30 Sep

Livres : reconversion énergétique, la Bretagne en pointe

©PHOTOPQR/LE TELEGRAMME ; Montage de l' hydrolienne sous-marine Sabella D10

©PHOTOPQR/LE TELEGRAMME ; Montage de l’ hydrolienne sous-marine Sabella D10

À force de multiplier les initiatives dans l’éolien, l’éolien offshore, l’hydrolien, cela finirait bien par se voir. Si la Bretagne ne produit que 12 % de son électricité, elle n’est pas en reste pour innover, grâce à des gens passionnés, et têtus. Le journaliste Pierre-Henri Allain passe en revue les expériences originales qui mettent la Bretagne sur les rails de la reconversion énergétique. Continuer la lecture

03 Fév

Newind va lancer une première série de l’Arbre à vent

L’Arbre à vent s’insère dans l’environnement urbain

Le prototype d’arbre micro-éolien va être produit sur une première série. C’est ce qu’annonce la société bretonne Newind, lauréate du 1er Grand Concours de l’innovation du CNAM en octobre dernier.

Cette distinction, et les résultats du prototype qui alimente le radôme de Plemeur-Bodou, ont permis à la start-up de lever 1,150 million d’euros  auprès d’Armor Angels et WiSEED à hauteur de 760 k€ en capital), le Crédit Mutuel de Bretagne, le Crédit Agricole des Cotes d’Armor, et IniOaOve Armor. Continuer la lecture

01 Déc

Ionwatt: la batterie next-génération made in Rennes

François Huber , directeur du développement, Didier Floner, maître de conférences à l’Université de Rennes 1 et inventeur de la technologie, et Florence Geneste, chargée de recherche au CNRS. © Ionwatt

François Huber , directeur du développement, Didier Floner, maître de conférences à l’Université de Rennes 1 et inventeur de la technologie, et Florence Geneste, chargée de recherche au CNRS. © Ionwatt

C’est le fruit de la recherche publique de l’Université de rennes 1: une batterie nouvelle génération qui permet de stocker de l’électricité provenant de l’éolien durant 10 heures, et sans danger. L’équipe de Matière condensée et systèmes électroactifs (Université de Rennes 1/CNRS) de l’Institut des sciences chimiques de Rennes a déposé 4 brevets et développe un savoir-faire confidentiel pour une batterie à électrolyses hautes-performences.

 

L’enjeu: stocker l’énergie éolienne et mettre en oeuvre une gestion intelligente de la ressource en électricité (smart-grid). Un exemple et tout s’éclaire, c’est le cas de la dire. Mon éolienne horizontale, exemple un Arbre à vent, bien intégrée dans son écrin de verdure, a fonctionné toute l’après-midi. Mais c’est cette nuit que j’aurai besoin de chauffer mon chalet. Il me faut une batterie.

Il existe déjà des batteries à électrolytes, mais celle d’Ionwatt présente « des rendements nettement améliorés« , et « utilise des électrolytes qui existent en ressources quasi-illimitées et donc moins sensibles aux fluctuations du marché des matières premières, contrairement aux électrolytes d’origine minière actuellement utilisés » précise un communiqué de Rennes Atalantes.

Ionwatt est soutenu par la satt (Société d’accélération du transfert de technologie) Ouest Valorisation, qui a injecté 800 000 euros pour son développement. Sept emploi sont prévus d’ici l’été prochain.