25 Mar

Cinéma : Ours d’Or à la Berlinale, Nadav Lapid échange avec ses spectateurs à Poitiers

Ours d’Or à Berlin pour son nouveau film « Synonymes », en salles le 27 mars, l’Israélien Nadav Lapid répondra aux questions du public poitevin du TAP Castille, le 1er avril, à l’issue de la projection de 20h30. Le cinéaste a gardé des liens forts avec le Poitiers Film Festival où il a été découvert en France, avec deux courts-métrages d´école. « Synonymes » a été tourné à Paris, ville où il a vécu. Comme son personnage principal, lui aussi a voulu rompre avec son pays en le fuyant. 

Nadav Lapid reçoit l’Ours d’Or à la Berlinale le 17 février 2019 pour son film « Synonymes ». (Photo : Xinhua News Agency/Newscom/MaxPPP)

J’ai découvert le cinéma de Nadav Lapid en 2005, à Poitiers, à l’occasion des Rencontres internationales Henri Langlois, depuis devenues le Poitiers Film Festival. Le cinéaste israélien présentait alors un court-métrage intitulé « Road » (lien youtube VO), film d’étudiant réalisé à la Sam Spiegel and Television Film School à Jérusalem.

Choc visuel et émotionnel

Ce jour-là, le choc visuel et émotionnel me fit immédiatement retenir le nom de ce jeune homme de 28 ans, alors inconnu.

Je me souviens surtout d’un garçon très curieux d’esprit, intéressé par tout ce que proposait le festival (…), quelqu’un qui savait très clairement ce qu’il voulait et qui savait l’imposer (C. Massé-Jamain, Poitiers Film Festival)

Que Nadav Lapid reçoive l´Ours d´Or à Berlin le 17 février dernier pour son troisième long métrage, « Synonymes » (rencontre à Berlin – Télérama), constitue à peine une surprise; une récompense internationale devait un jour couronner son travail singulier.

Qu´il prenne le temps d´échanger lundi 1er avril avec le public qui l´a découvert il y a presque 15 ans témoigne de son attachement avec Poitiers et des liens noués au fil des années avec le festival du film.

Bande annonce :

Premième sélection à Poitiers

Son premier court-métrage sélectionné à Poitiers, « Road », racontait l’histoire d’ouvriers palestiniens excédés par l’attitude de leur patron israélien. Ils le kidnappaient, faisaient son procès et, à travers lui, celui du sionisme. Le film donnait à voir le conflit israélo-palestinien sous un angle particulièrement transgressif. La toute fin, saisissante et apocalyptique, a laissé une profonde impression en moi.

Poitiers découvre alors un jeune cinéaste audacieux. Dans les couloirs du festival, quand on le croise, on tente quelques mots en anglais mais lui s’exprime déjà dans un français courant.

Nadav Lapid se souvient surtout de « la qualité des films sélectionnés ». « J’étais très étonné », m’a-t-il confié par téléphone depuis Israël à la mi-mars.

« C’était l’une des premières fois que son film était présenté en festival à l’étranger », se souvient Christine Massé-Jamain, chargée d’accueil des professionnels et de programmation au Poitiers Film Festival.

« De cette époque, je me souviens surtout d’un garçon très curieux d’esprit, intéressé par tout ce que proposait le festival », poursuit-elle. « J’ai rencontré à l’époque un jeune cinéaste très libre d’esprit, quelqu’un aussi qui savait très clairement ce qu’il voulait et qui savait l’imposer ».

Comme beaucoup d’étudiants cinéastes en compétiton à Poitiers, il garde de cette époque des liens d’amitié très forts.

« J’ai rencontré un étudiant allemand en cinéma qui est resté un très bon ami, quelqu’un avec qui je suis toujours en contact régulier. C’est un lien important pour moi qui a été créé à Poitiers. »

Le court-métrage « Road », via YouTube:

Deuxième sélection

Deux années plus tard, Nadav Lapid était à nouveau en sélection à Poitiers avec un second court-métrage d’école : « La petite amie d’Emile » (lien VOD). Le jeune cinéaste n’avait alors pas pu faire le déplacement.

