05 Avr

Création à Toulouse d’un « Think Tank » sur l’intelligence artificielle

Toulouse veut devenir l’une des capitales françaises de l’IA. Les collectivités, les chercheurs et les entrepreneurs s’unissent pour ne pas rater ce virage technologique. Un cercle de réflexion baptisé « Toulouse is AI » vient de voir le jour ce 3 avril.

© Clément Thersiquel

Un cercle de réflexion et de promotion sur l’intelligence artificielle a vu le jour à Toulouse, ce mercredi 3 avril.

Baptisé « Toulouse is AI », ce collectif regroupe entrepreneurs, experts et scientifiques autour de ce nouveau virage technologique. « Nous voulons rassembler les mondes de la recherche (science et technologie, sciences humaines et sociale), de l’entreprise (startups, PME, ETI, grands groupes) et des étudiants » explique Philippe Coste en charge de son lancement.

L’idée de ce Think Tank est d’organiser des conférences, des meetups et des ateliers sur l’IA.

« Toulouse is AI s’adresse à celles et ceux qui s’intéressent à l’intelligence artificielle, à ses potentialités scientifiques, technologiques et économiques ainsi qu’à ses impacts sociétaux et à son acceptabilité sociale » poursuit Philippe Coste.

Participer au projet régional ANITI

Ce collectif est né à initiative d’At Home. L’une des plus grandes communautés de startups à Toulouse veut apporter sa pierre à l’édifice. En effet, l’université Fédérale à lancé en 2018, le plan ANITI pour « Artificial & Natural Intelligence Toulouse Institute ». 

Ce projet transdisciplinaire est de faire de Toulouse et son territoire, l’un des grands pôles francais dédiés à l’IA. ANITI rassemble 200 chercheurs, une trentaine d’entreprises et des collectivités locales et régionales. 

Julien Leroy

13 Déc

Que devient le toulousain Scoop.it ?

En 7 ans, la plateforme de curation Scoop.it a conquis 4 millions d’utilisateurs dans le monde notamment aux USA. Née à Labège près de Toulouse, la société vient d’être rachetée par Linkfluence. Interview avec Benoît Lamy, le directeur de Scoop.it.

©France 3 Midi-Pyrénées

Scoop.it est une success-story du numérique français.

En 2011 à Labège (près de Toulouse), Marc Rougier et Guillaume Decugis ont l’idée de créer une plateforme gratuite de publication par curation. Le principe est simple : relayer une information trouvée sur internet, sur une page personnalisée via Scoop.it. L’internaute peut ainsi éditer gratuitement son propre journal ou magazine en ligne. 

En 2014, La startup s’installe à San Francisco pour percer sur le marché américain. Aujourd’hui, elle « compte aujourd’hui 4 millions de curateurs » assure son directeur Benoît Lamy.

L’offre de Scoop.it a également évolué au fil des années. « Nous avons développé des offres pour les entreprises avec des besoins avancés sur la veille collaborative et le marketing. En 2017, nous avons pris le virage de l’intelligence artificielle pour « comprendre » les contenus » explique-t-il.

« C’est cette étape qui nous a rapproché de Linkfluence ». Cette entreprise parisienne de 200 salariés est spécialisée dans la veille et l’analyse des contenus en ligne. En octobre 2018, elle est parvenue à lever 18 millions d’euros et racheter Scoop.it.

« En intégrant les équipes de Scoop.it, Linkfluence va pouvoir booster la mise en place de nouvelles technologies nécessaires à la meilleures compréhension du web et des réseaux sociaux. Ensuite,le siège de Scoop.it étant à San Francisco, celui-ci devient le premier bureau américain de Linkfluence » détaille Benoît Lamy.

Du côté de l’entreprise toulousaine, « nous allons continuer à développer et opérer Scoop.it » promet-il. Pas de changement également pour la vingtaine de salariés. Scoop.it conserve ses effectifs aux Etats-Unis et à Labège.

Julien Leroy

05 Déc

Surveillance satellite : EarthCube, la startup toulousaine capable de (tout) surveiller grâce à l’IA

Grâce à l’intelligence artificielle et aux images satellites, EarthCube est capable de détecter une anomalie sur un site stratégique ou une fuite sur un pipeline. Née à Toulouse en 2016, la start-up est unique en Europe et compte déjà plusieurs clients dans le monde.

capture logiciel Earthcube l(copyright Digital Globe imagery / Earthcube )

« EarthCube permet de surveiller et de protéger les activités ainsi que de l’environnement grâce à l’intelligence artificielle » résument Renaud Allioux et Arnaud Guérin, les fondateurs.

L’ancien ingénieur d’Airbus Defense and Space et l’ex-manager de chez Areva ont conçu un algorithme capable de surveiller les anomalies d’un lieu à partir d’images fournies aussi bien par les satellites, les drones ou les hélicoptères.

« Par exemple, nous sommes capables de détecter une voiture située à proximité d’un pipeline mais où ne se trouve aucune route » précise Renaud Allioux. « Ou reconnaître une activité anormale sur un aéroport ou dans un port ». L’intelligence artificielle d’EarthCube peut également évaluer les risques d’incendie en fonction de la végétation et évaluer les zones les plus touchées après un séisme ou une tempête. Les possibilités sont multiples.

