11 Fév

Une startup d’Occitanie lance une plateforme de téléconsultation pour animaux

© Liv’Vet

Plus besoin de se déplacer chez son vétérinaire. 

A Montpellier, la start-up Liv’Vet lance ce 2 février 2021, l’une des premières plateformes françaises de téléconsultation pour animaux de compagnie.

‘Il est enfin possible de pouvoir réaliser une consultation de son animal depuis son domicile ou lieu de vacances » explique Jean-François Audrin, le fondateur

« Liv’Vet permet aux vétérinaires de pratiquer un examen fiable à distance, de médicaliser les animaux qui ne le sont pas, de limiter le stress de l’animal, de pouvoir consulter très rapidement en cas d’urgence et de faciliter la gestion de la médecine préventive » poursuit-il.

Le médecin « dispose d’un panel d’outils (pointeur sur l’animal, prises de photos, vidéos informatives, affichage sur écran…) permettant de guider le propriétaire pendant la téléconsultation« .

La plateforme fonctionne comme les outils de télémédecine. Une fois l’inscription terminée, vous planifiez un rendez-vous en ligne et recevez sur votre adresse e-mail, le compte-rendu et l’ordonnance. Quant au tarif, le prix est majoré de 3,50 € à chaque séance.

Cette digitalisation des consultations vétérinaires est autorisée par l’Etat depuis seulement mai 2020.

Liv’Vet espère ainsi profiter de ce marché émergent. Aujourd’hui, une soixantaine de cliniques vétérinaires utilise la plateforme.

Créée en novembre 2019 par Jean-François Audrin, vétérinaire dans l’Hérault, la jeune pousse est soutenue par le Bic de Montpellier, la French Tech et la Région Occitanie. Elle compte actuellement 3 salariés.

Plus d’info sur https://livvet.vet/

01 Déc

Thérapie digitale : Des Toulousains lancent l’une des premières DTx de France

Exclusif. Dans le monde de la e-santé, les thérapies numériques (DTX) commencent à apparaître. Cette nouvelle génération de traitements médicaux offre de nouvelles opportunités aux professionnels de santé. Près de Toulouse, l’entreprise HAPPYneuron est l’un des pionniers français avec son DTx baptisé « Le Royaume d’Adelia – Maeva Le Défi« . Né en Occitanien, l’outil est destiné aux enfants dyslexiques. Sa sortie est prévue pour début 2021.

© HappyNeuron

Thérapie digitale, DTx, digiceutique ou encore digital Therapeutix,.. l’appellation est apparue depuis 2/3 ans dans le secteur de la e-santé. Derrière ce terme encore un peu flou, il s’agit de traitements médicaux via des applications numériques.

Ce dispositif à visée thérapeutique est élaboré comme un produit de santé à part entière avec validation scientifique, évaluation clinique et homologation par les autorités.

Si plusieurs DTxsont déjà commercialisées aux USA, le marché en est encore à ses balbutiements en France. Des projets commencent à émerger mais tout reste à faire (formation des professionnels, adaptation des logiciels, réglementation,…)

L’un des premières DTx français (et la première en Occitanie) s’apprête à naître chez HAPPYneuron, basée à Grenade près de Toulouse. 

Depuis 2000, ce leader européen de la stimulation cognitive conçoit des outils de rééducation et de réhabilitation pour enfants, adolescents et adultes souffrants de troubles cognitifs (problème de langage, difficulté de lecture, perte de mémoire,…). 

Depuis des mois, les équipes de HAPPYneuron (avec l’aide du CNRS de Grenoble et de la start-up Freya Games) mettent au point une thérapie digitale pour les orthophonistes et leurs patients.

Baptisée « Le Royaume d’Adelia – Maeva le Défi« , il s’agit d’une application numérique ludique « destinée aux enfants de 6 à 10 ans qui présentent des Troubles Spécifiques des Apprentissages liés à un déficit de l’empan visuo-attentionnel » nous précise Didier Ghenassia, CEO de HAPPYneuron. « Ce jeu repose sur le protocole d’entraînement intensif Maeva dont l’efficacité clinique a été démontrée dans le cadre d’une thèse » assure-t-il.

