04 Juin

Confinement : des habitants d’Occitanie sont devenus des champions de la… marche à pied !

Coronavirus. Pendant les 2 mois de confinement, les Français ont beaucoup marché… notamment en Occitanie. Certains départements de la région sont devenus des champions nationaux de la marche à pied selon un palmarès établi par l’application WeWard.

© Philippe Turpin/ MAXPPP

Télétravail, déplacement limité à 1 km, transport à l’arrêt,… durant 2 mois, la France a vécu à l’heure du confinement pour lutter contre la pandémie du Covid-19.

Alors, les Français se sont mis à marcher et à courir… particulièrement en Occitanie.

4 départements de la région se classent dans les 10 premiers du palmarès national établi par le cabinet Emerton Data et l’application WeWard (qui récompense ses utilisateurs pour chaque pas effectué dans la rue).

La Lozère et l’Ariège dans le TOP 4 !

En effet, les habitants de la Lozère (3e), de l’Ariège (4e), du Lot (5e) et de l’Aveyon (7e) figurent parmi les meilleurs marcheurs durant la première quinzaine d’avril 2020. 

Selon les statistiques de WeWard, un Lozérien a effectué en moyenne, 6222 pas par jour. Il se classe ainsi derrière le Cantal (2e avec 6432 pas) et les Hautes-Alpes (champion de France avec 6460 pas en moyenne). 

L’Ariège fait quasiment aussi bien avec 6105 pas quotidiens. Le Lot est à 6097 et l’Aveyron à 5942.

Par contre, les habitants de la Haute-Garonne ont boudé cette activité. Ils se classent dans les trois derniers avec seulement 4109 pas. L’Hérault (4626), les Hautes-Pyrénées (4613), Le Gers (4686) ne font guère mieux.

Sur la deuxième quinzaine du mois d’avril, le classement change mais l’Occitanie reste dans le haut du tableau. L’Ariégeois prend même la troisième marche du podium avec une moyenne journalière de 6578 pas.

Pourtant, ce regain d’intérêt pour la marche à pied n’a pas été immédiat.

Sur les 15 premiers jours du confinement en mars 2020, l’activité pédestre a chuté en moyenne à 2000 pas par jour dans l’ensemble des départements de la métropole.

Puis, les Français se sont mis à marcher et à courir. « Fin avril, les trajets piétons de proximité ont retrouvé leur niveau d’avant confinement, autour de 5500 pas/jour » précise Tanguy de La Villegeorges, Co-fondateur de WeWard.

1 Français sur 4 veut marcher d’avantage après le déconfinement

Pour parvenir à ses statistiques inédites, l’application parisienne se base sur des données anonymisées issues de ses 140.000 utilisateurs. Un panel composé « d’individus plutôt urbains et dans la tranche d’âge 18-45 ans » précisent les fondateurs

Même si l’échantillon est loin d’être exhaustif, ce palmarès révèle que la marche est de plus en plus plébiscitée par les Français, y compris avec le déconfinement. D’ailleurs, un sondage de la Prévention routière publié ce jeudi 4 juin, annonce que 24% des Français veulent désormais marcher davantage.

Une bonne nouvelle car l’institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) estime que marcher au moins 30 minutes par jour (environ 3500 pas) contribue à réduire le stress et lutter contre les maladies cardiaques.

Julien Leroy

20 Mai

Des sénateurs d’Occitanie vont étudier la fracture numérique à l’heure du Coronavirus

© Pierre HECKLER / MaxPPP

Le confinement, l’école à la maison et la crise du Covid-19 ont fait émerger les inégalités numériques des Français. Selon une étude de l’INSEE, 17 % de la population est touché par l’inaccessibilité au numérique. Et un internaute sur 3 manque de compétences de base.

C’est pourquoi le groupe RDSE du Sénat a lancé, ce 13 mai 2020, une mission d’information contre l’illectronisme et pour l’inclusion numérique.

Ce groupe de travail est composé de 23 sénateurs dont 4 de la région Occitanie : Raymond Vall (sénateur PRG du Gers), François Bonhomme (sénateur LR du Tarn-et-Garonne), Viviane Artigala (sénatrice PS des Hautes-Pyrénées) et Angèle Préville (sénatrice PS du Lot).

