06 Juin

Le Canal du Midi a 350 ans cette année !!!!

Il est l’élément incontournable de notre grande région. Il est le lien entre Midi-Pyrénées, et Languedoc-Roussillon. Il est classé Patrimoine Mondiale de l’UNESCO, il a 350 ans et pas une ride ! Il : c’est Le Canal du Midi.

 

21 Mai

Le Strudel au château de Sissi en Autriche

Souvenez-vous il y a quelques temps je parlais de mon vol avec ASL Airlines vers Vienne, la capitale autrichienne et ville de Sissi, en vous promettant de vous y ramener. Retournons y pour une balade gourmande, à Schönbrunn le Palais de l’Impératrice emblématique, à la découverte de la pâtisserie traditionnelle autrichienne et tchèque : le Strudel.

Ce gâteau, parfumé à la cannelle se compose de pâte filo beurrée au pinceau qui entoure une garniture pour former un cylindre qui sera ensuite doré au four. La garniture, elle, se compose généralement d’un mélange de pommes hachées accompagnées de fruits secs (raisins, amandes, etc.) et de rhum.

Je vous propose donc de voir comment les pâtissières autrichiennes du Palais font le Strudel et si l’envie vous prends de refaire chez vous LA VRAIE recette, celle appréciée par Sissi alors cliquez sur ce lien : Recette authentique du Strudel.

Depuis Vienne se rendre au Palais de Schönbrunn est très facile en métro. Une fois arrivé sur place l’impression est la même que lorsque vous allez à Versailles : des bus de touristes partout et du monde, du monde ….. Après une bonne demi heure de queue au milieu d’une grosse majorité de touristes hongrois j’ai en main mon sésame d’entrée.

Le Château de Scönbrunn © Jean-Bernard Tournié

Le Château de Scönbrunn © Jean-Bernard Tournié

Le Palais est magnifique une déco qui à chaque pièce ne peut m’empêcher de penser à la saga de Sissi interprétée par Romy Schneider. Je suis charmé par ce Palais qui n’a rien à voir avec Versailles, qui a son charme propre, son charme autrichien comme l’on peut le voir en se promenant dans Vienne, sobre et beau.

Romy Schneider qui est d’ailleurs présente au Palais et un peu partout à Vienne, l’actrice dans ce rôle est devenu un bel argument de promotion touristique.

Mais revenons au Strudel.

Quand je suis arrivé en Autriche, question gastronomie je pensais : café viennois mais pas forcement Strudel. Et c’est en allant visiter le Palais que j’ai découvert l’histoire de cette patisserie qui plonge ses racines dans la tradition autrichienne, tchèque et pays voisins. Il existe une variante de ce gâteau dans la cuisine juive ashkénase.

Saviez vous que c’est Marie Antoinette qui a introduit et mis à la mode ce gâteau à Versailles ? Et bien moi non, mais cette erreur d’inculture de ma part est réparée ouf !

J’ai assisté à la fabrication de ce délice au Strudelshow qui se trouve au sein du Palais, une sorte de reproduction de cuisine du XIXème où toutes les heures ou presque l’on vous présente et propose de faire un Strudel. C’est beau c’est instructif mais cela fait un peu attraction Disney. Malgré tout j’avoue avoir été tenté par l’expérience et eu envie de faire MON Strudel , seul soucis et non des moindres, ma « Maitre de Stage » ne parlait qu’allemand et mon niveau concernant la langue de Goethe ne va pas plus loin que la terminale, et de plus, je l’avoue aujourd’hui, je n’étais pas un élève très assidu dans cette matière.

Rue de Vienne un semblant de Montmartre © Jean-Bernard Tournié

Rue de Vienne un semblant de Montmartre © Jean-Bernard Tournié

Par contre, pour ce qui est de la dégustation je n’ai eu aucun mal à me faire comprendre. Il faut reconnaitre que le meilleur des langages universel est bien la gastronomie. Me voilà donc avec ma part de Strudel un régal, un délice pour les papilles (en plus moi qui adore la pomme), les parfums sont tous présents sans qu’aucun ne prenne le dessus sur l’autre et quoi de mieux que de les mettre en exergue en dégustant en même temps le fameux « café viennois ».

