09 Juil

Une lycéenne du Lot lance une chaîne YouTube pour aider les jeunes à s’orienter

« Qu’est-ce que je compte faire de ma vie ? » pour aider les lycéens et les étudiants à y répondre, une Lotoise de 16 ans lance la chaîne YouTube « Why Not ? ». L’idée est de proposer des interviews de personnes aux parcours atypiques et engagées dans des initiatives locales ou nationales. Elisa Wolff lance un appel aux témoignages.

Le confinement a fait naître de belles initiatives en Occitanie. La dernière en date est le projet « Why Not ? » lancé par Elisa Wolff, une lotoise de 16 ans.

Depuis son village d’Issendolus près de Rocamadour, cette lycéenne a imaginé une chaîne YouTube dédiée à l’orientation des jeunes.

« Lorsque l’on est collégien, lycéen et même étudiant, il est parfois simple de savoir quoi faire de sa vie et vers quelle filière s’orienter mais pour d’autres, cela est un vrai casse-tête qui peut s’avérer très angoissant » explique la jeune lotoise.

En France, 4 lycéens sur 10 sont complètement perdus au moment de leur orientation post-bac selon le Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco). Et la crise sanitaire du Coronavirus n’a pas arrangée la situation. Un jeune sur deux avoue avoir des doutes sur son orientation selon un sondage Ifop réalisé le 28 mai dernier. 

Face à la problématique de l’orientation de la jeunesse, Why Not ? propose sur YouTube et sur Instagram, des interviews de personnes aux parcours atypiques, engagées dans des projets audacieux ou créateurs d’initiatives locales ou nationales.

« Le but est ainsi d’inspirer la jeunesse en démontrant qu’il n’est jamais trop tard pour faire ce que l’on aime et surtout que rien n’est impossible » précise Elisa Wolff

Réalisé avec ses propres moyens, la Lotoise a réalisé 3 portraits dont celui d’Hadrien. A 22 ans, il a créé pendant le confinement, une initiative solidaire afin de venir en aide aux femmes victimes de violences conjugales.

Malgré sa bonne idée et les premiers retours positifs, Elisa Wolff recherche de la visibilité et des témoignages. « Si tu es jeune, motivé et ambitieux (..) n’hésite pas à te manifester pour, à ton tour, transmettre ton histoire ! » lance la lycéenne.

En attendant de nouvelles vidéos, « gardez à l’esprit, que la vie sera de toute évidence plus forte que tout. La vie est loin d’être un long fleuve tranquille mais une aventure unique à partager ! » conclu la création de cette chaîne inédite.

Plus d’info sur Why Not ? : 

Julien Leroy

04 Juin

Confinement : des habitants d’Occitanie sont devenus des champions de la… marche à pied !

Coronavirus. Pendant les 2 mois de confinement, les Français ont beaucoup marché… notamment en Occitanie. Certains départements de la région sont devenus des champions nationaux de la marche à pied selon un palmarès établi par l’application WeWard.

© Philippe Turpin/ MAXPPP

Télétravail, déplacement limité à 1 km, transport à l’arrêt,… durant 2 mois, la France a vécu à l’heure du confinement pour lutter contre la pandémie du Covid-19.

Alors, les Français se sont mis à marcher et à courir… particulièrement en Occitanie.

4 départements de la région se classent dans les 10 premiers du palmarès national établi par le cabinet Emerton Data et l’application WeWard (qui récompense ses utilisateurs pour chaque pas effectué dans la rue).

La Lozère et l’Ariège dans le TOP 4 !

En effet, les habitants de la Lozère (3e), de l’Ariège (4e), du Lot (5e) et de l’Aveyon (7e) figurent parmi les meilleurs marcheurs durant la première quinzaine d’avril 2020. 

Selon les statistiques de WeWard, un Lozérien a effectué en moyenne, 6222 pas par jour. Il se classe ainsi derrière le Cantal (2e avec 6432 pas) et les Hautes-Alpes (champion de France avec 6460 pas en moyenne). 

L’Ariège fait quasiment aussi bien avec 6105 pas quotidiens. Le Lot est à 6097 et l’Aveyron à 5942.

Par contre, les habitants de la Haute-Garonne ont boudé cette activité. Ils se classent dans les trois derniers avec seulement 4109 pas. L’Hérault (4626), les Hautes-Pyrénées (4613), Le Gers (4686) ne font guère mieux.

