11 Oct

A Montpellier, la start-up Vaonis invente un (nouveau) télescope aussi simple qu’un iPhone

Deux ans après le lancement de Stellina, la startup Vaonis dévoile sa nouvelle création : Vespera. Ce télescope unique au monde se pilote toujours avec un smartphone. Une levée de fonds d’un million d’euros est en cours. 

© Vaonis

A Montpellier, la jeune pousse Vaonis veut continuer à révolutionner le marché de l’astronomie grand public.

En 2018, elle imagine un télescope connecté aussi simple qu’un iPhone !

Baptisé « Stellina », ce cube épuré est doté d’un seul bouton. Il suffit de cliquer dessus et le télescope se déplie automatiquement. Il se pilote directement avec une tablette ou un smartphone. Au bout de quelques minutes, l’appareil est prêt à photographier l’astre. Les photos sont à partager aussitôt sur les réseaux sociaux.

Deux ans après, Vaonis annonce ce premier octobre, le lancement d’une version mini de Stellina. Portant le nom de « Vespera » (soirée en latin), le nouveau produit est une version plus légère que son grand frère et surtout plus accessible (850 euros).

« Notre première révolution, Stellina, a rencontré un succès mondial dès son lancement. Cette année, nous mettons toute la technologie embarquée dans Stellina à la portée de tous avec notre nouveau produit, Vespera » explique Cyril Dupuy, fondateur de Vaonis.

Plus petit mais aussi puissant, ce télescope « est utilisable par n’importe quel néophyte grâce à sa simplicité d’utilisation et son application mobile » poursuit-t-il.

« Les utilisateurs pourront ainsi observer sur leurs écrans et en quelques minutes seulement les galaxies et nébuleuses cachées du ciel nocturne, puis partager les photos de leurs observations sur les réseaux sociaux. En plus d’être le plus petit smart télescope au monde, Vespera est le seul instrument à offrir une expérience partagée et interactive autour des étoiles« .

800.000 euros levés en 10 jours sur une plateforme de crowdfunding 

Ce bijou technologique est déjà en précommande sur le site de l’entreprise héraultaise. Par contre, pour la livraison, il faudra patienter jusqu’à noël 2021.

En attendant, Vaonis a lancé une campagne de financement participatif afin de de financer sa nouvelle chaîne de production. En seulement une dizaine de jours, la startup a déjà levé près de 826.000 euros. Une prouesse pour un projet Tech. L’équipe espère atteindre la barre du million d’ici le 31 octobre.

Vaonis est née dans la tête de Cyril Dupuy. Aujourd’hui, cet ingénieur passionné par les étoiles, est à la tête d’une équipe de 15 collaborateurs. Avec sa nouvelle innovation, il espère continuer à conquérir le marché européen et l’Amérique du Nord.

Julien Leroy

05 Oct

Education : Création d’une communauté EdTech en Occitanie

Info France 3 Occitanie. Pour la première fois, l’écosystème EdTech de la région Occitanie se fédère. Après une première réunion durant l’été, la communauté est officiellement lancée. 14 startups spécialisées dans l’innovation éducative, ont déjà adhéré. 

© EdTech France

L’objectif est de structurer la filière, de gagner en visibilité et d’organiser des événements. 

D’autant plus que l’Occitanie compte certains poids lourds du secteur. A l’image du Toulousain SchoolMouv. Née en 2013, l’entreprise est le leader national des cours particuliers en ligne en séduisant plus d’un millions d’élèves, de la 6e à la Terminale.

Autre exemple : Studi près de Montpellier qui propose 130 formations en ligne diplômantes reconnues par l’État. 

D’autres jeunes pousses du secteur comme WiDid (formation via la VR), Wyfe (logiciels de vidéo training), France Voix Off (enregistrement de Voix off pour la formation digitale) ou encore le groupe Bizness (formation professionnelle en ligne) à Toulouse, font parties de cette nouvelle communauté.