Afin d’aider les enfants à respecter le protocole et ainsi augmenter leur vitesse de lecture, ce DTx prend la forme d’un serious game. Ce travail a été confié à Freya Games basée à Labège.

« L’idée est de concevoir un univers graphique et une narration permettant de donner envie aux enfants d’aller plusieurs fois par semaine s’entraîner sur des tâches qui leurs sont difficiles » explique Willy Lafran, co-fondateur de Freya Games.

La commercialisation de ce dispositif médical unique est prévue pour début 2021. Le marché s’annonce prometteur. HAPPYneuron équipe déjà 50 % des cabinets orthophonistes de France. 

Julien Leroy

29 Sep

A Toulouse, l’Etat détaille son investissement de 2 milliards d’euros pour la santé numérique

L’annonce a été faite ce mardi 29 septembre lors du salon de la Mêlée numérique de Toulouse. L’objectif du gouvernement est d’aller vers un partage général des données médicales. Un coffre-fort numérique de santé va être créé pour chaque français.

© CHRISTIAN BEUTLER / MaxPPP

Bonne nouvelle pour les acteurs de la e-santé. Le gouvernement va investir 2 milliards d’euros dans le secteur d’ici 2025.

L’annonce a été officialisée ce mardi 29 septembre lors du salon de la Mêlée numérique de Toulouse, par Dominique Pon. Ce Toulousain dirige la Clinique Pasteur mais depuis 2018, il travaille pour le gouvernement afin de développer la e-santé en France.

Le montant de l’enveloppe avait été dévoilée au mois de juillet à l’issu du Ségur de santé. Aujourd’hui, on n’en sait un peu plus sur la répartition.

Cette investissement historique va permettre « de donner un coup d’accélérateur sans précédent pour rattraper le retard dans la modernisation, l’interopérabilité, la réversibilité, la convergence et la sécurité des systèmes d’information en santé » précise Dominique Pon – responsable ministériel au numérique en Santé.

Vers un partage généralisé des données de santé

Une grande partie de cette enveloppe va être injectée dans le partage des données de santé. Cela concerne à la fois les antécédents médicaux, maladies, prestations de soins réalisés, résultats d’examens, traitements, handicap, etc. 

« Nous allons soutenir les industriels du logiciel » afin homogénéiser les systèmes d’information et optimiser la circulation des données médicales. « On va également aider les structures de santé et les professionnels à s’équiper » complète Dominique Pon.

Car il y a urgence pour le délégué ministériel qui estime que la France a plusieurs années de retard dans le domaine.

Un coffre-fort médical pour chaque français

Ce plan de relance de la santé numérique va permettre de créer « début 2020, un espace numérique de santé pour chaque français (..) Dès sa naissance, il aura un coffre-fort de ses données médicales qu’il pourra transmettre ensuite » explique Dominique Pon.

Cet espace sécurisé sera doté d’un catalogue d’applications médicales « labellisées par l’Etat » poursuit-il.

D’ailleurs, le développement des applications de santé numérique est l’autre volet financier de cet investissement historique. Un appel à projet à innovation sera lancé tous les 6 mois. Le premier débute en novembre 2020.

Du côté des professionnels de la e-santé…

L’Occitanie compte de nombreux professionnels de la santé numérique, notamment dans le domaine de la télémédecine.

« Cette annonce du gouvernement est une bonne nouvelle pour la e-santé en France » se réjouit l’équipe toulousaine MonOrdo. Cette startup développe des ordonnances digitales depuis 2019.

« Il est encourageant de constater que l’état a pris conscience de l’importance de ce sujet agisse en sa faveur. Il reste à savoir à qui ces fonds seront distribués et par qui. Néanmoins, c’est la preuve que ce secteur avance et que cela tend à s’accélérer. C’est une bonne chose et c’est un signal positif pour tous les acteurs innovants tels que nous » poursuite la jeune pousse.

Julien Leroy

24 Sep

Toulouse : La startup Swallis Medical invente un collier connecté contre les troubles de la déglutition

© Richard Villalon / MAXPPP

Bonne nouvelle pour la startup toulousaine Swallis Medical. Seulement 18 mois après sa naissance, la jeune pousse de la e-santé annonce mercredi 23 septembre 2020, une levée de fonds d’un million d’euros.

