07 Mar

Une application toulousaine vous aide à rédiger (le plus beau) des textos de vœux

Pour célébrer un anniversaire, une naissance, un mariage ou le nouvel an, un ingénieur toulousain vient de créer l’application gratuite « SMS Voeux ». En quelques clics, elle vous aide à rédiger et à envoyer le plus beau des textos.

© LIONEL VADAM / MaxPPP

© LIONEL VADAM / MaxPPP

« SMS de Vœux » fait parti des petites applications qui facilite la vie.

Entièrement gratuit, elle permet d’envoyer des messages de vœux pour toutes les grandes occasions de l’année : anniversaire, mariage, fête des mères, fête des pères, fête du travail, la Saint Patrick, Pâques, Noel, Nouvel an…

L’application propose ainsi des messages déjà rédigés pour ceux qui sont à court d’idée. Mais, le texte reste entièrement personnalisable.

« Il est possible d’en faire une carte de vœux et d’y rajouter ses propres citations, étiquettes et avatar mais aussi d’importer ses photos et réaliser un montage simplement et rapidement » précise le concepteur.

Il suffit ensuite d’envoyer votre message par Email, MMS ou sur les réseaux sociaux (Facebook, Messenger, WhatsApp, Snapchat, Twitter, Instagram, LinkedIn,…).

L’application est pratique et facile à utiliser. Une version Premium payante est également disponible.

L’ensemble a été conçu Pierre-Edouard Galtier, un ingénieur en informatique de Toulouse. Il a déjà créé d’autres applications comme « Mega Pads » qui permet de transformer son mobile en drum pad. Ou « SMS de Blagues » qui envoi des messages humoristiques aux amis. 

>> Pour télécharger « SMS de Voeux » sur Google Play : cliquer ici

Julien Leroy

06 Mar

Un cabinet de Toulouse crée un « robot avocat »

Le cabinet toulousain, ALTIJ, s’apprête à lancer son premier robot-avocat. Il s’agit d’un chatbot dédié au nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD). Il répondra automatiquement aux questions des entreprises.

© Sigrid Olsson / Maxppp

© Sigrid Olsson / Maxppp

Toulouse va participer au phénomène des « robots-avocats ». Apparus dans les milieux juridiques anglo-saxons ces dernières années, le mouvement arrive peu à peu en France.

Le premier avocat virtuel toulousain est destiné à répondre aux entreprises qui doivent appliquer le nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles. La loi RGPD rentre en vigueur le 25 mai prochain

Sous forme d’un chatbot, le robot en ligne répond automatiquement et 24h/24, aux interrogations des entrepreneurs.

« Il permet des interactions en langage naturel. Les utilisateurs lui parlent comme s’ils conversaient avec un conseiller humain, grâce au Traitement Automatique du Langage (TAL) » précisent les concepteurs.

« Notre initiative s’adresse à tous les professionnels en lien avec le sujet de la conformité RGPD. Nous leur diffusons un premier niveau d’information sur le RGPD et les guidons pas à pas dans le traitement des données personnelles qu’ils seront amenés à gérer » complète Maître France Charruyer, fondatrice du cabinet ALTIJ.

L’avocat électronique a été développé par ALTIJ, cabinet d’avocats implanté à Toulouse et Bordeaux et la société Inbenta France. Cette start-up toulousaine (filiale de la maison mère espagnole) a été fondée par Luc Truntzler. Elle conçoit des chatbots et des outils de recherche intelligente. 

Ce premier robot avocat sera officiellement inauguré ce mardi 13 mars dans les locaux d’ALTIJ à Bordeaux.

>>> Plus d’info sur : www.conformitergpd.expert

Julien Leroy

14 Fév

Pour le Carême, un prêtre toulousain propose d’envoyer la parole de dieu sur… WhatsApp

Chaque matin, l’Abbé Simon d’Artigue, curé de la cathédrale Saint-Etienne de Toulouse, vous envoi un verset de la Bible sur votre smartphone via la messagerie WhatsApp. Une nouvelle façon de vivre le Carême qui débute ce mercredi 14 février.

