27 Juin

Tourisme : Exod.app, l’application (quasiment parfaite) pour trouver une activité sur Montpellier

A Montpellier, une jeune startup spécialisée dans le e-tourisme, lance « Exod.app ». Cette application mobile recense à la fois les activités touristiques, sportives et culinaires à faire dans la région Montpelliéraine. Le guide parfait (et gratuit) pour sortir entre amis ou en famille.

Qu’est ce que l’on fait ce week-end ? Je reçois de la famille, qu’est ce que je vais pouvoir leur faire visiter ? Quelles activités on pourrait faire ensemble ? Nous sommes des milliers à se poser ces questions. C’est en faisant ce constat que trois entrepreneurs Héraultais ont décidé de lancer « Exod.app« , ce vendredi 26 juin 2020.

Cette application mobile recense à la fois les activités touristiques, sportives et culinaires à faire dans la région de Montpellier.

A ce jour, le guide liste une centaine d’idées de sortie classée en quatre catégories : Fraîcheur (pour les lacs, rivières et plages), Outdoor (pour les randonnées, activités sportives en extérieur, etc.), Indoor (pour toutes les activités en salle) et Gourmand (pour les dégustations des produits du terroir, fromages, huile d’olive, vins, huîtres, bières, etc.).

« Les gens aiment être surpris et sont à la recherche d’idées de sorties tous les jours. Nous avons créé l’app la plus intuitive possible qui apprend de vos préférences pour vous proposer de manière aléatoire les meilleures activités à découvrir autour de là où vous êtes » précise Eric Gérardin, cofondateur de Exod.app.

Certes, l’application est loin d’être innovante mais elle présente la particularité de réunir une multitude d’idées sur un même support. Totalement gratuite, la plateforme veut également aider à relancer le tourisme local après 3 mois de confinement contre le Covid-19. 

« 70% des touristes qui viennent à Montpellier sont hébergés chez des amis ou de la famille. Il faut donc les occuper et leur permettre de découvrir le territoire de manière ludique et efficace. Avec la crise que le secteur vient d’endurer augmenter sa visibilité digitale est un vrai plus pour les prestataires » complète Florian Colas, un autre cofondateur. D’ailleurs, Exod.app est soutenu naturellement par l’office de tourisme de Montpellier.

Les 3 concepteurs de ce guide numérique ne sont pas à leur première innovation. Ils sont déjà à la tête de deux start-up spécialisées dans la traveltech : GénérationVoyage.fr est un blog de voyage qui totalise 18 millions de vues par an; et Sportihome.com, une plateforme de logements entre sportifs. Le trio a également conçu en mai dernier, un générateur de voyage pour (re)découvrir les trésors de la France

En attendant que l’application propose d’autres villes françaises, les Montpelliérains peuvent la tester sur : https://exod.app.

Julien Leroy

27 Mai

Tourisme : (re)découvrez les trésors cachés en France grâce à ce générateur d’idées de voyage

Deux jeunes entrepreneurs de Montpellier ont conçu explorelafrance.fr. Ce générateur propose (gratuitement) des idées de voyage pour (re)découvrir la France. Une initiative qui permet de relancer le tourisme après deux mois de confinement.

© ExploreLaFrance.fr

Depuis le début de la pandémie du Covid-19, les acteurs de l’écosystème numérique d’Occitanie multiplient les initiatives solidaires. Certains ont créé une plateforme pour récolter les dons de masques pour les hôpitaux. D’autres ont offert gratuitement leurs innovations ou leurs compétences pour les petits commerces.

La dernière idée nous vient de Montpellier avec le site web explorelafrance.fr afin de soutenir le tourisme en France.

Confinés (par hasard) sous le même toit, Eric Gerardin (CEO du blog de voyages GénérationVoyage.fr) et Sylvain Morel (co-fondateur de la plateforme de logements entre sportifs Sportihome.com) ont conçu un générateur d’idées voyage « qui permet de découvrir, en un seul clic et de manière aléatoire, des destinations originales partout en France«  explique le duo.