Un tour de table réalisé grâce aux investissements d’Irdi Soridec Gestion (IRDInov2) et d’Inn’Vest PME Occitanie OUEST. La BPIfrance accompagne également l’opération.

Ces capitaux vont lui permettre de commercialiser son dispositif médical dédié aux troubles de la déglutition (dysphagie).

Il s’agit d »‘un collier connecté muni de capteurs, qui se positionne autour du cou du patient« . L’IoT va alors écouter et décrypter les bruits émis pendant la déglutition afin de mieux traiter la pathologie.

L’innovation toulousaine « va beaucoup améliorer la façon d’évaluer, de diagnostiquer et de prendre en charge les troubles de la déglutition. Grâce à notre collier connecté, nous voulons permettre à des millions de personnes en France et en Europe de s’alimenter de nouveau en sécurité et en toute dignité » affirme Linda Nicolini, fondatrice de Swallis Medical.

1 senior sur 3 concerné par la dysphagie

Le trouble de la déglutition touche environ 30% des personnes de plus de 75 ans selon une étude de l’Université Paul Sabatier de Toulouse. Un chiffre qui peut atteindre les 40% pour les personnes hébergées dans les établissements gériatriques.

« Les dispositifs médicaux développés par Swallis permettront un diagnostic rapide non invasif et non irradiant en dehors des plateaux hospitaliers, ainsi que le suivi de la rééducation des patients. Nous pensons que cela aura un impact majeur dans le traitement de la dysphagie » complète Jean-Michel Petit, Directeur Participations chez IRDI SORIDEC.

Swallis Medical a été fondée en janvier 2019 à Toulouse par Linda Nicolini. Auparavant, elle dirigeait à Strasbourg, une entreprise spécialisée dans les prothèses du larynx, quand les travaux de recherche ont fait émerger l’intérêt des bruits émis pendant la déglutition.

Soutenu par le ministère de la recherche et par des experts de la déglutition du CHU de Toulouse, la startup vise un lancement commercial en juillet 2021.

Julien Leroy

21 Avr

Coronavirus à Toulouse : Quand un imprimeur en ligne se lance dans la production de… masques

Pour survivre économiquement, « Printoclock » se reconvertit. Né à Toulouse, l’un des leaders français de l’imprimerie en ligne, va fabriquer des masques de protection contre le Covid-19. Ils seront destinés aux particuliers et aux professionnels.

© PrintOclock

Quand un imprimeur en ligne se lance dans la conception de masques en coton… c’est le virage pris par la société « Printoclock » basée à Toulouse.

Né en 2008, ce spécialiste de l’imprimerie en ligne est devenu l’un des leaders français du secteur. Comme de nombreuses entreprises, les rotatives tournent au ralenti depuis le début du confinement. 

Pour survivre économiquement, « Printoclock » a décidé de s’engager dans la voie d’une production locale de masques (de type 1) contre le Covid-19.

Dès le 23 avril 2020, l’imprimeur envisage de produire 1000 pièces par jour.

« Le patron et la découpe du tissu seront réalisés dans l’atelier d’impression de Printoclock, avant de passer par l’étape de confection du produit fini, sur les machines brodeuses d’un co-traitant, dans la zone d’activité du Chapitré » précise Antoine Roux, le CEO de Printoclock.

A usage unique et respectant les normes AFNOR, ce masque en coton est destiné à la fois aux particuliers et aux professionnels.

« Nous savons que cette production en circuit court de 30 000 masques par mois ne peut à elle seule couvrir l’ensemble des besoins. Mais nous voulons d’ores et déjà nous inscrire dans « l’après », avec la perspective d’une réappropriation de la production en France et au niveau local » conclu Antoine Roux.

Le spécialiste du Web to Print fabrique également des visières de protection.

Les commandes sont déjà ouvertes sur le site officiel de l’entreprise toulousaine.