© Cyril Frionnet / Maxppp

© Cyril Frionnet / Maxppp

Les prêtes se convertissent de plus en plus aux réseaux sociaux. Dernier exemple avec l’initiative de l’Abbé Simon d’Artigue, curé de la cathédrale Saint-Etienne de Toulouse. 

Pour aider les chrétiens à vivre le Carême, il propose de leur envoyer quotidiennement un verset de la bible via … WhatsApp (une application gratuite de messagerie instantanée).

« C’est la meilleure façon de recevoir la parole de dieu chaque matin (..) au lieu d’être alerté par les mauvaises nouvelles de l’actualité« ‘ précise le père Simon d’Artigue. 

Son dispositif simple et efficace, a été inauguré ce mercredi 14 février, jour où débute la période du Carême.

Durant 40 jours, le chrétien s’offre une pause dans son rythme habituel, pour retrouver le temps de prier et de réfléchir. C’est ainsi le prête toulousain a eu cette idée d’utiliser les réseaux sociaux au lieu de communiquer via le journal paroissial. « Etre présent là où il sont » complète le prête 2.0.

Pour recevoir la parole de dieu sur son téléphone, il est encore possible de s’inscrire gratuitement sur la page officielle : www.tinyurl.com/cheminonsensemble.

A noter que l’Abbé Simon d’Artigue possède également un compte Twitter : @simondartigue

>> Reportage de Claire Sardain (France 3 Toulouse) :

Julien Leroy

30 Jan

A Toulouse, Swimmy lance le premier « Airbnb » des piscines d’hôtels

Après la location de piscines entre particuliers, l’application Swimmy s’ouvre aux hôtels. Elle propose aux établissements de rendre leur piscine accessible à une clientèle extérieure. Le nouveau service est lancé nationalement ce mardi 30 janvier à Toulouse.

© Pullman Toulouse Airport / Accor Hôtel

© Pullman Toulouse Airport / Accor Hôtel

Envie de plonger dans une piscine d’un grand hôtel sans être client ? C’est désormais possible pour les Toulousains.

La plateforme parisienne Swimmy lance ce mardi 30 janvier à Toulouse, son nouveau service d’Airbnb des piscines d’hôtels. 

Le principe est simple : Une fois connecté sur la plateforme, il suffit de choisir un hôtel qui propose sa piscine accessible à une clientèle extérieure. Comptez environ 15 euros pour une heure de réservation. Et à vous la piscine à 32 degrés ou le cadre d’un hôtel luxueux ! 

Un service lancé dans un hôtel toulousain 4 étoiles  

L’hôtel Pullman de Toulouse est le premier établissement français à proposer ce service de piscines pour les particuliers.

« L’hôtel ouvre ses portes au-delà de sa propre clientèle hébergée et offre une véritable opportunité aux quelques milliers de salariés de Blagnac » précise son directeur Olivier Thomas. « Les plusieurs millions de passagers qui transitent par l’aéroport pourront également bénéficier de cette proposition« .

A terme, « Nous espérons que cette nouvelle opportunité début d’une longue série d’ouverture de piscines d’hôtels » espère l’équipe de la start-up. 

Fondée en juillet 2016 à Paris, Swimmy est le leader national de la location de piscines entre particuliers. Ce secteur est en plein boom depuis l’été 2017.

>>> Plus d’info sur www.swimmy.fr

Julien Leroy

23 Déc

Animer votre réveillon avec la web-radio toulousaine « Radio de Noël »

Si vous chercher des chansons de Noël pour la distribution des cadeaux du 25 décembre, branchez-vous sur « Radio de Noël ». Une web-radio toulousaine qui cartonne en France et au Canada.

© MaxPPP

© MaxPPP

Une web radio spéciale noël. C’est le principe de « Radio de Noël » lancée, il y a 10 ans, par Benoit Hutin et son épouse Corinne, compositeurs interprètes installés à Thil (Haute-Garonne). 