Ce regroupement d’entreprises sera rattaché à EdTech FranceNée en 2018, cette association nationale rassemble aujourd’hui 280 entreprises à travers le territoire.  

Apparu en 2010, le terme Edtech désigne l’ensemble des nouvelles technologies permettant de faciliter l’enseignement et l’apprentissage.

En France, le secteur pèse 650 millions d’euros de chiffres d’affaires et totalise 7000 emplois selon une enquête de juillet 2020 par Edtech France.

Julien Leroy

28 Sep

Top départ pour la Mêlée numérique de Toulouse (qui fête ses 20 ans)

© Jean-Philippe Horard

Le plus grand salon d’Occitanie dédié au numérique débute ce lundi 28 septembre 2020 au Quai des savoirs à Toulouse. Une édition particulière puisque l’événement fête cette année ses 20 ans.

En guise de cadeau d’anniversaire, Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la transition numérique, est présent ce lundi matin dans la ville rose pour inaugurer la Mêlée numérique. C’est sa première visite officielle à Toulouse.

La Mêlée Numérique en… 2001

L’occasion également de fouiller dans les archives. Née en 2000 à Labège, la Mêlée numérique a grandi au fil des années. De 500 visiteurs à ses débuts, elle attire aujourd’hui plus de 10.000 curieux.

Lors de la 2e édition en 2001, le fondateur du salon, Edouard Forzy, était l’invité du JT régional de France 3 Midi-Pyrénées :

Un salon ouvert à tous

Durant 6 jours (jusqu’au samedi 3 octobre), tous les acteurs du web et de l’innovation de la ville rose seront présents pour assister (ou animer) des centaines de conférences, ateliers, tables rondes et démonstrations. 

Plusieurs temps forts vont également rythmés cette semaine :

  • Lundi 28 septembre, à 10h00 : Inauguration de la #MeleeNum  en présence de Cédric O, Secrétaire d’Etat chargé du Numérique
  • Lundi 28 septembre, à 18h30 : Publication de la 6e édition du « Startupper », un hors-série sur les startups de la région édité par nos confrères de La Tribune.
  • Mardi 29 septembre : Les rencontres de la cybersécurité
  • Jeudi 1er octobre, à 19h15 : Trophées de l’Homo Numéricus et de la Femina Numérica qui récompensent deux personnalités œuvrant pour l’accessibilité et le développement du numérique et de l’innovation en Occitanie. Vous pouvez voter par ici : https://votes.meleenumerique.com/
  • Jeudi 1er octobre, à 20h00 : Soirée des 20 ans de La Mêlée
  • Vendredi 2 octobre : Femmes et Numérique afin de mettre en avant les parcours de plusieurs femmes travaillant dans les métiers du numérique
  • Vendredi 2 octobre à partir de 8h45 : JobsTIC (forum de l’emploi)

Entièrement gratuit, ce salon du numérique est ouvert à tous. Pour les professionnels du secteur, c’est devenu un rendez-vous incontournable. Pour le grand public, c’est l’occasion de découvrir l’évolution du numérique et les tendances de demain. 

Plus d’info sur https://www.lamelee.com/

Julien Leroy

24 Sep

Toulouse : La startup Swallis Medical invente un collier connecté contre les troubles de la déglutition

© Richard Villalon / MAXPPP

Bonne nouvelle pour la startup toulousaine Swallis Medical. Seulement 18 mois après sa naissance, la jeune pousse de la e-santé annonce mercredi 23 septembre 2020, une levée de fonds d’un million d’euros.

Un tour de table réalisé grâce aux investissements d’Irdi Soridec Gestion (IRDInov2) et d’Inn’Vest PME Occitanie OUEST. La BPIfrance accompagne également l’opération.

Ces capitaux vont lui permettre de commercialiser son dispositif médical dédié aux troubles de la déglutition (dysphagie).

Il s’agit d »‘un collier connecté muni de capteurs, qui se positionne autour du cou du patient« . L’IoT va alors écouter et décrypter les bruits émis pendant la déglutition afin de mieux traiter la pathologie.

