18 Mai

Aviitam, un carnet de santé connecté pour lutter contre l’obésité (mais aussi le diabète et les troubles de sommeil)

Deux médecins de Montpellier ont créé le premier carnet de santé connecté dédié au diabète, à l’obésité, au cholestérol et aux troubles du sommeil. Ce compagnon de route veut guider les patients vers un mode de vie plus équilibré. Une nouvelle version est disponible ce vendredi 18 mai à l’occasion de la journée européenne de l’obésité.

© MAXPPP / CORTIER CLAUDE

Aider les personnes atteintes de maladies chroniques liées au mode de vie – diabète, obésité, cholestérol et troubles du sommeil. C’est l’objectif du carnet de santé « Aviitam » créé par deux médecins du CHU de Montpellier, Pr. Antoine Avignon et le Dr. Vincent Attalin.

Cette plateforme en ligne veut surtout « guider les patients vers un mode de vie plus équilibré » précisent les fondateurs. Une approche pour « changer de comportement plutôt que prendre des médicaments« .

« En se connectant à son espace personnel, chaque personne va pouvoir enregistrer toutes les données qui concernent sa santé pour aider son médecin à mieux l’accompagner, prendre conscience des liens entre ses comportements et sa santé et préparer ses consultations en amont » explique le duo.

En saisissant toutes ses données, le patient le partage avec son médecin pour améliorer sa prise en charge.

« Le médecin peut avoir accès à l’ensemble de ses informations en un clic. Il a également accès à des questionnaires scientifiquement validés permettant une évaluation globale de la santé des patients et à des journaux interactifs pour suivre leur mode de vie » raconte Antoine Avignon.

1300 médecins utilisent ce carnet de santé

Plus de 1300 médecins et autant de malades en France testent actuellement la première version d’Aviitam.

La nouvelle version est lancée ce vendredi 18 mai à l’occasion de la journée européenne de l’obésité. Le marché est colossale car 50% de la population française de plus de 30 ans est en surcharge pondérale (surpoids et obésité), selon une statistique 2016 de l’Inserm.

Reste à trouver un modèle économique. Pour le moment, l’application est totalement gratuite pour l’ensemble des utilisateurs. Antoine Avignon et Vincent Attalin réfléchissent à des offres payantes proposant des programmes supplémentaires et des formations en e-learning. En attendant, Aviitam est soutenu par le conseil régional et des subventions de la recherche publique.

Plus d’info sur www.aviitam.com

Julien Leroy

31 Mai

E-santé : Avec l’application NotreSanté, des Toulousains inventent le « couteau suisse » du patient

Réunir sur votre smartphonne vos rendez-vous médicaux, les rappels de vaccins de vos enfants, vos remboursements de la Sécu et vos prescriptions… c’est désormais possible grâce une nouvelle application toulousaine : NotreSanté.

© notresante

© notresante

NotreSanté est « une application mobile à destination du grand public qui aide les familles dans la gestion de leur santé au quotidien » explique les 3 fondateurs toulousains.

Leur objectif est d’aider les familles à jongler entre les rendez-vous médicaux, les ordonnances, les traitements, la gestion des dépenses, les remboursements de la sécurité sociale.

Disponible sur Android et iOS, l’application permet ainsi de créer un dossier pour chaque membre de la famille (parents, enfants, grands-parents).

Pour chaque répertoire, il est possible de noter les rendez-vous médicaux, suivre les dépenses médicales et les remboursements, archiver et transférer les documents de santé vers les mutuelles, complémentaires santé et pharmacies. NotreSanté propose aussi des rappels de vaccins et de suivre les posologies des prescriptions médicales. Bref, une application « couteau suisse » du patient. 

Une version web est également disponible pour les professionnels de santé. Cela permet de dialoguer et de transmettre directement avec le patient.