Disponible sur tablette et smartphone, cette radio offre des chansons et des musiques de Noël dans des styles très éclectiques et représentants plusieurs pays.

« Nous diffusons aussi bien les grands classiques Français, qu’Américains mais aussi Espagnol, Italiens, Russes ou autres. Il y a aussi de nombreux instrumentaux dans différents genres musicaux, électroniques, lounges, down tempo, jazz ou classiques » résume Benoit Hutin. « Nous intégrons quelques unes de nos productions musicales » complète-t-il.

S’il existe des applications similaires, « Radio de Noël » permet également de « personnaliser l’ambiance musicale d’un lieu avec des annonces« . Si bien que « cette radio est très utilisée en ce moment dans les marchés de Noël aussi bien en France qu’au Canada » assure le créateur toulousain. 

En 2014, une de nos équipes avait tourné dans les studios de cette radio qui fonctionne deux fois par mois.

Ce n’est pas le premier succès de Benoit et Catherine Hutin. Depuis 2013, leur chanson « Bonne année » cartonne à chaque réveillon du nouvel an, dans les clubs ou chez les particuliers.  

>>> Pour écouter La Radio de Noël : www.radiodenoel.fr

Julien Leroy

05 Déc

Occitanie : Que devient l’application « Sportihome », le Airbnb des sportifs ?

Née à Montpellier, que devient l’application Sportihome, le « Airbnb des sportifs » ? Un après son lancement, la plateforme séduit de plus en plus les passionnés de sports d’aventure.

© Sportihome

© Sportihome

Startupeurs, youtubeurs, web-série,… ils ont fait le buzz au moment de leur lancement. Mais que deviennent-ils quelques mois ou années après ? Sont-ils parvenus à transformer l’essai ? Votre blog #ToutCeQuiBuzz vous donne de leurs nouvelles.

Une application unique en France

Sportihome s’adresse à tous les passionnés de sport extrêmes : kitesurf, VTT, surf, randonnée, escalade, parapente,…

Créée à Montpellier, l’application est à la fois un « Google Maps » des meilleurs spots de sports d’aventure et un « airbnb » des voyageurs sportifs.

Sa première fonctionnalité est de « proposer un guide de spots renseignés et évalués par la communauté sportive » explique Sylvain Morel, l’un des deux fondateurs de Sportihome. A ce jour, plus de 900 spots sont recensés sur l’appli.

Mais l’innovation provient surtout de la deuxième fonctionnalité. Pour chaque spot, l’application propose des hébergement chez un particulier qui partage la même passion. Bref, un « airbnb » pour les voyageurs sportifs. Votre hôte peut d’ailleurs venir avec vous et partager le plaisir sportif.

Essai transformé !

Lancée en janvier 2017, Sportihome séduit. « A ce jour, nous comptons 11 644 membres, 1 431 logements et 907 spots » énumère Sylvain Morel. 

Un succès qui a permis à la start-up de recruter « 2 développeurs web en CDI, un en janvier, un autre en juin« . 4 nouveaux postes sont également prévus pour 2018.

La jeune pousse montpelliéraine prépare également une levée de fonds.

En attendant, l’application proposera d’ici quelques jours, un service de paiement en ligne afin de faciliter les hébergements. Sportihome vient aussi de signer un partenariat avec la fédération française de vol libre (FFVL) et ses 33.000 licenciés. De quoi prendre (encore) de la hauteur. 

 

Julien Leroy

30 Nov

La start-up toulousaine Liberty Rider lève 1,6 million d’euros (pour son application qui sauve les motards)

La start-up toulousaine Liberty Rider a annoncé ce mercredi 29 novembre, une levée de fonds de 1,6 million d’euros. Une tour de table qui permettra de développer son application capable de détecter un accident à moto et de prévenir les secours.

© Liberty Rider

© Liberty Rider

Les Toulousains de l’application mobile Liberty Rider, viennent de boucler une levée de fonds de 1,6 million. 

Après des semaines de tractations, l’annonce a été officialisée ce mercredi 29 novembre. Un tour table auprès de la Matmut, Inter Mutuelles Assistance, Macif, Mutuelle des Motards et Racer.