Le café viennois © Jean-Bernard Tournié

Le café viennois © Jean-Bernard Tournié

J’espère que ce petit film et la recette qui l’accompagne vous donneront envie, chez vous de refaire cette recette en ayant, pourquoi pas, une pensée pour Sissi et Hans ….

 

19 Mai

Elle était si jolie … Dans les grottes de Rocamadour

Vous rappelez vous de ce tube des années 80 « Mon amour est parti avec le loup dans les grottes de Rock Amadour… », de 1988 pour être précis, où un village du Lot à flan de falaise, Rocamadour, se hissait grâce à ce tube au sommet des Hits de l’époque.

Et bien aujourd’hui Rocamadour, Grands Site de Midi-Pyrénées, voudrait devenir « Le village préféré des français« , l’émission de France 2 présentée par Stéphane Bern. Le Lot est décidément une terre de beaux villages, après Saint Cirq Lapopie en 2012, c’est au tour de Rocamadour de postuler au titre suprême en 2016.

L’heure est au vote en ce rendant sur le site de l’émission.

05 Mai

Les Celtes arrivent en Occitanie

A partir de dimanche 8 mai, dans le cadre du Festival Rio Loco les Celtes débarquent à Toulouse dans le décor magnifique des Jardins du Muséum de Toulouse.

 

Qu’ils arrivent en bateau par la Garonne, la route ou les airs, une ligne relie l’aéroport Toulouse-Blagnac à Brest, la culture Celte va rencontrer, dés dimanche, la culture Occitane.

C’est dans le plus beau des décors, le cadre majestueux des jardins du Muséum que tout va commencer. Cette année encore le muséum et le festival Rio Loco s’associent pour l’ouverture de la saison 2016 des Jardins du Muséum.

Il y en aura pour tous les goûts, chacun trouvera son bonheur entre les animations naturalistes et les spectacles musicaux.

Un véritable cocktail culturel, un vaste territoire sonore et riche en diversité.

Alors réservez votre dimanche ! Pendant  la journée du Fest-Noz et nocturne, le Fest Diez entendez s’enchanter et faire vibrer les Jardins du Muséum à Borderouge avec Rio Loco.

Au programme, les Sonneurs de Breizh en Oc mais aussi des spectacles, des initiations de danse et une fois bien formés tous au bal rythmé par des chants bretons.

Dimanche Borderouge et les jardins du Muséum seront un bout de Bretagne à Toulouse en Occitanie.

11 Avr

Sous les pavés la plage aux Jacobins de Toulouse : le palmier

Toulouse est chanté par Nougaro et bien avant lui par nombre de Troubadours et autres poètes occitans ou simplement tombés sous le charme de cette ville. Toulouse est connue aujourd’hui grâce a son industrie aéronautique, le rugby avec le Stade Toulousain, et son accent dit « le plus sexy de France » ….
Je pourrais encore citer nombre de clichés, mais moi se sont les vacances qui m’intéressent enfin l’imaginaire qui tourne autour.
Depuis quelques semaines les rues de Toulouse sont arpentées par des milliers de manifestants (chiffres fournis ni par la Police ni par les organisateurs, estimation personnelle), l’autre jour, alors que je regardais une manifestation passer, une phrase m’est revenue en mémoire : « Sous les pavés la plage ». OK ça c’est possible partout mais qui peut se venter d’avoir la plage sous les pavés et un palmier de pierre dans un monument historique? éh bé Toulouse té pardi !!!!
Le Palmier des Jacobins de Toulouse © Jean-Bernard Tournié

Le Palmier des Jacobins de Toulouse © Jean-Bernard Tournié

Il y a quelques jours je vous avais amené aux Jacobins pour y passer un moment Zen, pour le bien-être de nos chakras. J’avais dit que nous reviendrions en ces lieux et c’est ce que nous allons faire mais cette fois avec l’esprit « Monoïvioletteus« . Ne cherchez pas la signification de ce mot issu de mon imagination, mélange de violette et de Monoï : un appel au rêve, à l’évasion tout simplement.
La nef © Jean-Bernard Tournié