« Dans ce film, on découvrait une jeune femme en quête d’elle-même, amoureuse d’un garçon qui brillait par son absence », se souvient Christine Massé-Jamain. « Et, à nouveau, dans ce court-métrage, le spectateur était confronté à un contexte politique, de manière très marquée, à travers l’émergence d’un dispositif policier massif anti-attentat lorsque la jeune femme oublie son sac par inadvertance. »

Nadav Lapid, sur le tournage de son troisième long métrage, « Synonymes » (SBS Distribution)

Premier long métrage primé

La sortie de son premier long métrage, « Le Policier », en 2012, confirme le talent du cinéaste. Il reçoit le Prix Spécial du Jury du festival du film de Locarno, le Prix du Public du festival des 3 Continents et, chez lui, en Israël, le prix du Meilleur Premier Film, Meilleur Scénario, Meilleure photographie au festival du film de Jérusalem

Son film se focalise sur la vie d’un jeune policier, symbole israélien ultra viril. L’homme, dont la femme s’apprête à accoucher, va être confronté à une attaque terroriste menée par un groupe de jeunes juifs israéliens. Une attaque de l’intérieur : le scénario, inimaginable, tend à mettre en lumière l’iniquité de la société israélienne.

Bande annonce du « Policier »:

Sensation à Cannes

En 2013, Nadav Lapid est de retour à Poitiers avec sa productrice, Anne-Dominique Toussaint (Les Films des Tourelles). Il est alors parrain du festival et participe au focus sur les pays méditerranéens.

Son second long métrage, « L’Institutrice », est en préparation. Avec Anne-Dominique Toussaint, il participe à la leçon de cinéma consacrée à la production cinématographique et évoque le travail en cours devant le public poitevin.

Bande annonce de « L’Institutrice » :

L’année suivante, « L’Institutrice » est sélectionnée à la Semaine de la critique à Cannes où il est à nouveau remarqué (critique du journal Le Monde) et fait sensation.

Ours d’Or à Berlin

Alors, quand on apprend que la Berlinale 2019 lui remet son Ours d’Or pour son nouveau film, forcément, on est heureux pour lui, mais surtout, on a hâte de découvrir ce « Synonymes » qui, chose faite quelques jours plus tard, se révèle tout aussi saisissant que ses deux précédents longs métrages et fait tout autant l´effet d’une déflagration.

Dans sa dernière oeuvre, Nadav Lapid interroge les questions d’identité de manière très frontale. Déjà encensé par la critique, « Synonymes » fait, ce mois-ci, la Une des Cahiers du Cinéma (Edito) (voir aussi entretien sur France Inter).

Au début du film, le personnage principal, Yoav, la vingtaine (interprété par Tom Mercier), fait la connaissance d’une jeune couple de Français (Quentin Dolmaire et Louise Chevillotte). Il vient d’arriver en France et a débarqué de nuit dans un appartement inconnu dont on lui a mis une clef de côté pour sa première nuit parisienne. Très vite, ses vêtements lui sont tous dérobés; il se retrouve nu, totalement mis à nu, tel un nouveau-né. Il court, nu, à la recherche du voleur, en vain, et se réfugie dans la baignoire où il se réchauffe sous un jet d’eau chaude. Insuffisant.

Nadav Lapid raconte que son personnage « est prêt à ça », à se retrouver à nu. « Il veut mourrir en tant qu’Israélien et renaître en tant que Français », explique-t-il.

Yoav rejette son identité israélienne et va jusqu’à refuser de prononcer le moindre mot d’hébreu.

C’est comme ça que ça s’est passé pour moi. D’une certaine manière, le film est la réécriture cinématographique des évènements que j’ai vécus (Nadav Lapid)

Une oeuvre très autobiographique

Cette position radicale a aussi, dans la vie, été celle du cinéaste. Nadav Lapid a lui-même, à un moment donné, rejeté son pays qu’il a fui pour vivre à Paris au début des années 2000.

La position du personnage « est radicale, oui, mais d’une manière aussi, c’est très simple: c’est juste comme ça que ça s’est passé pour moi, dans ma vie. D’une certaine manière, le film est la réécriture cinématographique des évènements que j’ai vécus. »

Recueilli par un jeune couple de Français qui l’enveloppe d’une couverture sur leur lit, Yoav va ainsi « renaître, comme un bébé dans ce lit » et se retrouver vêtu d’un magnifique manteau orange qui lui est offert par le couple et le démarque de tout et tout le monde. Pour le réalisateur, son personnage est « quelqu’un qui se détache et s’arrache de tout ». Et, en premier lieu, donc, de son identité.