« La France regorge de trésors cachés, cet été sera l’occasion pour les millions de Français de les (re)découvrir !« 

En raison des mesures de déconfinement, l’outil offre la possibilité de filtrer les résultats dans un rayon de 100 km autour de son domicile. Il comprend également des fonctions de favoris et de partage. L’utilisateur peut aussi indiquer, sur chaque point d’intérêt proposé, s’il a déjà visité ou non ce lieu.

A ce jour, 1700 sites touristiques célèbres ou méconnus, sont recensés par #ExploreLaFrance.

La base de données est alimentée par les deux fondateurs mais aussi par les offices du tourisme. L’occasion pour ces dernières de promouvoir leurs destinations et relancer le secteur sinistré par des semaines de confinement.

« L’année 2020 se dirige vers un tourisme 100% franco-français avec plus des 2/3 de ceux qui pourront partir qui opteront pour une destination montagne ou campagne. Pour ceux qui ne pourront pas partir, ils profiteront de découvrir leur territoire à 2h maximum de voiture de chez eux » précisent Eric Gerardin et Sylvain Morel.

>> www.explorelafrance.fr

Julien Leroy

18 Mai

Naissance d’un nouveau fonds d’investissement pour les startups d’Occitanie

En Occitanie, la région Occitanie et deux banques traditionnelles s’associent pour donner naissance à « OCSEED ». La société de venture capital est destinée aux start-up de la région. Les candidatures sont ouvertes.

© Richard Villalon / MAXPPP

Un nouveau fonds d’investissement débarque à Toulouse et Montpellier.

Baptisé « OCSEED », le nouveau-né a vu le jour fin avril dans la capitale d’Occitanie.

Cette société de venture capital est issue d’une famille privé-publique qui souhaite soutenir financièrement les jeunes entreprises innovantes de la région.

En effet, la paternité revient au Conseil régional d’Occitanie qui s’est associé avec la Banque Populaire Occitane Sud et la Caisse d’Epargne Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. La garde a été confiée à l’incubateur régional Nubbo.

« L’objectif est de pallier l’insuffisance de capital de proximité pour les jeunes sociétés innovantes en phase de démarrage, en leur apportant les moyens de financer leurs premières étapes de développement, jusqu’au stade correspondant aux critères recherchés par les fonds d’investissement d’amorçage ou de série A » expliquent Anne-Laure Charbonnier et Thierry Merquiol, Présidente et Directeur Général d’OCSEED.

Doté d’une enveloppe de 5 millions d’euros (2,5 M€ pour la Région et 1,2 M€ pour chaque banque), le nouveau-né veut soutenir une vingtaine d’entrepreneurs BtoB d’ici 2025.

Pour chaque projet, un apport de 100 000 à 300 000 euros sera apporté « sous forme d’obligations convertibles » précisent le duo.

Sans attendre, « OCSEED » a déjà retenu deux jeunes pousses :

  • Smartcatch, qui développe des systèmes nanotechnologiques permettant de capturer les cellules tumorales circulantes dans le flux sanguin, afin d’améliorer le diagnostic et le suivi des cancers.
  • Hinfact, qui propose des solutions destinées à la formation des pilotes en simulateur en traitant les erreurs de monitoring qui sont à l’origine de la très grande majorité des accidents et incidents aériens.

Les prochains lauréats peuvent candidater sur le site de la société : https://ocseed.co/

Hasard du calendrier, cette naissance arrive en pleine crise du Covid-19.

L’écosystème numérique d’Occitanie souffre de la situation. Entre 8000 et 10 000 emplois du secteur pourraient être détruits selon une estimation de Syntec Numérique Occitanie. 

Julien Leroy

09 Avr

Coronavirus : quels sont les dégâts pour la filière numérique en Occitanie ?

