08 Jan

Occitanie : une litière connectée pour surveiller la santé de son chat

Basée à Montpellier, la startup Novandsat lance la commercialisation de « Caremitou ». Avec ses nombreux capteurs, cette litière innovante permet de surveiller la santé de son animal. Une prouesse technologique enfin disponible.

© Caremitou.

« Aujourd’hui, trop particuliers ne font pas la démarche de se rendre régulièrement chez le vétérinaire pour contrôler la santé de leur chat. Pourtant une simple analyse d’urine suffit souvent à  détecter une maladie chronique type diabète, insuffisance rénale, troubles hépatiques… » expliquait Philippe Daurenjou au moment de recevoir son prix au CES 2020.

Douze mois plus tard, le fondateur de la start-up Novandsat peut (enfin) lancer la commercialisation de sa « maison e-sante » pour chat.

Baptisée « Caremitou », son innovation réinvente la litière pour nos amis félins.

Truffés de capteurs, la litière peut peser l’animal, relever sa température et réaliser des analyses d’urine du chat sans qu’il s’en aperçoive. Le tout à domicile !

Les données recueillies sont ensuite envoyées sur le smartphone du maître ou directement au vétérinaire.

« Caremitou est la solution idéale pour toutes les parties ! A la fois au profit du propriétaire, qui dispose d’un suivi régulier sur la santé de l’animal et au profit de l’animal qui ne subit plus le stress de l’analyse lors d’une consultation physique, ainsi que du vétérinaire qui peut suivre en continu la santé du chat et intervenir au bon moment si nécessaire » précise Philippe Daurenjou.

Après des mois de tests, l’objet connecté est disponible à la vente pour la somme de 299 euros.

Avec 14 millions de chats en France, le marché semble prometteur. La start-up ambitionne de vendre 3500 litières d’ici fin 2021.

Plus d’info sur https://www.caremitou.com/

Julien Leroy

08 Déc

Musique : Des Toulousains lancent un « Netflix » des concerts et des vidéos d’artistes

Info exclusive. A Toulouse, une start-up s’apprête à créer la première plateforme de vidéo à la demande dédiée à la musique. Pour quelques euros par mois, « Allive » propose des vidéos lives d’artistes reconnus ou émergents. Un concept unique en Europe. Lancement en janvier 2021.

© Gonzales / MaxPPP

Créer une plateforme de streaming pour écouter et voir des artistes musicaux. C’est le concept original imaginé par trois jeunes Toulousains : Manuel Darrault (33 ans) et les deux frères jumeaux, Antoine et Thomas Garcia (25 ans).

Baptisé « Allive », ce service de vidéo à la demande est à la fois un mélange de Deezer et de Netflix

Pour 4,99 euros par mois, la plateforme permet de regarder en illimitée des vidéos d’artistes confirmés, indépendants ou émergents.

« Nous leur proposons de tourner des lives promos exclusifs de 30 minutes minimum à intégrer à notre catalogue » précise Manuel Darrault, l’un des fondateurs.

L’idée d’Allive est née au début de l’épidémie de Covid-19.

Partant du constat que la situation actuelle ne permet pas ou peu aux artistes de pouvoir maintenir une activité normale (annulation des concerts, report, baisse considérables des ventes de disques, perte de revenus ), nous proposons une alternative inédite, simple et équitable pour pallier à ces contraintes. – Les fondateurs d’Allive.

Aider les artistes indépendants ou émergents

L’autre objectif d’Allive est de devenir une plateforme plus équitable afin d’aider les musiciens émergents.

Les concepteurs veulent ainsi promouvoir l’User Centric. Il s’agit d’un système de rétribution des artistes basé sur l’utilisation réelle de la plateforme. Et non plus au prorata (le Data Centric).

« Pour faire simple, une personne qui s’abonne sur notre plateforme rémunère les artistes qu’elle aura réellement écouté » poursuit Manuel Darrault. « Cette méthode va dans le sens opposé des pratiques utilisées par toutes les grandes plateformes telles que Netflix, Deezer et Spotify ».

Parallèlement, les Toulousains souhaitent optimiser leur modèle économique en lançant un second dispositif de redistribution.

« Pour les artistes « confirmés », les revenus générés (..) sont réinvestis par la plateforme dans la production de contenu pour l’ensemble des artistes de la plateforme » précise Manuel Darrault.

