11 Nov

A 19 ans, sa carte d’Occitanie (et de la France) dessinée à l’encre de Chine, fait le buzz

Crédit : PabloR / @RaisonPablo

Sa carte de France dessinée à l’encre de Chine, fait le buzz sur Twitter.

Pendant 15 jours, un étudiant d’Angoulême de 19 ans, s’est lancé le défi de réaliser (sur une feuille A3) une carte touristique des 101 départements français en dessinant les principaux monuments. Le jeune dessinateur a partagé quotidiennement son travail sur Twitter.

Un travail artistique qui a rapidement séduit les internautes et les médias. Ils sont des milliers à commenter et à partager sa carte unique.

Evidemment, Pablo Raison a dessiné notre région Occitanie.

Le jeune artiste de talent a ainsi reproduit le patrimoine de Toulouse, Auch, Montauban, Montpellier, Nîmes, Carcassonne, Albi, Millau, Figeac, Castres, Tarbes mais aussi Boulogne-sur-Gesse, Saint-Gaudens, Foix, Beaumont-de-Lomgane et même le petit village de Calmont en Haute-Garonne.

D’ailleurs, l’étudiant en deuxième année à l’École Européenne Supérieure de l’Image (EESI), avait oublié le nom cette petite commune. Mais les internautes l’ont rapidement aidé. 

Et pour admirer son travail dans l’ensemble, voici la carte complète :

Julien Leroy

02 Nov

E-sport : un Lotois est vice-champion du monde du monde du jeu vidéo « Clash of Clans »

Léo Valéry (au centre) et ses coéquipiers lors de la remise de leur titre de vice-champion du monde de Clash of Clans – 27 octobre 2019 (crédit Léo Valéry)

Originaire de Reyrevignes dans le Lot, Léo Valéry (alias Eryam) est devenu ce 27 octobre 2019, vice-champion du monde de « Clash of Clans ».

Le joueur de e-sport fait partie de l’équipe MCES qui représentait la France au premier championnat du monde du célèbre jeu vidéo. Du 25 au 27 octobre, les meilleures équipes mondiales se sont affrontées dans l’enceinte de la Barclaycard Arena de Hambourg en Allemagne.

Léo Valéry et ses coéquipiers sont parvenus à se hisser en finale avant de chuter contre l’équipe Nova Esports de Hong Kong.

« On est tous très content du résultat final même si on aurait bien sûr voulu gagner la finale. Néanmoins vice-champion du monde est une sacrée performance on en est conscient et on va essayer de confirmer lors des prochains tournois à venir que les français sont à craindre » nous confie le jeune Lotois de 20 ans. 

Un Toulousain (également) titré 

Un autre représentant de l’Occitanie est également vice-champion du monde. En effet, le Toulousain Jérôme Trogan est le coach manager de l’équipe française MCES. A 39 ans, il a préparé les futurs finalistes.

Jusqu’à 10 heures d’entrainement par jour 

Pour décrocher une finale mondiale, Léo Valéry s’entraîne quotidiennement.

« On joue minimum 3 heures par jour et ça peut aller jusqu’à plus de 10 heures lorsqu’on a des tournois mondiaux à élimination direct » avoue le Lotois qui continue d’étudier. Il est actuellement en  deuxième année en DUT GEA à Aurillac. 

Créé en 2012, Clash of Clans est un jeu vidéo multijoueur de stratégie en temps réel. Le but du jeu est de construire et développer un village fortifié, de former des unités de combat, d’attaquer les villages des autres joueurs et de gagner des guerres de clans.

Edité par le Finlandais Supercell, le jeu totalise plus de 500 millions de téléchargements.

Julien Leroy

10 Oct

HelloAsso s’implante en Occitanie

Siège à Bordeaux / © HelloAsso

La plateforme de paiement sur internet pour les associations, HelloAsso, a ouvert son quatrième bureau régional à Montpellier (après Lille, Nantes et Lyon)

Une implantation qui date d’avril 2019 mais la startup a préféré attendre la rentrée de septembre pour le dévoiler.