Sur la deuxième quinzaine du mois d’avril, le classement change mais l’Occitanie reste dans le haut du tableau. L’Ariégeois prend même la troisième marche du podium avec une moyenne journalière de 6578 pas.

Pourtant, ce regain d’intérêt pour la marche à pied n’a pas été immédiat.

Sur les 15 premiers jours du confinement en mars 2020, l’activité pédestre a chuté en moyenne à 2000 pas par jour dans l’ensemble des départements de la métropole.

Puis, les Français se sont mis à marcher et à courir. « Fin avril, les trajets piétons de proximité ont retrouvé leur niveau d’avant confinement, autour de 5500 pas/jour » précise Tanguy de La Villegeorges, Co-fondateur de WeWard.

1 Français sur 4 veut marcher d’avantage après le déconfinement

Pour parvenir à ses statistiques inédites, l’application parisienne se base sur des données anonymisées issues de ses 140.000 utilisateurs. Un panel composé « d’individus plutôt urbains et dans la tranche d’âge 18-45 ans » précisent les fondateurs

Même si l’échantillon est loin d’être exhaustif, ce palmarès révèle que la marche est de plus en plus plébiscitée par les Français, y compris avec le déconfinement. D’ailleurs, un sondage de la Prévention routière publié ce jeudi 4 juin, annonce que 24% des Français veulent désormais marcher davantage.

Une bonne nouvelle car l’institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) estime que marcher au moins 30 minutes par jour (environ 3500 pas) contribue à réduire le stress et lutter contre les maladies cardiaques.

Julien Leroy

17 Avr

Coronavirus : le personnel soignant de l’hôpital de Cahors reprend la chanson « Toi+moi » et cartonne sur le web

© Centre Hospitalier de Cahors

Après la reprise d’Angèle par une infirmière de Toulouse, c’est au tour du personnel soignant de l’hôpital de Cahors de chanter sur le confinement et le Covid-19.

Sur l’air de la célèbre chanson « Toi + Moi » de Grégoire (2008), les hospitaliers ont détourné les paroles pour sensibiliser aux règles sanitaires et rendre hommage à tous ceux qui sont en première ligne.

Toi, plus moi, plus vous, plus tous ceux qui le peuvent
Plus lui, plus elle, et tous ceux qui son seuls
restez chez vous pour sauvez nos aïeuls
Allez, Allez, restez tous confinés

L’initiative a été lancée par une infirmière, Julie Catus qui travaille au sein de l’unité de confinement Covid-19 de l’établissement lotois. Son idée a rapidement séduit les collègues, des aides-soignantes et des agents hospitaliers. Le tournage a eu lieu ce dimanche 12 avril dans les couloirs de l’hôpital.

Postée le 15 avril sur la page Facebook du centre hospitalier de Cahors, la parodie fait le buzz. Elle totalise plus de 90.000 vues en l’espace de 2 jours.

A écouter (sans attendre) ici :

Julien Leroy

22 Août

Les pompiers du Lot cartonnent sur… YouTube

Crédit : Les pompiers du Lot à Gourdon

Les pompiers du Lot font le buzz sur YouTube.

Les soldats du feu Lotois viennent de franchir ce jeudi 22 août, la barre du million de vues cumulées.

Pourtant, rien ne présager un tel succès.

Comme de nombreux SDIS de France, les pompiers du Lot ont investi les réseaux sociaux ces dernières années, pour communiquer et sensibiliser le grand public. C’est ainsi que leur chaîne YouTube voit le jour en novembre 2016.

Peu à peu, ils filment leur quotidien, les coulisses de la caserne, une formation ou une démonstration de feu sur une place. Au rythme d’une vidéo par mois, les pompiers Lotois trouvent progressivement leur public.

Aujourd’hui, la chaîne totalise plus de 3400 abonnés et 1 058 694 de vues. 

Leur plus gros succès date de juillet 2017 lors d’un départ pour une intervention à Puy-Léveque (Plus de 710.000 vues ! ) :

Les pompiers Lotois sont également très actifs sur Twitter. Leur compte est l’un des dynamiques des SDIS de France.

Julien Leroy

21 Jan

Figeac organise le premier salon de l’élevage connecté en Occitanie

Le premier salon de l’élevage connecté d’Occitanie se déroule ce mardi 22 janvier à Figeac. L’objectif est de faire découvrir les nouvelles technologies aux agriculteurs pour faciliter leur travail. 250 éleveurs sont attendus.