A court terme, Allive envisage de proposer des documentaires musicaux et une billetterie pour des live-stream

Le lancement de cette plateforme unique est prévu pour le début de l’année 2021.

« En attendant, nous avons lancé un appel à candidature à tous les artistes émergents et indépendants de France pour alimenter la plateforme équitable avant son ouverture » – Allive.

Le premier catalogue proposera au moins 50 heures d’écoute.

>>> Plus d’info sur www.allive.fr

Julien Leroy

07 Juil

IoT : conçu à Toulouse, le touret connecté se déploie dans les chantiers du monde entier

Après 3 ans de test, le touret connecté imaginé par les Toulousains de « ffly4u » e8t par le groupe Nexans (acteur mondial de l’industrie du câble), se généralise à travers le monde. L’innovation toulousaine va connecter plus de 15.000 tourets d’ici fin 2020.

© Ffly4u

Le secteur des travaux publics se digitalise de plus en plus. L’une des dernières innovations concerne le célèbre touret en bois.

Le groupe Nexans (leader mondial de l’industrie du câble) et la start-up toulousaine ffly4u (spécialisée dans l’IoT) ont eu l’idée de le connecter.

Grâce à des balises reliées au réseau 0G de Sigfox, « la solution unique permet de localiser avec précision et en temps réel les tourets afin d’optimiser leur gestion, la logistique et de réduire leur temps d’immobilisation, tout en prévenant les cas de perte et le vol de câble » explique Olivier Pinto, Directeur Services and Solutions de Nexans.

« Nos clients ont pu réaliser de substantielles économies générées par cette géolocalisation des tourets (moins de pertes, moins de coûts logistiques) » complète-t-il.

Les premiers tests ont démarré en 2017 et ont permis d’améliorer l’innovation.

« Les dernières évolutions intègrent une mise à jour en temps réel des longueurs résiduelles de câble sur touret permettant à nos clients de piloter au plus près leurs stocks et l’avancée de leurs projet ». Une technologie unique en Europe.

Face au succès de ce touret 2.0, Nexans a annoncé ce 25 juin, la généralisation du système à travers le monde. L’objectif est de connecter 15.000 tourets d’ici fin 2020 puis d’équiper le parc entier du groupe, soit 100.000 tourets.

Une bonne nouvelle pour la filière IoT de Toulouse. Ffly4u a été créé au sein de la pépinière d’entreprises de Toulouse Métropole à Montaudran sur la campus Aerospace Valley. Le site abrite également NEXT4 spécialisé dans le domaine de l’IoT industriel et RUBIX S&I qui vient de lever 7 millions d’euros avec son boîtier qui détecte les nuissances. A terme, la ville rose accompagné de l’IoT valley de Labége, veut devenir une capitale mondiale des objets connectés.

Julien Leroy

06 Fév

IoT à Toulouse : Levée de fonds de 7 millions d’euros pour les boîtiers connectés de Rubix

Fondée en 2016 à Toulouse, Rubix poursuit son chemin. Ce jeudi 6 février, la startup annonce une levée de fonds de 7 millions d’euros. La seconde de sa jeune histoire. Rubix conçoit des boîtiers connectés qui analyse la qualité de l’air, les odeurs et le bruit.

© France 3 Occitanie

En ce début d’année 2020, les levées de fonds se multiplient pour les startups de Toulouse spécialisées dans l’IoT. Après Kinéis et ses 100 millions d’euros, voici Rubix S&I qui lève 7 millions d’euros.

Un tour de table réalisé il y a quelques semaines avec l’aide de nombreux investisseurs internationaux : PureTerra Ventures (Pays-Bas), Airbus Ventures (USA), Groupe ADP et M Capital (de Toulouse).

Ils rejoignent ainsi le fondateur Jean-Christophe Mifsud, Active’Invest (Paris), Rochefort & Associés (Paris), Evolem Start (Lyon) et CPG (Aix-en-Provence).

En 4 ans d’existence, c’est la seconde levée de fonds pour Rubix après celle de 2 millions d’euros en mai 2018.

Ce financement va permettre de développer ses boîtiers connectés qui analysent l’environnement d’une rue ou d’un bureau. 

