26 Fév

Third Editions, une maison d’édition toulousaine spécialisée dans le… jeu vidéo

Née à Toulouse, Third Éditions publie des livres sur l’histoire et l’univers des plus grandes sagas du jeu vidéo. Un pari osé qui fonctionne ! Aujourd’hui, cette maison d’édition, unique en France, compte 42 ouvrages et plus de 300.000 exemplaires vendus.

© Third Editions

© Third Editions

Publier des livres (sans image) sur l’histoire et la culture d’un grand jeu vidéo. Il fallait oser. Deux Toulousains, Mehdi El Kanafi et Nicolas Courcier, l’ont fait en 2015, en créant Third Éditions. 

« On se consacre à l’étude des plus grandes sagas de l’histoire du jeu vidéo, en prenant le parti d’aborder ces titres comme des œuvres culturelles à part entière » expliquent les deux fondateurs.

Ecrit par des journalistes spécialisés, leurs livres proposent des essais fouillés sur l’univers, sur les créateurs ou sur l’histoire de l’oeuvre. Une ligne éditoriale unique en France.

Certains ouvrages, comme Zelda ou Final Fantasy, ont dépassé les 30 000 exemplaires vendus et ont été traduits en italien, russe, anglais ou espagnol

D’autant plus que les ouvrages ne comportent aucune illustration. « Rien que le texte ! C’est notre marque de fabrique afin de laisser plus de place à l’analyse » précisent-ils.

En 3 ans d’existence, la maison d’édition toulousaine a publié 42 ouvrages sur les plus grandes sagas du jeu vidéo et des comics : Zelda, Final Fantasy, Dark Souls, Residene Evil, Dragon Ball,…

Profitant d’une communauté de passionnés, Third Éditions a déjà vendu 300.000 exemplaires. « Certains ouvrages, comme Zelda ou Final Fantasy, ont dépassé les 30 000 exemplaires vendus et ont été traduits en italien, russe, anglais ou espagnol » expliquent les éditeurs.

« Tous nos livres sont en vente dans l’ensemble du réseau de distribution : librairies traditionnelles, grandes surfaces spécialisées (de type Fnac et Cultura) et espaces culturels de certaines grandes surfaces (Leclerc) » précisent-ils.

Le succès a permis de recruter deux personnes supplémentaires : Clovis Salvat et Damien Mecheri. En attendant d’étoffer l’équipe, autres nouveaux ouvrages dont l’un sur le jeu Diablo, sortiront au printemps.

>> Site officiel : www.thirdeditions.com

Julien Leroy

18 Déc

« Papy Boom », un jeu vidéo (toulousain) où les héros sont des… personnes âgées

Deux créateurs Toulousains sont en train de réaliser un jeu vidéo où les héros sont des…personnes âgées. Baptisé « Papy Bomm », le joueur doit mener une équipe de 3 retraités qui combattent des hordes d’ennemies. Un financement participatif est en cours afin de le commercialiser d’ici 2019.

© Papy Boom

© Papy Boom

Un jeu vidéo avec des personnes âgées. C’est l’idée qui a germé dans la tête de deux jeunes Toulousains de 29 et 30 ans : Sébastien Paya et Thibault Metairie.

« Papy Boom » est un jeu vidéo qui se déroule dans le décor déjanté d’un musée. Les héros retraités doivent « trouvez le voleur de la Faux pour arrêter le maléfice » et se débarrasser des dizaines de squelettes qui hantent les salles.

Pour y parvenir, Lucien possède une « canne multifonctions« , Maggy a dressé son chien « kiki » et Marvin est un spécialiste des explosifs !

Terminé le jeu pour fin 2018

Les deux créateurs viennent de lancer un financement participatif. L’objectif est de récolter 50.000 euros pour terminer le développement du jeu d’ici « fin 2018 » espère Sébastien Paya. Les personnes intéressées ont jusqu’au 4 janvier 2018 pour aider ce trio insolite à voir le jour, sur la plateforme KickStater

Sébastien Paya et Thibault Metairie sont diplômés du studio M de Labège, près de Toulouse. Experts de la 3D, ils se sont lancé en 2015 dans l’aventure du jeu vidéo car « on ne trouvait pas de travail » racontent-ils. Depuis 2 ans, ils développent depuis chez eux et viennent de créer, en septembre 2017, leur start-up  « Break And Fun ». Si Papy Boom est un succès, ils promettent de créer d’autres univers.