La start-up toulousaine veut ainsi devenir une solution de télésurveillance pour des sites stratégiques à travers le monde. A ce jour, elle est la seule en Europe à proposer une telle solution. Mais il existe quelques concurrents américains, notamment Orbital Insight, Descartes Labs ou Space Know.

En seulement deux ans d’existence, EarthCube compte plusieurs clients et partenaires européens dont Airbus, des compagnies pétrolières et des acteurs de la défense. « Mais nous voulons désormais attaquer le marché USA » assure Renaud Allioux.

Basé à la fois à Toulouse et à Paris, la jeune pousse totalise 25 salariés. EarthCube est en pleine expansion. D’ailleurs, elle est parvenue à boucler une levée de fonds de 3 millions d’euros, en septembre 2017. Et lors du Emtech Europe d’octobre 2018, Earthcube a été sélectionné comme l’une des 10 startups en Europe pour les technologies émergentes. 

>> www.earthcube.eu

Julien Leroy

29 Mai

A Toulouse, Benjamin Böhle-Roitelet quitte l’accélérateur « ekito » pour créer sa propre startup

C’est une figure emblématique de la French Tech de Toulouse. Benjamin Böhle-Roitelet quitte ekito, son accélérateur de start-up fondé en 2005. A son tour de se lancer dans une aventure entrepreneuriale en créant « Relief ».

© Nadia Pellefigue / 15 mai 2018

Si le mercato de l’écosystème du numérique toulousain existait, le départ de Benjamin Böhle-Roitelet serait considéré comme un gros transfert.

Figure emblématique de la French Tech de Toulouse, le fondateur d’Ekito (un accélérateur de startup de la ville rose) annonce, ce mardi 29 mai, vouloir créer sa propre entreprise. 

« Après avoir appris au travers d’ekito, durant 12 années d’aventures passionnantes, de centaines de projets, et avoir partagé leurs quêtes, leurs réussites ou leurs échecs (..) Le moment est venu pour moi de mettre à profit ces belles expériences, pour un nouveau projet, différent et de nouveaux défis, d’utiliser tout ce que j’ai appris » déclare-t-il dans un message publié sur sa page Medium.

Création d’une nouvelle start-up toulousaine : « Relief »

Cela fait plusieurs mois que Benjamin Böhle-Roitelet prépare sa sortie.

« Depuis maintenant presque un an, après avoir beaucoup voyagé, m’être ressourcé proche de l’océan, je travaille entouré d’une nouvelle équipe, sur le projet de construction d’une startup de l’IA ambitieuse (..). Ce sera Relief » poursuit-il.

Pour le moment, il ne souhaite pas dévoilé les services de sa start-up. « Mais elle est basée à Toulouse et compte 6 collaborateurs » me confie-t-il.

En attendant, Benjamin Böhle-Roitelet finalise la reprise de son accélérateur ekito par les salariés qui la composent. 

« ekito est quant à lui, avant tout un projet humain un peu fou dont l’objet est celui de faire que de beaux projets se réalisent (..). Depuis quelques mois nous travaillons donc aussi à un projet de transmission de la structure ekito aux salariés qui la composent, ce qui pour moi aurait par essence le plus de sen » espère-t-il.

Né en 2005, ekito est le premier accélérateur privé de jeunes pousses innovantes à Toulouse. En 12 ans d’existence, la structure a accompagné et conseillé de nombreuses startup dont Nowave, Demooz, Telegrafik, Blablacar ou Qwant.

>>> Pour lire en intégralité le message de Benjamin Böhle-Roitelet : cliquez ici

Julien Leroy

06 Mar

Un cabinet de Toulouse crée un « robot avocat »

Le cabinet toulousain, ALTIJ, s’apprête à lancer son premier robot-avocat. Il s’agit d’un chatbot dédié au nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD). Il répondra automatiquement aux questions des entreprises.

© Sigrid Olsson / Maxppp

© Sigrid Olsson / Maxppp

Toulouse va participer au phénomène des « robots-avocats ». Apparus dans les milieux juridiques anglo-saxons ces dernières années, le mouvement arrive peu à peu en France.

Le premier avocat virtuel toulousain est destiné à répondre aux entreprises qui doivent appliquer le nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles. La loi RGPD rentre en vigueur le 25 mai prochain

Sous forme d’un chatbot, le robot en ligne répond automatiquement et 24h/24, aux interrogations des entrepreneurs.

« Il permet des interactions en langage naturel. Les utilisateurs lui parlent comme s’ils conversaient avec un conseiller humain, grâce au Traitement Automatique du Langage (TAL) » précisent les concepteurs.

« Notre initiative s’adresse à tous les professionnels en lien avec le sujet de la conformité RGPD. Nous leur diffusons un premier niveau d’information sur le RGPD et les guidons pas à pas dans le traitement des données personnelles qu’ils seront amenés à gérer » complète Maître France Charruyer, fondatrice du cabinet ALTIJ.

L’avocat électronique a été développé par ALTIJ, cabinet d’avocats implanté à Toulouse et Bordeaux et la société Inbenta France. Cette start-up toulousaine (filiale de la maison mère espagnole) a été fondée par Luc Truntzler. Elle conçoit des chatbots et des outils de recherche intelligente. 

Ce premier robot avocat sera officiellement inauguré ce mardi 13 mars dans les locaux d’ALTIJ à Bordeaux.

>>> Plus d’info sur : www.conformitergpd.expert

Julien Leroy