La nef © Jean-Bernard Tournié

S’il y a bien une chose que les Jacobins peuvent nous faire découvrir au delà de leur beauté architecturale et de leur histoire si riche, c’est un moment où on lève la tête et avec un peu d’imagination et une envie d’oublier le rationnel on peut rêver sous un  palmier unique au monde.
Mais avant de partir au delà de la réalité quotidienne, « laissez moi vous guider en quelques mots à travers l’histoire de ce monument exceptionnel et envoutant que sont les Jacobins de Toulouse » Ouah je fais du Stéphane Bern dans Secrets d’Histoire.
L'église des Jacobins © Jean-Bernard Tournié

L’église des Jacobins © Jean-Bernard Tournié

Les Jacobins ont été construit par l’ordre des frères prêcheurs, un ordre mendiant dont le premier couvent a été fondé en 1215  par Dominique de Guzmán, futur Saint Dominique, à Toulouse afin de répandre la parole de l’évangile et de lutter contre l’hérésie Cathare, naissance de l’Inquisition.
L’ensemble du monument est entièrement faits de briques est considéré comme l’un des joyaux de l’art gothique languedocien en matière de construction religieuse des XIIIe siècle et XIVe siècle.
L’église abrite depuis 1369 le corps de Saint Thomas d’Aquin, auquel elle est consacrée. C’est dans ces bâtiments qu’a été établie pendant plusieurs siècles l’ Université de Toulouse depuis sa fondation en 1229, deuxième Université créée après celle de Paris.
Posez stylos et tablettes, pour les plus branchés, et place au rêve.
Nous voilà maintenant au cœur de l’église. Bon même si je suis toulousain je vais le faire modeste. Cette église est la plus belle église dominicaine d’Europe (c’est pas moi qui le dis ce sont les spécialistes). Elle mesure 80 mètres de long sur 20 mètres de largeur, avec une seule rangée de piliers centraux créant ainsi un volume intérieur impressionnant. Les piles sont hautes de 22 mètres et sont, de plus, considérées comme les plus hautes colonnades élevées de l’architecture gothique (c’est toujours pas moi qui le dit…. j’ai juste écouté mes guides et lu des ouvrages).
Mais moi, comme beaucoup, j’ai été impressionné par ce qu’ici tout le monde appelle « Le Palmier« .
Le Palmier des Jacobins de Toulouse © Jean-Bernard Tournié

Le Palmier des Jacobins de Toulouse © Jean-Bernard Tournié

Il s’agit d’un pilier de 22m de haut qui soutient une magnifique voûte en étoiles à 11 divisions triangulaires, un joyau. Cette voute se compose donc de 22 arcs en ogives et 11 clés de voûte. Petite remarque ici 2 chiffres sont rois 11 et 22.
Quand on est au pied de cette prouesse technique, même moi le novice, je suis …. ouah …. J’aimerais rencontrer celui qui a eu le génie de créer ce qui est sous mes yeux et surtout unique au monde, car ce monsieur (ou cette dame pourquoi pas le Moyen Age était autant en avance que nous sur l’égalité des sexes) n’a jamais refait cela ailleurs.
Qui est il, qui est elle? Malheureusement l’architecte, à l’origine de cette prouesse technique, n’est pas connu, ils étaient plus modestes à l’époque.
Pour faire ce palmier le choix s’est porté sur un pilier central dans le chœur, dans la continuité de ceux de la nef. Mais ….  Ce pilier, si on y regarde bien, n’est pas tout à fait au centre du chœur puisqu’il est décalé de 2,50m environ vers l’Est.
Prouesse mathématique et architecturale car ceci permet de créer une voûte aux nervures fines et légères qui, surtout, répartissent efficacement le poids de la toiture du chœur en de nombreux points, réduisant ainsi le poids de charges de la toiture.
Le palmier vu d'en haut (des combles) © Jean-Bernard Tournié

Le palmier vu d’en haut (des combles) © Jean-Bernard Tournié

En résumé, les Jacobins de Toulouse sont un lieu où tout est possible. Vivre des instants de plénitudes que j’ai déjà évoqué et aller au delà du monument pour rêver palmier et grands espace au cœur de la ville.
Jacobins quand tu nous tiens tu ne manques pas de nous surprendre.