Grâce à cette somme, la start-up toulousaine veut renforcer son équipe avec une dizaine de recrutement et poursuivre la croissance de son application.

« Internationalisation, développement et enrichissement de l’offre avec des fonctions à vocations communautaires : voilà les grands projets Liberty Rider pour l’année à venir » précisent les 4 concepteurs. 

Application moto unique en France

Liberty Ryder est une application pour smartphone, capable « de détecter les accidents à moto afin de pouvoir alerter les secours au plus vite quand le motard accidenté n’est pas en mesure de le faire » résume Emmanuel Petit à l’origine de l’idée. Nous en avions parlé lors de son lancement en juillet 2016

Unique en France, l’innovation toulousaine a séduit la communauté des motards et les organisations de la sécurité routièreEn 18 mois, elle compte plus de 160.000 utilisateurs. « Avec plus de 20 millions de kilomètres parcourus par les utilisateurs, Liberty Rider est l’application moto numéro 1 en France » souligne l’équipe.

Passionné de moto, Emmanuel Petit a eu l’idée de Liberty Rider en empruntant certaines routes de campagne et pour rassurer ses parents. Il lance alors sa start-up avec l’aide de 3 associés, Julien Le, Jérémie Fourmann et Martin D’Allens. La jeune pousse est hébergée chez AT Home à Toulouse.

Julien Leroy

Ô Toulouse, l’application pour sortir, manger et faire son shopping dans la ville rose

Une adresse de restaurant ? Une idée de sortie ? Une boutique ? La nouvelle application pour mobile, Ô Toulouse, est une vitrine numérique des commerces et des lieux cultuels de la ville rose. Un projet initié par la mairie pour développer l’attractivité du centre ville.

© Talir© Talir

La mairie de Toulouse lance une nouvelle application mobile. Après « Qui Dit miam ! » sur les menus de la cantine scolaire et « Allo Toulouse » sur la propreté, voici « Ô Toulouse » !

Ô Toulouse est une vitrine numérique regroupant les commerces, les restaurants et les sorties de la ville rose.

« Les utilisateurs toulousains peuvent à présent découvrir facilement  les nouveaux lieux, se connecter à ceux-ci pour recevoir leurs notifications, ou simplement parcourir le fil d’actualité de la ville pour rechercher événements, bons plans, et autres informations utiles pour vivre la ville rose » explique Davide Mini chargé de la conception de la plateforme.

D’autres services sont également inclus, tels que le vélô Toulouse, le wi-fi, les parkings ou les toilettes publiques. 

Il existe des guides similaires mais l’offre d’Ô Toulouse apparaît plus complète et interactive. « Les commerces et lieux culturels peuvent communiquer directement avec leur audience sur le fil d’actualité de la ville, une manière démocratisée de donner un coup de pouce à l’économie locale » précisent les concepteurs.

Plus de 800 lieux et 2000 bons plans sont ainsi validés et répertoriés. L’objectif est de doper « l’attractivité du centre ville » précise la mairie.

Développée par la start-up toulousaine Talir, spécialiste du smart-City

L’application a été conçue par la start-up toulousaine Talir instalée dans les locaux de la Mêlée numérique. Fondée en août 2017 par Davide Mini et Morgan Loyer, la jeune pousse est un spécialiste de la smart-City. Pour les collectivités locales, elle édite des plateformes de partage d’information entre les acteurs locaux, institutions et habitants.

D’ailleurs, d’autres villes d’Occitanie devraient suivre l’exemple de la capitale.

>>> Disponible sur iPhone & Androïde, Ô Toulouse est disponible sur : www.o-toulouse.fr

Julien Leroy

06 Nov

La start-up toulousaine Coovia veut booster le covoiturage domicile-travail dans les entreprises

Coovia bascule progressivement vers le marché B to B. La start-up toulousaine spécialisée dans le covoiturage des trajets du quotidien, mise (de plus en plus) sur le marché des entreprises. Au 1er janvier 2018, ces dernières doivent proposer des transports alternatifs à leurs salariés. 