Le confinement et la pandémie du Covid-19 impactent les entreprises du numérique d’Occitanie. De Toulouse à Montpellier en passant par Labège, 94 % d’entre elles sont touchées selon la Direccte. Nous avons également mené l’enquête auprès des acteurs du secteur.

© Vincent Voegtlin / MaxPPP

Dès le début du confinement, la French Tech Toulouse s’est aussitôt mobilisée dans la lutte contre le Coronavirus. La plupart des startups emblématiques de la région ont offert leurs technologies au personnel soignant (MyFeelBack ou Medelse) ou aux commerçants (à l’image de la communauté « Friends of Presta » qui fabrique des site e-commerce).

Mais derrière ses belles initiatives, l’économie numérique d’Occitanie commence à souffrir.

Difficile de dresser un bilan global mais les premières retours du terrain laissent apparaître une situation préoccupante.

Jusqu’à 80 % de perte de chiffre d’affaire

C’est pourquoi le préfet d’Occitanie a demandé au cluster Digital 113 et à la Direccte d’Occitanie de mener une enquête auprès des entreprises de l’écosystème numérique. Les résultats ont été dévoilés ce mercredi 8 avril à Toulouse.

Parmi un panel représentatif, 94 % des entreprises du numérique régional sont touchées par la pandémie à la date du 31 mars 2020. « 47% d’entre elles ont une production très perturbée ou à l’arrêt » souligne le sondage.

Une situation qui va entraîner une perte de chiffre d’affaire en 2020.

52% des acteurs prévoient une perte de CA entre 20 à 80 %. Seulement 7 % des startup seraient épargnées par cette baisse de revenues – selon l’enquête en Occitanie

Des spécialistes du télétravail ?

Si le numérique semble être une filière qui se prête bien au télétravail, la réalité est plus complexe.

Certains ont pu s’adapter rapidement grâce à la nature de leur activité (une plateforme en ligne) ou par leurs faibles effectifs. Mais pour d’autres, « le télétravail a été un défi » m’avoue l’équipe de Brico Privé, le leader français des ventes privées en ligne dédiées au bricolage et au jardinage. Basé à L’Union, près de Toulouse, il a fallu paramétrer dans un temps record, les ordinateurs de 150 collaborateurs.  

Selon Digital 113, le télétravail a un impact sur le fonctionnement des entreprises.

« Pour 86% des répondants, une partie de leurs équipe pourraient télétravailler mais voient l’activité réduite ou à l’arrêt« .

Du chômage partiel pour (au moins) 50% des entreprises du numérique

L’écosystème numérique d’Occitanie tourne clairement au ralenti.

« Plus de 48% des répondants annoncent avoir déjà déposé un dossier d’activité partielle » annonce Digital 113. Un chiffre qui grimpe jusqu’à 65 % au sein de l’accélérateur de start-up WeSprint. Basé à Montpellier et Toulouse, il accompagne plus de 50 entrepreneurs. 

Même constat chez AT Home, le gestionnaire de la nouvelle cité des start-up de Toulouse. « Une bonne part de nos entreprises parvienne à maintenir partiellement leur activité » évalue leur responsable, Arnaud Thersiquel.

Pour le moment, la casse sociale est évitée. Mais « tout dépendra de la durée de la situation » souligne Arnaud Thersiquel. De nombreux entreprises de la filière ont de la trésorerie pour 1 ou 2 mois selon certains acteurs du secteur.

Or, « 30% envisagent d’ici fin avril de se mettre en chômage partiel si la situation ne s’améliore pas » estime l’enquête régionale.

Des start-up tirent (malgré eux) leur épingle du jeu

Face à ce tableau noir, des acteurs du numérique parviennent à augmenter (malgré eux) leur activité.

Chez WeSprint, « 25 % de nos entreprises ont vu leur business booster, notamment celles qui proposent des solutions pour le télétravail ou pour les applications mobiles » assure Arnaud Laurent, le co-fondateur. « Exemple avec les Toulousains de Team Mood » qui proposent de suivre à distance, le bien-être des salariés. 