04 Avr

Les Jacobins à Toulouse : Zen beaucoup !

Le Couvent des Jacobins de Toulouse est l’exemple type du Gothique Méridional, le lieu de naissance de l’Ordre des Dominicains, là où l’on trouve l’ensemble des reliques de Saint Thomas d’Aquin, le « Palmier »…

Un lieu chargé en histoire que nous relaterons plus tard mais aujourd’hui c’est son coté « insolite » qui m’intéresse et que j’ai découvert lors de ma visite qui, à la base se voulait culturelle.

Le Cloitre, le réfectoire des Jacobins Toulouse © Jean-Bernard Tournié

Le Cloitre, le réfectoire des Jacobins Toulouse © Jean-Bernard Tournié

Il n’est pas loin de 14 heures lorsque je me présente à l’entrée des Jacobins qui se situe Parvis des Jacobins (comme c’est original) non loin du Lycée Pierre de Fermat, de l’Hôtel de Bernuy bel édifice Renaissance, et à deux pas de la Garonne.

Là, je suis attendu par Nadine Fournac, guide conférencière à l’Office de Tourisme de Toulouse et René Peres Responsable Technique du monument.

Ma visite de ce jour à pour but de découvrir le monument tel qu’il est présenté au public, de connaitre sa riche histoire mais également essayer de vous amener avec moi là où peu vont, dans le cœur ou au dessus de ce que nos yeux peuvent voir.

La visite commence, mais ce n’est pas ce qui va me pousser aujourd’hui à écrire ces lignes, l’histoire, les coins secrets ce sera pour plus tard.

Le Réfectoire des Jacobins de Toulouse © Jean-Bernard Tournié

Le Réfectoire des Jacobins de Toulouse © Jean-Bernard Tournié

Réfectoire des moines, SPA ou salle de méditation ?

Cela fait maintenant plus d’une heure que je suis au cœur du monument, imprégné de son histoire, de son architecture mes guides sont passionnés et passionnants je me régale.

Les dédales du couvent © Jean-Bernard Tournié

Les dédales du couvent © Jean-Bernard Tournié

Mais alors que nous déambulons dans le cloitre et que face à moi se présente un dédale d’allées, René me propose de prendre à gauche afin de découvrir le Réfectoire des moines. Depuis sa rénovation ce lieu sert de salle d’expositions temporaires, il faut dire que l’immensité du lieu, sa beauté et sa hauteur sous plafond, permet toute sorte d’aménagements. Mais me voilà plagiant un célèbre agent immobilier du PAF.

Or aujourd’hui, alors que je pousse la porte du Réfectoire, point d’exposition ou de salle vide mais …. des chaises longues, des écouteurs et des personnes les yeux fermés, ou parlant à voix basse.

Prêts pour une expérience unique © Jean-Bernard Tournié

Prêts pour une expérience unique © Jean-Bernard Tournié

C’est le regard étonné que je me tourne vers mes guides qui me présentent : « Confusions », qui porte bien son nom. En effet mon imagination alors s’emballe : Ai je fais un bond tridimensionnel dans un autre espace. Suis je au cœur d’un espace détente comme l’on en trouve dans les SPA où autre lieux de repos?

« Confusions » : La ZEN Attitude

« Confusions » est le portrait sonore des Jacobins. Il s’agit d’une installation imaginée par le documentariste et créateur sonore Benoit Bories (réalisateur radiophonique et ancien Professeur à l’Université Paul Sabatier Toulouse). Celui-ci a voulu créer ici une véritable déambulation auditive, en étant allongé sur des transats … dans le Couvent des Jacobins.Les sonorités se transforment pour laisser place à une musique du lieu qui s’installe et entremêle les usages du passé et du présent.

Moment unique dans un lieu unique © Jean-Bernard Tournié

Moment unique dans un lieu unique © Jean-Bernard Tournié

L’on navigue entre ambiances concrètes et compositions abstraites pour une perte du sens et de l’orientation programmée, bref nous voilà plongés dans un instant de volupté, douceur et évasion sereine. Pour quelques minutes, heures vous voilà devenu maitre de votre sérénité.