© VACHER Philippe / MaxPPP

© VACHER Philippe / MaxPPP

Surnommé le « Blablacar » des trajets réguliers, le toulousain Coovia négocie, sans surprise, un virage B to B.

Dés sa création en 2012, l’application s’adresse à la fois aux particuliers et aux entreprises en quête d’une solution de locomotion combinant covoiturage et transport en commun, sur des trajets courts ou quotidiens. 

Rapidement, des grandes entreprises de la ville rose telles qu’Airbus ou SMTC, adoptent Coovia pour favoriser les trajets domicile-travail de leurs salariés.

Coovia veut profiter du nouveau « plan de mobilité » des entreprises

Or ce marché des entreprises va s’accélérer à partir du 1er janvier 2018. Les entreprises de plus de 100 salariés doivent mettre en place un « plan mobilité ». Votée au printemps 2017, celle nouvelle loi oblige les entreprises à proposer des transports alternatifs à l’usage de la voiture individuelle. 

« Sur le territoire toulousain, environ 500 entreprises sont assujetties à ce plan » précise Laurène Dia, responsable des partenariats chez Coovia. 

Face à un marché du covoiturage domicile-travail de plus en plus concurrentiel, Coovia espère ainsi continuer sa croissance.

Créée par David Larcher, un ancien salarié d’Airbus excédé par les embouteillages toulousains, la start-up compte aujourd’hui 10 salariés et plus de 7000 utilisateurs. Des extensions vers Montpellier et Bordeaux sont également en projet.  

Julien Leroy

05 Nov

Flybot, le robot toulousain qui dialogue (avec vous) pour trouver le meilleur billet d’avion

Flybot est le premier robot intelligent pour la réservation en ligne de billet d’avion. Conçu par deux jeunes toulousains de 22 et 24 ans, il suffit de dialoguer, via Facebook, avec ce nouveau compagnon de voyage, pour trouver le vol le moins cher. Plus besoin de passer des heures sur les sites de comparateurs.

© Philippe Turpin / MAXPPP

© Philippe Turpin / MAXPPP

L’utilisation de Flybot est très simple. Inutile de télécharger une application.

Il suffit simplement de dialoguer avec ce robot intelligent via la messagerie privée de Facebook et de répondre à ses questions (destination, date du voyage, nombre de personnes,…). En moins d’une minute, il vous trouve « le vol le moins cher d’internet » assure Thibault Descombes, le fondateur et diplômé de l’école TBS à Toulouse. 

« Pour acheter un billet d’avion, on passe actuellement soit par un comparateur de vols, soit par une compagnie aérienne, soit par une agence de voyage » explique le jeune toulousain de 22 ans. « Flybot va chercher sur ces 3 catégories, soit environ 500 sites« . Bref, Flybot est un chatbot qui cherche (à votre place) sur tous les sites de voyage. Un concept unique en France. 

« Plus besoin de passer des heures sur les sites de comparateurs pour trouver le vol le moins cher » précise Thibault Descombes qui a eu l’idée en cherchant un billet pour des vacances en Asie. D’autant plus, « nous savons qu’un même billet le prix peut parfois varier jusqu’à 100 euros ». 

Le service est totalement gratuit pour l’utilisateur. Le modèle économique repose sur des partenariats avec les acteurs du secteur, notamment avec le site de comparateur Skyscanner

Mis en ligne fin octobre, l’innovation toulousaine totalise (déjà) plus « de 5500 utilisateurs » selon Thibault Descombes et son développeur informatique.  

L’objectif est « d’ici 1 an, d’être la référence dans le domaine de l’intelligence artificielle concernant la réservation en ligne. Il sera donc possible de réserver son vol, son hôtel et ses activités grâce à Flybot » espère son concepteur. En attendant, il cherche à rentrer dans un incubateur de start-up de la ville rose.

>>> Pour tester FlyBot : www.facebook.com/flybotFR

Julien Leroy