Hel­loAsso veut ainsi couvrir l’ensemble de la région Occitanie. A ce jour, près de 7000 associations occitanes (principalement dans les secteurs Arts & Culture, Sports, Éducation & Formation et humanitaire) utilisent les outils de l’entreprise. En 2018, plus de 1,9 millions d’euros ont déjà été collectés par ces associations.

« Le tissu associatif d’Occitanie, particulièrement dynamique, poursuit de façon très active sa transition numérique. Des acteurs importants se positionnent notamment en faveur de cette transition » explique Sarah Rousseau, coordinatrice Grand-Sud HelloAsso

Né à Bordeaux en 2009, la startup propose solutions de paiement alternatives pour les associations et les clubs. HelloAsso fourni ainsi gratuitement des services pour gérer une billetterie en ligne, un collecte de dons, un opération de crowdfunding ou le paiement des adhésions. L’entreprise se finance grâce aux pourboires des clients.

Aujourd’hui, 85.000 associations utilisent les outils fournis par les 65 salariés de l’équipe HelloAsso. Plus de 160 millions d’euros ont été récoltés via la plateforme en l’espace de 10 ans. 

Julien Leroy

07 Oct

Qwant signe un (méga) partenariat avec la Région Occitanie, les collectivités de Toulouse et la Haute-Garonne

Exclusivité. La Région Occitanie, le département de la Haute-Garonne, Toulouse Métropole, la Communauté d’Agglomération du Sicoval et la startup Freya-Games signent ce lundi 7 octobre à Labège, une charte de partenariat avec Qwant. Le moteur de recherche français sera installé par défaut au sein des établissements scolaires et des administrations publiques. En attendant un Data Center  à Toulouse.

© Bruno Levesque / MaxPPP

Le moteur de recherche français Qwant fait une entrée fracassante en Occitanie.

A l’occasion du festival de la Mêlée numérique, Qwant signe ce lundi 7 octobre 2019 à 17h15 à Labège (près de Toulouse), un gros contrat avec la Région Occitanie, le département de la Haute-Garonne, Toulouse Métropole et la Communauté d’Agglomération du Sicoval (Labège).

Après la Bretagne, c’est le plus gros contrat régional pour le moteur de recherche dont le siège social est basé à Nice.

L’objectif de ce partenariat est d’adopter un moteur de recherche made in France respectueux des données personnelles.

En effet, Qwant est le premier moteur de recherche européen à disposer de sa propre technologie d’indexation du web. Son principal atout est de protéger la vie privée de ses utilisateurs en refusant tout dispositif de traçage à des fins publicitaires. Un « anti-Google » qui séduit de plus en plus, les entreprises et les institutions françaises dont l’Assemblée nationale.

Les collectivités locales signataires s’engagent à installer par défaut le moteur sur tous les ordinateurs des lycées et des administrations publiques d’Occitanie.

« En adoptant un moteur de recherche français respectueux de la vie privée tel que Qwant, le Conseil départemental fait le choix d’un numérique éthique, citoyen, responsable et inclusif » déclare Annie Vieu, Vice-Présidente du Conseil départemental en charge de l’innovation et du numérique.

Par ailleurs, les services « Qwant School » et « Qwant Junior » seront déployés dans les collèges et les écoles de Haute-Garonne.

« Je salue le regroupement de ces quatre collectivités autour d’une idée forte de souveraineté numérique qui vient tout naturellement dépasser les clivages. C’est une fierté pour Qwant que de recevoir aujourd’hui ces soutiens (..) » nous confie Eric Leandri, le PDG de Qwant. 

L’accord prévoit (également) le déploiement d’un jeu Toulousain

La charte signée ce 7 octobre, comporte aussi le développement du jeu vidéo «  Agent 001 » conçu par la startup toulousaine, Freya-Games.

« Agent 001 » est un Serious Game qui apprend aux enfants de 9 à 12 ans, à protéger leur vie privée et leurs données personnelles sur Internet. L’objectif est de promouvoir l’inclusion numérique.