La mission va organiser quatre tables rondes en visioconférence. Elle rencontrera des établissements publics qui développent des programmes d’aide aux usages du numérique, des associations, des chercheurs et des startups qui proposent de faciliter la formation au numérique.

Les conclusions de ce travail parlementaire seront présentées d’ici quelques mois, par le Gersois Raymond Vall, nommé rapporteur.

En attendant, vous pouvez suivre leurs échanges en cliquant ici.

Parallèlement, le Sénat organisera, le mercredi 27 mai, un débat consacré au thème : « La crise du Covid‑19 : révélateur de la dimension cruciale du numérique dans notre société : quels enseignements et quelles actions ? ».

Depuis septembre 2018, le gouvernement a également lancé son plan national pour faciliter l’accès au numérique dans les territoires. Des chartes d’inclusion numérique ont été signées avec plusieurs communes dont Labège en Haute-Garonne.

Julien Leroy

18 Mai

Naissance d’un nouveau fonds d’investissement pour les startups d’Occitanie

En Occitanie, la région Occitanie et deux banques traditionnelles s’associent pour donner naissance à « OCSEED ». La société de venture capital est destinée aux start-up de la région. Les candidatures sont ouvertes.

© Richard Villalon / MAXPPP

Un nouveau fonds d’investissement débarque à Toulouse et Montpellier.

Baptisé « OCSEED », le nouveau-né a vu le jour fin avril dans la capitale d’Occitanie.

Cette société de venture capital est issue d’une famille privé-publique qui souhaite soutenir financièrement les jeunes entreprises innovantes de la région.

En effet, la paternité revient au Conseil régional d’Occitanie qui s’est associé avec la Banque Populaire Occitane Sud et la Caisse d’Epargne Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. La garde a été confiée à l’incubateur régional Nubbo.

« L’objectif est de pallier l’insuffisance de capital de proximité pour les jeunes sociétés innovantes en phase de démarrage, en leur apportant les moyens de financer leurs premières étapes de développement, jusqu’au stade correspondant aux critères recherchés par les fonds d’investissement d’amorçage ou de série A » expliquent Anne-Laure Charbonnier et Thierry Merquiol, Présidente et Directeur Général d’OCSEED.

Doté d’une enveloppe de 5 millions d’euros (2,5 M€ pour la Région et 1,2 M€ pour chaque banque), le nouveau-né veut soutenir une vingtaine d’entrepreneurs BtoB d’ici 2025.

Pour chaque projet, un apport de 100 000 à 300 000 euros sera apporté « sous forme d’obligations convertibles » précisent le duo.

Sans attendre, « OCSEED » a déjà retenu deux jeunes pousses :

  • Smartcatch, qui développe des systèmes nanotechnologiques permettant de capturer les cellules tumorales circulantes dans le flux sanguin, afin d’améliorer le diagnostic et le suivi des cancers.
  • Hinfact, qui propose des solutions destinées à la formation des pilotes en simulateur en traitant les erreurs de monitoring qui sont à l’origine de la très grande majorité des accidents et incidents aériens.

Les prochains lauréats peuvent candidater sur le site de la société : https://ocseed.co/

Hasard du calendrier, cette naissance arrive en pleine crise du Covid-19.

L’écosystème numérique d’Occitanie souffre de la situation. Entre 8000 et 10 000 emplois du secteur pourraient être détruits selon une estimation de Syntec Numérique Occitanie. 

Julien Leroy

17 Mai

Déconfinement des sportifs : cette application vous trouve les sports à faire dans un rayon de 100 km

Depuis le 11 mai, fini le running sur son balcon ou le vélo dans son jardin. Il est désormais possible de faire du sport de plein air dans un rayon de 100 km. Mais comment trouver les spots accessibles depuis son domicile ? Réponse avec une plateforme (gratuite) développée par une start-up de Montpellier, SportiHome.

© Jean-Luc Flémal / MAXPPP

Depuis le début du déconfinement, il est désormais possible de circuler sans autorisation, dans la limite de 100 km de son domicile. Les outils pour calculer cette zone se sont multipliés ces derniers jours mais « aucun ne s’adressent aux sportifs » s’indigne Sylvain Morel, cofondateur de la startup Sportihome à Montpellier. 