A l’origine de cette innovation e-santé, se trouve une start-up toulousaine du même nom, créée en novembre 2016 par 3 amis. Benoît Vinceneux, Sébastien Tirvert ont travaillé notamment pour Pierre Fabre et Tony Marcello se charge du développement informatique.

Avec leur application révolutionnaire, ils espérèrent atteindre « 100 000 utilisateurs grand public et 10 000 professionnels de la santé » d’ici fin 2018. La communauté des Communes de Sor Agout dans le Tarn et le groupe d’expertise-comptables Soregor, figurent parmi leurs premiers clients.

>> Pour télécharger ou pour plus d’info : notresante.io

>>> Reportage de France 3 Midi-Pyrénées – Juin 2017 :

Application toulousaine NotreSanté

Julien Leroy

04 Nov

Émission Occitanie Matin : Les chroniques « Tout ce qui buzz » de cette semaine … Replay #8

Depuis septembre, votre blog « Tout ce qui Buzz » fait une excursion sur les plateaux de télévision. Chaque mardi et jeudi, retrouvez moi dans l’émission « Occitanie matin » à 9h50 sur France 3 Midi-Pyrénées et France 3 Languedoc-Roussillon.

Une rubrique quotidienne qui parle des starts-ups qui cartonnent, des youtubeurs qui buzz, des blogs qui comptent, des applis qui marchent, des web-séries à ne pas rater,… bref, tout ce qui buzz en Occitanie, d’Auch à Nîmes en passant par Toulouse ou Montpellier.

Au menu de cette semaine de rentrée :

>>> Jeudi 3 novembre 2016 – épisode 25 – « Le médecin en retard » : je reviens sur la vidéo qui a fait le buzz avant les vacances de la Toussaint. Votre médecin a systématiquement 1 heure de retard et ça vous agace ? Un généraliste toulousain a préféré y répondre sur Facebook. Depuis, la vidéo totalise plus de 5 millions de vues.


chronique Tout ce qui Buzz – medecin en retard fait le buzz

Replay de l’émission : cliquer ici

A bientôt

Julien Leroy 

18 Oct

Votre médecin a toujours 1 heure de retard ? La réponse d’un généraliste toulousain fait le buzz

Votre médecin a systématiquement 1 heure de retard et ça vous agace ? Un généraliste toulousain a préféré y répondre via une vidéo sur Facebook. Depuis, c’est le buzz  ! Plus de 4 millions de vues en l’espace de 4 jours.

« L’autre jour, une connaissance a publié sur Facebook «ces médecins qui ont systématiquement 1 heure de retard me gonflent ! Grrrrrrrr». Avec tout plein de smiley tristes et énervés. (..) J’ai réfléchi et c’est VRAI ! Moi aussi, en tant que médecin, je suis souvent en retard ! À ma décharge, si je suis en retard, c’est parce que j’ai un secret (un peu honteux à avouer…) Venez ! Je vais vous le révéler quand même ! » explique Baptiste Beaulieu au début de sa vidéo. 

Ce généraliste toulousain de 31 ans, a posté le 13 octobre, une vidéo sur Facebook où il raconte pourquoi le médecin a (souvent) 1 heure de retard. Une réponse pleine d’humour et surtout de bon sens. 

Ça a commencé lundi : une patiente qui avait pris rendez-vous pour un certificat s’est mise à pleurer. Quel toupet ! Pleurer ?!?! Dans mon cabinet ? Et pourquoi, je vous le demande ? Madame m’annonce que, quand elle voit une fenêtre, elle a envie de sauter. Tout simplement. Et le pire, c’est que cette sans-gêne ne savait MÊME PAS pourquoi ! Juste que, parfois, elle pensait à son corps qui tombe. « Et je me dis que ce serait bien pour tout le monde ». Aurais-je dû lui annoncer, au bout de quinze minutes, en tapotant ma montre : « DING ! DONG ! Je vous ai écoutée, mais maintenant, c’est au patient suivant. Au revoir madame » ? Aurais-je dû lui dire cela ? Histoire de la remettre à sa place, un peu, cette pleureuse ! » raconte-t-il

La vidéo cartonne actuellement sur le web. Elle totalisent plus de 4,3 millions de vues en l’espace de 4 jours, notamment sur la page AuFeminin.

