24 Avr

Staffman, la startup qui vous trouve un ingénieur informatique…. à la dernière minute

La startup Staffman propose de trouver un ingénieur informatique pour lundi prochain. En un an de service, la jeune pousse toulousaine a mis en relation plusieurs centaines de candidats et d’entreprises.

© Staffman

Trouver un ingénieur informatique à la dernière minute. C’est le créneau de la startup Staffman.

Née à Toulouse, Staffman est une plateforme collaborative qui met relation des entreprises avec des candidats prêts à enchaîner les missions d’intérim.

Il suffit à l’ingénieur informatique de s’inscrire gratuitement sur le site web et d’attendre l’appel d’un recruteur. Les algorithmes de Staffman permettent de cibler rapidement les profils. « Faire démarrer un ingénieur en 2 jours au lieu de 6 mois » promet le cofondateur Joël Alaux.

Cette agence d’intérim 2.0 veut ainsi faciliter les besoins urgents des SSII (Société pour l’informatique industrielle.). « En France, il en manque 10.000 par an, et ce déficit s’accroît d’année en année. Dans le même temps, dans les entreprises du numérique, 5% à 15% des ingénieurs sont disponibles entre deux missions » explique Joël Aloux.

Lancé en mai 2017, Staffman revendique plus de 500 entreprises en France et plus de 600 candidats disponibles.

Staffman a été crée par deux anciens ingénieurs informatiques : Joël Alaux et Bastien Vialade. Ils sont actuellement hébergés au sein de l’incubateur de Midi-Pyrénées Nubbo.

Julien Leroy

21 Avr

A Toulouse, lancement d’une émission radio sur le monde des start-up

La radio toulousaine « Campus FM » lance ce samedi 21 avril, une émission dédiée aux créateurs de start-up. L’objectif est de décrypter l’univers de l’entrepreneuriat pour le grand public. 

© Campus FM

« C’est une émission radio dédiée aux monde des startups et aux jeunes entrepreneurs » précise Cédric-Olivier Turrin, co-président de Campus FM Toulouse

Baptisé « Ca marchera jamais« , ce nouveau rendez-vous mensuel veut « décrypter l’actualité locale des jeunes pousses » pour le grand public.

Tous les domaines de l’entrepreneuriat seront abordés par une équipe d’animateurs et des invités. « L’idée est de recevoir un jeune entrepreneur avec un spécialiste plus expérimenté » raconte Cédric-Olivier Turrin. 

Le premier numéro de l’émission est diffusé ce samedi 21 avril à 15h00 sur 94 Mhz FM. Une rediffusion est programmée pour le 28 avril.

Le projet a été lancé avec l’aide de la Mêle numérique (qui fédère les professionnels du numérique), le Catalyseur (Tiers-lieux de l’université Paul Sabatier Toulouse III), le Quai des Savoirs, Digital Campus et la Pépite écrin (dispositif de promotion de la culture entrepreneuriale dans l’enseignement supérieur en Midi-Pyrénées). 

Née en 1982, Campus FM Toulouse est une radio associative qui s’adresse aux étudiants et aux jeunes actifs urbains de la région toulousaine. Gérée par des bénévoles et des professionnels, elle revendique 11.000 auditeurs/jours.

Julien Leroy

18 Avr

Technologies du futur : EmTech Europe revient à Toulouse en octobre 2018

Les experts du MIT Technology Review aiment Toulouse. Pour la 4e année consécutive, ils organisent leur conférence EmTech Europe, les 2 et 3 octobre 2018 au Quai des Savoirs. C’est l’un des plus grands rendez-vous internationaux sur les technologies émergentes. 

© EmTech Europe

A vos agendas !  La 4e édition du congrès EmTech France se déroulera les 2 et 3 octobre 2018 à Toulouse.

EmTech est considéré comme la plus importante conférence mondiale sur les technologies du futur. Elle est organisée un peu partout dans le monde par MIT Technology Review, le plus ancien magazine de technologie du monde.

Durant deux jours, des experts du monde entier viennent présenter et débattre sur les dernières technologies en matière de high-tech : réalité virtuelle, intelligence artificielle, biotechnologie et économie collaborative.

Toulouse est la seule ville d’Europe à accueillir une édition d’EmTech.

>>> Les inscriptions pour le congrès EmTech Europe 2018 sont dès à présent ouvertes sur emtecheurope.com

Julien Leroy

04 Avr

L’accélarateur de startup « IONIS 361 » débarque à Toulouse

Toulouse compte un nouvel incubateur de start-up : IONIS 361. Sa particularité est d’immerger les entrepreneurs dans une structure réunissant des étudiants en informatique, ingénierie, business et design. Ce campus entreprise / école lance un appel aux candidatures jusqu’au 15 avril.