Julien Leroy

21 Oct

NotreSanté, l’application qui suit la santé de toute la famille (rdv, vaccins et ordonnances)

Après un lancement en 2017 à Toulouse, l’application NotreSanté revient dans une nouvelle version. Mais la philosophie reste intacte : réunir sur son smartphone tous les rendez-vous médicaux, les rappels de vaccins, les remboursements de la Sécu et les prescriptions de toute la famille. A (re)télécharger.

© NotreSanté

Une application « couteau suisse »

NotreSanté est une application mobile qui aide les familles à gérer leur santé au quotidien.

« On peut vite oublier un rappel de vaccin, ne plus savoir où l’on en est dans la prise des médicaments des enfants, avoir des rendez-vous qui se chevauchent entre médecin traitant et spécialiste, etc » énumère Benoît Vinceneux, l’un des fondateurs. 

« Bref, la gestion de la santé du quotidien n’a rien d’un long fleuve tranquille » poursuit-il.

C’est ainsi que 3 Toulousains, Benoît Vinceneux, Sébastien Tirvert et Tony Marcello, ont imaginé « NotreSanté ». 

Entièrement gratuite pour la famille, l’application recense les rendez-vous médicaux de chacun, les traitements en cours, les rappels de vaccins mais aussi les dépenses de santé et l’état des remboursements.

« Vous pouvez facilement numériser en les photographiant, les ordonnances, les certificats médicaux, les résultats d’analyses, les factures, etc. et les conserver ainsi au même endroit afin d’en disposer facilement quand vous en avez besoin » précisent les concepteurs.

Partager avec sa famille ou avec la… nounou

Les informations et les documents médicaux peuvent également être partagés entre parents, grands-parents et assistantes maternelles. L’ensemble est sécurisé sur des serveurs français certifiés par l’Etat.

« On peut aussi transmettre directement son ordonnance à la pharmacie du coin« . En 3 clics, la prescription est envoyée par fax. « Résultat : on gagne du temps, on évite les oublis de traitements (..) et on ne manque plus aucun rendez-vous médical » assurent les fondateurs. De quoi séduire les 5000 utilisateurs de l’application.

Une nouvelle version 2.0 plus stable

NotreSanté existe sur les plateformes Apple et Google depuis mai 2017 mais la première version comportait « des problèmes techniques« . Les 3 fondateurs ont ainsi attendu quelques mois pour optimiser leur innovation. Après des tests au printemps, la nouvelle version est disponible depuis cet été.

« Tout a été revu et l’application est plus stable » explique le trio. « Nous avons également simplifier l’inscription et optimiser le partage des données« .

Cette application unique a été créée par 3 ingénieurs : Benoît Vinceneux, Sébastien Tirver et Tony Marcello.

Basée dans le quartier de Basso Cambo à Toulouse, leur startup développe également d’autres services d’e-santé à destination des professionnels du secteur. Des solutions BtoB qui permettent d’assurer leur modèle économique.

>> Pour télécharger ou pour plus d’info : notresante.io

Julien Leroy

14 Août

Une cyberattaque vise les cliniques du groupe Ramsay dont 2 à Toulouse

© MaxPPP

Une attaque informatique nationale a visé, ce samedi 10 août, les 120 cliniques et hôpitaux privés du groupe Ramsay, selon France 3 Marseille.

La cyberattaque a ainsi touché 2 cliniques de l’agglomération toulousaine : l’Union et Marquisat situées sur la commune de Saint-Jean. Une information confirmée par la direction. La situation devrait revenir à la normale d’ici le 16 août.

Cependant, les 3 établissements toulousains du groupe Capio, acquis par Ramsay en février 2019, ne sont pas concernés. « Ils n’avaient pas encore basculé sur notre système informatique » précise le siège. Il s’agit des cliniques de Quint-Fonsegrives (Croix du Sud), de Beaupuy et de Cornebarrieu (Cèdres).

L’attaque malveillante a bloqué la messagerie et les applications-métiers forçant les employés à « revenir au papier, au crayon pour gérer les plannings » déclare la direction de Ramsay. « Mais nous sommes certains qu’aucune donnée n’a été volée« .

Le groupe de santé, leader français de l’hospitalisation privée, a souhaité se montrer rassurant : « La continuité et la sécurité des soins n’ont pas été affectées » a-t-elle affirmée.