Pour Nadav Lapid, Yoav se « rend compte qu’il y a des liens forts qui l’enchaînent et lorsqu’il veut les rompre, bien sûr, ce n’est pas évident, il ne suffit pas de prendre un avion pour Charles-de-Gaulle; il prend conscience par exemple que chaque mot d’hébreu contient un bout de cette identité dont il ne veut plus. Il va donc rejeter ça entièrement. »

Le film décrit aussi un personnage qui déambule à vive allure dans les rues de Paris.

Il regarde ses pieds, puis le ciel, embrasse la ville de sa singulière présence physique, massive et sensible. Il capte les sons, les odeurs et semble refuser de regarder droit devant lui. Yoav a le nez rivé sur le dictionnaire qu’il a acheté à son arrivée. Il apprend le Français en mémorisant à voix haute, les mots et leurs synonymes qui, dans Paris, résonnent comme une litanie à la fois tonitruante et poétique, évoquant autant la rafale de mitraillette que la rime. Rarement au cinéma la beauté d’une langue aura été ainsi révélée, éclatante, aux oreilles du spectateur, et de manière aussi troublante. La liste de synonymes fait l’effet d’un tourbillon de mots desquels émerge une profusion inattendue de sens, comme si le cinéaste donnait ainsi à entendre sa propre quête (de sens) et révélait cette plaie ouverte dans laquelle il trempe sa plume.

Ce n’est pas un film de gauche, ce n’est pas un film qui prône telle ou telle position ou politique. Mais Israël rend le personnage fou, oui. (…) Pour lui, être Israélien, c’est être soldat. (Nadav Lapid)

Alors que Yoav s’immerge dans la langue et la culture françaises, à l’écran, le spectateur suit un personnage en plein combat avec lui-même. S’agit-il pour le personnage de rompre avec son pays et sa politique ?

Pour Nadav Lapid, « ce n’est pas une question politique dans le sens étroit du terme, il n’est pas par exemple question d’une critique d’une politique israélienne, aux check-points ou dans les Territoires, ce n’est pas dans ce sens-là, ce n’est pas un film de gauche, ce n’est pas un film qui prône telle ou telle position ou politique. Mais Israël le rend fou, oui. Dans le film, on le voit. L’existence israélienne est représentée par des hommes musclés virils prêts à lutter pour leur pays et qui ne se posent pas trop de questions, qui sont toujours enthousiastes et prêts à l’action. On peut dire que c’est ce qui le rend fou, ce côté qui est lié à l’armée, cette chose agressive et violente. Pour lui, être Israélien, c’est être soldat. »

Tom Mercier, dans le rôle de Yoav, dans « Synonymes » réalisé par Nadav Lapid (SBS Distribution)

Yoav apparait tel ce combattant dont parle le réalisateur. Lorsqu’il s’engage, c’est à bras le corps. Rien n’est jamais fait dans la demi-mesure.

Il est confronté à une « déchirure entre être Israélien et être Français », raconte Nadav Lapid. « Il y a, à la base, cette dichotonomie israélien/français, violent et calme, radical et cultivé, militaire et bohémien. Cette déchirure existe à l’intérieur du corps de ce jeune homme. Il essaie de se débarasser de cette dichotomie, il essaie de faire triompher l’autre, le Français. Ses mots deviennent français mais son corps reste israélien, la trace du passé ineffacable est israélienne. »

Yoav mène un combat imminemment personnel, contre sa propre nature. Mais au moment où la France semble l’avoir intégré, son corps fait à nouveau l’expérience du rejet.

« Ce qu’il découvre, c’est qu’aucun pays n’est à la hauteur », poursuit Nadav Lapid, « à la hauteur de ce qu’on aurait aimé et peut-être découvre-t-il qu’il sera toujours une sorte de SDF du monde, que jamais il ne trouvera une identité qui lui conviendra entièrement et que, toujours, il se heurtera à des porters fermées. Son combat est de parvenir à changer son identité pour ne plus être prisonnier de lui-même. »

Dans son manteau orange, Yoav apparaît tel une figure héroïque, à part, capable de tout, mais qui a aussi ce pouvoir sur les autres, notamment ses amis français : celui de se raconter par le biais des histoires qu’il partage avec eux.