Zen Attitude © Jean-Bernard Tournié

Zen Attitude © Jean-Bernard Tournié

Original et ô combien inattendu, cette expo : Zen beaucoup…

Si le voyage vous tente …. rendez-vous aux Jacobins, pour rappel, entrée du cloître et Salle Capitulaire : va de la gratuité (sous certaines conditions) à 4€ maximum.

 

 

24 Mar

Dans le Lot Jurassique Pâques : Le retour

A Préhisto Dino Parc, à Lacave près de Rocamadour dans le Lot c’est Jurassiques Pâques ce dimanche 27 et lundi 28 mars !

Grande chasse aux énigmes organisée pour les enfants sur le thème des dinosaures et des hommes préhistoriques !
Munis d’un petit livret d’explorateur, les enfants, et leur parents, partiront à la recherche du légendaire mystère « de Pâques » et devront résoudre ce qui hante Prehisto Dino Parc en ce week-end.

Mais chacun sera récompensé de sa participation par des friandises chocolatées !

Alors le temps d’un week-end les grands redécouvrez la magie de l’enfance et les petits seront ravis par cette chasse au trésor au milieu des animaux Préhistoriques.

22 Mar

Carcassonne nous fait découvrir un peintre méconnu Noël Garrigues

A Carcassonne après avoir visité la Cité partez à la découverte d’un peintre méconnu Noël Garrigues, qui a su peindre les paysages de l’Aude comme personne ne l’a fait avant lui, par touches rapides, ultra-colorées, des œuvres qui nous replongent dans une nature oubliée d’avant-guerre.

Noël Garrigues est né le 24 décembre 1889 à Die dans la Drôme, il fait de la peinture sa profession après avoir été élève à l’école des Beaux Arts de Dijon.

 

Noël Garrigues appartient à cette génération d’artistes marquée par le classicisme, mais qui occulte encore la force et la nouveauté de Picasso, Matisse et des premiers abstraits. Sa production fait pourtant montre un réel talent et une personnalité forte. Il est chargé de décorer des lieux importants du département de l’Aude : théâtre de Carcassonne, Mairie de Trèbes, église de Lespinassière. Il y fait preuve d’une véritable volonté d’adaptation tout en devant s’inscrire dans un programme précis.

Son œuvre témoigne de qualités de coloriste, de luministe aussi, tant il se plaît à traduire, reproduire les effets du soleil dans les nuages et sur la mer, ou ceux du vent. Il s’intéresse aussi aux activités spécifiques de sa région comme les vendanges,  la pêche. On sent dans son œuvre une véritable empathie pour leurs acteurs.

 

17 Mar

Présentation exceptionnelle de tapisseries du XVIIe siècle à la cathédrale de Toulouse

A l’occasion des Fêtes de Pâques quatre tapisseries du XVIIe siècle évoquant la vie de Saint Étienne seront présentées dans le chœur de la cathédrale du 19 au 31 mars.

Le Chœur de la Cathédrale St Etienne © Jean-Bernard Tournié

Le Chœur de la Cathédrale St Etienne © Jean-Bernard Tournié

La cathédrale Saint-Étienne de Toulouse possède un ensemble unique d’une trentaine de tapisseries destinées au culte, datant du XVIe au XVIIIe siècles et classées Monuments historiques.
Souffrant de dégradations dangereuses et de déchirures liées aux modes d’accrochage ainsi que de décolorations dues à une exposition permanente à la lumière, elles ont été déposées il y a quelques années et enlevées aux yeux du public.
Une étude commandée par la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) a permis de mettre au point un système d’accrochage sans dommage pour les tapisseries, grâce auquel quatre pièces uniques seront ainsi montrées au public provisoirement dans les stalles du chœur du 19 au 31 mars prochains.

Aujourd’hui avait lieu le montage de cette exposition auquel j’ai eu le privilège d’assister.

