30 Nov

Ô Toulouse, l’application pour sortir, manger et faire son shopping dans la ville rose

Une adresse de restaurant ? Une idée de sortie ? Une boutique ? La nouvelle application pour mobile, Ô Toulouse, est une vitrine numérique des commerces et des lieux cultuels de la ville rose. Un projet initié par la mairie pour développer l’attractivité du centre ville.

© Talir© Talir

La mairie de Toulouse lance une nouvelle application mobile. Après « Qui Dit miam ! » sur les menus de la cantine scolaire et « Allo Toulouse » sur la propreté, voici « Ô Toulouse » !

Ô Toulouse est une vitrine numérique regroupant les commerces, les restaurants et les sorties de la ville rose.

« Les utilisateurs toulousains peuvent à présent découvrir facilement  les nouveaux lieux, se connecter à ceux-ci pour recevoir leurs notifications, ou simplement parcourir le fil d’actualité de la ville pour rechercher événements, bons plans, et autres informations utiles pour vivre la ville rose » explique Davide Mini chargé de la conception de la plateforme.

D’autres services sont également inclus, tels que le vélô Toulouse, le wi-fi, les parkings ou les toilettes publiques. 

Il existe des guides similaires mais l’offre d’Ô Toulouse apparaît plus complète et interactive. « Les commerces et lieux culturels peuvent communiquer directement avec leur audience sur le fil d’actualité de la ville, une manière démocratisée de donner un coup de pouce à l’économie locale » précisent les concepteurs.

Plus de 800 lieux et 2000 bons plans sont ainsi validés et répertoriés. L’objectif est de doper « l’attractivité du centre ville » précise la mairie.

Développée par la start-up toulousaine Talir, spécialiste du smart-City

L’application a été conçue par la start-up toulousaine Talir instalée dans les locaux de la Mêlée numérique. Fondée en août 2017 par Davide Mini et Morgan Loyer, la jeune pousse est un spécialiste de la smart-City. Pour les collectivités locales, elle édite des plateformes de partage d’information entre les acteurs locaux, institutions et habitants.

D’ailleurs, d’autres villes d’Occitanie devraient suivre l’exemple de la capitale.

>>> Disponible sur iPhone & Androïde, Ô Toulouse est disponible sur : www.o-toulouse.fr

Julien Leroy

14 Nov

Toulouse : organisation de la 1ére rencontre des pionniers de l’open data pour les collectivés locales d’Occitanie

Des dizaines de collectivités locales en Occitanie vont basculer d’ici 2018, dans la révolution de l’Open Data. Pour accompagner cette généralisation de l’ouverture des données publiques, la préfecture de région organise la première rencontre des pionniers de l’open data, ce lundi 14 novembre à Toulouse.

© Max PPP / Bruno Levesque / IP3 Paris

© Max PPP / Bruno Levesque / IP3 Paris

Les initiatives d’ouverture des données publiques dans les collectivités locales ou nationales se multiplient en France depuis 5-6 ans. Mais cette généralisation de l’open Data va connaître un coup d’accélérateur avec la nouvelle loi pour une République numérique, promulguée le 7 octobre 2016. 

Le texte oblige les collectivités locales de plus de 3 500 habitants à publier sur internet leurs bases de donnéesn d’ici 2018. Dans la région Occitanie, cela concerne 280 communes. 

Ces données publiques (exemples : les chantiers, le mobilier urbain, les transports en commun, les résultats électoraux,…) pourront ainsi être exploitées et réutilisées facilement par chacun, particulier comme entreprise.

« Au regard de la situation actuelle, il s’agit donc d’un changement d’échelle significatif » précise ainsi la Préfecture de région. C’est pourquoi, elle organise ce lundi 14 novembre à Toulouse, la première rencontre des pionniers de l’open data, destinée aux élus locaux et aux décideurs politiques. Au programme : une série d’ateliers juridiques, législatives et techniques.

Plusieurs collectivités en Midi-Pyrénées se sont déjà ouverts à l’Open Data. Exemples avec le portail open data du conseil départemental de Haute-Garonne, celui de Toulouse Métropole ou encore la ville de Rodez.

>>> Plus d’info sur cette rencontre des pionniers de l’open data en région Occitanie : cliquer ici

Julien Leroy

17 Oct

Rodez accueille la secrétaire d’Etat chargée du Numérique, Axelle Lemaire, pour promouvoir l’Open Data

La secrétaire d’Etat chargée du Numérique, Axelle Lemaire, est en visite à Rodez ce lundi 17 octobre matin.

© MaxPPP

© MaxPPP

Elle vient pour « la remise du rapport sur la généralisation de l’ouverture des données publiques dans les collectivités locales, prévue à l’horizon 2018 par la loi pour une République numérique » explique le communiqué de presse.

