12 Mar

Auxerre : les leçons du sondage

auxerreC’était un sondage très attendu , puisqu’à  part un sondage sur Dijon il y a maintenant plusieurs semaines qui  donnait une large victoire de François Rebsamen , aucune enquête n’avait été réalisée en Bourgogne, et Auxerre faisait partie depuis longtemps des villes que l’UMP s’estimait en capacité de prendre…. Continuer la lecture

19 Fév

Harlem Désir ira à Decize soutenir un maire PS …sans candidat face à lui !

Au départ, Harlem Désir , le premier secrétaire du PS devait venir dans la Nièvre ce jeudi  pour s’intéresser à la filière bois , faire un crochet à Decize, et terminer à Nevers, ville symbole pour le Ps, là où le candidat François Hollande est venu le 1er mai 2012. Sauf que le programme a changé ce mercredi soir . Exit Nevers, il reste donc …Decize. Decize où le maire PS était seul en lice en 2008, Decize ou le maire PS sortant sera très probablement à nouveau seul en lice en 2014 … Faut-il y voir un signe, un symbole, ou faut-il en rire ?

10 Fév

Semur-en-Auxois : deuxième manche en vue ?

« Rattrapons le temps perdu » l’intitulé de la liste présentée par le socialiste Michel Neugnot ce week-end à Semur-en-Auxois (21) ne fait pas dans la dentelle , et elle annonce une nette volonté de revanche !

Le secrétaire fédéral de Côte d’Or du Parti Socialiste, ancien maire de Semur depuis 1997 avait été battu en 2008 par le DVD Philippe Guyenot, au terme d’une campagne plus que tendue ! Dans un deuxième tour à 3 candidats, Philippe Guyenot l’avait emporté de 172 voix, avec une participation record de 82,8% , dans un contexte houleux portant en particulier sur le dossier d’une décharge à proximité de la ville, dossier soutenu alors par le maire.

Les 3 candidats de 2008, Philippe Guyenot, Michel Neugnot et Catherine Sadon , à nouveau en lice, se préparent donc à la revanche….

05 Fév

Nevers : la tête de liste de l’UDI se préciserait-elle?

L’UMP avait annoncé la rupture des négociations avec l’UDI pour bâtir une liste d’union à Nevers. Mais dans la coulisse , les discussions ont continué, avec en particulier un arbitrage national…et d’après certaines sources , une réunion aurait eu lieu ce matin à Paris, et il aurait été décidé qu’à Nevers ,c’est l’UDI qui mènerait la liste de droite, soutenue par l’UMP :

Le candidat UMP Philippe Cordier , contacté, nous a déclaré ne pas être au courant, mais le secrétaire départemental Jacques Baudhuin nous a lui contacté pour démentir la possibilité d’un leadership UDI, restant sur la ligne d’une liste d’union menée par l’UMP. L’UDI Guillaume Maillard, lui n’a pas reçu de notification officielle, mais il n’a pas infirmé l’existence de cette réunion.  En 2008, c’est le Nouveau Centre Jean-Luc Martinat qui avait affronté Didier Boulaud au deuxième tour de l’élection municipale

03 Fév

Chalon : qui pour mener le Front National ?

le message d'Estelle Arnal

le message d’Estelle Arnal

C’est pour l’instant une des questions sans réponse de cette campagne des élections municipales : qui sera la tête de liste du Front National à Chalon-sur-Saône ? On se souvient que la jeune Estelle Arnal a jeté l’éponge, invoquant à la fois un manque d’investissement de son parti et des rivalités internes…

Depuis, plus rien, jusqu’à un nouveau message d’Estelle Arnal ce week-end (voir ci-contre) : et on y apprend que celui (un homme donc) qui devait la remplacer à la tête de la liste , aurait lui aussi jeté l’éponge , pour dit-elle « le même problème ».

On apprend aussi qu’Estelle Arnal est en train de monter une association, et qu’elle n’exclut pas que cette association puisse se transformer en liste, « avant ou après les élections municipales »…L’ambiance n’est manifestement pas au beau fixe !

 

En 2008, c’est Christian Launay, alors responsable départemental , qui avait mené la liste , avec 4% des suffrages (673 voix) , mais à l’élection présidentielle, plus de 16% des électeurs chalonnais , 3 338 exactement , avaient accordé leurs suffrages à Marine le Pen .