© Jean-Luc Flémal / MAXPPP

Ce mardi 22 janvier, Figeac accueil son premier salon de l’élevage 2.0. Un événement unique en Occitanie, organisé par la chambre de l’agriculture du Lot et le lycée agricole de la ville.

« Le métier de l’agriculture devient de plus en plus complexe (..) et les nouvelles technologies peuvent diminuer les astreintes, la pénibilité et faciliter l’organisation quotidienne du travail » raconte Nathalie Gimenez-Ragot, responsable du salon.

C’est ainsi qu’une vingtaine de startup et de conférenciers spécialisés dans l’agriculture connectée, viendront présenter les dernières innovations. « Des applications de gestion de troupeaux, des sondes de fourrage, des robots de traite, d’alimentation ou de curage,… » énumère-t-elle.

Entre 200 à 300 éleveurs du Lot et des départements limitrophes sont attendus au lycée agricole La Vinadie à Figeac. A partir de 10h00. 

19 Avr

Patrimoine : que devient le projet du curé geek de Marcilhac-sur-Célé, dans le Lot ?

Il y a 3 ans, peu de monde connaissait l’abbaye de Marcilhac-sur-Célé dans le Lot. Aujourd’hui, l’édifice religieux est connu dans le monde entier grâce au père Guillaume Soury-Lavergne. Ce curé trentenaire multiplie les buzz et les initiatives pour récolter des fonds et sauver son abbaye. Un pari en passe de réussir.

© JP Jauze / France 3 Midi-Pyrénées

Tout commence en mars 2015 par une simple vidéo sur Facebook. Le Père Guillaume Soury-Lavergne, prêtre de l’abbaye de Marcilhac-sur-Célé, appelle au bénévolat pour sauver l’édifice. Située dans la vallée du Celé, l’abbaye est l’un des joyaux du patrimoine lotois mais a besoin d’un vaste chantier de rénovation.

L’engouement devient médiatique et planétaire. France 2, M6, Le Figaro, la presse internationale, le Vatican, les internautes, les pouvoirs publics,… la mobilisation prend une telle ampleur que les dons affluent. En quelques mois, il parvient à récolter plus de 90.000 euros, bien au-de-là de ses espérances.

Pour continuer à sauver l’abbaye, le « curée geek » multiplie les défis sur les réseaux sociaux. Guillaume Soury-Lavergne ira jusqu’à sauter en parachute pour répondre à un défi en ligne ou plonger dans le Ressel en août 2016.

Sélectionné pour le grand loto du patrimoine en septembre 2018

Aujourd’hui, l’abbaye de Marcilhac-sur-Célé fait partie des 250 monuments en périls sélectionnés par Stéphane Bern pour le grand Loto du patrimoine. Cette loterie nationale sera lancé le 3 septembre prochain.

La Française des Jeux estime que ce tirage pourrait rapporter 15 à 20 millions de subventions à répartir sur les sites retenus. Une nouvelle brique pour notre prêtre geek qui permettra de se rapprocher un peu plus des 3 millions d’euros nécessaires à la restauration totale de l’abbaye. A terme, le curé rêve d’accueillir à nouveau des moines.

>>> A écouter : l’interview du père Guillaume Soury-Lavergne dans le 19/20 de France 3 Midi-Pyrénées du 15 avril 2018 :

Julien Leroy

25 Jan

Lot : Guillaume Soury-Lavergne, le « prêtre geek » de Marcilhac-sur-Célé

Il y a deux ans, peu de monde en dehors des Lotois, connaissait l’abbaye de Marcilhac-sur-Célé. Aujourd’hui, l’édifice religieux est connu dans le monde entier grâce au père Guillaume Soury-Lavergne. Ce jeune curé trentenaire multiplie les buzz sur les réseaux sociaux pour récolter des fonds et sauver son abbaye. Reportage. 

© JP Jauze / France 3 Midi-Pyrénées

© JP Jauze / France 3 Midi-Pyrénées

Tout commence en mars 2015, une simple vidéo sur Facebook et c’est le buzz. Le Père Guillaume Soury-Lavergne, prêtre de l’abbaye de Marcilhac-sur-Célé, appelle au bénévolat pour sauver l’édifice. Située dans la vallée du Celé, l’abbaye est l’un des joyaux du patrimoine lotois mais a besoin d’un vaste chantier de rénovation.