Baptiste Beaulieu n’est pas à son coup d’essai. Ce jeune médecin tient un blog « Alors Voilà » qui raconte son quotidien de professionnel de la santé. Il avait ouvert cette page en 2013 alors qu’il était interne à l’hôpital d’Auch. Depuis, Baptiste Beaulieu fait régulièrement le buzz sur Internet et en librairie. Il vient d’ailleurs de publier son troisième roman « La Ballade de l’enfant gris » (édition Mazarine). 

Notons également qu’il existe une application française de gestion du retard chez les professionnels de santé.  elle permet de connaître le trafic dans une salle d’attente et d’être informer en cas de retard. Unique en France, la plateforme a été développée

Notons également qu’il existe une application française de gestion du retard chez les professionnels de santé. Baptisée « MyDocteo« , elle permet aux médecins de communiquer en temps réel au sujet du retard en cours à la consultation. Les patients peuvent ainsi profiter de leur temps libre à l’extérieur du cabinet. Un concept « Donnant – donnant, Gagnant – gagnant » développé par Sylvain Guillet, un kinésithérapeuthe de Biarritz et Julien Trotoux un développeur web de Rennes. L’apps est utilisée par une trentaine de cabinets dont un chirurgien à Perpignan. 

Voici son témoignage en vidéo :

Julien Leroy

05 Juil

Hospitalidée, le « tripadvisor de la santé » né à Toulouse, prépare une levée de fonds de 3 millions d’euros

Un an après son lancement en juillet 2015, « Hospitalidée » considéré comme le Tripadvisor des hôpitaux, des cliniques et des médecins, s’est imposé comme le premier site d’avis santé en France. La plateforme web créée par un Toulousain s’apprête à lever 3 millions d’euros.

© Mathilde Laban / France 3 Midi-Pyrénées Loïc Raynal, le fondateur du site internet Hospitalidee

© Mathilde Laban / France 3 Midi-Pyrénées Loïc Raynal, le fondateur du site internet Hospitalidee

Internet permet de noter les hôtels, les restaurants ou encore la qualité d’une compagnie aérienne… on peut aussi y évaluer les établissements de santé et les praticiens. Depuis juillet 2015, le Toulousain Loïc Raynal a lancé Hospitalidee, considéré comme le Tripadvisor des avis de santé.

L’objectif est de « libérer la parole des patients et faciliter leur décision dans le choix des établissements » déclarait le fondateur au moment du lancement. Sur Hospitalidee, il est ainsi possible de noter les hôpitaux, les cliniques et les médecins. 

Aujourd’hui, Hospitalidee trace son chemin. « En quelques mois, Hospitalidée s’est imposé comme le premier site d’avis santé en France » avec « près de 50 000 avis » assure Loic Raynal. « Nous devrions atteindre les 100 000 avis enregistrés avant la fin de l’année 2016 » espère-t-il. 

Une levée de fonds de 3 millions d’euros

Malgré les méfiances et les réserves de certains corps médicaux, la plateforme toulousaine prépare actuellement « une levée de fonds de 3 millions d’euros » annonce le fondateur, ce mardi 5 juillet. 

Une levée de fonds pour recruter « 10 à 15 collaborateurs supplémentaires » détaille Loïc Raynal. Née à Toulouse, la start-up compte 5 salariés basés au coeur de la technopole de Castres-Mazamet, dans le Tarn. 

Hospitalidee cherche également à se déployer dans « 1 ou 2 autres pays européens » dès 2017. 

>>> Site Hospitalidee : hospitalidee.fr/

Julien Leroy