Encore une fois, ce troisième film de Nadav Lapid ne laisse pas indifférent. Sa force réside dans son inventivité narrative et dans une constante recherche formelle qui colle à l’évolution du personnage. « Synonymes » détonne par son propos et envoûte par sa capacité à réinventer ce qui fait cinéma aujourd’hui. Si son réalisateur est Israélien, le film lui est à 100% de production française. On se souviendra ainsi qu’en 2019, un réalisateur israélien a chamboulé le cinéma français.

Rencontre avec Nadav Lapid au TAP Castille à Poitiers, lundi 1er avril à 20h30 (Echange via Skype dans la salle à l’issue de la séance).

TAP Castille, 24 place du Maréchal Leclerc, 86000 Poitiers. Tél. +33(0)5 49 39 50 91 Contact : cinema@tap-poitiers.com 

Affiche du film « Synonymes »

15 Déc

Musique : « J’ai participé au financement en ligne du disque de Barbara Carlotti »

Barbara Carlotti photographiée par Elodie Daguin

La tournée de la chanteuse Barbara Carlotti passe par La Sirène à La Rochelle, samedi 15 décembre. En amont de ce concert très attendu, nous avons échangé avec celle, dont le dernier album, « Magnétique », salué par la critique, a été financé grâce au crowdfunding.

 

C’était le 6 mai 2017, en participant à hauteur de 35 euros au financement en ligne du disque « Magnétique » de Barbara Carlotti, je devenais officiellement Kissbanker du projet. En gros, j’achetais, en avance, l’album (en format vinyle et numérique) d’une chanteuse dont j’écoutais la musique depuis pas mal d’années maintenant. Avec quelques bonus en prime. L’album s’inspire des rêves mais sa conception, elle, s’est confrontée à la réalité des mutations de l’industrie du disque. Rencontre.

Qu’est ce qui vous a conduit à avoir recourt au financement participatif ?

Barbara Carlotti : J’étais publiée dans une maison de disques qui s’appelait Atmosphérique à l’époque. Cette maison de disques a fermé. Elle a fait un dépôt de bilan. Je me suis retrouvé en carafe parce que mon disque précédent « L’Amour, l’Argent », s’était plutôt bien vendu. On en avait vendu 20.000 exemplaires. Ils étaient en difficulté. J’avais des signes de ça, mais je pensais faire mon album. Et j’avais fait l’émission de radio Cosmic Fantasie sur France Inter pendant un an à la fin de ma précédente tournée qui avait un peu retardé le maquetage des nouvelles chansons. Ma maison de disques, au terme de cette année, n’avait plus les fonds pour produire des disques et ils ont arrêté. Je me suis donc retrouvée sans maison de disques. Parallèlement à ça, ma manageuse est partie travailler dans une autre maison de disques qui s’appelle Tôt ou Tard et elle ne pouvait plus s’occuper de moi à ce moment là. Je me suis retrouvée un peu toute seule; j’ai mis un peu de temps à réaliser, parce que ça faisait quand même 15 ans que je faisais des disques. J’étais très entourée, j’avais des équipes autour de moi pour s’occuper des choses. Quand je me retrouvée seule, ça m’a un peu terrorisé, je ne savais pas comment m’y prendre. Je n’avais pas eu l’habitude de m’occuper directement des choses.

Est-ce que ça veut dire qu’il vous a fallu prendre les choses en main ?

