02 Jan

Innovation : 14 projets expérimentaux « grandeur nature » pour 2018 en Bretagne

Splashelec permet de barrer un voilier au joystick

Splashelec permet de barrer un voilier au joystick

La Région a sélectionné 14 projets associant des start-up et des structures diverses (hôpitaux, collectivités) afin d’expérimenter « grandeur nature » des solutions innovantes. On en retrouve logiquement dans l’agriculture, la pêche, les hôpitaux… mais pas que.

Côté entreprises, on retrouve dans ce groupe la start-up MaPui, avec un projet de plateforme de conciliation médicamenteuse, Splashelec avec une solution pour la voile adaptée, ainsi que Wi6Labs et ses technologies de gestion intelligente, dont nous avons eu l’occasion de parler.

La Région Bretagne va aider, sous forme d’avances remboursables et de subventions, 14 projets portés par une entreprise et un « expérimentateur ». On y retrouve des collectivités territoriales, un lycée, des hôpitaux mais aussi des groupements professionnels dans la pêche ou l’agriculture.

Le soutien se monte à 784 000 euros et permettra à une start-up de tester un prototype avant sa phase de commercialisation, ou d’adapter un produit ou une technologie existante sur un nouveau marché.

Au total, ce sont 17 structures diverses (entreprise, centre hospitalier, lycée…) qui mèneront des expérimentations dans lesquelles les objets connectés et la gestion ou la détection à distance prédominent.

 

 

20 Nov

To Good to Go : l’appli pour chasser le gaspi

vlcsnap-2017-11-20-14h26m19s928C’est la semaine européenne des déchets. Afin d’éviter des marronniers qui rempliraient un centre de compostage entier, l’appli To Good to Go offre un sujet local et de saison. Grâce à elle, la Bretagne a économisé 8 500 repas.

L’appli To Good To Go plait aux Bretons. En tout cas aux Rennais et aux Brestois. Grâce à cette appli qui vous permet d’acheter, à moindre prix, des repas ou des denrées invendues chez des commerçants partenaires, 5 000 repas ont été économisés à Rennes, et 3 500 à Brest depuis son lancement en août.

Dans ces deux villes bretonnes, To Good To Go a convaincu des commerçants partenaires, 40 à Rennes et 24 à Brest, de mettre des produits à prix réduits en fin de service.

Grâce à l’application, on peut choisir qui de la viennoiserie, qui un petit repas, et l’acheter en ligne. Reste à venir chercher ses produits (svp, venez avec votre sac) à l’heure indiquée, en général ou heure de fin de service ou de fermeture.

« Cela me permet tout juste de payer ma matière première » m’a expliqué un boulanger chez qui j’étais passé prendre mon « panier », « mais par les temps qui coururent, c’est déjà pas si mal, et c’est toujours mieux que de jeter ».

Côté « client », on n’aura pas toujours le choix précis de sa commande, et les horaires ne sont pas forcément calés sur ceux de notre estomac. Mais là encore, le geste et les économies nous font faire ce petit pas de côté sur nos habitudes alimentaires.

L’appli To Good To Go est à classer dans les bonnes initiatives pour chasse le gaspi, tout comme Frigomagic, qui est très complémentaire, et qui vous aidera éventuellement à cuisiner les produits de votre panier surprise.

14 Nov

La Fabrique de dessin : le site de strips, tease à Rennes

La_Fabrique_de_dessins0010-00_00_02_02

Le site a un an, et propose de la vente de dessins d’artistes graphiques et d’illustrateurs, avec la possibilité de passer des commandes personnalisées. Une start-up pas comme les autres, qui comme les autres cherche son modèle. Et commence à trouver sa place dans « l’écosystème ».

Les créateurs de start-up sont biberonnés au business plan, à la mise à l’échelle, à la levée de fond et à la preuve de concept. Celle de Nicolas Maszader n’a pas fait exception lors de son passage au Booster, l’accélérateur de la French Tech.

Mais aux investisseurs et autres business angels, il ne leur expliquait pas qu’il disruptait, qu’il diffusait over the top, il ne leur parlait ni d’IOT ni de blockchain. Non, il leur parlait… de dessins.

« Ils me regardaient bizarrement, bien sûr, car ils ont plus l’habitude de parler nouvelles technologies, blockchain, et des choses comme ça », raconte Nicolas Maszader, « quand je leur ait dit que je voulais revenir au papier, au crayon, à l’encre, ça a fait tout drôle, mais il y a eu un bon accueil de la part des professionnels et du public, car ce sont l’objet revient, comme le vinyle dans la musique »

L’objet, c’est un dessin original. A la plume, à l’encre, au crayon. Un croquis à la volée, une série contemporaine. Des visuels que les marques, les vitrines, les plaquettes utilisent de plus en plus, au-delà de l’édition.

« Nous faisons du service aux particuliers, avec des portraits par exemple » détaille Nicolas, « ou aux entreprises pour illustrer des événements ou dans le cadre de réunions avec de la facilitation graphique ».

Ces artistes, une trentaine d’auteurs, ont donc la côte, en attendant, à l’instar des peintres, de quelques photographes et d’une poignée de dessinateurs de BD, d’en avoir une.

Mais là n’est pas le pari de la Fabrique de dessins. Celui de vous rendre riche grâce à son « crew » : « comme je veux montrer des dessins en vrai, j’organise des rencontres, des événements » explique Nicolas Mazader.

Comme cette exposition dans un « bar à jeu » de Rennes durant le mois d’Inktober (tous les jours un croquis, un mouvement mondial).

L’expo est finie, car nous sommes en Movember, mais l’agenda de la Fabrique de dessins est à surveiller !