Les start-up spécialisées dans l’éducation et la e-santé tirent également leur épingle du jeu. A Montpellier, l’application MHLink a conçu une application pour suivre les patients confinés. Les Toulousains de MHComm vont de même avec 7 hôpitaux d’Occitanie.

Sans surprise, SchoolMouv, le leader national des cours particuliers en ligne, connait un regain d’activité. Idem pour Santé Discount, le n°1 français de la parapharmacie en ligne, installé à Montrabé (Haute-Garonne).

Et demain ?

Evidemment, il est prématuré de dresser un bilan complet des dégâts du Covid-19 dans l’écosystème numérique d’Occitanie.

« On manque de visibilité » résume Alexis Janicot, le directeur de la French Tech de Toulouse.

Le climat est dégradé mais il y a deux moyens pour s’en sortir : l’entraide entre startup et l’anticipation. Il faut penser à 6 ou 12 mois » – Alexis Janicot, directeur de la French Tech de Toulouse.

Alexis Janicot rappel également qu’il existe de nombreuses aides du Gouvernement (prêts, chômage technique,..). Pour lui, les éventuelles conséquences économiques apparaîtront dans plusieurs mois. A suivre…

Julien Leroy

26 Mar

Coronavirus : Deux Aveyronnaises font le buzz avec une « chanson du confinement »

A Montpellier, deux étudiantes originaires de Millau, ont détourné les paroles d’une chanson du groupe « Trois Cafés Gourmands », pour parler du confinement et inciter les gens à rester chez eux. En moins d’une semaine, le clip totalise plus de 280.000 vues.

© Mona Heral

Depuis le début du confinement contre le Covid-19, les internautes d’Occitanie sont décidément très inspirés. Web-série, parodie, concert en ligne,… les initiatives régionales se multiplient sur les réseaux sociaux et font régulièrement le buzz.

Dernier exemple avec deux étudiantes de Montpellier. Originaires de Millau dans l’Aveyron, Mélody Delabre et Mona Héral viennent d’obtenir leur diplôme d’infirmière et suivent actuellement des études pour devenir puéricultrices.

« Nous adorons toutes les deux la musiques et nous tournions un peu en rond dans notre appartement » nous raconte Mélody Delabre. « Nous en avons profité (..) pour écrire cette chanson et soutenir tout le personnel soignant« .

En reprenant le titre « À nos souvenirs » du groupe Trois Cafés Gourmands, les 2 jeunes femmes ont détourné (avec humour) les paroles. L’objectif est de parler du confinement et inciter les gens à restez chez eux.

Comment puis-je oublier, que je suis confinée
Quand la seule gueule que je vois, c’est celle de mon chat

Nous le Covid-19 on va lui faire sa teuf On est là pour en découdre, donc serrons -nous les coudes (Extrait)

Une parodie qui séduit les internautes. Depuis sa publication sur YourTube et Facebook ce vendredi 20 mars, la vidéo totalise plus de 280.000 vues ! 

Aujourd’hui, les 2 Aveyronnaises sont reparties sur le terrain. « Nous sommes réquisitionnées pour garder les enfants du personnel du CHU » conclut Mélody.

Julien Leroy

21 Jan

Montpellier : la startup Sportihome (le « Airbnb » des skieurs) signe avec les magasins Intersport

Exclusivité. Nouveau contrat pour la startup Sportihome basée à Montpellier. La plateforme de location de logements entre sportifs annonce ce 21 janvier 2020, un partenariat avec les magasins Intersport, le leader français de la location de matériel de ski en ligne.

© Sportihome

Seulement 1 mois après son partenariat avec Décathlon, c’est au tour d’Intersport de signer avec la plateforme Sportihome (made in Occitanie).