© IONIS 361Après Paris, Lille et Montpellier, l’incubateur de start-up « IONIS 361 » débarque à Toulouse.

« L’incubateur IONIS 361 ouvre désormais une nouvelle antenne à Toulouse, 2e ville startup friendly après Paris, en plein cœur du campus urbain de IONIS Education Group et de ses écoles » explique le directeur de l’IONIS 361, Guillaume Bardèche.

C’est d’ailleurs la particularité de cette structure : marier les compétences des entrepreneurs avec celles d’étudiants ingénieurs.

En effet, l’IONIS Education Group regroupe plusieurs écoles privées en France dont Epitech, EPITA, IPSA, ISEG Marketing & Communication School, ISG et e-artsup. etc.

A Toulouse, ce campus multi-école est basé dans le quartier Conpans Caffarelli. C’est ici que les 200 m² de l’incubateur ouvriront leurs portes en juin prochain.

« Au sein de cet espace, les startups se retrouveront en immersion dans une structure réunissant les talents de demain en informatique, ingénierie, business et design, avec la présence des étudiants » précise l’équipe d’IONIS 361.

L’incubateur toulousain cherche désormais ses futurs locataires. Les projets recherchés sont multiples : cyber-sécurité, objets connectés, big data, blockchain, food, finanace, sport, RH, éducation,…

Les candidats potentiels ont jusqu’au 15 avril 2018 pour faire partie de la première promotion.

Né en 2016 à Paris, IONIS 361 revendique 300 porteurs de projets, 100 startups accompagnées et 10 millions d’euros de fonds levés.

Julien Leroy

24 Mar

Wizzili : une startup toulousaine imagine un « Google Home » pour gérer la vie de famille

Concilier vie professionnelle, enfants, courses, activités… ce n’est pas toujours facile. Un Toulousain a eu l’idée de créer Wizzili, une enceinte connecté qui permet de rappeler un rendez-vous, conserver un message vocal ou gérer la liste des courses. La commercialisation de ce « Google Home » familial est prévue pour noël 2018.

© Wizzili

Un objet connecté destiné à la fois aux parents et aux enfants. 

Si votre famille accumule les post-it sur la porte du frigo pour rappeler le match du foot ou pour informer que le paquet de céréales est vide, l’invention du Toulousain Grégoire Tyrou, va probablement soulager votre quotidien. 

Wizzilli est un assistant vocal intelligent. Il est comparable à « Google Home » ou à « Amazon Echo » mais destiné à faciliter la vie d’une famille.

L’objet connecté pourra ainsi gérer la liste des courses, rappeler les rendez-vous de chaque membre du foyer, conserver un message vocal laissé par le fiston et connaître le trafic sur la rocade.

Toutes les informations pourront être retransmisses vocalement ou partagées via une application mobile.

« Les contraintes du quotidien peuvent vite devenir pénibles à gérer au sein d’un foyer, en particulier lorsque chacun a un emploi du temps très chargé. Ces corvées finissent à la longue par nous empêcher de passer du temps sur ce qui compte vraiment : activités bien-être, temps privilégié avec les enfants, un peu de sport … Cet état de fait ne date pas d’hier et pourtant, il paraît presque étonnant qu’on n’ait toujours pas trouvé de moyen efficace pour alléger toutes ces contraintes. » explique le concepteur Grégoire Tyrou. 

Ce père de famille assure que son invention va permettre d’alléger la charge mentale des parents.

En attendant de le vérifier, Grégoire Tyrou finalise son invention. Après une présentation au CES de Las Vegas en janvier dernier, Wizzilli sera disponible pour les fêtes de Noël. Comptez 130 euros pour acquérir ce nouveau membre de la famille. Les pré-commandes sont ouvertes sur le site officiel.

> Plus d’info en image avec ma chronique dans « 9h50 le matin Occitanie » sur France 3 – mars 2018  :

Julien Leroy

13 Mar

Toulouse : la start-up Brico Privé recrute 50 personnes et agrandit son siège

Tout va bien pour la start-up « Brico Privé » installée à L’Union, près de Toulouse. Le leader français des ventes privées en ligne dédiées au bricolage, jardinage et aménagement de la maison, va agrandir ses locaux et ouvre 50 postes.

