23 Juil

IoT : près de Toulouse, la start-up MerciYanis lève 1 million d’euros

Bonne nouvelle pour l’IoT Valley de Labège ! L’une de ses startups, MerciYanis vient de boucler une levée de fonds d’un million d’euros. Une somme qui va permette à MerciYanis de développer son capteur de nettoyage contre le Covid-19.

L’équipe de MerciYanis ( © MerciYanis)

Aux portes de Toulouse, la start-up MerciYanis surfe sur le succès.

Après seulement 2 ans d’existence, la jeune pousse annonce ce jeudi 22 juillet 2021, sa première levée de fonds. Le tour de table s’élève à un million d’euros grâce à la BPI (via le programme French Tech Seed), au  fond d’investissement OC Seed, à Damien Guermonprez (président de la fintech Lemonway) et à Jonathan Lasserre (Senior Workplace Experience Manager chez Alan).

MerciYanis est un spécialiste des objets connectés dédiés aux services généraux d’une entreprise (nettoyage, sécurité, détection des pannes, gestion du bâtiment,…).

« Nous aidons les directions de l’environnement de travail (DET) à mieux gérer leurs locaux pour répondre aux besoins de leurs collaborateurs. Grâce à une plateforme intuitive reliée à des capteurs et des boutons connectés, nous aidons à réduire le nombre d’incidents pour délivrer une expérience collaborateur optimale » explique Guillaume Blanc, le co-fondateur de MerciYanis.

Une solution qui a rapidement séduit les entreprises. MerciYanis compte environ 70 clients dont EDF, FNAC-DARTY et Villages-Nature.

Mais, l’épidémie du Covid-19 a fait remonter de nouveaux besoins. 

« Les entreprises doivent effectuer un nettoyage plus poussé, plus fréquent pour rassurer les collaborateurs et répondre aux nouveaux enjeux sanitaires. En parallèle, les DET font aussi face aux conséquences de la pandémie sur l’organisation de la vie en entreprise, comme le télétravail et le flex office » poursuit-t-il.

C’est dans ce contexte que MerciYanis a mis au point un module de propreté 2.0.

Grâce à des capteurs IoT, le système permet de nettoyer les postes de travail réellement occupés dans la journée et ainsi « optimiser les coûts des contrats de propreté« .

La levée de fonds va permettre à la jeune pousse Toulousaine de commercialiser son innovation. Mais elle voit déjà plus loin.

« En effet, au-delà de la propreté à l’usage réel, la donnée récupérée par les objets connectés pourra être utilisée pour d’autres sujets. Par exemple, les entreprises pourront diminuer leur empreinte écologique en arrêtant de chauffer des espaces non utilisés » conclut Guillaume Blanc.

Créée en 2019 par trois ingénieurs en informatique originaires d’Aveyron, MerciYanis compte 15 collaborateurs.

Julien Leroy

21 Juil

Près de Toulouse, cette start-up lutte contre le vol de ruches

© DOMINIQUE BREUGNOT / MAXPPP

Chaque année en France, la Gendarmerie Nationale recense plus 7200 vols dans les exploitations agricoles. Un phénomène qui concerne le matériel, le bétail, le carburant et plus récemment, les ruches.

Au cours du 1er semestre 2021, le syndicat national des apiculteurs enregistre 617 vols de ruches. 

Pour tenter de lutter contre cette délinquance rurale, la start-up Capturs, spécialisée dans les balises connectées, propose du tracking GPS.

« On était de plus en plus sollicité par les apiculteurs mais notre balise GPS était trop grosse pour rentrer dans une ruche. On a alors conçu un modèle plus petit au début de l’année 2021 » raconte Arnaud Loulier, directeur général chez Capturs.

« Dès que la ruche est déplacée, l’apiculteur reçoit une alerte sur son téléphone. Il peut ainsi la suivre à la trace partout en Europe grâce au réseau Sigfox » poursuit Arnaud Loulier – Capturs.

Le système fonctionne également pour « les tracteurs, les cuves de fioul mais aussi pour les pelleteuses et les échafaudages sur un chantier » complète Arnaud Loulier.

Aujourd’hui, Capturs revendique des centaines d’utilisateurs agricoles qui veulent protéger leur matériel.

Née en 2016 à l’IoT Valley de Labège, aux portes de Toulouse, Capturs a commencé à se spécialiser dans les balises connectées dédiée aux sportifs outdoor. Mais depuis un an, la jeune pousse développe le tracking industriel. Aujourd’hui, Captur compte 10 collaborateurs et plus de 20 000 utilisateurs à travers le monde.