Je me suis retrouvée sans aucun partenaire, j’ai mis un peu de temps à me demander ce que je pouvais faire. Ma priorité était de faire ce disque que j’avais commencé à maquetter. J’avais écrit toutes les chansons. Elles n’étaient pas complètement terminées, elles étaient à l’état de maquette. Je continuais à travailler dessus avec Benoit de Villeneuve qui a co-réalisé le disque avec moi, mais je n’avais personne pour me dire quelle serait la stratégie. A un moment donné, je me suis dit il y a cette chose du financement participatif. Comme j’avais plutôt bien vendu mon disque précédent, je me suis dit que ça pouvait être la solution, en tout cas pour lancer les choses. J’étais allée voir des maisons de disques pendant dix mois mais je n’avais pas trouvé de partenaire. On se rend compte quand on démarche que les maisons de disques ont des logiques assez particulières. Elles ont un certain nombre d’artistes et les maisons de disques auxquelles je m’adressais avaient déjà des artistes un peu similaires à moi, comme par exemple Bertrand Belin ou des gens comme lui qui sont des amis. Ils n’avaient pas spécialement de places pour des artistes similaires. Il fallait trouver une maison de disques qui ait besoin d’un artiste comme moi, au stade où j’en étais, avec une notoriété suffisante mais qui en même temps ne faisait pas d’énormes ventes. Et là, je suis rentrée dans le détail de la production, de ce que ça veut dire. Pour moi, ça s’est révélé très intéressant parce que, jusqu’à présent, je ne m’étais jamais posée ce genre de questions assez concrètes. La façon dont la musique est gérée depuis quelques années, les artistes sont de plus en plus indépendants. Avec les moyens de production dont on dispose, on peut faire des disques tout seul et les maisons de disques signent de plus en plus d’artistes extrêmement indépendants. Moi, j’avais toujours été dans une logique où j’avais un éditeur, que j’ai perdu entre temps! Donc, ma seule solution a été de me dire qu’il fallait faire confiance à mon public, et me faire confiance aussi, ce qui n’est pas une évidence quand on a été très entourée. Alors, je suis retournée voir Benoit de Villeneuve et on a terminé mes maquettes. Le 1er janvier 2016, je me suis réveillée et je me suis dit : tu as explorée tous les contacts de maisons de disques possibles, ça ne fonctionne pas, là, ce disque, j’avais une grande nécessité de le faire, il fallait que j’avance sinon j’allais me sentir mal avec ça. Il me fallait un objectif de sortie.

Barbara Carlotti photographiée par Elodie Daguin

Qu’avez-vous fait alors ? Vous avez créé votre propre structure ?

Alors, j’ai un peu fait les choses dans le désordre, mais c’était pas mal. J’ai lancé le financement participatif sans savoir exactement où j’allais et j’ai rappelé mon ancienne éditrice qui, elle, avait été virée de mon ancienne maison de disques. On en rigole maintenant! On se rend compte que nous artistes, les gens avec qui on travaille dans cette industrie sont tout aussi précaires que nous. Je pouvais trouver des partenaires de travail qui sont dans le même cas que moi. Je savais que je pouvais l’appeler. Je lui ai dit : j’ai finalement décidé de faire le financement participatif. Il faut que j’enregistre dans les mois qui arrivent sinon je crois que je vais mourrir à petit feu avec ce projet et elle m’a dit ok, on y va. J’ai fait le financement participatif avec elle, parce qu’elle pouvait m’épauler et je n’étais pas toute seule. C’est un énorme boulot ! (…) Et je me suis dit, mes maquettes sont prêtes, je peux passer en studio. J’ai rappelé Bertrand Burgalat qui est un ami de longue date et un partenaire de longue date. Il m’a dit qu’il ne pouvait pas me produire sur Tricatel parce que ce n’était pas sa ligne éditoriale. Il fait plutôt des projets comme Catastrophe ou Chassol. Il m’a dit « un disque de pop chez moi, ça n’a pas de sens aujourd’hui », mais je veux bien t’aider. Je lui ai fait écouter mes maquettes, il a été très enthousiaste et il m’a dit tu devrais travailler avec l’As Dragon, ça pourrait être génial pour toi. Fort de tous ses conseils, j’ai lancé le financement avec le projet tel que je voulais le faire. Maintenant que j’étais totalement indépendante, je pouvais travailler avec les musiciens que je voulais, sans restriction. Je voulais travailler avec la section rythmique de l’As Dragon, avec Benoit de Villeneuve à la production, Olivier Marguerit sur telle chanson, avec Thomas de Pourquery sur telle autre. J’ai rêvé un album idéal. Et là, je suis allée voir KissKissBankBank. Ils m’ont dit qu’il fallait nourrir le projet de vidéos, de choses autour. Je ne voulais pas proposer uniquement l’album mais je voulais qu’il soit au centre d’une sorte de constellation de choses que je propose. Comme l’album était autour des rêves, j’ai proposé des « goodies » autour de ça. Une affiche avec Christophe Blain qui reprend des images à la Klimt qui peut aussi raconter ce qu’est le rêve. Les longs cheveux ondulants autour de moi, c’est un peu ça.

La pochette de l’album « Magnétique » de Barbara Charlotte

Et y’avait des coussins aussi, car l’idée était de rêver et de dormir, c’était assez drôle. Avec Gaëlle Donelian, qui est devenue ma manageuse, on a imaginé des auto-collants, plein de choses pour offrir plus que l’album, des dreams machines, pour montrer aux gens comment je crée un disque.