30 Jan

Nevers : le Front National change de tête de liste!

cgaillard

Christophe Gaillard

La rumeur courait depuis plusieurs jours , et les choses se sont accélérées aujourd’hui . Valérie Renard , annoncée comme numéro 1 sur la liste n’est plus la tête de liste du Front National à Nevers pour les prochaines élections municipales ! Le porte-parole de la liste Christophe Gaillard nous l’a confirmé au téléphone ce soir.Et c’est ce même  Christophe Gaillard qui est très fortement pressenti pour prendre la tête de la liste , même si rien n’est officiel pour l’instant.Christophe Gaillard qui présente la particularité d’avoir porté les couleurs du parti socialiste aux municipales à Imphy en 2008.

28 Jan

François Rebsamen dans « la France des fiefs »

 

roiteletsC’est un ouvrage qui vient de sortir, et qui permet de comprendre pourquoi les sondages nationaux et les tendances « vues de Paris » ne disent pas grand-chose du déroulement des prochaines  élections municipales dans les grandes villes que les journalistes qualifient de fiefs !

Le journaliste Olivier de Lagarde a coordonné pour les éditions « l’Archipel » une série de portraits, écrits par des journalistes locaux qui connaissent bien leur « roitelet ». Martine Aubry, Bertrand Delanoë, Gérard Collomb, Christian Estrosi , Jean-Claude Gaudin …ou François Rebsamen, croqué par mon confrère de France 3 Bourgogne, Eric Sicaud qui s’y connait en vie politique dijonnaise sous le titre « le marginal ». Tout un programme !

24 Jan

Chalon : « jolies prises » pour Christophe Sirugue

sirugueLa présentation de la liste du député-maire Ps de Chalon-sur-Sâone Christophe Sirugue a révélé son lot de surprises, avec , au côté du PS, du PC, d’EELV et du PRG une ouverture au centre-droit. On y trouve d’abord Gilles Manière, qui en 2008 avait été candidat au côté du candidat UMP Gilles Platret avant de prendre ses distances. Mais la « prise » de Christophe Sirugue s’appelle Karine Delorme, ancienne adjointe à la culture de Dominique Perben et de Michel Allex, et fine  connaisseuse des réseaux culturels chalonnais .Autre nom, Fabrice Durand, dont notre confrère Laurent Guillaumé d’Info-Chalon nous apprend qu’il est le gendre de Jean-Pierre Bouvet, lui aussi figure de l’époque Perben.

21 Jan

Sens, la cité des batailles et des psychodrames

sens

l’hôtel de ville de Sens

Avec la candidature de la députée UMP Marie-Louise Fort ,c’est une nouvelle bataille homérique qui se profile à Sens pour ces municipales. Et c’est devenu une habitude dans cette ville qui depuis près de 20 ans n’a pas trouvé de stabilité municipale ! Tiraillée entre Bourgogne , Centre et Ile-de-France, Sens oscille aussi politiquement au gré des alternances nationales ,  des querelles locales et des coups de théatre…

Continuer la lecture

17 Jan

Mâcon : chiffres en trompe-l’oeil ?

courtois

Jean-Patrick Courtois , maire de Mâcon (UMP)

Après deux mandats, le sénateur-maire UMP de Mâcon Jean-Patrick Courtois a annoncé hier soir sa candidature pour les élections municipales . Et si on veut faire des pronostics, sa ville est un remarquable trompe-l’œil si on n’y prend pas garde, et en particulier en appliquant  la méthode préférée des quotidiens nationaux : plaquer sur une élection locale les résultats des élections nationales ….

Jugez en : à la présidentielle en 2007 et en 2012 et aux législatives qui ont suivi , à quatre reprises, sur la ville, c’est le candidat socialiste qui est arrivé en tête … Evacuons les législatives : dans les 2 cas, c’est le député UMP sortant, maire de la commune voisine de Charnay et ennemi juré du maire de Mâcon qui se présentait : l’électorat de droite local n’a donc guère mis d’empressement à le soutenir.

Reste le décalage entre présidentielle (57% pour François Hollande, et presque 52% pour Ségolène Royal) et municipale : le décalage entre  l’histoire d’une ville (Mâcon a longtemps été dirigée par la gauche avec en particulier 3 mandats successifs de Michel-Antoine Rognard ) sa typologie (électorat populaire) qui la pousse à faire un choix lors des scrutins nationaux, et l’équation personnelle d’un maire, qui va créer, consolider l’incarnation de la ville, et qui mandat après mandat devient de plus en plus solide. On dit souvent que c’est au terme d’un deuxième mandat qu’un maire est le plus difficilement atteignable…

Ce qui entraine par voie de conséquence une difficulté de construction à long terme pour l’opposition, ce qui se vérifiera encore à Mâcon, avec un candidat PS différent de celui de 2008…. Bref, ne prenez pas cette chronique comme un pronostic, juste comme une mise en garde, quand vous lirez les belles cartes pleines de couleurs dans les quotidiens nationaux !