Cet entrepreneur sportif et son équipe ont eu alors l’idée de créer « 100km.sportihome.com ».

Ce site permet en quelques clics, de trouver les spots de sports situés dans un rayon de 100 km autour de chez soi. 

Une fois l’adresse de son domicile saisie, « il ne vous reste alors plus qu’à déplacer et zoomer sur la carte, puis cliquer sur l’icône du spot pour être redirigé vers sa fiche. Si vous êtes sur mobile, le système de navigation préféré de votre mobile vous y guidera » explique Sylvain Morel.

« La carte et les spots présentés n’ont qu’une valeur informative » précise-t-il. « Avant de pratiquer son sport il est donc fortement conseillé de vous assurer auprès des instances sportives que vous en avez l’autorisation ».

Un outil développé par le « Airbnb des sportifs »

Cette carte des terrains de jeux est possible grâce à la base de Sportihome. 

Créée à Montpellier en 2017, Sportihome est un « airbnb » des voyageurs sportifs. L’application propose à la fois un guide des meilleurs spots dans le monde et la possibilité de loger chez des sportifs aussi passionnés que vous.

A ce jour, la plateforme couvre 45 disciplines sportives, revendique près de 30.000 utilisateurs et répertorie 2500 spots. 

D’ailleurs, s’il manque un lieu dans l’outil collaboratif de la jeune pousse, il est possible de le rajouter.

Plus d’info sur https://100km.sportihome.com/

Julien Leroy

20 Avr

Toulouse : durant le confinement, cultivez-vous sur l’open source !

© Bruno LEVESQUE / MaxPPP

Profitez de votre confinement contre le Covid-19 pour vous cultiver sur l’Open Source.

A Toulouse, le réseau « SoLibre » qui regroupe des entreprises d’Occitanie spécialisées dans le logiciel libre, lance une série de meet-up dédiés à l’écosystème open source de la ville rose.

Le premier rendez-vous aura lieu ce jeudi 23 avril 2020 sur la question : « Comment se construisent les projets open source depuis Toulouse ?« .

Cette première conférence en ligne sera animée par des experts du secteur notamment Olivier Prouvost (dirigeant OpCoach) et Gaël Blondelle (vice Président de la fondation Eclipse, un ensemble de projets de développements open source). 

Entièrement gratuit, ce meet-up est « accessible à tous sans aucun pré-requis nécessaire » précise l’équipe de SoLibre.

D’autres conférences en ligne sont prévues d’ici les Rencontres Régionales du Logiciel Libre qui se dérouleront le 21 novembre 2020 à Toulouse.

Inscription et info sur la page dédiée à l’événement.

Julien Leroy

09 Avr

Coronavirus : quels sont les dégâts pour la filière numérique en Occitanie ?

Le confinement et la pandémie du Covid-19 impactent les entreprises du numérique d’Occitanie. De Toulouse à Montpellier en passant par Labège, 94 % d’entre elles sont touchées selon la Direccte. Nous avons également mené l’enquête auprès des acteurs du secteur.

© Vincent Voegtlin / MaxPPP

Dès le début du confinement, la French Tech Toulouse s’est aussitôt mobilisée dans la lutte contre le Coronavirus. La plupart des startups emblématiques de la région ont offert leurs technologies au personnel soignant (MyFeelBack ou Medelse) ou aux commerçants (à l’image de la communauté « Friends of Presta » qui fabrique des site e-commerce).

Mais derrière ses belles initiatives, l’économie numérique d’Occitanie commence à souffrir.

Difficile de dresser un bilan global mais les premières retours du terrain laissent apparaître une situation préoccupante.

Jusqu’à 80 % de perte de chiffre d’affaire

C’est pourquoi le préfet d’Occitanie a demandé au cluster Digital 113 et à la Direccte d’Occitanie de mener une enquête auprès des entreprises de l’écosystème numérique. Les résultats ont été dévoilés ce mercredi 8 avril à Toulouse.

Parmi un panel représentatif, 94 % des entreprises du numérique régional sont touchées par la pandémie à la date du 31 mars 2020. « 47% d’entre elles ont une production très perturbée ou à l’arrêt » souligne le sondage.

