05 Juil

Les Espaces Naturels Sensibles dans la vallée de la Loue : un outil pour la biodiversité

La falaise de Hautepierre-le-Chatelet

« A bras le corps ! » Voilà comment le gouvernement d’Edouard Philippe dit vouloir lutter contre la chute vertigineuse de la biodiversité. Avec Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, le gouvernement se donne comme objectif d’avoir « zéro artificialisation nette », c’est à dire compenser chaque surface bétonnée ou goudronnée par la même superficie rendue à la nature par ailleurs. Pas d’échéance fixée pour l’instant.. En attendant, il existe déjà une mesure de type compensatoire.

Continuer la lecture

20 Nov

La Vue du Lac Leman de Granville au musée Courbet d’Ornans

Le tableau Vue du lac Léman de Courbet prêté pendant un an au musée Courbet d'Ornans

Le tableau Vue du lac Léman de Courbet prêté pendant un an au musée Courbet d’Ornans

Chez Gustave Courbet, il y a les bons et mauvais jours. Le peintre est connu pour sa bipolarité. Le maître d’Ornans a laissé des chefs d’oeuvres et des peintures beaucoup moins réussies. La Vue du Lac Léman, réalisée l’année précédente de celle de sa mort en 1877, fait partie de celles qui marquent un jalon dans l’oeuvre du peintre.

Continuer la lecture

11 Oct

Musée Courbet d’Ornans : une nouvelle association recherche des mécènes

Les nouveaux mécènes de Courbet. Les membres du bureau.

Les nouveaux mécènes de Courbet. Les membres du bureau : Rolande Bouvot, Pascal Pasquier, Annick Henriet-Deslestre, Michel Bouvot, Claude Dasnoy.

2019, c’est demain ! Tout du moins pour les amis de Courbet. Ils fêteront, cette année-là, le bicentenaire de la naissance du peintre dans la vallée de la Loue. Aujourd’hui, des passionnés de Courbet viennent de déposer les statuts d’une nouvelle association à la préfecture du Doubs : « Les nouveaux mécènes de Courbet ». Leur objectif est surtout de convaincre des mécènes de participer à l’achat de tableaux du maître d’Ornans pour enrichir la collection du musée d’Ornans et aussi financer des événements pour le Bicentenaire.Une ambition qui tombe à pic avec celle du conseil départemental du Doubs qui veut faire de son musée, une pièce maîtresse pour rayonner en France et à l’international avec le Bicentenaire comme détonateur.

Continuer la lecture

04 Mai

La frayère à brochet de la Corne d’Avanne : une alternative à l’alevinage

Pêche électrique dans la frayère à brochet du Doubs à Avanne-Aveney

Pêche électrique dans la frayère à brochet du Doubs à Avanne-Aveney

C’est une mare au milieu d’un champ, ni plus ni moins. Une immense flaque à peine photogénique et pourtant son histoire illustre bien l’évolution du monde de la pêche. Nous sommes à Avanne-Aveney, plus exactement dans la Corne d’Avanne au lieu dit Les Fossés, un ancien site de granulat. C’est un peu comme une île, le canal enferme l’Espace naturel sensible, géré par le conseil départemental du Doubs.

 

La Corne d'Avanne vu du ciel par Géoportail

La Corne d’Avanne vu du ciel par Géoportail

Aujourd’hui, si vous étiez partis vous promener dans ce secteur vous auriez pu rencontrer des pêcheurs, sans canne à pêche mais avec des filets… Plus exactement, ces techniciens de la fédération de pêche du Doubs comptaient des petits brochets. Cette pêche électrique est organisée chaque année pour vérifier le bien-fondé de la démarche de la fédération).