Testé par des écoliers d’Ayguevives (Haute-Garonne), le jeu avait reçu le soutien du président de la République, François Hollande en novembre 2016.

L’accord avec Qwant prévoit de déployer l’Agent 001 dans l’ensemble des établissements scolaires de la région Occitanie. Un partenariat record pour l’entreprise Freya-Games fondée par le Toulousain Willy Lafran.

Un Data Center de Qwant dans la région de Toulouse

Eric Leandri, le PDG de Qwant semble se plaire en Occitanie.

Après avoir adhéré au cluster « Occitanie Data » et signé des partenariat avec le CNES et l’ANITI, Qwant va construire un Data Center dans la région. Ce sera le sixième de l’hexagone. Le lieu exact n’est pas encore officialisé mais le site sera basé dans la région toulousaine selon nos informations. Sa mise en service est prévue pour 2020. 

 Julien Leroy

01 Oct

Le patron d’Apple en visite (surprise) en Occitanie

Credit : Tim Cook / Apple

Selon nos confrères de Midi Libre, le patron d’Apple a fait une étape suprise, ce mardi 1er octobre, près de Montpellier.

Tim Cook a visité les nouveaux studios d’Ubisoft à Castelnau-le-Lez (Hérault).

Le dirigeant americain est venue féliciter les développeurs en charge du jeu vidéo Rayman Mini, l’un des 71 titres de la plateforme Apple Arcade.

« Nous avons passé un excellent moment à rencontrer les membres de @Ubisoft et @Pastagames, deux de nos incroyables créateurs de jeux @AppleArcade en France. Courez, Rayman, courez! » a réagi Tim Cook sur son compte Twitter.

Ubisoft est l’un des plus gros éditeurs mondiales de jeux vidéo. Basé à Rennes et Montpellier, ce géant français a notamment conçu RaymanPrince of Persia et Assassin’s creed.

23 Sep

BAM PWR, des podcasts pour découvrir les femmes (exceptionnelles) de Toulouse

Depuis un an, deux Toulousaines proposent des podcasts sur des femmes toulousaines « ordinaires et exceptionnelles« . Chaque épisode est écouté par des centaines d’internautes. La saison 2 vient de démarrer.

Les deux fondatrices de BAM PWR, Marie Ville (à gauche) et Emma Zahn (à droite) / © bampwr

Depuis septembre 2018, le podcast « BAM PWR » met en avant des femmes toulousaines (ou qui passent par la ville rose) en les invitant à se livrer lors d’une interview audio.

« Notre volonté est de mettre en lumière des femmes qui portent un projet, une volonté de faire bouger les lignes notamment du côté des droits de femmes. Médiatisées ou pas du tout, ses femmes sont des modèles accessibles qui inspirent nos auditrices et auditeurs » souligne Marie Ville, la cofondatrice.

La première saison propose 16 épisodes autour de 8 grandes thématiques dont “écologie et féminisme”, “leadership au féminin” et “la diversité dans le secteur de l’intelligence artificielle”.

L’initiative est née dans la tête de deux Toulousaines : Marie Ville et Emma Zahn. Ces deux consultantes en social média avaient envie de créer des podcasts pour valoriser les femmes d’Occitanie.

« Le choix de passer par le canal podcast est simple : donner le temps à ces femmes de s’exprimer. Les épisodes durent de 30 min à 1 heure et nous laissons la place à la nuance, à l’émotion. Chose pas toujours évidente aujourd’hui notamment avec notre consommation des contenus sur les réseaux sociaux » expliquent le duo.

Un format et une thématique qui fonctionnent. « Chaque épisode est téléchargé entre 500 et 4000 fois selon l’invitée (..) Ces chiffres, nous en sommes fières, car l’engagement d’une personne qui écoute un épisode est important » se réjouit Marie Ville.

Face à ce succès, « BAM PWR » est reparti pour une saison 2 depuis le 1er septembre 2019.

« Nous avions envie de nous ouvrir à d’autres thématiques que celle du féminisme. Bien sûr, ce sujet reste central mais nous avions envie de tendre notre micro à d’autres combats, d’autres enjeux et donc d’autres initiatives portées par les femmes de notre région. Environnement, éducation, handicap, arts… » détaille-t-elle.