>> Plus d’info sur http://www.papy-boom.net/index.html

>> Teaser de Papy Boom 

Julien Leroy

04 Nov

A Toulouse, retransmission sur écran géant de la finale des championnats du monde de « League of Legends »

La finale des championnats du monde du jeu vidéo « League of Legends » a été retransmise, en direct, à Toulouse ce samedi 4 novembre au VillagebyCA. Reportage.

EPA/PAUL ZINKEN / MaxPPP

EPA/PAUL ZINKEN / MaxPPP

Ce samedi 4 novembre, les deux meilleures équipes de la finale des championnats du monde du jeu vidéo « League of Legends », se sont s’affronter à Pékin, pour le titre suprême et un prix d’une valeur de 1 millions d’euros.

C’est l’équipe Samsung Galaxy qui l’a emporté,en battant les double tenants du titre, le SK Telecom T1.

A cette occasion, les deux start-up toulousaines spécialisées dans le e-sport, Betters’ Rift et Atelier Pop Culture, proposaient aux fans et aux curieux, de suivre le match en direct, sur un écran géant. Le rendez-vous était donné au VillagebyCA  situé au 31 Allée Jules Guesde à Toulouse.

Ce n’est pas la première fois que ce type d’événement est organisé dans la ville rose. En 2015, la même finale avait attiré plus de 3000 fans lors d’une retransmission au Zénith. Deux tournois nationaux autour de League of Legends avaient également eu lieu fin 2016.

Sortie en 2009, « League of Legends » est un jeu vidéo de bataille édité par le Chinois Tencent Holdings. Il sʼagit dʼune arène de bataille en ligne multijoueur associant jeu de stratégie en temps réel et jeu de rôle. League of Legends est devenu rapidement un phénomène planétaire, notamment chez les gamers de l’e-sport. Le jeu totalise plus de 100 millions de joueurs en ligne.

>>> Une de nos équipes de France 3 Toulouse (Julie Valin & Eric Cooverits) a suivi la retransmission :


A Toulouse, retransmission de la finale des championnats du monde de « League of Legends »

Julien Leroy

23 Oct

E-sport : la start-up toulousaine Betters’Rift reconnue (de plus en plus) par les fans de jeux vidéo

La start-up toulousaine Betters’Rift continue à tracer son chemin. Elle vient de signer un partenariat avec VaKarM.net considéré comme la plus importante communauté francophone de fans du jeu vidéo « Counter-Strike ». 

© EPA / ANDRZEJ GRYGIEL POLAND OUT (MaxPPP)

© EPA / ANDRZEJ GRYGIEL POLAND OUT (MaxPPP)

La plateforme toulousaine Betters’Rift continue à tracer son chemin.

Un an seulement après son lancement officiel, le spécialiste des paris de jeux vidéo, annonce ce dimanche 22 octobre, un partenariat avec VaKarM.net, le plus important site d’actualité francophone consacré à Counter-Strike

« L’équipe de rédaction de VaKarM.net est reconnue dans l’Europe entière pour la qualité de son travail et fourni aux fans francophones les dernières informations sur la scène Counter-Strike » assure Philippe-Adrien Chaix, Directeur Général de Betters’ Rift. 

« C’est un moment important dans le développement de notre start-up car il s’agit d’une importante reconnaissance de la part de la communauté française des fans de jeu vidéo » poursuit-il.

Betters’Rift prépare également une levée de fonds depuis ses locaux situés au Village by CA de Toulouse. 

Lancé en octobre 2016, Betters’rift propose des paris en ligne sur les matchs de jeux vidéo. Le tout est entièrement gratuit. « Pour parier, pas besoin de carte bleue » précise Philippe-Adrien Chaix, l’un des créateurs. « L’utilisateur se connecte et reçoit une somme virtuelle qu’il peut miser. S’il gagne suffisamment, il peut échanger ses gains contre des cadeaux chez nos boutiques partenaires ».

Unique en France, la start-up toulousaine visent les millions de joueurs à travers le monde (dont 4,5 millions en France) qui s’affrontent dans des compétitions internationales autour de League of Legend, Counter Strike, OverWatch

Ce marché mondial du e-sport (sport électronique) est estimé à 1 milliard d’euros en 2017.