Créée à Montpellier en 2017, Sportihome est un « airbnb » des voyageurs sportifs. L’application propose à la fois, un guide des meilleurs spots dans le monde et la possibilité de loger chez des sportifs aussi passionnés que vous. A ce jour, la plateforme couvre 45 disciplines sportives, recense 6700 locations et revendique près de 30.000 utilisateurs.

Une offre unique en France qui a séduit les 245 magasins du réseau Intersport montagne. A chaque location de ski, le client « bénéficiera d’une offre découverte de 50€ sur son prochain séjour avec Sportihome » précise Sylvain Morel, co-fondateur et directeur commercial de la jeune pousse Héraultaise.

« S’associer avec un acteur spécialisé dans l’hébergement pour les sportifs nous est apparu comme une évidence ! Ce nouveau partenaire nous permet d’offrir à nos clients une expérience de séjour sportif complète » complète Félia Lompech, responsable partenariats BtoB chez INTERSPORT Rent.

Si l’opération est un succès, des offres sur les locations de VTT, VAE (vélo à assistance électrique) et vélo de route seront proposées au printemps 2020.

Julien Leroy

06 Jan

CES 2020 : une vingtaine de start-up d’Occitanie expose au plus grand salon mondial du high-tech

La région Occitanie sera (évidemment) présente au plus grand salon mondial de l’innovation numérique. Le CES 2020 ouvre ses portes ce mardi 7 janvier à Las Vegas (Etats-Unis). Plus de 20 start-up de Toulouse, Montpellier et Perpignan sont du voyage. 2 jeunes pousses de la région seront primées.

© Andrej Sokolow / MaxPPP

Environ 20 jeunes pousses d’Occitanie participent au Consumer Electronics Show (CES) qui ouvre ses portes ce mardi 7 janvier pour 3 jours. Il s’agit du plus grand salon mondial consacré au high-tech et au numérique.

Chaque année, ce rendez-vous attire 175.000 visiteurs et 4500 exposants. Impossible de rater ce rendez-vous pour l’Occitanie, l’une des régions françaises les plus dynamiques du secteur.

L’objectif des entrepreneurs est de se faire connaître, rencontrer des investisseurs et dénicher les nouvelles tendances.

La majorité des startups d’Occitanie exposera sous la bannière de la « French Tech Toulouse » et de l’AD’OCC (Agence de développement Economique de la région Occitanie) :

Allpriv (Cybersécurité), BasseMe (Électronique grand public), Braincities (Intelligence artificielle), Nov&Sat (E-santé), Hello My Bot.io (Intelligence artificielle), Hygia (e-santé), Influbook (e-tourisme), Kinvent (e-santé), Numix (VR), Orpalis (Électronique grand public), Road-Light (e-sécurité pour les motards et les cyclistes), Rubix (qui analyse la qualité de l’air, les odeurs et mêmes les bruits), Teoola (médial social), Virtual I.I (VR), Wag Travel (e-tourisme), les robots de Wyca, BabyHop, Cirkwi (e-tourisme), le casque connecté pour les moto des Toulousains d’Eyelights, M2R Maritine (smart city), MiPih (e-santé) et Spoty Ride (e-tourisme).

Deux startup de la région primées au CES 2020

L’écosystème numérique d’Occitanie recevra également deux Awards au CES 2020. Ces prix sont décernés aux meilleurs innovations mondiales.

Il s’agit de la jeune pousse Caremitou basée à Montpellier. Elle a inventé une litière connectée pour surveiller la santé des chats. Et des Catalans de BassMe qui ont conçu des casques de musique à placer sur la poitrine. L’innovation offre ainsi une nouvelle expérience sonore.

Depuis 5 ans, les startup françaises sont très attendues à Las Vegas. La French Tech est aujourd’hui l’une des principales attractions du CES. La délégation française est la troisième mondiale avec près de 350 entrepreneurs, derrière les Etats-Unis et la Chine.