En 2011-2012, des travaux de déboisement ont permis de creuser une frayère au sud-ouest du secteur en prairies. Des travaux financés par le conseil départemental du Doubs. En 2006, la collectivité a mis au place « un schéma départemental permettant d’identifier des espaces à intérêt patrimonial particulier ».  D’où la « réhabilitation des prairies, afin de redynamiser la biodiversité. Ces actions sont accompagnées d’autres aménagements : création d’un sentier de découverte, réhabilitation de l’espace des jardins en jardins familiaux, mise en place d’un parking.

Si les brochets ont trouvé un lieu idéal pour se reproduire, c’est parce que les hommes ont redonné à cet espace une fonction de zone humide. Des travaux ont permis de créer les conditions pour que les brochets viennent déposer leurs oeufs sur des herbes légèrement inondées. Ces poissons sont capables de parcourir 60 kilomètres pour frayer ! Dans la rivière Doubs, ce n’est plus trop possible en raison des nombreux barrages. En tout cas, ils ont trouvé le chemin de la frayère de la Corne d’Avanne ! Chaque année, les spécialistes de la fédération de pêche du Doubs repèrent des petits alvins. Voici le reportage réalisé aujourd’hui par mes confrères Jean-Luc Gantner, Philippe Arbez et Stéphanie Chevallier. Avec Jean Sebastien Brocard, garde pêche et Thomas Groubatch, Biologiste, chargé de mission de la Fédaration de pêche du Doubs  :


Les comptages des alvins de Brochet à Avanne Aveney

La frayère d’Avanne a la particularité d’être vaste : entre 5 et 6000 m2 soit trois à quatre fois la taille d’une frayère habituelle. Autre avantage, les terrains appartiennent au conseil général du Doubs, c’est plus facile pour intervenir que lorsque l’espace est détenu par de nombreux petits propriétaires. Plus tard, ces petits poissons vont rejoindre le Doubs et vivre leur vie de brochet dans le Doubs. Ils feront également la joie des pêcheurs de l’AAPPMA La concorde du Doubs. Dans d’autres endroits du département, cette méthode naturelle n’est pas encore pratiquée. Les sociétés de pêche dépensent des milliers d’euros pour acheter aux piscicultures des alvins ou des brochets. Cette « nurserie naturelle » est non seulement beaucoup plus économique mais elle intègre une démarche de préservation du milieu naturel. Eviter les inondations en canalisant le Doubs n’a pas eu que des bienfaits. Aujourd’hui, ces prairies de l’agriculteur du secteur sont inondées mais elles participent au développement de la biodiversité. A la période sèche, les vaches viennent, fertilisent naturellement la prairie. Un pâturage bénéfique à la frayère. Une pratique agricole saluée par les pêcheurs ! Du cycle infernal de creusement du lit du Doubs expliqué dans le reportage par Thomas Groubatch, on passe ainsi progressivement au cercle vertueux de l’agroécologie.

 

Isabelle Brunnarius
isabelle.brunnarius(a)francetv.fr

12 Jan

Sécheresse en plein hiver dans le Haut-Doubs : l’enjeu des ressources en eau potable

Eau potable

Eau potable

Juste deux jours avant Noël, pas une goutte d’eau ne sortait du robinet de quelques habitations d’Arc-sous-Cicon… La ressource en eau est fragile, on a tendance encore à trop souvent l’oublier. Depuis trois semaines, la société Gaz et Eaux appelle les habitants de la crête du Haut-Doubs à modérer leur consommation d’eau. Une première dans ce secteur qui peut s’expliquer par la sécheresse de ces derniers mois. Les dernières pluies remontent au 20 novembre dernier. Les ressources en eau sont à la moitié de ce qu’elles devraient être à cette période de l’année. La situation est préoccupante car la météo ne devrait pas s’améliorer, une période de gel est annoncée pour les jours prochains. Selon les services techniques de la ville de Morteau, il manquerait actuellement entre 150 à 170 m3 d’eau par jour d’où l’incitation à la chasse au gaspillage. Autre mesure, le recensement de tous les agriculteurs du secteur pour éventuellement les approvisionner par citerne dès lundi prochain.