La startup conçoit ainsi des appareils de mesure qui peuvent analyser la qualité de l’air, les nuisances sonores mais aussi détecter les odeurs de moisie, un pic aux acariens, un manque de lumière ou une pollution intérieur. En cas de seuil dépassé, le boitier alerte.

L’innovation toulousaine peut aller jusqu’à identifier un tir d’arme à feu et reconnaître plus de 67 modèles différents.

Aujourd’hui, Rubix vend ses boîtiers IoT partout dans le monde en passant par de nombreux prestataires dont une dizaine de sociétés du CAC 40.

« Cette nouvelle levée de fonds constitue une avancée significative dans notre développement. Elle démontre la confiance de nos investisseurs historiques, renforcés désormais par la présence d’acteurs financiers et industriels internationaux de premier plan, qui (..) permettre de consolider notre position dans le domaine de l’analyse et de l’amélioration de l’environnement ambiant. Nous allons ainsi renforcer nos efforts de recherche et de commercialisation en France et à l’étranger » explique Jean-Christophe Mifsud, Président de RUBIX S&.

Déjà implantée à Toulouse et Paris, la jeune pousse prévoit l’ouverture d’un bureau aux USA ou au Canada.

Julien Leroy

26 Oct

Toulouse : Elodie, le robot qui peut cohabiter avec tous ses collègues

Après Sam, Milo ou Keylo, voici… Elodie. Le nouveau robot made in Toulouse. A l’occasion du salon industriel Siane du 22 au 24 octobre 2019, la startup WYCA a dévoilé cette nouvelle plateforme robotique qui peut cohabiter avec n’importe quel confrère robotique. Une innovation unique dans le monde.

© Wyca / Patrick Dehlinger

Toulouse continue d’être l’une des capitales de la robotique française. Dernier exemple avec le robot « Elodie ». Une innovation signée par la startup Wyca et présentée ce 22 octobre 2019, au salon Toulousain Siane.

Elodie est un socle qui permet aux intégrateurs de la compléter avec leur propre système robotisé. Elodie est ainsi un robot universel qui peut cohabiter avec n’importe quel collègue robotique.

Une qualité qui répond aux besoins de nombreux secteurs d’activités : logistique, sécurité, accueil, militaire,…

« Elle est unique dans le monde de la robotique de par sa conception ouverte et modulaire » explique Patick Dehlinger, le nouveau directeur général de Wyca. « Les usages sont infinis ».

« Elodie est un concentré de tout ce qu’on sait faire » poursuit-il. « Elle bénéficie des dernières avancées technologiques avec caméras 3D et infrarouges, radar optique longue portée  batteries LIPO, base de recharge rapide et automatique, système de connexion IoT, maintenance préventive, Edge Computing pour le traitement des données clients, etc... »

Elodie remplace Keylo

L’idée de ce robot innovant est venue de son grand frère : Keylo.

Ce dernier est un robot autonome né en 2016, pour accueillir physiquement des clients dans les centres de stockage. Rapidement, Keylo a séduit d’autres secteurs professionnels. « A chaque fois, il fallait l’adapter » raconte Patrick Dehlinger. C’est ainsi qu’Elodie a été imaginée.

Développée avec l’aide des sociétés Occion et Usitech situées à Brens dans le Tarn, Elodie enregistre déjà des commandes. Le robot toulousain est également disponible aux USA et en Israël.

Lancée en octobre 2015 par Nicolas de Roquettes, Wyca est une startup spécialisée dans les robots indoor à navigation autonome. Elle est basée à Aucamville, près de Toulouse, et compte 6 salariés. La jeune pousse a vendu une vingtaine de robots en France et à travers le monde. Wyca prépare également une troisième levée de fonds.

Julien Leroy

30 Sep

4 (bonnes) raisons pour se rendre à la Mêlée Numérique 2019 de Toulouse

La Mêlée numérique 2019 ouvre ses portes ce lundi 30 septembre à Toulouse. Le plus grand rendez-vous d’Occitanie autour de l’innovation numérique et du digital se déroule jusqu’au lundi 7 octobre. 10.000 visiteurs sont attendus toute la semaine.

© Jean-Philippe Horard

La 19e édition de la Mêlée Numérique débute ce lundi 30 septembre au Quai des Savoirs à Toulouse ou à Labège. Il est ouvert à la fois aux professionnels du secteur et au grand public.

