13 Juil

Le casse-cailloux, les rivières et le comté

pbmatique casse cailloux

Aujourd’hui, « casse-cailloux » est un mot clivant. Dans le massif jurassien, le casse-cailloux est au cœur d’une confrontation entre agriculteurs et environnementalistes. D’ici peu, cette opposition pourrait évoluer en discussion pour aboutir à un consensus . Le casse-cailloux est un engin capable de casser de la pierre et ainsi de remodeler les paysages du massif jurassien. Pour les agriculteurs, cela leur permet de regagner du terrain et de passer leurs tracteurs. Pour les environnementalistes, c’est une atteinte grave à l’environnement.

Continuer la lecture

27 Juin

Du plateau à la vallée de la Loue : l’étude du laboratoire Chrono-environnement

Les plaques lysimétriques installées à Chasnans par le laboratoire Chrono-Environnement.

Les plaques lysimétriques installées à Chasnans par le laboratoire Chrono-Environnement.

Comprendre avant d’agir. C’est le principe qui guide Etat et conseil départemental du Doubs pour tenter de sauver les rivières comtoises. Voici une étude lancée par l’équipe pluridisciplinaire du laboratoire Chrono-environnement de l’université de Franche-Comté. Depuis septembre 2015, les scientifiques ont installé un dispositif sur le plateau de Valdahon-Vercel plus exactement à Chasnans, sur les terres de Jocelyn Bolard. Il s’agit de douze plaques lysimètriques qui captent les eaux de pluies dans des sols profonds ou superficiels, dans des prairies ou des cultures. L’objectif  est « d’identifier les sources de contaminations ou de perturbations ainsi que des mécanismes de transferts dans les sols à l’échelle du bassin versant ».

Continuer la lecture

15 Oct

Sauver la Loue : Aide toi et le sol t’aidera !

Journée d'échanges "Les sols en milieu karstiques" à la maison de la Réserve de Labergement-Sainte-Marie

Journée d’échanges « Les sols en milieu karstiques » à la maison de la Réserve de Labergement-Sainte-Marie

Nous le foulons sans le connaître vraiment. Le sol est le milieu le plus riche en biodiversité et pourtant il n’a pas véritablement de protection juridique. 2015 a été déclarée année internationale des sols par l’ONU pour nous faire prendre conscience des dangers qu’ils encourent actuellement. En France, le CESE conseil économique social et environnemental a rendu en mai  2015 un rapport intitulé « La bonne gestion des sols : un enjeu de société ». L’une de ses deux rapporteurs est jurassienne.

Continuer la lecture

25 Mai

Le colloque de la Loue et des rivières comtoises (2) : penser le changement

Reprenons notre interrogation ébauchée lors de la rédaction de l’article précédentCes deux journées du colloque scientifique consacrées à l’état et à l’avenir des rivières comtoises les 23 et 24 avril dernier à Besançon poussent à la réflexion : pourquoi « penser le changement » plutôt que de « changer le pansement » ? Raisonner dans le temps et l’espace peuvent nous aider à avancer.

LE TEMPS DES CHOIX

Dans la vallée de la Loue comme ailleurs dans le monde, les hommes sont confrontés à des choix en ce début du XXIe siècle. Des choix imposés par le changement climatique. Plus que jamais, les questions environnementales sont à l’ordre du jour. Des courants de pensées écologistes mettent en avant la « croissance sélective ». C’est un changement de culture. Il s’agit de revoir les modes de production et de consommation pour favoriser une croissance compatible avec la préservation de l’environnement. Ce débat n’a pas été abordé lors du colloque scientifique mais les résultats présentés peuvent inciter à cette réflexion.

Continuer la lecture

23 Avr

Les enjeux du colloque scientifique pour la Loue et les rivières comtoises

Ouverture du colloque scientifique sur l'état des rivières comtoises

Ouverture du colloque scientifique sur l’état des rivières comtoises

Pourquoi passer deux jours à écouter, noter, partager, expliquer, présenter des études scientifiques sur l’état de la Loue et des rivières comtoises ? Depuis les mortalités de poissons de 2010 dans la Loue puis dans d’autres rivières de Franche-Comté les années suivantes, les causes de ce mauvais état des rivières commencent à être connues; alors pourquoi continuer de chercher et attendre des résultats d’études avant d’agir ? Il y a des raisons et elles valent la peine d’être entendues.

Continuer la lecture

22 Avr

Un colloque scientifique pour les rivières comtoises

Le laboratoire Chrono Environnement de l'université de Franche-Comté

Le laboratoire Chrono Environnement de l’université de Franche-Comté

 

C’est un rendez-vous attendu par tous les défenseurs des rivières de Franche-Comté. Pendant deux jours, les 23 et 24 avril, des scientifiques présentent leurs travaux. En 2012, lors des Assises de la Loue, l’Etat et le conseil général avait commandé au laboratoire Chrono Environnement une série d’études pour mieux comprendre l’origine des pollutions dont est victime la Loue. Des premiers résultats sont présentés lors de ce colloque. Avec Laurent Brocard, Thomas Hardy et Stéphanie Chevallier, nous avons rencontré les scientifiques sur le terrain à la source de la Loue et dans leur laboratoire de Besançon :

François Degiorgi, maître de conférence; Nadia Crini, ingénieur de recherche, Axelle Chiffre doctorante et Pierre-Marie Badot, professeur :

Ce colloque n’est pas ouvert au public mais il est retransmis en direct sur le site du laboratoire Chrono Environnement.