Continuer la lecture

06 Nov

Copier la peinture de Gustave Courbet, c’est tout un art !

Franck Pretalli, vainqueur 2016 des Journées des copistes d'Ornans

Franck Pretalli, vainqueur 2016 des Journées des copistes d’Ornans

Jeune, Gustave Courbet a appris son métier au Louvre et dans d’autres prestigieux musées. Le Franc-Comtois a copié les maîtres anciens. Lorsque vous visitez la collection permanente du musée Courbet d’Ornans vous pouvez découvrir une copie de la « Vision de Saint Jérôme » de Le Guerchin, réalisée par Courbet vers 1840. Ces jours derniers, c’était au tour d’une quinzaine de copistes de se confronter à l’oeuvre du maître d’Ornans. Cela fait 25 ans que l’Institut Courbet organise ces journées des copistes à Ornans. Une institution !

Continuer la lecture

07 Juil

Gustave Courbet et les impressionnistes, une histoire de rencontres

Vague. Gustave Courbet. 1869.

Vague. Gustave Courbet. 1869.

A Ornans, la saison estivale commence avec l’exposition du musée Gustave Courbet.  C’est chose faite avec l’inauguration ce vendredi 8 juillet de « Courbet et l’Impressionnisme ». L’équipe du musée Courbet poursuit son exploration de la peinture de paysage et donne les clés pour comprendre les résonances entre artistes du XIXe siècle. Plus de quatre-vingts oeuvres de Gustave Courbet dont certaines sont prêtées par le musée d’Orsay,  retracent les rencontres, les échanges et l’inspiration réciproque dont se sont nourris ces artistes du XIXe siècle.

Courbet est l’un des précurseurs de l’impressionnisme mais il n’a pas été le seul à faire sauter les verrous de la peinture académique. Les maîtres de Barbizon qui allaient peindre dans la forêt de Fontainebleau ont, eux aussi, franchi le pas. Continuer la lecture

28 Juin

Vers la création d’un label d’excellence environnementale pour protéger la Loue et les autres rivières comtoises

Conférence départementale du 28 juin 2016 à Besançon -collège Camus.

Conférence départementale du 28 juin 2016 à Besançon -collège Camus.

La méthode est rodée. Ce 4 eme rendez-vous pour sauver la Loue et les rivières karstiques de notre région a suivi le même protocole que les précédents. Les conférences départementales regroupent des élus, des techniciens de l’Etat et du départements, des représentants des associations de défenses des rivières, des représentants de toutes les activités humaines sur le territoire : l’agriculture, l’industrie, la filière bois .. Tout le monde connaît à peu près tout le monde. Seuls les plus motivés d’une impressionnante liste d’invités font le déplacement. Top Chrono, c’est parti pour 3h30 de présentations avec une petite place pour les questions dans la salle. L’objectif est de partager les informations, les résultats scientifiques, les mesures envisagées ou prises.. Tout va très vite.. Les intervenants ont pour mission impérative de ne pas dépasser leur temps imparti. Alors que retenir d’une telle matinée ? Est-ce vraiment utile ? Oui et non. Continuer la lecture

27 Juin

Que s’est-il passé depuis la dernière Conférence Loue et rivières comtoises ?

La Conférence déparementale de la Loue et des rivières comtoises du 5 décembre 2014.

La Conférence départementale de la Loue et des rivières comtoises du 5 décembre 2014.

Il a juste fallu être patient. Ce mardi 28 juin à Besançon va se tenir la 4 eme Conférence départementale « Loue et rivières comtoises ». Soyons honnête, je n’avais plus en tête la date de la 3 eme édition de ce rendez-vous phare pour les défenseurs des rivières tellement l’eau a coulé sous les ponts de la Loue. Alors j’ai cherché dans mes archives et j’ai finalement trouvé utile de faire un petit retour en arrière.

Continuer la lecture