Plus d’info sur www.capturs.com/fr

Julien Leroy

01 Juil

Depuis Labège, Sigfox étend son réseau IoT dans 12 nouveaux pays

© 2014 Dan Taylor

Basé aux portes de Toulouse, le leader mondial des réseaux IoT annonce ce mardi 29 juin 2021 qu’il va étendre sa couverture en Asie, au Moyen-Orient et en Afrique. Au total, 12 nouveaux pays seront connectés au réseau 0G du Toulousain.

Pour y parvenir, Sigfox signe un partenariat avec iWire Group. Née en avril 2018 à Dubaï, cette start-up construit des réseaux de communication à l’échelle nationale pour alimenter des solutions d’IoT (internet des objets). 

Parmi la douzaine de pays, on retrouve l’Inde, le Sri Lanka, le Bahreïn, le Koweït, l’Arabie saoudite, la Jordanie, la Turquie et la Tunisie selon Sigfox. Le déploiement s’étale jusqu’en 2022.

« Nous sommes ravis d’avoir une grande entreprise comme iWire (..). Notre réseau international unique permet déjà aux clients de bénéficier du meilleur de la 0G de manière transparente dans plus de 72 pays » précise Jeremy Prince, le PDG de Sigfox.

Depuis 2010, Sigfox tisse sa toile mondiale d’objets connectés. Grâce à son réseau « 0G » à bas coût et à basse consommation, l’entreprise de Labège couvre aujourd’hui 72 pays avec 17 millions d’objets IoT. Dirigée à Labège par Jeremy Prince, la société possède également des bureaux à Madrid, Munich, Boston, Dallas, Dubaï, Singapour, Sao Paulo et Tokyo.

Julien Leroy

07 Juin

Calculer facilement vos parties de Mölkky (avec cette application Toulousaine)

© FRANCOIS DESTOC / MaxPPP

Profitez de sa partie de Mölkky sans se soucier du comptage des points.

C’est l’idée de l’application « Wood Score » disponible depuis ce lundi 7 juin 2021.

« Wood Score accompagne vos parties en vous délestant du comptage des points parfois fastidieux (notamment lorsqu’il y a plus de 2 équipes) » explique Rodolphe Asséré, le concepteur Toulousain. « et en ajoutant également une règle connue des adeptes : le Zap ! Lorsque vous faites le même score que vos adversaires, ils sont zappés et retombent au palier inférieur : 0 ou 25 points« .

L’application est disponible gratuitement sur l’AppStore pour 2 équipes. Mais un abonnement de 1,09 euros par an est nécessaire pour débloquer l’ensemble des fonctionnalités (règle du Zap et jusqu’à 4 équipes par partie).

En attendant une version sous Android, d’autres fonctionnalités (personnalisation des joueurs et statistiques) sont promises d’ici cet été.

Depuis 2000, ce jeu de quilles finlandaises rencontre un franc succès dans l’Hexagone. Il est couramment joué en famille ou entre amis. D’ailleurs, une fédération Française du Mölkky a vu le jour en 2013 dans le Tarn-et-Garonne. 

Rodolphe Asséré, ingénieur toulousain, est à l’origine de ce programme. Depuis plusieurs années, il est au cœur de nombreuses innovations de la ville rose. En octobre 2016, lui et son équipe étaient parvenus à utiliser un minitel pour Twitter.

>> Plus d’info sur la page Apple Store de Wood Score.

Julien Leroy

03 Juin

L’IoT Valley se met au popcorn du Gers

© MaxPPP

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, les entreprises accélèrent (ou enclenchent) leur transformation numérique.

Dernier exemple avec Nataïs, le leader européen du pop-corn. Basée dans le Gers, cette société compte 140 salariés et affiche un chiffre d’affaire de 56 millions d’euros.

Malgré sa croissance, l’entreprise gersoise cherche à moderniser son système d’Information.

Pour y parvenir, Natäis annonce ce lundi 31 mai 2021, un partenariat avec l’IoT Valley située à Labège aux portes de Toulouse.

Depuis 2015, ce campus de start-up et d’innovations spécialisées dans l’internet des objets, propose des programmes d’accompagnement pour aider les PME à prendre le tournant digital. 

« Dans le cadre de la montée de version de notre ERP, nous souhaitions mobiliser un partenaire agile, en mesure de nous accompagner de façon pragmatique sur ce projet structurant (..). L’objectif pour nous est de gagner en maîtrise et en efficacité dans l’ensemble de nos processus métiers » précise Célia Ehmann, responsable système d’information chez Nataïs.