La première matinée sera consacrée au changement climatique en Franche-Comté et à l’importance du karst sur le fonctionnement des rivières comtoises.
L’après-midi, les scientifiques de l’ONEMA, du laboratoire Chrono Environnement et de l’université de Savoie feront le point sur l’état des rivières et de leurs faunes. Vendredi, gros plan sur la notion de bassin versant et les questions agronomiques avec en particulier les expériences menées sur le bassin versant de Plaisir Fontaine. Enfin, l’après-midi du vendredi, les innovations dans l’assainissement des eaux usées, les actions de développement agricole contre les pollutions et la biodiversité des prairies seront les trois dernières interventions de ce colloque.

Isabelle Brunnarius
isabelle.brunnarius@francetv.fr

 

04 Juil

Qu’attendre de la Conférence départementale Loue et rivières comtoises ?

C’était une promesse des Assises de la Loue. En octobre dernier, préfecture et conseil général du Doubs organisaient une journée d’informations et d’échanges autour des problèmes de la Loue.« Le temps presse, on change de rythme et de méthode » affirmait Claude Jeannerot, le président du conseil général du Doubs. « Nous devons faire plus, nous devons faire mieux » renchérissait le préfet Christian Decharrière.  Pour y parvenir, le principe d’une Conférence départementale était créée avec comme objectif la tenue de deux réunions par an et la participation d’un conseil scientifique.
Cette première conférence est prévue ce vendredi 5 juillet à Quingey. Contrairement aux Assises, elle se tiendra à huis clos et ne durera que deux heures et demie. Les suivis de qualité de l’eau, le point sur les mesures du SDAGE, les actions menées sur la Haute-Loue et Haut-Doubs, l’évolution de la gouvernance sont au programme de cet après-midi. Continuer la lecture

18 Juil

L’Université de Franche-Comté et la fédération de pêche du Doubs au chevet de la Loue

La Loue va être auscultée sous toutes les coutures. Les chercheurs du laboratoire de chrono-environnement viennent de commencer leurs travaux. Annoncée depuis au moins un an, cette vaste étude prévue sur cinq ans a enfin commencé ces jours derniers.« Il s’agit,  m’a expliqué François Degiorgi, l’un des coordinateurs de cette étude, d’un travail pluridisciplinaire qui porte aussi bien sur le bassin versant que sur la rivière. L’objectif est de localiser les causes du mauvais état de la Loue puis de chercher à les relier à une spacialisation des effets dans la rivière« .

Programme Loue Université 02122011
Pendant une première phase de trois ans, une quinzaine de chercheurs va travailler sur le terrain pour cette étude. Ils sont chimistes, biologistes, géologues, pédologues; la plupart d’entre eux sont rattachés au laboratoire de chrono-environnement mais le laboratoire de géographie Théma, le museum d’histoire naturelle de Besançon, l’Université de Neuchâtel, le laboratoire d’analyse de Poligny prêteront également main-forte à l’équipe. Déjà des universitaires ont  prélevé des larves et des insectes adultes au bord de la Loue pour pouvoir évaluer la qualité du milieu de façon beaucoup plus précise que les indicateurs utilisés habituellement pour classer les rivières.

Autre partenaire de taille, la fédération de pêche du Doubs. Dès lundi, une soixantaine de pêcheurs est mobilisée chaque jour de la  semaine pour réaliser des pêches électriques afin d’effectuer de nouveaux inventaires piscicoles sur au moins huit stations de la Loue. Toutes les associations de pêche de la vallée, les fédérations de pêche des départements de Bourgogne et de Franche-Comté, le département de l’Ain ainsi que des bénévoles sont mobilisés la semaine prochaine.

Tout les amoureux de la Loue ont encore en tête les images des relevés piscicoles effectués, eux aussi à grand renfort de moyens et de médias par l’Onema en 2010. Alors, pourquoi recommencer et ne vaudrait-il pas commencer à agir concrètement pour diminuer les sources de pollution ?

« Pour que les politiques se bougent encore plus, il faut des preuves sur les origines de la pollution, m’explique Alexandre Cheval, garde pêche de la fédération du Doubs, cette étude va permettre d’affiner le tir, il nous faut des connaissances les plus fines possibles pour réajuster le tir. En 2010, l’Onema n’avait travaillé que sur quatre stations ».

Les « politiques » se sont déjà bougés en finançant cette étude qui coûte 360 000 euros pour la première phase. Environ 80% de  cette somme est prise en charge par l’Agence de l’Eau, le conseil général du Doubs et le conseil régional de Franche-Comté; le reste étant financé par l’Université de Franche-Comté.

De nombreuses études ont été réalisées ces vingt dernières années, pas forcément coordonnées. Tout l’enjeu de ce travail va être de savoir capitaliser les résultats déjà publiés et surtout d’identifier beaucoup plus précisément l’impact des activités humaines sur le bassin versant de la Loue. En 2015, la directive européenne sur l’eau devra être renouvelée. Les premiers résultats  de cette étude sur la Loue pourraient bien être examinés de près.  De ses malheurs, la Loue pourrait ainsi en tirer un petit bénéfice. La rivière, connue dans toute l’Europe par les pêcheurs à la mouche, pourrait se faire aussi une réputation auprès des milieux scientifiques en étant devenue un véritable laboratoire à ciel ouvert.

Isabelle Brunnarius

11 Mai

10 mai 2011 : l’étude du laboratoire de l’université de Franche-Comté

A l’occasion du dernier point d’information de la préfecture du Doubs, nous apprenions la proposition du laboratoire de chrono-environnement de  l’université de Franche-Comté de lancer un programme de recherche sur les dysfonctionnements constatés dans les rivières karstiques comtoises. Au cours de leur reportage à Chenecey-Buillon, Thierry Chauffour et Laurent Brocard ont rencontré Philippe Boisson , journaliste et environnementaliste; François Degiorgi et Hervé Decourcière du laboratoire de chrono-environnement.