, l’invention du Toulousain Grégoire Tyrou, va probablement soulager votre quotidien. 

Wizzilli est un assistant vocal intelligent. Il est comparable à « Google Home » ou à « Amazon Echo » mais destiné à faciliter la vie d’une famille.

L’objet connecté pourra ainsi gérer la liste des courses, rappeler les rendez-vous de chaque membre du foyer, conserver un message vocal laissé par le fiston et connaître le trafic sur la rocade.

Toutes les informations pourront être retransmisses vocalement ou partagées via une application mobile.

« Les contraintes du quotidien peuvent vite devenir pénibles à gérer au sein d’un foyer, en particulier lorsque chacun a un emploi du temps très chargé. Ces corvées finissent à la longue par nous empêcher de passer du temps sur ce qui compte vraiment : activités bien-être, temps privilégié avec les enfants, un peu de sport … Cet état de fait ne date pas d’hier et pourtant, il paraît presque étonnant qu’on n’ait toujours pas trouvé de moyen efficace pour alléger toutes ces contraintes. » explique le concepteur Grégoire Tyrou. 

Ce père de famille assure que son invention va permettre d’alléger la charge mentale des parents.

En attendant de le vérifier, Grégoire Tyrou finalise son invention. Après une présentation au CES de Las Vegas en janvier dernier, Wizzilli sera disponible pour les fêtes de Noël. Comptez 130 euros pour acquérir ce nouveau membre de la famille. Les pré-commandes sont ouvertes sur le site officiel.

> Plus d’info en image avec ma chronique dans « 9h50 le matin Occitanie » sur France 3 – mars 2018  :

Julien Leroy

11 Mar

Montpellier : la start-up Vaonis invente un télescope aussi simple qu’un… iPhone

Baptisé « Stellina », ce télescope unique au monde, est doté d’un seul bouton. Il suffit de cliquer dessus pour le piloter directement avec un smartphone. L’utilisateur peut alors photographier les étoiles et les partager aussitôt sur les réseaux sociaux.

© Vaonis

© Vaonis

A Montpellier, la start-up Vaonis veut révolutionner le marché de l’astronomie grand public.

Pour cela, elle a imaginé un télescope connecté aussi simple qu’un iPhone !

Baptisé « Stellina », ce cube épuré est doté d’un seul bouton. Il suffit de cliquer dessus et le télescope se déplie automatiquement. Il se pilote directement avec une tablette ou un smartphone. Au bout de quelques minutes, l’appareil est prêt à photographier l’astre. Les photos sont à partager aussitôt sur les réseaux sociaux.

Destiné aux passionnés et aux novices d’astronomie, ce bijou technologique est également le plus petit télescope au monde. Avec ses 7 kg, il rentre facilement dans un sac à dos.

Cette innovation unique est née dans la tête de Cyril Dupuy. A 27 ans, cet ingénieur est un passionné des étoiles. Il est d’ailleurs le président du club d’astronomie de Castelnau-le-Lez, près de Montgolfier.

Après une levée de fonds de 1,7 million d’euros en décembre 2017 et une présentation au CES de Las Vegas, Vaonis espère en vendre 1000 exemplaires d’ici la fin de l’année.

Le premier modèle sortira au printemps au prix de 2100 euros.

>> Plus d’info en image avec ma chronique dans « 9h50 le matin Occitanie » sur France 3 – mars 2018  :

Julien Leroy

24 Fév

IoT Valley : une cité de start-up dédiée aux objets connectés verra le jour près de Toulouse

Le village IoT Valley de Labège (Haute-Garonne) verra le jour en 2021. Le permis de construire vient d’être déposé. Ce vaste projet immobilier de 85.000 m² va accueillir les start-up et les formations dédiées aux objets connectés dont la pépite Sigfox.

Le futur campus de l'IoT Valley de Labège

Le futur campus de l’IoT Valley de Labège

C’est officiel. Après 4 mois de retard, le permis de construire du premier lot du projet de l’IoT Valley de Labège (Haute-Garonne), a été déposé ce lundi 19 février à la préfecture de Toulouse.

Ce premier ensemble de 27.000 m² « regroupera des espaces de bureaux et de co-working, une agora modulable, des lieux de formation, des parkings, 1 000 m2 de commerce ainsi qu’un hôtel de 140 chambres » précise l’association IoT Valley soutenue par le conseil régional et la communauté de commune du Sicoval.