En 6 ans, l’IoT Valley a aidé une trentaine d’entreprises à passer le cap du numérique.

22 Mai

Toulouse : Palsion, le « WhatsApp » des passionnés

A l’instar de Facebook, Twitter ou Instagram, des réseaux sociaux naissent aux quatre coins du monde. L’un des derniers est Toulousain. Palsion veut regrouper les passionnés d’une même ville autour de leurs loisirs ou activités préférées. Lancement ce samedi 22 mai.

© Palsion

« Palsion est une application mobile gratuite qui met en contact des passionnés d’une même ville » résume Jean Vallon, le fondateur de Palsion. 

Le principe de ce réseau social est très simple. « Chaque passion a une messagerie instantanée dédiée et un calendrier pour organiser ou participer à des événements » poursuit le jeune entrepreneur.

Une fois sa ville et sa passion choisies, l’utilisateur peut échanger, rencontrer ou poser des questions. La solution idéale pour trouver des partenaires de jeux, surtout lorsque vous êtes un arrivant.

« L’idée est venue de mes passions et de la difficulté à trouver une communauté de passionnés » explique le Toulousain.

« Dans Palsion, tout est concentré sur une seule application et non sur des dizaines de groupes Facebook » explique Jean Vallon. 

Pour le moment, le réseau social récence 10 passions (tennis, danse, musique,..). L’objectif est d’atteindre la barre des 300.

Après plusieurs mois de test, Palsion se lance officiellement ce samedi 22 mai 2021 à Toulouse. Plus de 500 personnes se sont pré-inscrites. 

La startup compte actuellement 3 collaborateurs. Entièrement gratuite pour les utilisateurs, l’application se finance avec un espace shopping ciblé.

Palsion est disponible sur Android et IPhone. Plus d’info sur www.palsion.com

Julien Leroy

19 Mai

Sift : le « Google » des aides publiques (né à Toulouse)

En France, il existe plus de 9300 financements publics. Pour s’y retrouver, un cabinet de conseil toulousain a créé « Sift ». Ce moteur de recherche scanne toutes les aides dont celles liées au Covid-19. Unique en France.

© Richard Villalon / MAXPPP

Durant la pandémie de Covid-19 entre 2020 et 2021, la France a été la championne d’Europe des aides publiques versées aux entreprises. Mais cette politique sociale ne date pas d’aujourd’hui. Depuis des décennies, l’Etat aide les entrepreneurs, les PME mais aussi les associations, les scientifiques, les acteurs culturels ou le secteur social.

Aujourd’hui, il existe plus de 9300 aides publiques. Pas toujours facile de s’y retrouver ou d’identifier la bonne subvention.

C’est pourquoi le Toulousain Davy Atlan a eu l’idée de développer un moteur de recherche des financements publics.

© Sift

Baptise « Sift », cette immense base de données « recueille toutes les aides publiques qui existent » explique son concepteur.

« Que ce soit dans le domaine fiscal, international, dans le secteur de l’immobilier ou toutes les aides du Plan France Relance… on a une solution pour tout le monde » poursuit-il. Un outil unique en France.

« Pendant 1 an, 5 collaborateurs ont listé les aides publiques dans les départements, les Régions et l’Etat. Aujourd’hui, on a des robots qui détectent les mises à jour » précise Davy Atlan. 

Après une version béta fin 2019, Sift a été lancé en mars 2020 au moment du premier confinement. Une situation qui a évidemment freiné la commercialisation de l’innovation Toulousaine.

A ce jour, environ 50 clients ont souscrit à un abonnement (à partir de 720 €/an). Parmi eux : Véolia, Engie, le CHU de Toulouse, TBS ou encore l’IRT Saint-Exupéry.

Sift est né au sein de Mapping Conseils (ex-Mapping Consulting). Créé par Davy Atlan et Alain Costes en 2009, ce cabinet accompagne les organisations de leur développement numérique. Installée à deux pas du Capitole, la société compte 7 collaborateurs.

Plus d’info sur www.sift-solutions.com

Julien Leroy

14 Mai

Toulouse : les vidéos de ce professeur d’histoire cartonnent sur TikTok

Depuis un an, Yann Tout court partage sa passion pour l’histoire et pour l’enseignement sur le réseau social TikTok. Plus de 283 000 jeunes le suivent.

A 35 ans, Yann est professeur d’histoire dans un lycée de l’agglomération toulousaine. Passionné par les réseaux sociaux, il a eu l’idée d’utiliser TikTok comme un outil pédagogique.

Il s’est alors lancé dans l’aventure au printemps 2020 lors du premier confinement.