Ce n’est pas la première fois que des hôpitaux français sont la cible de cyber-délinquants. En mars 2019, 600 ordinateurs du CHU de Montpellier ont été infectés. D’autres attaques ont lieu à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) et  Condrieu (Rhône) depuis le début de l’année. Un phénomène qui inquiète le Gouvernement.

Julien Leroy

22 Juin

Santé : « Mon Ordo », l’application qui remplace l’ordonnance à la pharmacie

Inventée à Toulouse, « Mon Ordo » permet d’avoir son ordonnance de médicament directement sur son smartphone. On peut ensuite la conserver, l’envoyer à sa pharmacie et être alerté en cas de renouvellement. Une application prometteuse.

© Mon ordo / Sébastien Bonnet

La nouvelle application « Mon Ordo » est quelque sorte le « Doctolib » du pharmacien.

L’application d’abord de digitaliser son ordonnance afin de l’avoir directement sur son smartphone. Cette dématérialisation permettra d’économiser « 1 million d’ordonnances papiers par an en France, soit 430 hectares de forêt » assure Sébastien Bonnet, le cofondateur.

Au-delà du geste écologique, « Mon Ordo » veut surtout en finir avec les problèmes quotidiens de l’ordonnance papier : « entre ceux qui la perdent, ceux qui l’oublient et ceux qui ratent le renouvellement. Cela pose de gros problèmes aux pharmaciens » estime le concepteur.

C’est ainsi que l’application mobile permet « de géolocaliser la pharmacie la plus proche de chez vous, d’envoyer ses ordonnances afin de commander des médicaments et d’être averti au moment du renouvellement » résume-t-il.

Chaque dossier est entièrement sécurisé via un système de blockchain (technologie de stockage et de transmission d’information sans organe de contrôle) affirment les deux concepteurs.

« Mon Ordo » offre également la possibilité de prendre rendez-vous avec son pharmacien et de le contacter par messagerie.

Bientôt disponible à Toulouse

Entièrement gratuite pour le particulier, elle est payante pour le médecin et le pharmacien. Reste à convaincre le maximum de professionnels de santé pour pérenniser l’innovation et assurer le business model. En attendant, une version béta est en cours de test sur Toulouse.

L’application a été imaginée par deux jeunes toulousains. Sébastien Bonnet (30 ans) est docteur en pharmacie et Marc Cosmin (27 ans), ingénieur développement. Les deux amis sont accompagnés par un spécialiste de l’IA et du Blockchain. 

La start-up cherche un incubateur pour se développer. Une levée de fonds est également prévue. A suivre…

Plus d’info sur monordo.com

Julien Leroy

10 Avr

« Charlie », le premier robot médical autonome, né à Toulouse, débarque à l’hôpital

E-santé. Afin d’aider les patients et les professionnels de la santé, un jeune médecin de Lherm, près de Toulouse, a conçu « Charlie ». Ce robot médical entièrement autonome a déjà intégré un hôpital parisien avant de rejoindre prochainement le service pédiatrie du CHU de Toulouse.

© New Health Community

Du haut de ses 1.60 mètres et de ses 65 kg, Charlie est un robot d’aide médicale.

Un nouveau collègue de travail à l’hôpital

Premier robot médical autonome de France, Charlie a pour objectif de faciliter le quotidien des professionnels de la santé. L’automate aide ainsi le service médical dans la prise en charge des patients et favoriser leur séjour.

Charlie est équipé d’un système de visioconférence permettant au patient de dialoguer à distance avec son médecin. « Cela permet au personnel soignant de répondre aux inquiétudes du patient et le rassurer, sans avoir à se déplacer d’un bâtiment à l’autre » précise son concepteur, Nicolas Homeher.

Le robot embarque également un tensiomètre, un thermomètre, un oxymètre et un stéthoscope. Il suffit au patient d’appuyer sur l’écran et suivre les instructions pour prendre la mesure souhaitée. Les données sont ensuite transmises au médecin.

Charlie peut aussi détendre les patients stressés avec des applications de sophrologies, de relaxation et des jeux.

Malgré l’absence de lien humain, Charlie veut soulager les équipes médicales en sous-effectifs. 