Une situation qui va entraîner une perte de chiffre d’affaire en 2020.

52% des acteurs prévoient une perte de CA entre 20 à 80 %. Seulement 7 % des startup seraient épargnées par cette baisse de revenues – selon l’enquête en Occitanie

Des spécialistes du télétravail ?

Si le numérique semble être une filière qui se prête bien au télétravail, la réalité est plus complexe.

Certains ont pu s’adapter rapidement grâce à la nature de leur activité (une plateforme en ligne) ou par leurs faibles effectifs. Mais pour d’autres, « le télétravail a été un défi » m’avoue l’équipe de Brico Privé, le leader français des ventes privées en ligne dédiées au bricolage et au jardinage. Basé à L’Union, près de Toulouse, il a fallu paramétrer dans un temps record, les ordinateurs de 150 collaborateurs.  

Selon Digital 113, le télétravail a un impact sur le fonctionnement des entreprises.

« Pour 86% des répondants, une partie de leurs équipe pourraient télétravailler mais voient l’activité réduite ou à l’arrêt« .

Du chômage partiel pour (au moins) 50% des entreprises du numérique

L’écosystème numérique d’Occitanie tourne clairement au ralenti.

« Plus de 48% des répondants annoncent avoir déjà déposé un dossier d’activité partielle » annonce Digital 113. Un chiffre qui grimpe jusqu’à 65 % au sein de l’accélérateur de start-up WeSprint. Basé à Montpellier et Toulouse, il accompagne plus de 50 entrepreneurs. 

Même constat chez AT Home, le gestionnaire de la nouvelle cité des start-up de Toulouse. « Une bonne part de nos entreprises parvienne à maintenir partiellement leur activité » évalue leur responsable, Arnaud Thersiquel.

Pour le moment, la casse sociale est évitée. Mais « tout dépendra de la durée de la situation » souligne Arnaud Thersiquel. De nombreux entreprises de la filière ont de la trésorerie pour 1 ou 2 mois selon certains acteurs du secteur.

Or, « 30% envisagent d’ici fin avril de se mettre en chômage partiel si la situation ne s’améliore pas » estime l’enquête régionale.

Des start-up tirent (malgré eux) leur épingle du jeu

Face à ce tableau noir, des acteurs du numérique parviennent à augmenter (malgré eux) leur activité.

Chez WeSprint, « 25 % de nos entreprises ont vu leur business booster, notamment celles qui proposent des solutions pour le télétravail ou pour les applications mobiles » assure Arnaud Laurent, le co-fondateur. « Exemple avec les Toulousains de Team Mood » qui proposent de suivre à distance, le bien-être des salariés. 

Les start-up spécialisées dans l’éducation et la e-santé tirent également leur épingle du jeu. A Montpellier, l’application MHLink a conçu une application pour suivre les patients confinés. Les Toulousains de MHComm vont de même avec 7 hôpitaux d’Occitanie.

Sans surprise, SchoolMouv, le leader national des cours particuliers en ligne, connait un regain d’activité. Idem pour Santé Discount, le n°1 français de la parapharmacie en ligne, installé à Montrabé (Haute-Garonne).

Et demain ?

Evidemment, il est prématuré de dresser un bilan complet des dégâts du Covid-19 dans l’écosystème numérique d’Occitanie.

« On manque de visibilité » résume Alexis Janicot, le directeur de la French Tech de Toulouse.

Le climat est dégradé mais il y a deux moyens pour s’en sortir : l’entraide entre startup et l’anticipation. Il faut penser à 6 ou 12 mois » – Alexis Janicot, directeur de la French Tech de Toulouse.

Alexis Janicot rappel également qu’il existe de nombreuses aides du Gouvernement (prêts, chômage technique,..). Pour lui, les éventuelles conséquences économiques apparaîtront dans plusieurs mois. A suivre…

Julien Leroy

31 Mar

Coronavirus en Occitanie : les meilleures pépites du web après 2 semaines de confinement

© Oli / Olivio Ordonez

Depuis le début du confinement contre le Covid-19, les internautes d’Occitanie ont été très inspirés. Web-série, parodie, photomontage, concert en ligne,… de nombreuses initiatives régionales ont cartonné sur les réseaux sociaux.

