02 Juil

Happengo, un « Google Maps » pour les personnes en situation de handicap

Né à Toulouse, ‘Happengo’ est un moteur de recherche conçu pour faciliter la mobilité des personnes en situation de handicap visible ou non visible. Ce « Google Maps » référence l’accessibilité des établissements en fonction de l’handicap de l’internaute. Cette innovation est lancée officiellement ce mardi 2 juillet.

© HappenGo

Happengo veut devenir le « Google maps » des personnes en situation de handicap visible ou non visible.

« La plateforme permet de trouver un établissement, un lieu ou un service selon votre profil et vos besoins, avec le bon niveau de description sur son accessibilité » explique Valérie Portoles, co-fondatrice. 

En fonction de son handicap ou de sa mobilité, il est possible de filtrer les lieux et faciliter ainsi le quotidien. « L’objectif est de favoriser un mode de vie plus libre » complète-t-elle.

Ce moteur de recherche s’adresse à la fois aux handicapés (moteurs, visuels, auditifs,..), aux personnes atteintes de maladies invalidantes mais aussi aux seniors, aux femmes enceintes ou aux blessés temporaires.

Happengo « permet aussi de repérer un professionnel ou une structure de service dans les domaines de la santé, du paramédical, du droit, du transport, des associations et plus encore« .

L’application est entièrement gratuite pour les utilisateurs. Le modèle économique repose sur les professionnels ou les organisations qui souhaitent y figurer. Chaque demande est ensuite vérifiée et validée par les administrateurs afin de « garantir l’information » précise Valérie Portoles. 

Après plusieurs mois de rodage (le site web est en ligne depuis décembre 2018), Happengo est lancé officiellement ce mardi 2 juillet à Cornebarrieu.

Le service a été imaginée par 4 Toulousaines : Valérie Portoles (chef de projet chez Capgemini), Valérie Subra (qualiticienne de formation et d’expériences), Joany L’Ecuyer Mabille, (directrice de communication) et Béatrice Eloy (directrice d’une résidence hôtelière).

L’objectif est de favoriser le tourisme et le déplacement des individus concernés par un handicap. En France, cela représente 12 millions de personnes selon l’ORCIP, sans oublier les aidants et les 20 millions de seniors. Happengo veut d’ailleurs se déployer rapidement dans l’hexagone et en Europe.

>>> Pour le tester : www.happengo.com

Julien Leroy

20 Juil

Un Toulousain crée « Mytriplan », le Airbnb des visites touristiques

Visiter une ville ou un pays avec ses habitants. C’est l’objectif de Mytriplan, une nouvelle plateforme collaborative née à Toulouse. Elle transforme les habitants locaux en conseillers voyage personnels.

©James Hardy /Maxppp

Mytriplan met en relation les touristes avec les habitants d’un pays ou d’une région.

« Les voyageurs, nos TripTravelers, indiquent leurs préférences de voyage et nous leurs trouvons un Triplanner ayant les mêmes centres d’intérêts » explique le fondateur, Bastien Pailloux.

Pour y parvenir, la plateforme recherche via des réseaux d’entraide entre habitants. « Ce qui permet de couvrir la plupart des pays » assure-t-il.

L’habitant local devient un conseiller voyage personnel

Une fois le conseiller de voyage en herbe localisé, le voyageur échange avec lui, via un espace de discussion. Il bénéficie alors des conseils pour préparer son séjour.

« Le voyage est avant tout une expérience humaine faite de rencontres et de découvertes. Nos Triplanners (..) donnent des conseils objectifs, avisés et sont à l’écoute des TripTravelers afin de leur permettre de découvrir comme un « local » des activités moins touristiques » détaille Bastien Pailloux.

La plateforme toulousaine permet également de réserver directement les activités et les hôtels programmés.

Pour chaque journée organisée, le voyageur est facturé 7 euros. « 5 vont à l’habitant local et 2 euros à la startup » détaille le fondateur. Un modèle économique qui exige un gros volume de prestations. Après 3 mois de fonctionnement, une quarantaine de journée a été enregistrée.

Ce « Airbnb » des visites touristiques a été imaginé par un globe-trotter toulousain, Fabien Pailloux. « Lorsque j’ai vécu au Mexique, ils étaient nombreux à me faire part de leur conseils de visites« . Le jeune Toulousain de 27 ans décide alors de lancer sa start-up.

Après avoir bénéficié du programme de pré-incubation « Le Starter », la plateforme a ouvert en avril 2018.