© Brico Privé

© Brico Privé

Brico Privé est l’une des success story du numérique toulousain. Créé en 2012, la start-up est aujourd’hui le premier site web français spécialisé dans les ventes privées dédiées au bricolage, jardinage et aménagement de la maison. Fin 2017, elle affichait un chiffre d’affaires de 60 millions d’euros. 

Si bien que la société a du agrandir son siège historique de L’Union en périphérie de Toulouse. Après plusieurs mois de chantier, Brico Privé vient de finir une extension de 600 m².

« Au départ, nous cherchions de nouveaux locaux mais nous avons pris la décision de rester sur l’Union pour des raisons pratiques. Nous sommes tout proches de la rocade et du métro, nos salariés ont pris leurs habitudes de transport, (..). L’extension nous a parue alors la solution la plus adaptée » explique Julien Boué, président de Brico Privé.

Cette nouvelle superficie va surtout permettre d’accueillir les futurs recrutements. Brico Privé cherche 50 collaborateurs d’ici la fin de l’année.

« Tous les services sont concernés par cette nouvelle vague de recrutement. Du pôle achat en passant par la création de nouveaux services data et intelligence artificielle, nous souhaitons renforcer nos équipes à tous les niveaux pour permettre une meilleure maîtrise des performances avec nos marques partenaires » confie Marc Leverger, co-fondateur.

A terme, l’e-commerçant du bricolage comptera 200 salariés.

Pour les candidats potentiels, toutes les offres sont sur www.bricoprive.com.

Julien Leroy

Le « France Digitale Tour » fait étape (pour la première fois) à Toulouse

Pour la première fois, le tour de France Digitale passe à Toulouse, ce jeudi 15 mars. Cette association nationale de startups et fonds d’investissements, organise une journée de conseils et de rencontres pour aider les jeunes pousses du numérique.

© France Digitale

© France Digitale

L’une des plus importantes associations nationales d’entrepreneurs et d’investisseurs du numérique, France Digitale, fait étape à Toulouse ce jeudi 15 mars dans les locaux de la Mêlée Numérique. 

La journée (gratuit) s’adresse essentiellement aux start-up, aux entrepreneurs qui se lancent dans l’aventure et aux fonds d’investissement.

L’objectif de France Digitale est de rencontrer, d’aider et de conseiller les acteurs de écosystème numérique toulousain.

La matinée sera consacrée aux échanges entre les startupeurs, les élus locaux et les membres du bureau de France Digitale. Puis, l’après-midi sera dédiée aux rencontres entre jeunes pousses et fonds d’investissements parisiens.

Un rendez-vous incontournable pour les acteurs locaux qui veulent développer leur réseaux.

>> Inscription et info sur le site de La cantine de la Mêlée numérique de Toulouse

Julien Leroy

12 Mar

La start-up Privateaser (créée par un Montalbanais) lève 10 millions d’euros

Le « Airbnb » des bars et restaurants annonce ce lundi 12 mars, une levée de fonds de 10 millions d’euros. La plateforme propose de privatiser un café, une salle de location ou un restaurant pour une fête. Créée par un Montalbanais en 2014, elle a déjà attiré plus de 2 millions d’utilisateurs.

L'équipe de Privateaser en avril 2017 - © Privateaser

L’équipe de Privateaser en avril 2017 – © Privateaser

10 millions d’euros. C’est le montant de la quatrième levée de fonds de Privateaser

Lancée en 2014 à Paris par le Montalbanais Nicolas Furlani, la jeune pousse de l’événementiel a déjà levé 300.000 euros en mars 2015, 500.000 euros en février 2016 et 3 millions en novembre 2016. 

Ce tour de table annoncé ce lundi 12 mars, a été bouclé auprès des 4 fonds d’investissements : Serena Capital, Isai, FJ Labs et Kerala Ventures.

Privateaser est destiné à ceux qui cherchent un lieu pour organiser un repas entre collègues, un anniversaire ou une fête entre amis. La plateforme propose ainsi de réserver et de privatiser, en quelques clics, un café, une brasserie, un restaurant ou une salle de location.

A ce jour, la start-up propose 3000 établissements partout en France à 2 millions d’utilisateurs et 4000 entreprises. 

D’ailleurs, ces dernières sont le nouveau créneau de la start-up. La levée de fonds de mars 2018 doit permette de développer le modèle BtoB. « Le marché de l’événementiel des affaires représente 20 milliards d’euros en France et 100 milliards en Europe » précise le fondateur de Privateaser

Derrière ce « Airbnb » des lieux à privatiser, se trouve un jeune Montalbanais : Nicolas Furlani. Après des études à Montauban et Toulouse, il est diplômé de Centrale Paris. Avec deux camarades, Alexandre Paepegaey et Raphaël Kolm, ils montent la start-up dans la capitale en 2014.