Pour entamer cette troisième semaine de confinement avec le sourire, voici une petite sélection à (re)découvrir :

Cartes postales du confinement

Nous sommes nombreux à rester ébahi devant ces villes désertes. De Toulouse à Montpellier en passant par Cahors et Nîmes, les images sont saisissantes : découvrez notre diaporama d’Occitanie.

La situation prend encore plus d’ampleur avec un drone :

Si le silence s’impose dans les zones urbaines, ce n’est pas vraiment le cas dans les campagnes. L’agriculteur tarnais Laurent Gasc le résume parfaitement sur Twitter :

Web-série et vidéos parodiques

Autour de Toulouse, plusieurs web-séries ou vidéos humoristiques ont fait le buzz ces derniers jours.

Exemple avec « Creustel » composé du Lotois Julien Pestel et de son épouse Marion Creusvaux. Ce couple de comédiens détourne des séquences de films cultes pour parler du confinement et du covid-19. Leurs parodies ont déjà séduit près de 150.000 internautes sur Instagram et Twitter.  

Autre web-série à succès : « Coloc’orona » réalisée par Olivio Ordonez. Pour le frère cadet du duo « Bigflo et Oli », le confinement ressemble à… Loft Story. Un point commun qui lui a donné l’idée de se filmer avec ses colocataires et parodier les clichés de la télé-réalité. Les 3 premiers épisodes font le buzz sur Instagram.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

On est enfermé entre potes, voilà ce qui ce passe quand on s’ennuie…😂#ensembleàlamaison

Une publication partagée par Oli (@oli_real) le

A Millau (Aveyron), l’équipe de la série « Ami des lobbies » ne pouvait évidemment pas rater cette pandémie. Depuis un an, cette fiction met en scène des lobbys qui dont l’éloge de la destruction de l’environnement. L’épisode sur le coronavirus totalise plus de 56.000 vues :

Enfin, Fred & Melissa (du duo « Les Toulousains ! ») ont également apporté leur pierre à l’édifice en parodiant la vie confinée d’une famille. Plus de 30.000 vues sur YouTube :

Le confinement en chanson

Le confinement est devenu une véritable fête (virtuelle) de la musique. Un 21 juin avent l’heure. Les initiatives se multiplient comme des petits pains sur les réseaux sociaux.

Il y a d’abord les artistes confirmés qui offrent des concerts en ligne : lire l’article de notre nouveau blogueur musical, Benoit Roux : « Artistes confinés mais ensemble ».

Ensuite, les amateurs ont également investi la toile. Exemple avec nos 2 Aveyronnaises et leur « chanson du confinement » qui totalisent plus de 300.000 vues sur Facebook et YouTube.

Photo et illusions optiques

Pour terminer cette balade numérique, direction Albi dans le Tarn. Un photographe professionnel, Loïc Bouniquel vit désormais H24, avec ses 2 enfants et son épouse, coiffeuse de profession. Une vie familiale qui lui inspiré une série à retrouver sur Facebook :


A lire aussi : Coronavirus en Occitanie : des initiatives en région pour passer vous occuper seuls, entre amis ou en famille. 

Julien Leroy

25 Mar

Festival : Les dates des 20 ans de la Mêlée Numérique de Toulouse ont été dévoilées…

© La Mêlée Numérique

Alors que les événements sont reportés ou annulés en raison de la propagation du Coronavirus, la date de la 20e édition de la Mêlée numérique de Toulouse ne passe pas inaperçue.

Le plus grand festival d’Occitanie dédié au numérique se déroulera du lundi 28 septembre au samedi 3 octobre 2020 au Quai des savoirs à Toulouse. Une édition particulière puisque l’événement fêtera ses 20 ans. 

Durant 6 jours, tous les acteurs du web et de l’innovation de la ville rose seront présents pour assister (ou animer) des centaines de conférences, ateliers, tables rondes et démonstrations. 

On peut commencer à se pré-inscrire sur le site officiel.

Julien Leroy

01 Mar

Ouverture de la Cité des start-up de Toulouse !!