L’innovation toulousaine « va beaucoup améliorer la façon d’évaluer, de diagnostiquer et de prendre en charge les troubles de la déglutition. Grâce à notre collier connecté, nous voulons permettre à des millions de personnes en France et en Europe de s’alimenter de nouveau en sécurité et en toute dignité » affirme Linda Nicolini, fondatrice de Swallis Medical.

1 senior sur 3 concerné par la dysphagie

Le trouble de la déglutition touche environ 30% des personnes de plus de 75 ans selon une étude de l’Université Paul Sabatier de Toulouse. Un chiffre qui peut atteindre les 40% pour les personnes hébergées dans les établissements gériatriques.

« Les dispositifs médicaux développés par Swallis permettront un diagnostic rapide non invasif et non irradiant en dehors des plateaux hospitaliers, ainsi que le suivi de la rééducation des patients. Nous pensons que cela aura un impact majeur dans le traitement de la dysphagie » complète Jean-Michel Petit, Directeur Participations chez IRDI SORIDEC.

Swallis Medical a été fondée en janvier 2019 à Toulouse par Linda Nicolini. Auparavant, elle dirigeait à Strasbourg, une entreprise spécialisée dans les prothèses du larynx, quand les travaux de recherche ont fait émerger l’intérêt des bruits émis pendant la déglutition.

Soutenu par le ministère de la recherche et par des experts de la déglutition du CHU de Toulouse, la startup vise un lancement commercial en juillet 2021.

Julien Leroy

23 Sep

Microsoft s’installe à la Cité (des startups) de Toulouse

Les locaux de Microsoft à Toulouse ( © At Home)

Ouvert depuis mars 2020, la Cité (des start-up) de Toulouse attire peu à peu les entrepreneurs mais aussi les grands groupes. La preuve avec l’arrivée de Microsoft qui a débarqué ce lundi 21 septembre, sur le campus At Home de La Cité

Le géant informatique a choisi la ville rose pour installer son premier « Experiences Lab » d’Occitanie.

Il s’agit d’un espace de 300 m² destiné aux « acteurs économiques et collectivités territoriales sur les sujets de la transformation numérique et de l’Intelligence Artificielle » précise Anne-Sophie Icard, la campus manager At Home à La Cité.

C’est le troisième Experiences Lab de Microsoft en France après Nantes et Bordeaux. 

“L’arrivée de Microsoft au sein de notre campus de La Cité est un message fort pour l’environnement économique de notre territoire. Nous partageons une vision commune d’accompagnement au développement des start-up et entreprises de demain par la détection de talents, le développement business, la mise en relation, etc » précise Anne-Sophie Icard, campus manager At Home à La Cité.

Le groupe Américain veut également créer une école pour former des professionnels de la Big Data et de l’IA. Ce serait le deuxième campus de Microsoft en Occitanie après Castelnau-le-Lez dans l’Hérault. 

A ce jour, la Cité de Toulouse plusieurs acteurs du numérique mais aussi 40 entreprises au sein du campus At Home. D’autres sont attendues avec la livraison de la troisième halle et ses nouveaux espaces d’ici fin 2021. 

L’objectif du site de Montaudran est de devenir le grand lieu de la région dédié à l’économie de demain. Une « station F » aux couleurs de l’Occitanie. Mais la concurrence est forte dans la région. A Montpellier, le BIC est considéré comme l’un des meilleurs incubateurs au monde.

Julien Leroy

22 Sep

Jeux : une startup de Toulouse invente un Monopoly sur les cryptomonnaies

Créé à Toulouse, « Money Block » est un jeu de stratégie/réflexion qui permet de s’initier (sans risque) aux cryptomonnaies et à la blockchain. Une variante du Monopoly où les Bitcoins remplacent les billets de banque. Une version bêta sur smartphone est attendue pour fin 2020.

