14 Fév

Insolite : quand les bénévoles du site « Météo Pyrénées » se font insulter pour le… manque de neige

© Aurelien Morissard /MaxPPP

Depuis 2015, une équipe de bénévoles alimente le compte « Météo Pyrénées« . Sur Facebook, Twitter ou sur le web, ils publient des bulletins météorologiques, des informations sur les phénomènes climatiques sans oublier de belles photos du massif pyrénéen

Aujourd’hui, Météo Pyrénées est devenue une source indispensable pour tous les passionnées de montagne. Plus de 140.000 abonnés suivent ses publications quotidiennes. 

Avec la saison hivernale, Météo Pyrénées est (évidemment) sur tous les fronts. 

Notamment depuis le début du mois de février où les passionnés des Pyrénées déplorent le manque de neige à basse attitude. La station du Mourtis (en Haute-Garonne) fermée depuis 10 jours, en est malheureusement le symbole.

C’est ainsi que le samedi 8 février 2020 (premier jour des vacances scolaires), un administrateur de Météo Pyrénées publie un post sur Facebook. Il déplore le manque de neige dans le secteur bas des Pyrénées, notamment en Ariège et en Haute-Garonne, mais relative en précisant que « la situation reste très correcte » pour le haut des domaines skiables. 

ski-bashing

Rapidement, la publication devient virale suscitant des likes, de l’indignation mais aussi des menaces et des insultes. « C’est parti de travers » raconte Christophe Dedieu, l’un des cofondateurs du site web. 

Un flot de commentaires accuse alors Météo Pyrénées de « détruire » l’image du massif ou de « désinformer« . « J’ai également reçu des menaces sur mon profil personnel » rajoute Christophe Dedieu qui ne décolère pas.

D’autant plus que certaines critiques sont postées par « gens qui tiennent des commerces ou qui travaillent dans ces stations » assure-t-il. 

« C’est complément surréaliste. Nous ne sommes pas l’office de Tourisme des Pyrénées » estime le cofondateur basé à Pau.

Face à ce déferlement de critiques, l’équipe de Météo Pyrénées a décidé de ne plus couvrir l’actualité les stations de ski des Hautes-Pyrénées et de l’Ariège.  

« On verra ensuite en juin 2020 si l’on revient couvrir ces 2 départements. On procédera à un vote« .

En attendant, Météo Pyrénées poursuit son travail pour les fans. « Malgré les insultes, nous avons reçu des milliers de messages de soutien » conclu Christophe Dedieu. 

Ce n’est pas la première fois qu’il manque de la neige dans les Pyrénées. Avec le réchauffement climatique, les scientifiques de l’Observatoire Pyrénéen du Changement Climatique (OPCC) estiment que la couche de neige pourrait diminuer de moitié d’ici 2050

Julien Leroy

07 Juil

Montagne : 4 bonnes raisons de suivre « Météo Pyrénées » sur les réseaux sociaux

Avec plus de 100.000 abonnés sur les réseaux sociaux, le compte « Météo Pyrénées » est un succès. Mais pourquoi suivre une page qui parle de montagne et de prévisions météorologiques ? En voici 4 bonnes raisons.

© Météo Pyrénées

1Pour les (belles) photos des Pyrénées

Au-delà des prévisions météo, « Météo Pyrénées » invite les internautes à (re)découvrir la beauté des paysages pyrénéens. Un voyage en photo qui va du Pays Basque à la Catalogne en passant par l’Andorre, l’Espagne et les Hautes-Pyrénées. A contempler sans modération…

2Pour les prévisions météo complètes…

Fournir une météo complète sur l’ensemble du massif. C’est l’objectif de « Météo Pyrénées ».

« Le postulat de départ était de fournir aux usagers et visiteurs de la chaîne des prévisions météo accessibles à tous et surtout unifiées quelque ce soit le pays, la région ou le département. Notre chaîne est partagée entre trois pays ce qui complique singulièrement les éventuelles synthèses pour les institutionnels » explique Christophe Dedieu, l’un des 3 fondateurs.

Chaque jour, l’équipe de Météo Pyrénées délivre leurs prévisions sur Twitter, Facebook et Instagram, à partir des données en Open Data de Météo France. Parallèlement, le site web propose un réseau de webcams et un service Inforoute unifié sur l’Espagne, l’Andorre et la France. Unique sur Internet.

3Pour voir (immédiatement) les premiers flocons de neige…

C’est la principale force de Météo Pyrénées : les observations de phénomènes météorologiques telles que l’orage ou la neige.

« L’activité de la page s’est peu à peu modifiée pour s’adapter aux attentes. (..) Les observations météo via les images puis les vidéos que nous envoyaient les abonnés ont pris peu à peu une large place sur les publications » raconte Christophe Dedieu.

« Nous essayons d’être en évolution constante pour coller le plus possible au terrain, le plus réactif possible sur les gros épisodes de neige, d’orages ou encore d’inondations. Le but étant d’informer au plus vite via l’image les publics qui nous suivent » poursuit-il.

Aujourd’hui, ces observations météo font régulièrement le buzz, notamment sur Instagram. « Le hastag #meteopyrenees recense aujourd’hui près de 5000 publications sur Instagram » précisent les administrateurs de la page. Si bien que Météo Pyrénées est devenu « la 1ere page météo nationale sur Instagram, devant les pros, et la 2ème page météo du grand sud français« .

4Pour soutenir une équipe de bénévole

Entièrement gratuit et sans publicité, Météo Pyrénées est géré par 3 administrateurs bénévoles basés à Belesta en Ariège (Xavier), à Tarbes dans les hautes-Pyrénées (Eric Castaings) et à Pau dans les Pyrénées-Atlantiques (Christophe Dedieu). Les 3 amis sont également des passionnés de météo, de randonnées et de ski.

Ce trio est aussi accompagné par « des correspondants un peu partout, occasionnels ou réguliers » déclarent-ils. « Et puis il y a les gens qui nous envoient beaucoup d’observations en images ou vidéos« .

Aujourd’hui, leur page est un vrai succès en l’espace de 4 ans. « C’est plus de 100.000 abonnés dont 70.000 sur Facebook, 9000 sur Twitter et près de 25.000 sur Instagram » revendique Christophe Dedieu. A découvrir immédiatement sur :

>> Météo Pyrénées Twitter : @Meteo_Pyrenees

>> Météo Pyrénées Instagram : @meteopyrenees

>> Météo Pyrénées Facebook : @meteopyrenees

Et si les Pyrénées vous passionnent, il existe également le blog des Pyrénées, tenue par ma confrère Emmanuelle Gayet.

Julien Leroy