Voici 4 bonnes raisons pour s’y rendre :

Un rdv (immanquable) pour un professionnel du numérique…

En 19 ans, la mêlée numérique est devenu le rendez-vous incontournable pour l’écosytème numérique de la région toulousaine. C’est LE salon des professionnels du numérique en Occitanie. Ils représentent 80% des visiteurs.

Toute la semaine, l’événement propose des keynotes, des tables rondes et des ateliers sur des thématiques actuelles liées à la transformation numérique (Data, Robots, IA,…).

Un Business Startup Day est également organisé le 2 octobre, un Forum des décideurs Informatiques le 3 octobre et une journée du Freelance le 4.

Enfin, les trophées « Hero Numericus » et « Femina Numerica » seeront remis dans la soirée du 3 octobre. Ils célèbrent les meilleurs ambassadeurs 2.0 de la région Occitanie.

Pour trouver un emploi dans le numérique…

Si le secteur du numérique vous attire, c’est l’occasion de faire un petit tour pour trouver (éventuellement) un job. Le vendredi 4 octobre, la Mêlée numérique organise une nouvelle édition du JobsTIC. Il s’agit d’une journée dédiée à l’emploi et la formation dans le secteur de l’innovation.

Pour assister à une course de robot…

Le samedi 5 octobre, le programme off du festival organise la quatrième édition du « Toulouse Robot Race ». Une course de véhicules autonomes sur les allées Jules Guesde. 

Pour suivre l’évolution du web…

Si vous êtes un passionné des technologies et du numérique, la journée du 7 octobre est pour vous. Une série d’ateliers et de table ronde, baptisée « Numérique pour tous« , est organisée gratuitement sur le site du Digital Campus de Labège. On y parlera d’inclusion numérique, de silver économie, d’emploi ou d’handicap.

>> Tout le programme et les infos pratiques sur le site officiel :www.meleenumerique.com

Julien Leroy

17 Sep

Start-up : L’accélérateur WeSprint se transforme en Business Angel

Né en Occitanie, WeSprint change de stratégie. Après 3 ans d’existence et une cinquantaine de startups accompagnées, l’accélérateur veut devenir un Business Angel. Une nouvelle offre lancée ce mardi 17 septembre. Les candidatures sont ouvertes.

© WeSprint

Dans le vaste écosystème des structures qui accompagnent les startups innovantes, WeSprint dévoile, ce mardi 17 septembre 2019, sa nouvelle stratégie.

Implanté à Montpellier, Toulouse et Marseille, cet accélérateur va progressivement abandonner l’hébergement des jeunes pousses pour se transformer en investisseur.

« WeSprint propose de devenir le premier Business Angel des entrepreneurs innovants en investissant entre 25.000 € et 100.000 k€ en equity dans les startups les plus prometteuses » annonce Arnaud Laurent, CEO de WeSprint. 

La structure veut ainsi répondre aux besoins financiers immédiats des entrepreneurs.

« Nous avons vu beaucoup trop de belles startups mourir ou se retrouver en mauvaise posture à cause d’un manque de trésorerie. Les fonds d’investissement ne sont pas toujours bien adaptés pour les débuts d’une startup et les groupes de Business Angels pas toujours assez rapides dans leurs prises de décision et pas toujours en mesure d’accompagner sur les problématiques quotidiennes ensuite. Voilà pourquoi nous lançons cette nouvelle offre » précise Arnaud Laurent. 

L’objectif est de « devenir le premier Business Angel des entreprises innovantes ». 

WeSprint continuera à proposer une aide opérationnelle aux entrepreneurs grâce aux conseils des 25 mentors du réseau.

La nouvelle offre est ouverte à toutes les startups françaises qui souhaitent bénéficier de ce premier investissement. 

Lancé en 2016 à Montpellier, WeSprint revendique la première place des accélérateurs du Sud de la France, avec 50 startups accélérées en 3 ans. Labellisés French Tech, l’entreprise est partenaire du Startup Garage de Facebook pour l’Occitanie

Julien Leroy

21 Mar

Toulouse : Myharmony, l’application qui aide les professionnels de location BTP

L’éditeur toulousain de logiciels, hitechsoftware présente ce jeudi 21 mars, une application sur smartphone unique en France. « Myharmony » permet de gérer son parc de matériel BTP n’importe où. Une aubaine pour les professionnels qui se déplacent de chantier en chantier.

