13 Jan

A Muret, Nelly Lestrade cartonne sur YouTube avec ses cours… de peinture au couteau !

138 000 abonnés et près de 12 millions de vues… à 48 ans, Nelly Lestrade est devenue une star sur YouTube. Sa spécialité : des tutos de peinture au couteau réalisés depuis son atelier de Muret.

Nelly Lestrade (©)

« Fort de mon expérience de professeur de peinture au couteau, mon fils m’a convaincu en 2018 d’ouvrir une chaîne YouTube. J’ai commencé à faire des tutos comme si je donnai un cours » raconte Nelly Lestrade. Le succès est immédiat. Sa première vidéo sur la réalisation d’un bouquet de fleurs totalise plus de 200 000 vues.

En l’espace de 3 ans, Nelly Lestrade a produit une centaine de tutos sur la peinture au couteau.

Basée à Muret, l’artiste peintre est tombée amoureuse de cette technique picturale apparue au 19e siècle. En fonction de la forme de la lame, on peut déposer la pâte à des endroits précis. Cela offre des tableaux à la fois réalistes et colorés. 

Contrairement à une idée reçue, « la technique est elle-même ludique » explique Nelly Lestrade. « Même si on n’a jamais peint, on peut produire sa première oeuvre au bout de 3 heures« .

Après avoir vendu ses propres toiles, la Muretaine ouvre en 2008 son atelier de cours avant de l’étendre sur YouTube.

Totalement gratuit, Nelly Lestrade poste un nouveau tuto chaque lundi en variant les thèmes et les styles.

Vous pouvez ainsi apprendre à réussir un voilier, un paysage ou une lady à New-York tout en devenant un as du couteau à peindre.

© Nelly Lestrade

Les vidéos de Nelly Lestrade totalisent 12 millions de vues. Elle est suivie en Europe mais aussi au Brésil, au Québec et en Russie. A 48 ans, elle est devenue une star du web. D’ailleurs, elle a reçu récemment le trophée d’argent récompensant les youtubeurs de plus de 100.000 abonnés.

Un succès qui l’a amené à publier son premier livre en juillet 2020 : « La peinture à l’huile. Peinture au couteau » aux éditions VIGOT/ULISSE.

Découvrez sa chaîne YouTube en cliquant ici !

Julien Leroy

06 Juil

Coup d’envoi du premier festival des arts numériques de Saint-Orens, près de Toulouse

Un nouveau festival dédié au numérique et à l’art ouvre ses portes ce jeudi 6 juillet à Saint-Orens. Des artistes, des musiciens, des philosophes et des professionnels du numérique vont animer des ateliers et des conférences durant 3 jours. Le salon s’adresse à tous.

La mairie de Saint-Orens, près de Toulouse, lance la première édition de son festival des arts numériques. Du 6 au 8 juillet 2017, « vous allez découvrir des œuvres qui sont faites avec des outils numériques & comprendre ce que le numérique (les ordinateurs, internet, les réseaux sociaux, les applications etc…) change dans les arts » explique l’équipe organisatrice. 

Au programme : des spectacles, des animations, un « ArtLab » composé d’installations artistiques interactives à tester, des conférences, des expositions,…

Entre 3000 et 5000 personnes sont attendues à l’espace culturel Altigone de Saint-Orens.

Le salon s’adresse à la fois aux professionnels et aux familles. 

Un festival similaire à Castres

Cet événement n’est pas le premier en Midi-Pyrénées. « Les Giboulées Numériques » est également un festival sur l’art numérique. La première (et unique) édition a eu lieu le 11 mars 2016 à Castres.

>>> Pour aller au festival de Saint-Orens, infos pratiques sur : www.festival-des-arts-numeriques.fr

Julien Leroy

 

12 Oct

Art numérique : des Toulousains créent un champ de lumières pour percevoir les ondes électromagnétiques

Les artistes Toulousains de Tazasproject viennent de présenter à Bordeaux, leur dernière création : une installation lumineuse qui s’allume en fonction des champs électromagnétiques qui nous entourent.

Tazasproject © Rodolphe Escher Photographe

Tazasproject
© Rodolphe Escher Photographe

L’oeuvre est à la fois artistique, bucolique et inquiétante. Le duo d’artistes Toulousains Tazasproject, spécialisé dans le numérique et les arts graphiques, a présenté ce 24 septembre, leur dernière création : un champ de lumières clignotantes qui s’allument avec les champs électromagnétiques environnantes. 

L’oeuvre toulousaine est composée de 500 tiges lumineuses équipées d’une LED et d’un capteur sensible aux perturbations électromagnétiques. Ces dernières sont produites par les ondes radio, la télévision, les réseaux mobiles, le wifi, le GPS ou l’électricité statique,…

Tazasproject © Rodolphe Escher Photographe

Tazasproject
© Rodolphe Escher Photographe

Une installation en plein air imaginée dans le cadre de la Nuit Verte de la Biennale Panoramasau nord de Bordeaux. Cette manifestation insolite met en valeur l’art numérique et la nature.

L’objectif de Guillaume Beinat et Alexandre Suné, fondateurs de Tazasproject, est de « rendre visible ce qui est invisible«  m’expliquent-ils. Il est vrai que la multiplication des champs électromagnétiques autour de soi, peut se révéler inquiétante. Mais « Nous n’avons jamais voulu faire peur » précise Guillaume Beinat. L’oeuvre sera présentée fin octobre aux Etats-Unis. 

Plus d’info sur la page Facebook de Tazasproject : www.facebook.com/tazasproject

Julien Leroy