Pour écouter les saisons 1 et 2 : bampwr.com

Tous les épisodes sont également disponibles sur Spotify et iTunes.

Julien Leroy

18 Sep

A l’automne, Toulouse accueille une multitude d’événements sur le numérique et l’innovation

La Mêlée numérique, Futurapolis, Numeric Family,… A chaque automne, Toulouse accueille des centaines de professionnels du numérique et de l’innovation pour une série d’événements. A vos agendas !

© Association La Mêlée

Depuis quelques années à Toulouse, l’automne marque le début d’une saison de rendez-vous dédiée au numérique et à l’innovation. Des centaines d’acteurs du secteur vont débarquer progressivement dans la ville rose et ses environs. Pour ne rater aucune date, voici le calendrier :

Jeudi 19 septembre 2019 : ‘Focus »

C’est la nouveauté de cette saison 2019. L’IoT Valley de Labège, près de Toulouse, lance son nouveau rendez-vous annuel : FOCUS.

L’objectif est d’être le premier événement intrapreneurial de France en rassemblant « tous ceux qui font bouger les lignes dans leurs entreprises, associations ou administrations et qui incarnent le changement, autour du thème de la créativité« . 1000 participants sont attendus.  Le programme complet est ici

Lundi 30 septembre 2019 : début de « La Mêlée numérique »

C’est le grand rendez-vous du numérique d’Occitanie ! La 19e édition de la Mêlée numérique se déroulera du 30 septembre au 7 octobre 2019, au quai des Savoirs de Toulouse.

La Mêlée Numérique est l’un des plus anciens forums autour du numérique en France. C’est l’événement incontournable pour les professionnels régionaux du secteur mais aussi pour le grand public. Le salon sera ouvert à tous, les 4, 5 et 7 octobre.

Parmi les temps forts : une soirée Startupper, la remise des trophées Homo Numericus et Femina Numerica, un JobsTIC et des dizaines de conférences autour du numérique.

Plus d’infos sur le site officiel. 

Jeudi 9 octobre 2019 : « Minds & Tech »

Cette année, pas d’Emtech mais le MIT (Massachusetts Institute of Technology) reste à Toulouse en organisant la conférence Minds & Tech, ce jeudi 9 octobre.

Cette journée professionnelle sera consacrée à l’intelligence artificielle et à l’intelligence collective. « Nous présenterons les dernières tendances en intelligence artificielle autour d’un story-telling sur l’innovation au service des besoins et des challenges du monde moderne » précise le communiqué de presse.

Inscription et infos en cliquant ici

Jeudi 14 novembre 2019 : ouverture de « Futurapolis »

Organisé par le magazine Le Point, Futurapolis revient dans la ville, les 14, 15 et 16 novembre 2019. Le Quai de Savoirs accueillera les plus grands experts nationaux sur la tech et les innovations.

Le programme complet est à retrouver sur le site du salon

Dimanche 17 novembre 2019 : « Numeric Family »

Né en 2018, Numeric Family revient pour une deuxième journée de formation gratuite au numérique. Des professionnels des réseaux sociaux viennent bénévolement former des chercheurs d’emploi ou des personnes qui souhaitent apprendre à mieux communiquer sur le web. L’événement a été crée pour réduire l’illectronisme qui touche 23% des français.

Inscription gratuite en cliquant ici

Julien Leroy

17 Sep

Start-up : L’accélérateur WeSprint se transforme en Business Angel

Né en Occitanie, WeSprint change de stratégie. Après 3 ans d’existence et une cinquantaine de startups accompagnées, l’accélérateur veut devenir un Business Angel. Une nouvelle offre lancée ce mardi 17 septembre. Les candidatures sont ouvertes.

© WeSprint

Dans le vaste écosystème des structures qui accompagnent les startups innovantes, WeSprint dévoile, ce mardi 17 septembre 2019, sa nouvelle stratégie.