L'accrochage © Jean-Bernard Tournié

L’accrochage © Jean-Bernard Tournié

Mais que sont ces tapisseries? Les tentures de la vie de saint Étienne : une œuvre majeure

 

Commandées en 1608 par Jean Daffis, Évêque de Lombez (Gers) et prévôt du chapitre de la Cathédrale Saint-Étienne, ces tentures de 2 m de haut et de près de 5 m de large, faisant partie d’une série de 8 tapisseries, illustrent les miracles de Saint Étienne ainsi que des moments de sa vie, ici l’ordination, la lapidation, le transfert des reliques et l’ensevelissement du Saint.
Mais au-delà de l’iconographie religieuse, ces tentures représentent des scènes vivantes et colorées, chargées de nombreux personnages richement vêtus et de riches décors, dont le détail des fonds, des arbres ou des éléments d’architecture témoignent de la maitrise technique des tapissiers de ce tout début du XVIIe siècle. De plus, chacune est dotée d’une longue inscription, au bas de la tapisserie, décrivant l’iconographie de la scène ainsi que des armoiries de l’Évêque de Lombez.

Les tapisseries de Saint Étienne : Le Retour

En ce jeudi après midi, alors que non loin de là le tumulte de la manifestation des lycéens et étudiants raisonnait dans les rues de Toulouse, me voilà plongé dans le silence de la cathédrale.

Seul bruit arrivant à mes oreilles, celui de quelques chuchotements provenant des artisans en charge de l’accrochage et des personnels de la DRAC.

Déjà trois des quatres tapisseries sont en places. Nous n’aurons que quelques jours pour voir ces œuvres uniques. En effet afin de maximiser la conservation, la protection de ce patrimoine il a été décidé par la DRAC et la Préfecture de la Haute Garonne (propriétaire de la cathédrale et ses trésors) de ne montrer ces tentures qu’à Pâques et pour Noël.

Je m’approche de ce petit monde qui s’affaire autour de la dernière tapisserie à mettre en place : « l’Ordination de Saint Étienne ».

Au pied de l’Autel deux artisans, venus de Paris, les mains gantées, aidés par Nadège François, restauratrice textile installée à Toulouse, attachent la tapisserie de presque 25 kilos à la tringle faite pour elle.

L'accrochage © Jean-Bernard Tournié

L’accrochage © Jean-Bernard Tournié

Tout est fait avec précaution et minutie car il est hors de questions d’abimer la tenture. Une fois ce travail fini la tapisserie roulée est portée à l’aide d’une bâche vers son lieu d’exposition.

Le choix de l’endroit exact de l’accrochage se fait alors à cet instant, choix collégial des accrocheurs, des membres de la DRAC présents et un peu de moi (j’ai eu le loisir de donner mon avis).

Une fois la tringle fixée sur les Stalles, la tenture est dépliée telle une voile s’ouvrant au vent.

La joie du travail bien fait © Jean-Bernard Tournié

La joie du travail bien fait © Jean-Bernard Tournié

Après une journée de travail, les quatres tentures sont en placées et enfin prêtes à dévoiler leur beauté à nos yeux et ce pour 13 jours.

Le transfert des reliques de Saint Etienne © Jean-Bernard Tournié

Le transfert des reliques de Saint Etienne © Jean-Bernard Tournié

 

06 Mar

Lascaux patrimoine mondial unique de la Préhistoire

La nouvelle est trop importante pour ne pas me rendre sur place et voir par moi même. Je me rends donc en Aquitaine mais juste à 35 kms de la Région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées me voilà à Lascaux site du Périgord  qui est, comme l’a baptisé le préhistorien français : Henri Breuil, La Chapelle Sixtine de la Préhistoire. Site touristique incontournable connu dans le monde entier Lascaux est fermé au public depuis 1963 mais en Décembre 2016 le public pourra se métamorphoser en homme préhistorique et plonger dans l’histoire et l’intimité de ce lieu unique au monde.

Quand je pense à l’histoire de Lascaux je me dis : c’est un peu une saga comme Hollywood sait si bien en produire. Car si on y regarde de plus près nous avons Lascaux : l’original découvert en 1940, puis en un fac-similé Lascaux 2, qui a accueilli plus de 10 millions de visiteurs depuis son ouverture en 1983 et une exposition itinérante, Lascaux 3, qui a fait le tour du monde et enfin Lascaux 4 : centre d’interprétation où le visiteur verra notamment la grotte dans sa totalité.