Relayé via ce blog, l’engouement devient médiatique et planétaire. France 2, M6, Le Figaro, la presse internationale, le Vatican, les internautes, les pouvoirs publics,… la mobilisation prend une telle ampleur que les dons affluent. En quelques mois, il parvient à récolter 400.000 euros, bien au-de-là de ses espérances.

Pour continuer à sauver l’abbaye, le « curée geek » multiplie les initiatives sur les réseaux sociaux. Guillaume Soury-Lavergne ira jusqu’à sauter en parachute pour répondre à un défi en ligne ou plonger dans le Ressel en août 2016.

« Le plus difficile est de continuer à entretenir le buzz » m’a-t-il avoué, l’été dernier. L’abbé envisage aujourd’hui, un nouveau défi en escaladant la falaise qui surplombe sa commune. A suivre.

En attendant, Guillaume Soury-Lavergne veut acquérir la maison des bénévoles afin d’accueillir les jeunes qui viennent l’aider à sauver le site. Une opération de crownfouding est lancée depuis le mois de novembre. L’objectif est de récolter 50.000 euros. Une nouvelle brique qui permettra de se rapprocher un peu plus des 3 millions d’euros nécessaires à la restauration totale de l’abbaye. A terme, le curé rêve d’accueillir à nouveau des moines.

>> Reportage d’Eric Marlot et Jean-Pierre Jauze (France 3 Cahors) –  janvier 2017 :

Portrait du curé de Marcilhac-sur-Célé (46)

01 Août

Quand Instagram inspire une exposition de photos sur Cahors et Saint-Cirq Lapopie

L’office de Tourisme de Cahors et Saint-Cirq Lapopie propose une exposition de photos issues du réseau social Instagram. Une idée originale qui permet à la fois de valoriser les talents des internautes et le patrimoine lotois. L’expo (gratuite) ouvre ses portes ce mardi 2 août. A découvrir jusqu’au 18 septembre.

@luclagasquie

@luclagasquie

« Face à la multiplication de photos très belles prises par les particuliers, habitants ou visiteurs, l’Office de Tourisme a choisi de les mettre en valeur et de les partager largement avec le public » explique Romain Péroua, responsable numérique à l’Office de Tourisme Cahors/Saint-Cirq Lapopie et à l’origine de l’exposition.

Avec l’aide de la community manager, Emmanuelle Castelnau, ils ont ainsi sélectionné une vingtaine de photos publiée sur Instagram. L’ensemble illustre les sites touristiques et les paysages autour de Cahors et Saint-Cirq Lapopie.  

L’exposition Instagram « De Cahors à Saint-Cirq Lapopie » ouvre ses portes le 2 août et jusqu’au 18 septembre 2016, au point d’information du Pont Valentré à Cahors. L’entrée est libre et ouverte du mardi au samedi, de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30.

L’idée d’exposer des photos publiées sur Instagram commence à se multiplier dans quelques offices de tourisme de France. D’ailleurs, c’est en découvrant celle de Pornic, en Bretagne, que Romain Péroua s’est lancé à son tour.

« L’objectif est faire (re)découvrir aux habitants et aux touristes le territoire du Grand Cahors, avec des angles de vue et des points de vue esthétiques particuliers » explique-t-il. « J‘ai pensé que ce serait une très bonne idée pour mettre en valeur (..) notre compte Instagram et nos hashtags [#Cahors et #SaintCirqLapopie], avec l’objectif de faire venir du monde sur ce point d’information« . 

>> Plus d’info sur : www.tourisme-cahors.fr

>> Pour découvrir d’autres photos Instagram : www.instagram.com/cahors_sclapopie_tourisme/

Julien Leroy

04 Sep

Découvrez les archives inédites du Gouffre de Padirac avec la Padiracothèque

© Padirac - JC Lemée - JF Fabriol - C Gerigk

© Padirac – JC Lemée – JF Fabriol – C Gerigk

Découvrez l’histoire en images du Gouffre du Padirac en quelques clics depuis votre canapé. C’est désormais possible depuis lundi avec le lancement de la Padiracothèque. Cette base de données propose 1500 archives numérisées inédites (photos, dessins, cartes postales, affiches,…) sur l’histoire du Gouffre lotois découvert en 1889 par Edouard-Alfred Martel. La Padiracothèque s’adresse à la fois aux professionnels et aux 450 000 visiteurs annuels fascinés par l’une des plus grandes curiosités géologiques de France. A découvrir.

Accès direct de la Padiracothèque : http://www.padiracotheque.com