Face caméra, Yann Tout Court relève le défi de nous expliquer, en moins d’une minute, les grandes dates et les anecdotes de l’histoire telles que le massacre de Saint Barthélémy en 1572, l’Ascension ou l’erreur de Napoléon.

Le contenu est à la fois ludique et humoristique. Le travail de vulgarisation est épatant.

@yanntoutcourt

Répondre à @gyflex13 La suite est déjà sur mon profil ! 👨🏻‍🏫 Abonnez-vous si vous aimez apprendre sans vous prendre au sérieux 🤓 ##Prof

♬ Fortitude – Gojira

Le professeur s’amuse également à réaliser des vidéos sur son métier avec « beaucoup d’autodérision » précise-t-il.

Un équilibre qui a trouvé son public. Aujourd’hui, Yann est suivi par plus de 283 000 jeunes et totalise 5 millions de vues.

Rapidement, TikTok l’a sollicité. « A l’époque Il y avait peu de vidéos pédagogiques sur TikTok et le réseau social cherchait à valoriser ce type de contenu » raconte Yann Tout Court. Depuis, il participe à des Lives sur l’histoire qui ont déjà attiré 80 000 utilisateurs.

L’enseignant n’est pas à son premier essai. Depuis des années, il tient le site web « yann-bouvier » regroupant des supports de cours en histoire et géographique. Entre 2014 et 2018, il innove avec ses élèves en faisant revivre sur Twitter, l’histoire d’un poilu.

L’histoire a toujours passionné les internautes. Le succès de Yann Tout Court rappel celui de la Toulousaine Manon Bril. Dès 2015, cette doctorante youtubeuse nous plongeait dans le passé avec des vidéos décalées. Idem avec la chaine YouTube « Toutankatube » dédiée à l’Egypte ancienne et animée par une chercheuse de la ville rose. 

Julien Leroy

10 Mai

Start-up : verra-t-on un jour une (nouvelle) licorne à Toulouse ?

Après Paris, Toulouse est la capitale nationale des start-up (en termes de création). La ville rose compte de nombreuses pépites notamment dans les domaines de l’IoT, de la BioTech ou de l’Agritech. Mais aucune licorne en 2021. En verra-t-on une dans les prochaines années ? Réponse avec deux experts Toulousains.

© Pete Linforth / Pixabay

Le 22 avril 2021, la French Tech de Toulouse, Montpellier, Saint-Etienne Lille et Lyon lancent le programme « Scale up Excellence ».

L’objectif est de repérer les start-up en hypercroissance et les accompagner. Au total, 62 lauréats sont retenus dont 15 à Toulouse (Rubix, Liberty Rider, Scoop.it,..). Toutes ces jeunes pousses sont amener à devenir les fleurons de l’innovation française, voir des Licornes !

Né en 2013 aux Etats-Unis, le terme « Licorne » désigne des entreprises ultra-innovantes valorisées à plus d’1 milliard de dollars.

Dans le monde, il en existe 600 dont 13 en France. Parmi elles : BlaBlaCar, Doctolib ou encore Alan spécialisé dans l’assurance santé.

Toutes les Licornes Françaises sont basées à Paris. Pourtant, Toulouse est la deuxième capitale nationale des start-up (en nombre de création). Un constat qui peut surprendre.

La ville rose a déjà compté une Licorne. C’était Sigfox en 2019. Mais depuis, le géant mondial des objets connectés rencontre quelques difficultés.

C’est pourquoi, nous avons interrogé deux experts de l’écosystème numérique Toulousain : Alexis Janicot (directeur délégué de la French Tech de Toulouse) et Arnaud Thersiquel (CEO d’At Home à la Cité de Toulouse). 

Verra-t-on une nouvelle licorne à Toulouse ?

Alexis Janicot : « J’espère car avoir une Licorne, c’est gagner en visibilité, en attractivité. C’est également une source d’inspiration ».

Arnaud Thersiquel : « L’écosystème et la presse ont besoin de marqueurs forts pour identifier et soutenir ses pépites en croissance (..) Toutefois, le plus important n’est pas forcément de décorer des champions mais que ces champions de la croissance, des créations d’emplois, qui sont déjà parmi nous, visibles ou dans l’ombre, en devenir ou déjà licornes, puissent poursuivre leur chemin, c’est notre conviction chez At Home ».

Quelles solutions pour y parvenir ?

Arnaud Thersiquel : « la croissance ne se décrète pas, elle se construit au quotidien. C’est donc d’un écosystème fertile et collaboratif que naissent ces champions ».