En vous écoutant, j’ai le sentiment que ça vous a finalement donné beaucoup plus de liberté dans le processus créatif.

Absolument. Le fait de prendre tout en charge, on se demande avec qui et comment on va le faire, ça nous aide à préciser, mais aussi à prendre des libertés sur la façon dont on veut faire les choses. Parce que, si on travaille avec une maison de disques qui est dans un cadre de production, et c’est bien normal, plus traditionnel, eux, nous arrête sur le budget que ça va coûter. Là, je me suis dit, je me lance et je trouverai les solutions financières pour le faire. C’est plus simple de trouver des solutions peu chères quand on est seuls, que quand on est dans un cadre de maison de disques.

Vous vous donniez pour objectif de récolter 19.000 euros et vous en avez récolté 26.000. C’est ça le budget final du disque ?

Le disque a coûté beaucoup plus cher mais je savais qu’à partir de 20.000 euros, je pouvais m’en sortir avec d’autres aides. J’ai monté une structure pour pouvoir payer les musiciens avec (La Maison des rêves) et gérer l’argent du crowdfunding. On a trouvé une co-production avec une structure qui m’a aidé à trouver des subventions pour compléter le budget du crowdfunding. Ils s’appellent Alice au pays des Merveilles, ce qui est just génial (rires). Tout était autour du rêve, c’était un signe! On a trouvé des subventions avec l’Adami par exemple… Le disque a vraiment coûté 50.000 euros. On a eu des vidéos pour nourrir les visuels autour du crowdfunding, des belles vidéos qui représentent l’univers de l’album. Je ne me voyais pas me mettre derrière la caméra de mon ordinateur et parler aux gens. Je voulais que tout le projet soit inspiré de l’univers onirique que j’essaie de développer sur l’album.

Elektra/Warner arrive quand dans cette histoire ?

Lorsque je faisais le tour des maisons de disques, j’avais rencontré Anne Cordier. Elle avait bien aimé les maquettes mais n’avait pas la latitude de sortir l’album et on devait se tenir au courant. Quand j’ai fini complètement l’album, je l’ai revue. Les titres n’étaient pas encore mixés et elle m’a dit « c’est super, j’adore, vous avez fait un super boulot ». Elle a proposé le disque au nouveau patron d’Elektra. Deux mois plus tard, elle me rappelle, il a trouvé ça super, on peut travailler ensemble. Je terminais les mix, ça tombait bien. On est parti sur une licence. C’était mon intérêt comme j’avais tout fait toute seule. (…) Je n’avais pas les reins de tout faire et eux, font la promotion du disque. Je ne pouvais pas partir en indépendance totale, je suis profondément artiste, pas du tout administrative ni gestionnaire, je n’ai pas l’âme d’une productrice. Je sais que des artistes arrivent à faire ça, et je suis très admirative, Keren Ann, par exemple.

Au final, votre disque existe tel que vous le souhaitiez ?

Oui, ça m’a appris à être plus sûre de mes choix. Tout ce que j’ai fait comme choix artistiques, je les ai travaillés de manière très précise en me demandant combien ça coûte, comment je peux faire pour trouver des solutions, ça m’a obligé à les assumer plus. Ca a donc été un très bon enseignant. Mais, c’est une charge de travail monumentale pour laquelle on n’est pas payés. Je suis très heureuse que le disque existe mais c’est compliqué de faire ça pendant un an sans être rémunérée. J’ai fait d’autres choses avec d’autres gens, mais on vit assez chichement!

Est-ce que ce sont les tournées qui font vivre les artistes aujourd’hui ou encore les ventes de disque ?