>>> CES 2020 de Las Vegas : www.ces.tech

Julien Leroy

09 Déc

Mobile : La couverture 4G en Occitanie est l’une des plus faibles de France

Le site web Zone5G vient de publier son palmarès 2019 de la couverture 4G des régions et départements français. La région Occitanie se classe parmi les 3 derniers du classement. Seulement 70 % du territoire est connecté au réseau de téléphonie mobile.

© MaxPPP

Malgré les agglomérations de Toulouse et Montpellier, la couverture géographique du réseau 4G en Occitanie reste insuffisante.

Seulement 70 % de la région occitane est couvert par la 4G mobile selon le baromètre 2019 Zone5G. Ce site web est le principal comparateur d’offres télécom en France. Il analyse également la couverture mobile et internet de chaque commune à l’aide des données de l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes).  

L’ex-région Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon se classe ainsi dans les 3 dernières de l’hexagone, à 12 points de la moyenne nationale (82 %). La Corse (66 % – 1er ) et la région PACA (69% – 2e) complètent ce podium des mauvais élèves.

Dans le détail, la faible couverture 4G touche particulièrement l’Ariège et la Lozère. Les 2 départements affichent respectivement une couverture de 45 % et de 39 % de leur territoire, un record en France.

Le seul lot de consolation provient de l’Hérault. Même si la moitié du département est couvert par la 4G (56%), il figure dans le TOP 10 des réseaux mobiles les plus performants de France (10e place).

© Vincent Isore / MaxPPP

6 ans après l’arrivée de la 4G dans la région, les collectivités locales et les opérateurs télécom tentent d’atténuer la fracture numérique et gommer les zones blanches.

Exemple avec la première antenne 4G du sud de l’Aveyron inaugurée en décembre 2018 à Lestrade. Ou encore, le village de Payssous en Haute-Garonne qui a du attendre l’été 2019 pour se découvrir internet et le smartphone. Sans oublier les premiers tests de la 5G à Toulouse.

Les opérateurs Télécom ont (encore) 223 points à couvrir en Occitanie

« L’Occitanie est la région ayant le plus de zones blanches identifiées à couvrir par les opérateurs » rappelle Benoit Salles, rédacteur chez Echos du Net.

« Les premiers plans de dessertes de zones blanches ont beaucoup misé sur la 3G. Seul le dernier New Deal mobile entre l’Etat et les 4 opérateurs ont ouvert les vannes de la 4G » poursuit-il. « Ensuite, il ne faut pas oublier qu’avec les montagnes Pyrénées au Sud et Massif Central au nord, l’Occitanie a beaucoup de zones mal desservies ou difficilement desservies« 

« Si en plaine, les réseaux mobiles bénéficient des réseaux très haut débit (Fibre) (..). En montagne, les opérateurs ont plus de mal à déployer en hauteur, pour finalement couvrir les derniers hameaux. Aujourd’hui, les opérateurs ont 223 points à couvrir en Occitanie » conclu Benoît Salles.

>> Plus d’info sur ce palmarès 2019 de la couverture 4G des régions et départements français : cliquez ici.

Julien Leroy

08 Déc

Sport : la startup Sportihome (le Airbnb des sportifs) signe un partenariat avec Décathlon

Exclusivité. Née à Montpellier en 2017, la startup Sportihome continue de grandir. La plateforme de location de logements entre sportifs vient de signer un partenariat avec Décathlon. La marque préférée des Français va désormais commercialiser les offres de la jeune pousse d’Occitanie.

© Alexis Sciard / MaxPPP]

Après la start-up toulousaine Cenareo avec Samsung, c’est au tour de Sportihome de conclure un partenariat avec Décathlon. Ces collaborations entre grands groupes et jeunes pousses innovantes prouvent que l’écosystème numérique d’Occitanie se porte bien.

Créée à Montpellier en 2017, Sportihome est un « airbnb » des voyageurs sportifs. L’application propose à la fois un guide des meilleurs spots dans le monde et la possibilité de loger chez des sportifs aussi passionnés que vous. A ce jour, la plateforme couvre 45 disciplines sportives, recense 6700 locations et revendique près de 30.000 utilisateurs.