Ce vaste projet immobilier doit d’abord accueillir tous les membres de l’écosystème de l’IoT Valley de Labège spécialisée dans les objets connectés. Au total, 50 start-up employant 600 personnes, vont s’y installer dont le siège de Sigfox. A l’heure actuelle, les jeunes pousses vivent dans 3 bâtiments répartis dans le quartier économique de Labège.

Mais le lieu hébergera également des FabLabs, des organismes de formation et l’accélérateur de start-up ‘Le Connected Camp ».

Dès 2021, cette future cité de start-up comptera 1300 collaborateurs. La pose de la première pose est programmé pour fin 2018.

A terme, l’objectif est de créer un campus mondial de 85.000 m² dédié aux objets connectés.

L’idée est portée par Ludovic Le Moan, fondateur de l’IoT Valley et CEO de la pépite Sigfox. Son entreprise est aujourd’hui le premier fournisseur mondial de services de connectivité IoT et attire les convoitises. En espérant qu’un éventuel rachat de Sigfox ne remette pas en cause ce campus unique. 

Julien Leroy

15 Fév

IoT : Le Toulousain Sigfox affiche des résultats records et refuse… une offre de rachat

Sigfox est en pleine forme. La start-up de Labège près de Toulouse a dévoilé ce jeudi 15 février, ses résultats 2017. Le premier réseau mondial d’objets connectés affiche une hausse de 50% de son chiffre d’affaire. Un succès qui attise également les convoitises. Sigfox vient de refuser une offre d’achat d’un milliard d’euro.

Ludovic Le Moan - CEO de Sigfox

Ludovic Le Moan – CEO de Sigfox

Créée en 2011 dans un garage, la start-up toulousaine Sigfox est aujourd’hui le premier fournisseur mondial de services de connectivité IoT.

Pour 2017, l’entreprise affiche un chiffre d’affaire record de 50 millions, soit un hausse de 56% par rapport à 2016, selon les résultats présentés ce jeudi 15 février.

Le réseau Sigfox couvre désormais 45 pays et 2,5 millions d’objets connectés, soit une croissance annuelle de 65 %. Bref, 2017 est l’année record pour la pépite de l’IoT Valley de Labège, près de Toulouse.

Une santé éclatante qui s’explique principalement par le marché prometteur des objets connectés (IoT). Les experts estiment que le secteur comptera 50 milliards d’objets connectés d’ici 2020 pour un chiffre d’affaire de 7000 milliards d’euros. 

« L’IoT est un gisement colossal de valeur. A l’instar du pétrole que l’on a commencé à extraire il y a plus d’un siècle, pour constituer de plusieurs milliards de dollars, la données est une ressource naturelle. L’enjeu des prochaines décennies est de collecter ces données à un coût inférieur à leurs valeurs intrinsèques » explique Ludovic Le Moan, PDG et co-fondateur de Sigfox.

C’est pourquoi Sigfox veut continuer à accélérer en 2018. Le premier objectif est d’attendre la barre des 60 pays et régions afin d’imposer le réseau toulousain comme la norme standard.

Par ailleurs, Sigfox annonce le lancement du projet Hacking House. « Ce projet rassemblera des étudiants du monde entier afin de les former à l’IoT et à la technologie Sigfox » précise Ludovic Le Moan. Le démarrage est prévu en juin 2018 à San Francisco pour des résultats en novembre. 

Une offre de rachat à 1 milliard d’euro

Le succès de Sigfox semble attirer les convoitises. Selon nos confrères de La Tribune, Ludovic Le Moan a refusé récemment une offre de près d’un milliard d’euros pour son groupe. Une situation qui inquiète le co-fondateur.

« Une offre à 1 milliard, on arrive encore à l’arrêter. Mais si demain quelqu’un proposait 2 ou 3 milliards, dans l’état actuel du capital de Sigfox, je pense que l’entreprise serait vendue » avoue-t-il 

Il est vrai que les actionnaires de Sigfox sont de plus en plus nombreux. Au fil des 5 levées de fonds, ils sont aujourd’hui 28 au chevet de la start-up.

Depuis 7 ans, la start-up basée à Labège près de Toulouse, créé un réseau mondial des objets connectés en bas débit. Une première mondiale. Grâce à sa technologie, les entreprises peuvent ainsi collecter et exploiter des millions de données jusque-là inaccessibles ou coûteuses.

Julien Leroy