© Damien GAUTIER / MaxPPP

En France, plus de 1500 entreprises et 26.000 salariés travaillent dans le secteur de la location de matériel de BTP, selon la fédération DLR qui regroupe les loueurs et les distributeurs de matériel de BTP.

Des professionnels qui doivent gérer un important parc de matériel de chantier. Du tractopelle au marteau piqueur.

« Ils doivent répondre en temps réel à des demandes de réservation ou de devis. Il leur faut à la fois suivre leur parc et favoriser le partage d’informations entre collaborateurs, le tout souvent hors de leur bureau » explique Philippe Passade, fondateur de hitechsoftware.

C’est pourquoi la société hitechsoftware a crée « Myharmony », une application sur smartphone dédiée à ses loueurs de matériel BTP.

L’objectif est de faire « gagner un temps précieux aux professionnels de la location en leur permettant d’être à la fois sur le terrain et de gérer instantanément les demandes clients » assure Philippe Passade. « Plus besoin d’être devant son PC fixe ». L’application se synchronise automatiquement avec le serveur.

Unique en France, « Myharmony » est officiellement présenté aux professionnels du secteur, ce jeudi 21 mars au congrès de la fédération DLR à Nancy.

Cette innovation est née à Toulouse dans les locaux de hitechsoftware. Depuis 1986, cet éditeur de logiciels s’est spécialisé dans la location, la négoce et la gestion de parc de véhicules et de matériels. Aujourd’hui, l’entreprise de Philippe Passade compte 22 collaborateurs et affiche un chiffre d’affaire de 1,3 million d’euros. La société est également présente dans 15 pays dont l’Alaska et la Malaisie. 

Julien Leroy

02 Août

Google va déployer son premier ballon internet (grâce au CNES de Toulouse)

Après des années de recherche, le projet « Loon » de Google va devenir une réalité. Les premiers ballons-transmetteurs d’internet vont être prochainement déployés au Kenya. Une équipe du CNES de Toulouse a participé à ce défi.

© Google. Ballon du projet Loon

Google a annoncé ce 20 juillet 2018, qu’il était prêt à lancer ses premiers ballon-transmetteurs d’internet . Le premier envol est prévu au Kenya d’ici quelques semaines.

« Il s’agit du premier déploiement commercial pour Loon » selon le patron du projet, Alastair Westgarth. Dés 2019, les régions les plus isolées du Kenya seront reliées au web.

A terme, Google veut créer un réseau internet dans la stratosphère (espace situé entre 18 et 22 kilomètres de la surface de la Terre). Chaque relais serait suspendu à des ballons gonflés à l’hélium. Le projet « Loon » permettrait ainsi de se connecter dans les zones reculées et de supprimer les fameuses zones blanches. 

Si ce rêve futuriste est aujourd’hui possible, c’est grâce en partie, au CNES de Toulouse.

Dès 2014, le centre spatial collabore avec le géant américain. Une équipe toulousaine a apporté une expertise technique sur la conception des ballons stratosphériques. En effet, les chercheurs de la ville rose sont devenus des spécialistes de la question grâce au programme Concordiasi (lâcher de ballons au-dessus de l’Antarctique). 

Julien Leroy

26 Juin

Levée de fonds de 2,5 millions d’euros pour la start-up toulousaine EyeLights et son casque de moto connecté

© EyeLights

A Toulouse, la startup EyeLights et son casque de moto connecté, annoncent ce mardi 26 juin, une levée de fonds de 2,5 millions d’euros. 

Un tour de table bouclé avec Breega Capital et le fonds Ambition Amorçage Angels (F3A) géré par Bpifrance.

La pépite toulousaine va pourvoir ainsi attaquer le marché européen. Par ailleurs, elle compte passer de 12 à 20 salariés d’ici à la fin de l’année.

EyeLights veut révolutionner la conduite des motards grâce à son casque connecté avec GPS intégré

Situé sur l’angle droit du casque, le petit écran est à peine visible. Vitesse, guidage GPS, état du trafic, les données sont retranscrites directement dans le champ de vision du motard. Le système est semblable au casque des pilotes d’avions de chasse.

Le dispositif a déjà séduit 1000 clients.

>> Reportage de France 3 Toulouse – Mai 2018

Julien Leroy