© Money Block

« Qu’est-ce que le Bitcoin ? Une monnaie digitale, un actif financier ou purement spéculatif ? (..) Beaucoup ont entendu parler des cryptomonnaies et de la blockchain. Pourtant seul un petit nombre de personnes saurait expliquer ces concepts avec des mots simples » racontent Thomas Foicik et Nicolas Delqué.

Fort de ce constat, les deux jeunes entrepreneurs toulousains ont eu l’idée de créer un jeu ludique et visuel pour sensibiliser le grand public à ces notions abstraites.

Baptisée « Money Block », il s’agit « un jeu de stratégie/réflexion, un peu à l’image du Monopoly, dans lequel les joueurs vont s’initier sans risque aux cryptomonnaies et découvrir la technologie blockchain en jouant différents rôles au cours de la partie » poursuit le duo.

« Au départ dans la peau d’un trader qui échange des cryptomonnaies; le joueur devra ensuite endosser le rôle de mineur (un participant du réseau qui met à sa disposition ses ressources informatiques et de l’énergie) pour valider les transactions des traders dans les blocs ».

Le jeu se joue en plusieurs tours jusqu’à la validation complété d’une chaîne de blocs (blockchain). La partie dure moins de 30 minutes.

Une version sur smartphone pour débuter

Money Block se présente sous deux formes : un jeu de plateau « assisté d’un module numérique sur ordinateur » et un jeu vidéo. Dans un premier temps, Thomas Foicik et Nicolas Delqué veulent trouver leur public en lançant une version Bêta sur smartphone. Elle sera disponible fin 2020 ou début 2021.

© Money Block

En attendant, le duo finalise leur prototype. Incubés au Starter à Toulouse, ils sont parvenus à récolter cet été, plus de 8000 euros via une campagne de financement participatif.

Thomas Foicik est un économiste de marché formé à la TSE de Toulouse. Après avoir travaillé plusieurs années dans la finance de marché à Paris, le Toulousain est revenu dans sa ville. Même trajectoire pour son associé, Nicolas Delqué. Il a fait des études en finance à la Toulouse School of Management avant de travailler comme consultant.

Les deux entrepreneurs misent aujourd’hui tout sur leur jeu éducatif unique au monde.

Plus d’info sur https://www.money-block.com/ 

Julien Leroy

15 Sep

Un drone solaire (conçu près de Toulouse) traverse la Manche !

Pour la première fois, un drone solaire est parvenu ce lundi 14 septembre à traverser la Manche. Un aller/retour de 70 km qui marque une étape historique dans l’autonomie des drones. Une prouesse technologique réalisée par la start-up Sunbirds basée à Labège.

© France 3 Hauts-de-France

Après la traversée de la Manche en avion, à la nage ou encore en Flyboard, c’est au tour d’un drone solaire de réaliser l’exploit. 

Cette performance unique au monde, est signée par la startup « Sunbirds » basée près de Toulouse.

Depuis l’été 2015, cette jeune pousse est l’un des rares concepteurs mondiaux de drones électriques fonctionnant à l’énergie solaire. Son modèle « SB4-Phoenix » est commercialisé aujourd’hui en Europe, en Australie, en Afrique centrale et prochainement en Afrique du sud. Il est notamment utilisé dans l’agriculture. 

Afin de démontrer l’autonomie exemplaire de son drone, Sunbirds s’est lancé ce lundi 14 septembre dans la première traversée de la Manche.

Parti depuis une plage de Sangatte (dans le Pas-de-Calais), le drone solaire a rejoint sans encombre, les côtes de l’Angleterre avant de revenir. Un aller/retour de 70 km effectué en 2 heures et sans aucune intervention humaine.

Une équipe de France 3 Nord était sur place :

Julien Leroy

04 Sep

Toulouse : vers un nouveau succès pour le fabricant d’ordinateurs français « Bleu Jour » ?

C’est le grand jour pour l’un des rares fabricants informatiques français. Basé à Toulouse, Bleu Jour dévoile ce vendredi 3 septembre à Berlin, sa nouvelle gamme d’ordinateurs et d’accessoires. Des modèles plus performants conçus entièrement en France.