Un service unique en France qui a convaincu très tôt, Décathlon. C’est pourquoi, l’entreprise française de grande distribution de sport et loisirs, vient de signer un partenariat commercial avec Sportihome. 

Désormais, certains magasins de l’enseigne vont proposer des offres de location Sportihome à leurs clients. 

« Offrir des services complémentaires autour du matériel de sport vendu dans nos rayons est un réel plus pour nos clients. Imaginez … vous achetez votre nouvelle paire de ski et repartez aussi avec votre réservation de logement à la montagne chez un local lui aussi passionné de ski ! » explique Philippe Cassan, directeur régional de Décathlon Occitanie.

L’offre commerciale sera disponible à partir du 14 décembre 2019 dans les Décathlon de Montpellier, Bordeaux, Strasbourg et Teste de Buch.

Sylvain Morel, cofondateur de Sportihome est ravi de pouvoir s’adosser à l’enseigne préférée des Français (Crédit : Sportihomme)

Sylvain Morel, cofondateur de Sportihome est ravi de pouvoir s’adosser à l’enseigne préférée des Français : « Cette idée de partenariat avec Décathlon nous l’avons eu dès le démarrage de Sportihome. Pour le lancer il nous fallait cependant avoir une offre suffisamment dense pour satisfaire leurs clients et les futurs voyageurs sportifs, c’est chose faite, ils vont adorer !« .

L’entrepreneur montpelliérain espère s’étendre aux autres magasins du groupe. 

En seulement 2 ans d’existence, Sportihome affiche plus de 4000 réservations pour un chiffre d’affaire de 500.000 €. La start-up est également passée de 2 à 10 salariés. 

Julien Leroy

17 Sep

Start-up : L’accélérateur WeSprint se transforme en Business Angel

Né en Occitanie, WeSprint change de stratégie. Après 3 ans d’existence et une cinquantaine de startups accompagnées, l’accélérateur veut devenir un Business Angel. Une nouvelle offre lancée ce mardi 17 septembre. Les candidatures sont ouvertes.

© WeSprint

Dans le vaste écosystème des structures qui accompagnent les startups innovantes, WeSprint dévoile, ce mardi 17 septembre 2019, sa nouvelle stratégie.

Implanté à Montpellier, Toulouse et Marseille, cet accélérateur va progressivement abandonner l’hébergement des jeunes pousses pour se transformer en investisseur.

« WeSprint propose de devenir le premier Business Angel des entrepreneurs innovants en investissant entre 25.000 € et 100.000 k€ en equity dans les startups les plus prometteuses » annonce Arnaud Laurent, CEO de WeSprint. 

La structure veut ainsi répondre aux besoins financiers immédiats des entrepreneurs.

« Nous avons vu beaucoup trop de belles startups mourir ou se retrouver en mauvaise posture à cause d’un manque de trésorerie. Les fonds d’investissement ne sont pas toujours bien adaptés pour les débuts d’une startup et les groupes de Business Angels pas toujours assez rapides dans leurs prises de décision et pas toujours en mesure d’accompagner sur les problématiques quotidiennes ensuite. Voilà pourquoi nous lançons cette nouvelle offre » précise Arnaud Laurent. 

L’objectif est de « devenir le premier Business Angel des entreprises innovantes ». 

WeSprint continuera à proposer une aide opérationnelle aux entrepreneurs grâce aux conseils des 25 mentors du réseau.

La nouvelle offre est ouverte à toutes les startups françaises qui souhaitent bénéficier de ce premier investissement. 

Lancé en 2016 à Montpellier, WeSprint revendique la première place des accélérateurs du Sud de la France, avec 50 startups accélérées en 3 ans. Labellisés French Tech, l’entreprise est partenaire du Startup Garage de Facebook pour l’Occitanie

Julien Leroy