Julien Leroy

11 Mar

Montpellier : la start-up Vaonis invente un télescope aussi simple qu’un… iPhone

Baptisé « Stellina », ce télescope unique au monde, est doté d’un seul bouton. Il suffit de cliquer dessus pour le piloter directement avec un smartphone. L’utilisateur peut alors photographier les étoiles et les partager aussitôt sur les réseaux sociaux.

© Vaonis

© Vaonis

A Montpellier, la start-up Vaonis veut révolutionner le marché de l’astronomie grand public.

Pour cela, elle a imaginé un télescope connecté aussi simple qu’un iPhone !

Baptisé « Stellina », ce cube épuré est doté d’un seul bouton. Il suffit de cliquer dessus et le télescope se déplie automatiquement. Il se pilote directement avec une tablette ou un smartphone. Au bout de quelques minutes, l’appareil est prêt à photographier l’astre. Les photos sont à partager aussitôt sur les réseaux sociaux.

Destiné aux passionnés et aux novices d’astronomie, ce bijou technologique est également le plus petit télescope au monde. Avec ses 7 kg, il rentre facilement dans un sac à dos.

Cette innovation unique est née dans la tête de Cyril Dupuy. A 27 ans, cet ingénieur est un passionné des étoiles. Il est d’ailleurs le président du club d’astronomie de Castelnau-le-Lez, près de Montgolfier.

Après une levée de fonds de 1,7 million d’euros en décembre 2017 et une présentation au CES de Las Vegas, Vaonis espère en vendre 1000 exemplaires d’ici la fin de l’année.

Le premier modèle sortira au printemps au prix de 2100 euros.

>> Plus d’info en image avec ma chronique dans « 9h50 le matin Occitanie » sur France 3 – mars 2018  :

Julien Leroy

05 Mar

Des Toulousains inventent « Zefly », le comparateur… des comparateurs de vols

Chercher sur plusieurs comparateurs de vols via une interface unique. C’est (désormais) possible avec la plate-forme toulousaine Zefly. Il suffit de saisir une seule fois ses critères de voyage et le tour est joué !

© JEAN FRANCOIS FREY / MaxPPP

© JEAN FRANCOIS FREY / MaxPPP

Un comparateur… des comparateurs de vols. C’est le concept crée par la start-up toulousaine Zefly.

Pour leurs vacances, les internautes recherchent un billet d’avion en utilisant plusieurs comparateurs de vols avant de se décider. « Pour cela, ils doivent ressaisir sur chaque site leur recherche : Ville de départ, la destination, les dates, le nombre de voyage,… »  expliquent Nathalie et Daniel Girardot, les fondateurs de l’application. 

« C’est en partant de ce constat que nous avons imaginé un concept inédit en France : une interface commune à tous les comparateurs de vols afin de supprimer des tâches répétitives et chronophages pour l’internaute » poursuivent-ils.

La plateforme Zefly propose ainsi une seule interface commune et directement connectée à 9 comparateurs de vols (Liligo, Easyvoyage, Momondo, Skyscanner, Kelkoo,…) 

Même s’il manque quelques géants du secteur (Opodo, Kayak,…), le service est efficace et entièrement gratuit.

Le modèle économique de Zefly est basé sur des partenariats avec les comparateurs de vols. C’est derniers reversent des commissions proportionnelles au nombre de visiteurs. « Pour autant, les prix qu’ils affichent via Zefly sont strictement identiques aux prix affichés sur leurs sites » précise les concepteurs

Un gain de temps pour trouver le meilleur vol

Derrière cette idée se trouve Nathalie et Daniel Girardot. Ce couple toulousain quadragénaire a eu l’idée en organisant leurs vacances.

« Des heures passées sur des comparateurs de vols pour essayer de trouver le billet d’avion le moins cher. Le déclic, c’est en écoutant une émission radio: nous avons réalisé que des milliers de Français faisaient comme nous« . Après un an de travail, le service ouvre fin janvier. 

Zefly fait penser à Flybot, le premier robot qui recherche à votre place un billet d’avion. Conçu par deux jeunes toulousains, il suffit de dialoguer, via Facebook, avec ce nouveau compagnon de voyage, pour trouver également le vol le moins cher. 

>>> Pour utiliser Zefly : www.zefly.fr

Julien Leroy