L’automate peut ainsi remplacer les aides-soignants en guidant les personnes malentendantes, effectuer des rondes de nuit et suivre jusqu’à 30 patients. En résumé, Charlie devient un nouveau collègue de travail à diriger avec son smartphone ou avec sa tablette.

Charlie, une idée toulousaine

Charlie est la création du docteur Nicolas Homehr, généraliste à Lherm près de Toulouse. C’est suite à l’hospitalisation de son fils que le médecin constate que peu de moyens sont déployés pour l’accompagnement des patients.

« La distraction que permet Charlie est essentielle pour les séjours hospitaliers de longue durée » affirme Nicolas Homehr.

Pour concrétiser son idée, le concepteur lance en 2017, sa propre start-up à Toulouse : New Health Community.

La commercialisation de Charlie est prévue pour cette année 2019. Après un premier test à l’hôpital Bichat de Paris, Charlie va débarquer au service pédiatrie du CHU de Toulouse et dans un EPHAD.

En attendant, Nicolas Homehr arpente les salons de la Silver Economie pour présenter son invention. Charlie a même fait le déplacement jusqu’à Las Vegas en janvier dernier, pour le CES 2019.

Le généraliste cherche aussi à l’améliorer. Il souhaite créer un partenariat avec l’université Paul Sabatier de Toulouse. Le but étant de développer la reconnaissance faciale de l’androïd avec l’aide de l’intelligence artificielle.

Comme dans d’autres domaines, les robots arrivent peu à peu dans les hôpitaux et les cliniques. Notamment, les robots chirurgicaux. Aujourd’hui, on compte une soixantaine d’établissements en France qui en sont dotés.

Eva Fleury et Julien Leroy

31 Mar

Albi : un jeu vidéo pour (mieux) former les étudiants infirmiers

E-santé. Pour former les futur(e)s infirmiers ou infirmières d’Occitanie, des chercheurs de l’université d’Albi ont conçu : « Clone ». Ce serious game plonge virtuellement les futurs professionnels de soin dans la vie quotidienne d’un hôpital.

© Serious Game Research Lab

Un jeu vidéo pour apprendre son métier d’infirmier. C’est l’objectif de « Clone » conçu à Albi.

Visuellement, ce serious game ressemble aux Sims ou à Theme Hospital, un jeu des années 90 où il fallait gérer un hôpital.

Dans Clone, le joueur incarne un(e) infirmier/e qui prend son poste le matin. Après avoir pris les transmissions auprès de l’équipe de nuit, il doit planifier les tâches à faire dans la journée, les réaliser et enfin transmettre les informations à l’équipe de l’après-midi.

L’objectif est de former « aux compétences d’organisation, de planification, de prise de décisions ou encore de leadership » précisent les concepteurs.

Une fois la partie terminée, l’étudiant peut analyser ses erreurs et ses réussites. « Cela permet également au formateur de procéder à un débriefing et d’analyser les mécanismes mis en place par le futur professionnel« .

Capture écran du jeu / © Serious Game Research Lab

Un simulateur virtuel qui séduit les étudiants

Le projet est né d’un constat de la part des professionnels du secteur.

« Les infirmiers rencontrent des difficultés lors de leur prise de poste en terme d’organisation du travail et de gestion des activités. A l’initiative de l’ARS, un groupe de travail a été constitué pour tenter d’améliorer le développement de cette compétence » raconte l’équipe de Clone.

En juillet 2017, les chercheurs du laboratoire Serious Game Research de l’université Champollion à Albi relèvent ainsi le défi.

Un an plus tard, le jeu vidéo est expérimenté par 1000 étudiants infirmiers d’Occitanie. « 75% des étudiants qui ont utilisé le jeu sérieux déclarent que celui-ci apporte une plus-value au niveau de l’apprentissage » assurent les chercheurs.

Une seconde phase de test est prévue pour septembre 2019 sur des étudiants infirmiers de 2e année. Un déploiement national est également à l’étude.

>>> Petite démonstration de Clone en cliquant ici 

>>> Reportage de France 3 Occitanie (Cécile Frechinos & Frédéric Desse) :

Julien Leroy