Quand on a produit son disque, on touche un peu plus d’argent sur les ventes d’album. En tant que producteur, on doit aussi investir. Donc, ce ne sont pas forcément les ventes de disques, en tout cas pour moi ce n’est pas encore le cas. Ce sont surtout les concerts et les droits d’auteur. Quand le disque sort, le fait qu’il passe à la radio, et nous, on a été très soutenus par France Inter, il est passé sur leur antenne, ça, ça génère des droits d’auteur. Et les concerts, à la suite de ça. (…) La tournée se poursuit l’année prochaine. Une vingtaine de dates à partir de janvier, et des dates vont être calées jusqu’à l’été. j’adore les concerts. L’intérêt est de défendre le disque sur scène. C’est comme ça que l’on vend des disques aussi aujourd’hui. Quand un concert est réussi, on en vend un petit paquet à la fin du concert. « Ca continue encore et encore, ce ne que le début… » (rires) Pour l’instant, on est à 6.000 exemplaires vendus de « Magnétique », ce qui est pas mal pour un disque de pop française aujourd’hui. Avant, il y a encore cinq ou six ans, les albums, quand on les sortait, on attendait six mois et on voyait ce qui se passait et maintenant, ça s’est renversé, plus le disque dure sur scène, plus on sait que l’on va en vendre. (…) Maintenant, il faut arriver à trouver des idées en terme de promotion. Par exemple, j’ai fait une reprise avec Juliette Armanet. Mon idée était de faire des reprises de chansons qui parlent de rêve, et avec elle, on a repris « J’ai encore rêvé d’elle » d’Il était une fois. Le duo avec Juliette est génial. Je vais faire une autre reprise avec Philippe Katerine, une autre avec Clara Luciani et continuer avec des artistes que j’aime. Et j’espère qu’au printemps ou l’été, si le disque est re-pressé, on ressortira une édition avec les bonus reprises. Ce sont les idées pour faire vivre l’album.

Barbara Carlotti photographiée par Elodie Daguin

17 Jan

Chanson : Violette dévoile ses compositions sur la scène pictave

Le 4 novembre 2017, Violette se produisait sur la scène de L'Envers du bocal à Poitiers.

Le 4 novembre 2017, Violette se produisait sur la scène de L’Envers du bocal à Poitiers.

Depuis notre table à L’Envers du bocal, le brouhaha de la salle pose un voile intempestif sur la voix de Violette. Avec Dominique et Javier, nous sommes installés à l’extrémité opposée, à l’une des tables en bois recyclé; d’anciens volets découpés qui portent encore leur ferrage. Devant nous, des groupes se sont formés et discutent debout un verre à la main. D’autres dînent d’une soupe et d’une salade création maison. Le long de la baie vitrée, on observe les passants entrer. Un filet d’air frais s’immisce. Le vibrato de Violette survole les discussions d’un samedi soir entre amis dans ce haut lieu culturel et alternatif du centre-ville de Poitiers.

Capter l’attention du public

Nous sommes venus sur les conseils de Dominique. Son amie Clémence, alias Violette, chante. Elle voulait qu’on la connaisse. Violette interprète de nouvelles chansons. Dans la caisse de sa guitare, elle présente son dernier EP, « Breath » (septembre 2017), le premier qu’elle publie sur support CD (disponible au Monde du Disque et à l’Espace culturel Leclerc Poitiers et en téléchargement sur Bandcamp). Le précédent, « Brainstorm » (novembre 2015), avait paru en ligne sur le site Soundcloud et comptabilise à ce jour plus d’un millier d’écoutes pour le titre phare, « My travel with you » et plusieurs centaines pour les suivants.

Le public du bar culturel L'Envers du décor applaudit Violette à l'issue de son set, le 4 novembre 2017

Le public du bar culturel L’Envers du décor applaudit Violette à l’issue de son set, le 4 novembre 2017

 

Chanter dans un bar, ça apprend à se dépasser, à attirer l’attention, à capter les gens (Violette)

Elle aime Bob Dylan et Cat Power

Sur sa petite scène, Violette a ajouté une petite guirlande de lumières blanches qui tombe de son ampli. Quand elle se présente, elle semble s’exprimer du bout des lèvres, presque timide. Pourtant, dès qu’elle chante, sa voix douce perce aisément au dessus des discussions et impose une présence au creux de l’oreille. Violette sait que « les gens ne sont pas forcément venus l’écouter ». « Ca apprend à se dépasser, à attirer l’attention, à capter les gens », confie-t-elle.

Violette s’est trouvée une proximité avec les univers musicaux des grands folkeux américains. Elle a choisi de s’exprimer dans leur langue, mais elle ne s’inscrit pas pour autant dans la tradition folk anglo-américaine. Certaines inflections de sa voix rappellent le lyrisme de celle de l’Américaine Judy Collins. Elle aime Bob Dylan, dit avoir beaucoup écouté Sheryl Crow et Cat Power et chante ses propres textes.