Implanté à Montpellier, Toulouse et Marseille, cet accélérateur va progressivement abandonner l’hébergement des jeunes pousses pour se transformer en investisseur.

« WeSprint propose de devenir le premier Business Angel des entrepreneurs innovants en investissant entre 25.000 € et 100.000 k€ en equity dans les startups les plus prometteuses » annonce Arnaud Laurent, CEO de WeSprint. 

La structure veut ainsi répondre aux besoins financiers immédiats des entrepreneurs.

« Nous avons vu beaucoup trop de belles startups mourir ou se retrouver en mauvaise posture à cause d’un manque de trésorerie. Les fonds d’investissement ne sont pas toujours bien adaptés pour les débuts d’une startup et les groupes de Business Angels pas toujours assez rapides dans leurs prises de décision et pas toujours en mesure d’accompagner sur les problématiques quotidiennes ensuite. Voilà pourquoi nous lançons cette nouvelle offre » précise Arnaud Laurent. 

L’objectif est de « devenir le premier Business Angel des entreprises innovantes ». 

WeSprint continuera à proposer une aide opérationnelle aux entrepreneurs grâce aux conseils des 25 mentors du réseau.

La nouvelle offre est ouverte à toutes les startups françaises qui souhaitent bénéficier de ce premier investissement. 

Lancé en 2016 à Montpellier, WeSprint revendique la première place des accélérateurs du Sud de la France, avec 50 startups accélérées en 3 ans. Labellisés French Tech, l’entreprise est partenaire du Startup Garage de Facebook pour l’Occitanie

Julien Leroy

01 Juil

Les 3 chiffres à retenir sur l’emploi numérique en Occitanie

© Bruno Levesque / MaxPPP

L’INSEE a dévoilé, ce vendredi 28 juin, une étude sur l’économie et l’emploi numérique en Occitanie. Voici les 3 chiffres clés à retenir.

197.000 emplois numériques

La région compte 97.600 emplois liés au secteur du numérique, soit 4,4 % de l’emploi régional. Des statistiques qui datent de 2016.

L’Occitanie se classe ainsi au 3e rang des régions françaises derrière l’Île-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes.

Par ailleurs, l’emploi numérique progresse bien plus vite que l’emploi total (+ 10,6 % entre 2007 et 2016 contre + 6,0 %) ;

21 emploi sur 2 est situé à Toulouse

Sans surprise, les deux principales villes d’Occitanie concentrent 75% des emplois liés au secteur du numérique, soit 71.400 collaborateurs.

Toulouse est évidemment en tête de ce duo avec 51.500 emplois. La ville rose se classe comme la 3e ville de France après Paris et Lyon.

L’INSEE note que d’autres bassins d’emploi se développent, notamment autour de Nîmes (3700 emplois), Perpignan (2700) ou Tarbes-Lourdes (1700).

3Une région plus dépendante que ses voisines

En Occitanie, 45.400 emplois salariés du numérique dépendent d’un centre de décision situé hors de la région. Cela représente 66 % du secteur.

Par conséquence, l’Occitanie est plus dépendante que dans les trois régions limitrophes. Les taux de dépendance s’élèvent à 62 % en Auvergne-Rhône-Alpes et à 64 % en PACA et Nouvelle-Aquitaine.

>>> Etude complète de l’emploi du numérique en Occitanie par l’INSEE : cliquez ici

Julien Leroy

07 Juin

Perle d’élève : Quand la Garonne devient la… Daronne !

Capture écran Twitter

Depuis 24 heures, une perle d’élève fait rire des milliers d’internautes.

Sur Twitter, un enseignant de Paris n’a pas résisté à photographier la copie d’un écolier de CM2 qui devaient nommer le nom des fleuves français. Une leçon de géographique qu’il ne semble pas maîtriser totalement. En effet, l’élève a décidé de rebaptiser la « Garonne » en « Daronne » (qui signifie « mère ») !

Une petite faute linguistique qui fait le buzz. Posté ce jeudi 6 juin, le message a déjà été partagé et liké plus 6000 fois.