Le PC KUBB (© Bleu jour)

Dans l’ombre des grands fabricants d’ordinateurs, les Toulousains de Bleu Jour tracent au fil des années, leur propre chemin.

Depuis 2014, la PME réinvente le secteur du PC en concevant des produits compacts, esthétiques et performants. Son premier modèle d’ordinateur (« Kubb ») se présente sous forme d’un cube de 12 cm. Un design qui révolutionne l’unité centrale souvent critiquée pour ses couleurs grisonnantes et son encombrement. 

Aujourd’hui, Bleu jour vend principalement aux entreprises et affiche un chiffre d’affaire de 10 millions d’euros (2019). Par ailleurs, tous ses produits sont assemblés en FranceUne belle réussite à l’heure de la mondialisation.

Pour continuer à se développer dans un secteur très concurrentiel, l’entreprise toulousaine dévoile ce vendredi 3 septembre sa nouvelle gamme.

Depuis son stand au salon de l’IFA de Berlin (salon international d’électronique Grand Public), Bleu jour lance son premier ordinateur pour les joueurs de jeux vidéos. Baptisé « Move Ultimate », ce mini PC ultra-performant (Processeur Intel Core de 9ième génération,…) possède une poignée ergonomique qui permet de l’emporter n’importe où.

Le MOVE Ultimate (© Bleu jour)

Autre innovation : « Move² ». Cette station de travail compact et désigne est destinée aux professionnels de la vidéo, de l’architecture ou encore de la modélisation 3D.

Le Move² (© Bleu jour)

Enfin, une nouvelle version du PC Kubb est également commercialisée. Le cube embarque pour la première fois, des processeurs AMD Ryzen™ de dernière génération. Cette optimisation permet de le transformer en Home Cinéma pour visionner des films en 4K.

En attendant de savoir si cette collection séduira, Bleu Jour cherche de nouveaux locaux. Installée dans le quartier de Jules-Julien à Toulouse, la start-up aimerait s’agrandir. Par ailleurs, l’équipe va prochainement passer de 10 à 15 salariés pour développer le service commercial et marketing. Bleu jour peut désormais voir la vie en rose. 

> Plus d’info sur https://www.bleujour.com/ 

Julien Leroy

19 Août

Coronavirus : Fin de l’aventure pour « Flybot » (le robot toulousain qui vous trouve le meilleur billet d’avion)

Atterrissage forcée pour le premier chabot dédié à la réservation en ligne de billet d’avion. Malgré 1 million d’utilisateurs, l’application est victime du Covid-19 mais aussi d’un changement de règles sur Facebook. Les deux fondateurs veulent désormais rebondir avec une nouvelle start-up. 

© Alexandre MARCHI / MaxPPP

« Après 5 mois d’activité partielle sur Flybot et au vu des circonstances actuelles, il était temps pour nous de prendre une décision. C’est chose faite, nous mettons en pause l’activité de Flybot pour une durée indéterminée » annoncent les deux fondateurs, Thibault Descombes et Florian Garibal, ce lundi 17 août sur Linkedin. 

Né en 2018 à Toulouse, Flybot est assistant de voyage qui dialogue avec vous via la messagerie privée de Facebook. En répondant directement à à ses questions (destination, date du voyage, nombre de personnes,…), le chabot vous trouve le vol d’avion le moins chère en scannant tous les sites de voyage. Plus besoin de passer des heures sur des comparateurs. Un concept unique en France.

En seulement 2,5 ans, l’application séduit un million d’utilisateurs et totalisent 8 millions de billets d’avions trouvés et 7 collaborateurs.

« Cependant, pour en arriver là, la route fut longue et les obstacles nombreux. Depuis mars, nous devons faire face à deux obstacles majeurs : les modifications de règles d’utilisation de la plateforme Facebook Messenger et la pandémie qui touche toute la planète » explique Florian Garibal. 