 Après le premier set à Northampton, je me suis dit, les gens savent tout. Ils ont tout compris (Violette)

En anglais

On s’interroge sur le choix de la langue anglaise. Une manière de « se protéger », avoue-t-elle. De ne pas complètement « se dévoiler ».

Sur son dernier EP, « The Rose » évoque par exemple la maternité. « The little song », qui ferme le disque, retrace une amitié  – amoureuse, semble-t-il -, dont, des années plus tard, il est temps de tourner la page. Les paroles sont simples, imagées et touchent juste.

Lorsqu’on la retrouve chez elle quelques semaines plus tard, elle en sourit et admet que lorsqu’elle s’est produite sur des scènes étrangères, en Grande-Bretagne par exemple, elle « a pris conscience que les gens pouvaient comprendre (ses) textes ». « Je me suis retrouvée complètement ‘nue' », avoue-t-elle, encore surprise. « Après le premier set, je me suis dit, les gens savent tout. Ils ont tout compris. »

Violette, rencontrée chez elle à Poitiers, le 10 janvier 2018

Violette, rencontrée chez elle à Poitiers, le 10 janvier 2018

Confortablement installée sur le canapé du salon de son appartement qui surplombe l’entrée du parc de Blossac, elle poursuit. « Ce n’est pas naturel pour moi de chanter en français. Le Français me fait peur, vraiment. (…) Beaucoup de gens écrivent de très beaux textes en français, je trouve dur de passer derrière eux. Je ne me sens pas encore à la hauteur. » Puis elle ajoute : « Peut-être que ça changera. » Elle note que Radio Elvis chante en français, alors, « pourquoi ne pas essayer… » Mais elle se reprend : « Quand la mélodie arrive, ce ne sont pas des mots français qui me viennent. »

Les Anglais étaient émus. Certains m’ont dit qu’ils étaient touchés par mes chansons (Violette)

L’expérience européenne

Violette a beaucoup tourné sur les scènes pictaves; et au-delà. Un tremplin Face B lui a permis, à Poitiers, de participer aux Expressifs en 2016. Présents cette année-là, des organisateurs du MaNo Musikfestival de Marbourg (ville jumelée à Poitiers) l’invitent à leur tour à se produire chez eux, en mars 2017. Là, à nouveau, d’autres organisateurs, cette fois du Twinfest de Northampton (autre ville jumelée à Poitiers – le festival est celui des trois villes, Poitiers, Marbourg et Northampton), lui offrent sa première scène anglaise.

L’expérience européenne demeure l’une des plus importantes de sa jeune carrière. « J’ai testé mes chansons auprès d’un public d’une autre culture musicale. On reçoit d’autres critiques », confie-t-elle. Le regard sur son travail change. Les retours qu’elle recevaient jusqu’à présent étaient ceux de ses proches. Au départ, « le premier miroir réellement, ce sont les amis et la famille. Certains ne soupçonnaient pas que je chantais… » Là, c’était un public étranger qui la découvrait comme n’importe quelle autre artiste. « Les gens étaient émus. Certains m’ont dit qu’ils étaient touchés par mes chansons. C’était vraiment le plus beau compliment que l’on puisse me faire. »

 Je compose le soir, le moment où c’est plus calme, quand la journée est passée et que l’on se retrouve avec soi-même (Violette)

Dans son salon, ses deux guitares et un ukulélé trônent, face au canapé. Un lapin noir, prénommé Bobby, pointe ponctuellement le bout de son nez, renifle furtivement l’invité et retourne se cacher entre un coussin et sa maîtresse. « En ce moment, la musique occupe un gros tiers de mon temps, » explique-t-elle. « Je compose par périodes. C’est le sentiment du moment qui agit. » Pour elle, c’est le plus souvent le soir, à la maison, « au moment où c’est plus calme, où la journée est passée, où l’on se retrouve avec soi-même. » Dans la journée, elle se repose sur cet outil moderne, le téléphone portable. « Il me sert à enregistrer mes idées quand elles me viennent. »

Lorsque l’on s’est rencontrés en janvier, Violette parlait de six morceaux en chantier. Certains deviendront des chansons, d’autres peut-être pas. Ils viendront s’ajouter aux sets de ses prochains concerts dont elle espère dévoiler la liste prochainement.

ALLER PLUS LOIN

Pour écouter Violette:

« Brainstorm » (novembre 2015)

« Breath » (septembre 2017)