Julien Leroy

15 Oct

Plusieurs jeux vidéo toulousains remportent des prix européens

La filière toulousaine du jeu vidéo est en pleine forme. Ces dernières semaines, plusieurs créateurs de la ville rose ont remporté des distinctions européennes ou mondiales.

Le jeu toulousain Double Kick Heroes - Capture écran

Le jeu toulousain Double Kick Heroes – Capture écran

Double Kick Heroes, meilleur jeu vidéo européen

Double Kick Heroes est un jeu de rythme musical qui met en scène un groupe de métal survivant d’un monde post-apocalyptique. Embarqué dans une Cadillac sur les routes américaines avec leurs instruments, ils doivent dézinguer des zombies à grands coups de métal.

Un concept qui a séduit, fin août, le jury du festival allemand Gamescom considéré comme le plus grand festival du jeu vidéo européen. La création a ainsi remporté le prix du meilleur jeu indépendant.

C’est la sixième distinction pour le studio Headbang Club, dont les membres sont partagés entre Toulouse et Bordeaux.

Abadi, prix européen du jeu vidéo étudiant

Lors du festival européen de jeu vidéo de Strasbourg du 15 au 24 septembre 2017, le Toulousain Abadi a reçu le Prix du Jury du meilleur jeu vidéo étudiant. Une belle distinction pour les 4 jeunes de l’ETPA. Cette école supérieure de la ville rose forme à la photographie et au game design.

Abadi est un jeu de plateforme inspiré de la mythologie de la Perse antique, « remarqué notamment pour sa direction artistique travaillée et son originalité » selon l’association Toulouse Game Dev qui regroupe les développeurs de jeux indépendants.

Oqo, le puzzle qui séduit le monde entier

Les Toulousains Maxime Vican, Florent Réfrégé et Grhyll sont les concepteurs du jeu vidéo Oqo

Un puzzle à l’ambiance méditative pour le grand public. Le jeu n’est pas encore tout à fait abouti mais il reçoit déjà des distinctions. Il a ainsi récemment obtenu le prix ArteCreative au festival européen de Strasbourg et a participé il y a quelque jours au IndieCade. Ce festival de Los Angeles sectionne les meilleurs meilleurs jeux vidéos indépendants de la planète. 

Pour tester ces jeux toulousains, il faudra encore patienter quelques semaines. Ils ne sont pas encore commercialisé mais une version beta de Double Kick Heroes est déjà disponible.

Julien Leroy

06 Sep

Le paintball s’ouvre au monde virtuel avec le jeu vidéo toulousain Xfield Paintball

Innov’action.  Le paintball s’ouvre au monde virtuel. La startup toulousaine de jeu vidéo, Xfield Paintball, sortira à la fin de l’année 2016, un jeu vidéo sur le paintball avec casque de réalité virtuelle. Une innovation parrainée par Microsoft.

© France 3 Midi-Pyrénées

© France 3 Midi-Pyrénées

Le paintball va devenir prochainement une discipline du e-sport (sport électronique). C’est l’objectif de la startup toulousaine, Xfield Paintball.

Elle est en train de concevoir un jeu vidéo en 3D sur le paintball, adapté à l’utilisation d’un casque de réalité virtuelle. Une innovation qui sortira d’ici la fin de l’année 2016 sur PC et console. Des développeurs, des designers et des testeurs ont travaillé pendant un an pour aboutir à ce résultat. Le jeu est très proche de la réalité.

Xfield Paintball avait déjà sortie une première version du jeu sur téléphone mobile il y a 3 ans. L’application avait été téléchargée à plus de 6 millions d’exemplaires. Un vrai succès. Aujourd’hui les fondateurs Toulousains, Fabrice Tron et Sébastien Munier, veulent se lancer sur les plateformes virtuelles. 

C’est pourquoi, Microsoft est devenu le parrain de cette jeune pousse hébergée par l’IOT Valley de Labège, près de Toulouse. Le géant américain va leur offrir un réseau mondial de serveurs informatiques qui permettra de jouer à plusieurs et dans le monde entier.

Pour découvrir en image cette innovation toulousaine, voici le reportage de Denis Tanchereau et Marc Raturat (France 3 Midi-Pyrénées) :


Jeu video Paintball

Julien Leroy