23 Jan

Des Toulousains forment au Bitcoin et autres monnaies virtuelles

Le marché mondial du bitcoin pèse 250 milliards de dollars. Ce qui fait rêver. C’est ainsi que des Toulousains ont crée Bitconseil. La start-up conseille et forme sur les monnaies virtuelles. Reportage.

Crédit : Bruno Levesque / MaxPPP

Crédit : Bruno Levesque / MaxPPP

Le bitcoin est une monnaie virtuelle utilisée sur Internet. Contrairement aux devises traditionnelles, elle n’est ni « frappée » ni administrée par une Banque centrale et un Etat. Elle a même été conçue avec l’objectif précis de se débarrasser d’organismes de contrôle.

Le terme vient de l’anglais « coin » (pièce de monnaie) et de « bit » (unité d’information binaire en informatique).

Aujourd’hui, le marché mondial du bitcoin pèse 250 milliards de dollars. Son cours a augmenté de 700% en 2017. Ce qui fait rêver de nombreux investisseurs et particuliers.

C’est pourquoi, 4 Toulousains (Benoît Huguet, Nazim Morera, Morgan Phuc Calmejane et Robin Calmejane) ont crée, en 2015, Bitconseil. Hébergée chez At Home, la start-up conseille et analyse l’émergence des monnaies virtuelles comme le Bitcoin.

Apero bitcoin pour les passionnés et les curieux

Tous les 15 jours, les fondateurs de Bitconseil organisent un apéro dans un bar de Toulouse, pour rassembler les amateurs. Une cinquantaine de passionnés ou de curieux se retrouvent ainsi autour d’une bière, pour parler de ces monnaies virtuelles émergentes.

Bitconseil publie également des tutos et vend, depuis novembre 2017, un guide de 120 pages sur le fonctionnement des cryptomonnaies et de la blockchain. Parallèlement, des ateliers sont organisés à la Cantine de Toulouse. 

Au-de-là de cette activité d’édition et d’information, Bitconseil conseil sur ce marché virtuel. D’ailleurs, la jeune pousse a accompagné « Hush », la nouvelle néobanque du Toulousain Eric Charpentier (fondateur de Morning)

>> Découvrez le bitcoin et les Toulousains de Bitconseil avec le reportage de Denis Tanchereau, Jean-Pierre Duntze et Marc Raturat :

Julien Leroy

21 Nov

Le Toulousain Eric Charpentier lance sa nouvelle néobanque, « Hush »

L’ancien fondateur de la fintech toulousaine Morning, Eric Charpentier, lance officiellement ce mardi 21 novembre, une nouvelle… néobanque baptisée « Hush ». Basée au Luxembourg, la start-up ouvre également une levée de fond.

Eric Charpentier, fondateur de Hush (© Hush - 2017)

Eric Charpentier, fondateur de Hush (© Hush – 2017)

« Eleveur de neobanque », c’est ce que l’on peut lire sur le profil Twitter de l’entrepreneur toulousain Eric Charpentier. 10 mois après le rachat de sa société Morning, il revient aux affaires en créant une nouvelle néobanque baptisée « Hush ».

Basée au Luxembourg depuis mai 2017, Hush est une banque en ligne européenne qui permet de gérer à la fois des euros et des monnaies virtuelles. « Une offre néobanque compte/carte/compte projet (cagnotte) en euro, mais possible d’avoir en plus des wallet en monnaie virtuelle » précise Eric Charpentier.

« Une néobanque grand public, mais ouverte au cryptomonnaie » – Eric Charpentier

« L’ambition de Hush est de proposer la première offre bancaire régulée, mutualiste et tokenisée pour des services simplifiés, conçue pour disposer et utiliser son argent en devises et/ou en cybermonnaies« 

« La montée des usages des cybermonnaies et avec elle, celle des ICO (Initial Coin Offering), ouvre de nouvelle perspectives pour transformer la banque en s’appuyant sur la puissance collective des utilisateurs pour à la fois innover, mais aussi garantir une indépendance économique durable » poursuit l’ancien fondateur de Morning.

Vers une levée de fonds de 20 millions d’euros…

La start-up lance ce mardi 21 novembre, une levée de fonds en cybermonnaie. L’objectif de cette opération d’ICO (Initial Coin Offering) est de rassembler « 15 à 20 millions d’euros » espère Eric Charpentier.

Pour y arriver, le Toulousain s’associe avec Chaineum, premier opérateur français dédié aux levées de fonds en cybermonnaie.

Ce tour de table permettra au fondateur de Hush de déposer un dossier d’agrément en tant qu’établissement de paiement européen. Et de se lancer (avec succès ?) dans cette nouvelle aventure entrepreneuriale.

Julien Leroy