Mytriplan n’est pas le pionnier du secteur. En 2015, la startup toulousaine Guide Like You proposait également un Airbnb des greeters avant d’être racheté, l’année suivante, par Meetrip. 

>>> Plus d’info sur le site officiel : www.mytriplan.travel

Julien Leroy

01 Août

Quand Instagram inspire une exposition de photos sur Cahors et Saint-Cirq Lapopie

L’office de Tourisme de Cahors et Saint-Cirq Lapopie propose une exposition de photos issues du réseau social Instagram. Une idée originale qui permet à la fois de valoriser les talents des internautes et le patrimoine lotois. L’expo (gratuite) ouvre ses portes ce mardi 2 août. A découvrir jusqu’au 18 septembre.

@luclagasquie

@luclagasquie

« Face à la multiplication de photos très belles prises par les particuliers, habitants ou visiteurs, l’Office de Tourisme a choisi de les mettre en valeur et de les partager largement avec le public » explique Romain Péroua, responsable numérique à l’Office de Tourisme Cahors/Saint-Cirq Lapopie et à l’origine de l’exposition.

Avec l’aide de la community manager, Emmanuelle Castelnau, ils ont ainsi sélectionné une vingtaine de photos publiée sur Instagram. L’ensemble illustre les sites touristiques et les paysages autour de Cahors et Saint-Cirq Lapopie.  

L’exposition Instagram « De Cahors à Saint-Cirq Lapopie » ouvre ses portes le 2 août et jusqu’au 18 septembre 2016, au point d’information du Pont Valentré à Cahors. L’entrée est libre et ouverte du mardi au samedi, de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30.

L’idée d’exposer des photos publiées sur Instagram commence à se multiplier dans quelques offices de tourisme de France. D’ailleurs, c’est en découvrant celle de Pornic, en Bretagne, que Romain Péroua s’est lancé à son tour.

« L’objectif est faire (re)découvrir aux habitants et aux touristes le territoire du Grand Cahors, avec des angles de vue et des points de vue esthétiques particuliers » explique-t-il. « J‘ai pensé que ce serait une très bonne idée pour mettre en valeur (..) notre compte Instagram et nos hashtags [#Cahors et #SaintCirqLapopie], avec l’objectif de faire venir du monde sur ce point d’information« . 

>> Plus d’info sur : www.tourisme-cahors.fr

>> Pour découvrir d’autres photos Instagram : www.instagram.com/cahors_sclapopie_tourisme/

Julien Leroy

28 Juil

L’application toulousaine Dotr veut réinventer le tourisme collaboratif

Dotr est un guide touristique sur smartphone. L’application toulousaine sortira vers le 15 août. Son fondateur, Tristan Vidé, a bien voulu nous la présenter en exclusivité.

Toulouse / © Dotr

Toulouse / © Dotr

Guide touristique de poche et parcours personnalisés

« Dotr est à la fois un générateur de parcours personnalisés et un catalogue d’itinéraires établis par des voyageurs chevronnés » résume son fondateur Tristan Vidé. Cet ingénieur informatique de 24 ans a eu l’idée après avoir constaté que « le touriste est parfois perdu face à la multitude de guides et sites de voyage » explique-t-il.

Dotr offre ainsi des lieux, des visites et des parcours personnalisés « en fonction du temps et des goûts de l’utilisateur » précise Tristan Vidé. L’objectif est de viser à la fois le touriste en vacances et le professionnel de passage pour seulement 2-3 jours. 

L’autre facette de Dotr est de proposer des itinéraires touristiques « crées par des voyageurs chevronnés, des personnalités, des journalistes ou des experts du secteur » détaille le toulousain. Ces parcours touristiques à valeur ajoutée permet ainsi à Dotr de se démarquer des applications concurrentes. 

Dotr est à la fois un générateur de parcours personnalisés et un catalogue d’itinéraires établis par des voyageurs chevronnés

Sortie prévue mi-août

Dotr est né en septembre 2014 à Toulouse et sa sortie (en version béta) est prévue vers le 15 août. L’application est gratuite et disponible (dans un premier temps) sur App Store. En attendant, Tristan Vidé et son équipe de 3 développeurs s’affairent. D’autant plus que « nous sommes tous salariés et nous développons Dotr sur notre temps libre » raconte Tristan Vidé. Une passion qui leur a permis de décrocher un premier prix en octobre 2014, lors Concours Open Data de Toulouse.

>>> Site officiel de Dotr : http://www.dotr-app.com/

Julien Leroy