Un peu d’histoire :

Nous sommes en 1940 le 8 septembre exactement, un jeune garçon,Marcel Ravidat, accompagné de trois camarades, Jacques Marsal, Simon Coencas et Georges Agniel se promène dans la forêt non loin de Montignac avec son chien. Celui-ci poursuivant un lapin disparait dans un trou qui semble être un terrier.

Quelques jours plus tard, n’ayant pas école nos adolescents à l’âme d’ Indiana Jones s’aventurent dans ce trou qui les intrigue car semble sans fond. A la lueur des bougies nos aventuriers avancent et, là, découvrent ce que jamais personne n’aurait pu imaginer. Éblouis et se rendant compte de la valeur de leur découverte les jeunes adolescents en font part à leur instituteur, qui après une visite, en informe les autorités ainsi qu’Henri Breuil.

1er Taureau ® Semitour

1er Taureau ® Semitour

La découverte est si importante que le public se presse au grand malheur des peintures qui attaquées par un champignon apporté par l’homme, s’abiment au point pour centaines de disparaitre.

1963  André Malraux, décide la fermeture du site au public.

Il faudra attendre le 18 juillet 1983 pour que le premier fac-similé de Lascaux, Lascaux 2 offre à la vue du public 90% des peintures de la grotte originale.

Salle des taureaux © Département 24 - D. Nidos

Salle des taureaux © Département 24 – D. Nidos

Lascaux aujourd’hui:

Ma première impression, à la sortie de Montignac en voyant le chantier pour la première fois, est d’être face à quelque chose d’unique, comme si j’étais revenu des milliers d’années en arrière et que j’arrivais sur le site de Keops en construction, oui c’est un chantier pharaonique.Un bâtiment de 8500 m2 qui s’étend sur 150 mètres de long, 70 mètres de profondeur et 8 mètres de haut. Mais aussi une surface totale de 900 m² de fac-similés  réalisés en trois ans, dont 500 m² formeront la reconstitution fidèle des parois de l’original de la grotte de Lascaux, des peintres plasticiens formés aux Beaux-Arts pour la plupart, mais aussi résineurs, mouleurs, serruriers et soudeurs ont travaillé sur ce chantier.

perspective architecturale ® Snohetta

Perspective architecturale ® Snohetta

J’ai la chance d’être attendu par Guillaume Colombo, futur Directeur du site qui va me présenter le projet, mais avant, manière de se mettre dans l’ambiance, m’amène découvrir Lascaux 2. Cette visite je la fais à la lueur d’une lampe à huile. J’ai pu voir les peintures comme les hommes préhistoriques les voyaient… moment unique et privilégié. Imaginez, moi ancien étudiant en archéologie combien ce moment fut pour moi intense et que j’espère vous aurez l’occasion de partager un jour si vous en faites la demande.Lascaux 2 propose également des ateliers de fouilles, et des démonstrations de techniques de peinture pariétale.

Atelier de fouilles -® Semitour

Atelier de fouilles -® Semitour

Guillaume me parle du projet, des travaux, de ce que le public va voir, il est enthousiaste, et c’est communicatif au point que je n’ai plus qu’une date en tête le : 15 décembre 2016 : ouverture du Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux.

zone numerique ® Casson Mann

Zone numérique ® Casson Mann

L’intégralité de la grotte de Lascaux en constituera l’élément essentiel. Le futur équipement a pour ambition de proposer une expérience de visite s’appuyant sur les technologies de l’image et du virtuel pour favoriser l’appropriation de l’art pariétal par les visiteurs.

Le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux sera l’équipement touristique et culturel de référence pour la mise en valeur et la médiatisation de l’art pariétal à partir des représentations peintes et gravées situées dans la grotte de Lascaux.
Chevaux chinois ® Semitour

Chevaux chinois ® Semitour

Information pratique :
À compter du mois d’avril 2016, il sera possible d’acheter et de réserver la visite de Lascaux 2 en ligne sur le site de Lascaux avant un achat en ligne pour Lascaux 4 très prochainement et ainsi éviter les files d’attentes.