Alexis Janicot : « On créé effectivement de plus de plus de startup à Toulouse mais pour être une Licorne, il faut de l’investissement, se tourner immédiatement vers l’internationale et s’appuyer sur un écosystème existant. Aujourd’hui, la question est de savoir comment aider des entreprises à devenir une Licorne ». 

Y-a-t-il des prétendants ?

Alexis Janicot : « Les entreprises de la French Tech 120 (NDLR : Cette sélection regroupe les 120 jeunes pousses françaises les plus prometteuses) peuvent y prétendre. On y retrouve ainsi le fournisseur d’énergies vertes Ilek, les nanosatellites IoT de Kinéis et Sigfox »

Arnaud Thersiquel : « Je ne souhaite pas jouer le jeu du label comme finalité. Des champions sont déjà présents dans notre écosystème, parfois invisibles car ne rentrant pas dans les critères, et d’autres sont en cours de naissance (..) Le programme de Scale Up Excellence est utile et ne doit pas être une finalité en soit. Notre monde a besoin de création d’emploi durable et d’innovation collaborative« .

Julien Leroy

06 Mai

Green IT à Toulouse : comment rendre le numérique plus écolo et plus responsable ?

A lui seul, internet dégage près de 4% de gaz à effet de serre, soit le double de l’avion. Les mesures pour réduire l’impact environnemental du numérique se multiplient aux quatre coins du monde mais aussi en Occitanie. Focus sur deux initiatives Toulousaines.

© Jean-Luc Flémal / MaxPPP

« Si le numérique était un pays, il aurait environ 2 à 3 fois l’empreinte de la France » note une étude de GreenIT.fr.

Entre la fabrication des équipements, les réseaux sociaux et la digitalisation de l’économie, les technologies de l’information (IT) dégagent 4% des gaz à effet de serre selon l’agence de la transition écologique (Ademe), soit deux fois plus que l’aviation.

Le numérique consomme également 4,2% des énergies primaires et 5,5 % de la consommation d’électricité mondiale selon GreenIT.fr

Depuis 2006, la prise de conscience d’une informatique plus verte (ou Green IT) prend de l’ampleur dans le monde et en Occitanie.

Lancement du premier collectif d’Occitanie pour un numérique responsable

Né à Toulouse en octobre 2020, « Good IT est un collectif de professionnels issus du monde de l’entreprise et impliqués dans l’écosystème numérique responsable » résume en quelques mots Hélène Brustel, l’une des membres.

« Notre objectif est de fédérer et de sensibiliser aux aspects environnementaux mais aussi sociétaux et sociaux » précise Jade Vincent, co-fondatrice du collectif.

Pour cette experte en accessibilité numérique, le digital doit être à la fois durable et inclusif.

Depuis 6 mois, la quinzaine de membres actifs organise des webinars et des ateliers dans les écoles, les tiers lieux et les entreprises.

L’idée est de former les usagers et les décideurs informatique à mettre en place des actions de réduction de l’empreinte environnementale. Et ca marche ! Les exemples se multiplient en Occitanie assure le collectif.

A terme, Good IT envisage de publier le premier annuaire des entreprises du numérique responsable en Occitanie.

A Toulouse, un audit pour mesurer l’impact environnemental

Autre solution, celle portée par le groupe Français Magellan Partners.

Ce cabinet de conseil (spécialisé dans la transformation digitale) aide les entreprises à décarboner leurs activités numériques. 

« Notre objectif est de faire prendre conscience de leur impact environnemental numérique » explique Jérôme Torner de Magellan Partners. Un travail qui se fait en deux étapes. « Nous proposons d’abord un audit qui va mesurer les outils numériques du client » poursuit-il.

« Une fois cet inventaire fait par le client, nous lui proposons d’abord des solutions comme des gestes éco-responsables : éviter d’avoir deux smartphones (professionnel et personnel), privilégier les PC portables,.. Puis, ensuite, nous le conseillons dans des équipements moins gourmands en énergie » détaille Jérôme Torner.

C’est le rôle d’Exakis Nelite, filiale Toulousaine de Magellan Partners. Elle accompagne les entreprises dans les projets de migration vers le Cloud. « C’est l’économie du partage, moins de serveurs informatiques« . Exakis Nelite a récemment travaillé avec Manatour mais aussi Safran, Airbus et Pierre Fabre.

La prise de conscience d’un numérique plus responsable est en marche mais elle devra s’accélérer dans les prochaines années. Il y a urgence. Les études présagent que l’empreinte carbone de l’IT grimpera à 8% d’ici… 2025. 

Julien Leroy