Ce rapport a été commandé en juillet 2016, par Axelle Lemaire et  Estelle Grelier (secrétaire d’État chargée des Collectivités territoriales) à l’association Open Data France.
16
Née à Toulouse et présidée par l’élu Toulousain, Bertrand Serp, cette organisation a pour objectif de soutenir les collectivités engagées dans leur démarche d’ouverture des données publiques. D’ailleurs, la loi de la République numérique veut inciter les collectivités locales de plus de 3 500 habitants à s’ouvrir à l’open data.

Pour l’occasion, une démonstration des services numériques basés sur les données publiques de la ville de Rodez est prévue.

La dernière visite de la secrétaire d’Etat chargée du Numérique en Midi-Pyrénées remonte au 13 février 2015

Julien Leroy

02 Avr

La carte de Midi-Pyrénées des sports les plus pratiqués, commune par commune

Quel est le sport le plus pratiqué dans votre ville ou votre commune ? C’est désormais possible de le savoir avec cette carte interactive nationale conçue par le site Slate.fr. Un zoom sur notre région Midi-Pyrénées permet de s’apercevoir que le football, le rugby et le tennis sont les disciplines reines.

capture d'écran

Grâce aux données publiées en Open Data sur le nombre de licences par le ministère des Sports, le site Slate.fr a réalisé la première carte interactive des sports les plus pratiqués de France. En un clin d’œil, il est possible de découvrir le sport le plus pratiqué dans votre ville ou votre commune, région par région.  

« Les quatorze sports les plus pratiqués de France se sont vus attribuer une couleur (les autres sont dans la catégorie «autres», comme son nom l’indique) et chaque commune française est représentée dans la couleur correspondant à la fédération sportive qui y compte le plus de pratiquants (en excluant les fédérations multisports comme l’Union nationale du sport scolaire) » précise Stale.fr

« La commune de chaque licencié a été déterminée par son adresse de résidence, et non l’adresse du club où il pratique, ce qui donne une idée plus précise de la répartition géographique » poursuit les auteurs de la carte.

En Midi-Pyrénées, nous sommes plutôt football, rugby, tennis et…pétanque

Sans surprise, le rugby est la star de Midi-Pyrénées et plus largement dans le sud ouest (avec l’Aquitaine). Mais le football reste le premier sport régional et national (en vert sur la carte). Le ballon rond est le roi sur l’agglomération toulousaine.

Côté tennis, la discipline est très pratiqué en Haute-Garonne et dans le Gers. Comme le judo dans les Hautes-Pyrénées et l’Ariège. Notre région compte également un grand nombre de joueurs de pétanque.

A noter que les jeux de quilles ou la randonné pédestre sont très pratiqués dans l’Aveyron ou le Lot. Enfin, Millau est un bastion de la natation. Idem pour le handball à Rabastens (Tarn). Sans oublier les quelques communes du Tarn-et-Garonne qui mettent à l’honneur l’équitation.

>> carte interactive des sports les plus pratiqués de France :

Julien Leroy

17 Fév

Deux applications pour éviter les chantiers et travaux sur Toulouse

A Toulouse, un nombre incalculable de chantiers ou travaux de voirie fleurisse quotidiennement. Comment éviter la rue barrée ? surtout à l’heure de pointe. Pour sauver l’automobiliste excédé, 2 applications toulousaines (pour smartphones & PC) existent : « InfoTravaux » et « Toul&chantiers« .

© Max PPP Les travaux du tram Garonne, à Toulouse

© Max PPP Les travaux du tram Garonne, à Toulouse

Toul&chantiers, le plus expérimenté….

Né en avril 2014, Toul&chantiers est le premier à réaliser une carte interactive des chantiers de Toulouse et son agglomération. Une idée lancée par Caroline Boulanger à partir des données publiques de Toulouse Métropôle et des informations transmisses par les internautes.

Chaque zone est signalée par un plot de chantier accompagné d’une barre de couleur évaluant l’impact sur la circulation. L’application vous informe aussi de la nature et de la durée du chantier. C’est simple d’utilisation et consultable depuis un smartphone.

>> Carte interactive « Toul&chantiers » : www.toul-et-chantiers.fr/

© Toul&Chantier

© Toul&Chantier

InfoTravaux, le petit nouveau primé

InfoTravaux offre quasiment les mêmes fonctionnalités que son « concurrent ». Néanmoins, il propose des informations supplémentaires. Par exemple, il est possible de filtrer la recherche en fonction de son mode de transport (voiture, vélo, piéton). Créée par Benjamin Vadant, ERDF et Alain Roan, l’application reste encore méconnue car son développement est à finaliser. En attendant, la version beta est parfaitement fiable et fonctionnelle. D’ailleurs, InfoTravaux vient d’être distingué au Défi Numérique 2014 de Toulouse. 

>> Carte interactive « InfoTravaux » www.infotravaux.fr

© InfoTravaux

© InfoTravaux

 

Julien Leroy