En effet, l’épidémie du Covid-19 et le confinement ont touché de plein fouet le trafic aérien qui peine à redémarrer. Aujourd’hui, difficile de faire redécoller Flybot à plein régime. « Même si l’activité aérienne reprend, les nouvelles règles de Facebook pour les entreprises ne nous permettent plus de dialoguer correctement avec nos clients » précise Thibault Descombes. Cependant, la startup est prête à repartir si le ciel s’éclaircit. En attendant, le service reste ouvert. 

« Une page se ferme mais une nouvelle s’ouvre »

Après 5 mois d’activité partielle, les concepteurs de Flybot veulent rebondir en se lançant dans un nouveau projet.

« Nous travaillons sur un projet tout autre qui est bien plus en accord avec nos valeurs personnelles et que nous avions hâte de vous présenter » annonce Florian Garibal.

Avec deux autres associés (Thomas Paramelle et Lucien Haurat), ils sont en train de créer « Bettr ».

Il s’agit d’une application mobile qui récompense vos achats responsables dans un réseau de bons commerçants.

« Depuis son smartphone, Bettr permet de découvrir des commerçants responsables proches de chez soi. Pour chaque achat effectué dans le réseau de commerçants partenaires, l’utilisateur récupère automatiquement des récompenses dans sa cagnotte qu’il peut alors re-dépenser dans un établissement du réseau ou donner à une association » expliquent les concepteurs.

La solution est actuellement en cours de test et sera disponible en septembre 2020.

Julien Leroy

 

Toulouse : Brico Privé (bientôt) racheté par le groupe Les Mousquetaires (Intermarché, Bricorama,…)

La start-up toulousaine Brico Privé est aujourd’hui le leader français des ventes privées dédiées au bricolage, au jardinage et à l’aménagement de la maison. Une success tory qui intéresse le groupe Les Mousquetaires. L’opération devrait être finalisée début 2021. 

© Brico Privé

Le Toulousain Brico Privé s’apprête à rejoindre les enseignes du groupe « Les Mousquetaires ».

Ce géant français de la grande distribution possède notamment Intermarché, Bricomarché, Bricocash, Netto, Bricorama ou encore les centres auto Roady. En 2019, son chiffre d’affaire avoisine les 45 milliards d’euros.

L’objectif des Mousquetaires est de renforcer sa présence sur le marché du bricolage en France et se développer sur le web. Le groupe se revendique comme le « premier opérateur indépendant » du secteur avec ses 850 points de vente.

« Nous serons très heureux d’accueillir BricoPrivé dans l’écosystème Mousquetaires. Nous positionner sur un nouveau canal de distribution, où se fait aujourd’hui l’essentiel de la croissance du marché, c’est renforcer des compétences pour devenir, plus encore, un acteur du commerce omnicanal » précise Thierry Coulomb, Président des enseignes Bricomarché, Bricocash et Bricorama

Concrètement, le groupe des Mousquetaires va devenir l’actionnaire majoritaire de la startup toulousaine. L’opération devrait être finalisée début 2021. Pour le moment, le projet attend le feu vert de l’autorité de la Concurrence.

Pour Brico Privé, cet adossement à un opérateur majeur de l’équipement de la maison, est une aubaine pour ses deux fondateurs, Julien Boué et Marc Leverger. Surtout que le futur propriétaire assure conserver l’indépendance de la pépite toulousaine. 

« Les liens que nous tisserons avec les enseignes de bricolage Mousquetaires et leur expertise nous permettrons de franchir une nouvelle étape et de gagner plusieurs années dans notre développement«  explique le duo. 

Créé en 2012, Brico Privé est l’une des success story du numérique toulousaine. En 8 ans d’existence, il est devenue le premier site de ventes privées dédiées au bricolage, au jardinage et à l’aménagement de la maison. Il revendique 10.000 millions de membres en Europe et plus de 170 millions d’euros de chiffre d’affaire. La société emploi 170 salariés dont 120 au siège social à L’union, près de Toulouse.

Julien Leroy