Après 3 ans d’attente, la Cité des start-up de Toulouse accueille ce lundi 2 mars, ses premiers pensionnaires. A terme, 300 jeunes pousses et partenaires de l’innovation numérique sont attendus dans les 12.000 m² rénovés des anciennes halles de Latécoère à Montaudran.

Crédit : Arnaud Thersiquel

A Toulouse, la Cité des start-up va devenir une réalité ce lundi 2 mars 2020 avec l’arrivée de ses premiers entrepreneurs. 

Ils seront seulement une poignée à franchir le pas de porte ce lundi mais d’autres suivront prochainement. Il reste encore des places. Géré par l’accélérateur AT Home, le tiers-lieux peut accueillir jusqu’à 295 startups. 

En attendant, ils sont une quinzaine à poser leur bagages dont Blockproof, Chap’, Drompy, Lydia, Rydoo, Staffman et Swallis Medical.

Ce projet de cité est né 2017 sous l’impulsion du Conseil régional d’Occitanie. 

L’idée est d’offrir « un équipement structurant au service du développement de l’écosystème d’innovation à Toulouse et en Occitanie » assurait Carole Delga lors de la présentation du projet. 

A terme, le site pourrait devenir le grand lieu de la région dédié à l’économie de demain. Une « station F » aux couleurs de l’Occitanie !

Pour y parvenir, la Région a racheté, il y a 3 ans, les anciennes halles de Latécoère dans le quartier de Montaudran à Toulouse. Une acquisition à 5,5 millions d’euros.

La cité de start-up propose un espace de co-working, un FabLab, et un tiers lieux pour les jeunes pousses. Le lieu sera également la nouvelle adresse de l’incubateur Nubbo et de l’agence  régionale de développement économique Ad’Occ 

Les travaux de la plupart des espaces sont aujourd’hui terminés. Les déménagements vont se succéder au cours des prochains mois pour une mise en service complète en septembre 2020. Reste à la cité à trouver son rythme de croisière. 

>> Reportage de France 3 Toulouse du 2 mars 2020 (Emmanuel WAT et Ayham KHALAF) :

Julien Leroy

10 Fév

Ameublement virtuel : Quand deux startups de Toulouse et Rodez fusionnent…

© Innersense

L’Occitanie compte deux éditeurs incontournables dans le secteur des logiciels d’ameublement.

Pour être plus fort, le Toulousain Innersense et l’Aveyronnais SPI Software viennent de fusionner à parts égales pour constituer le groupe « Inspi »

Née en 2014 à Ramonville Saint-Agne (près de Toulouse), Innersense développe des applications qui permettent de visualiser virtuellement son futur meuble dans son salon. Soit en 3D, soit en réalité augmentée. L’idée est de remplacer les catalogues mobiliers classiques.

Créée par Stéphane Mercier et Xavier Crouilles, la startup toulousaine compte aujourd’hui 85 clients dont Maisons du Monde, Roche Bobois ou Monsieur Meuble. Elle possède également un bureau en Floride. 

SPI Software a été fondé en 1992 à Luc-la-Primaube à 7 km de Rodez, par Thierry Racinais et Jean-Marc Lacombe.

La société est également un spécialiste des logiciels pour les professionnels de l’ameublement ou de l’aménagement mais plutôt dans la gestion des relations clients (CRM). Elle est aujourd’hui leader européen de ce secteur et compte plus de 4000 utilisateurs dont les réseaux BUT, Eggo et Caséo.

La nouvelle entité « Inspi » emploie 50 salariés répartis en Occitanie.

Si les deux marques continuent de conserver leur visuels et leurs implantations, la holding sera présidée par Thierry Racinais (SPI Software). Les 3 autres fondateurs seront les directeurs généraux. 

« En regroupant ces solutions numériques d’aide à la vente et à la gestion magasin – CRM, Configurateur web, catalogue 3D, application de Réalité Augmentée – nous permettons à nos clients de mieux comprendre leurs consommateurs, de gagner en temps et efficacité tout en multipliant leurs chances de conclure des ventes dans des conditions optimale » précise Xavier Crouilles, l’un des 3 DG.

L’objectif est de se déployer en Europe et franchir la barre des 3 millions d’euros de chiffre d’affaire en 2020.

Julien Leroy