29 Avr

Coronavirus : des Toulousains lancent un « Bon coin » pour faciliter les dons de masques et de gels hydroalcooliques

A Toulouse, des salariés de Safran Electrical & Power ont eu l’idée de lancer une plateforme web « Industriesolidaire.fr » qui met en relation les professionnels de santé et les entreprises qui produisent par solidarité, des équipements de protection contre le Covid-19. L’objectif est de faciliter les dons. La belle initiative est unique en Occitanie.

© Richard MOUILLAUD / MaxPPP

Dès le début du confinement et de la pandémie, de nombreux hôpitaux et professionnels de la santé se sont retrouvés en pénurie d’équipements de protection.

Par élan de solidarité, plusieurs entreprises de France et d’Occitanie ont commencé à produire gratuitement des masques chirurgicaux, des visières ou du gel hydroalcoolique.

Mais la distribution de ces dons s’est avérée parfois compliquée entre les industriels et les professionnels de la santé.

C’est pourquoi, des salariés de Safran Electrical & Power à Toulouse, en partenariat avec Mediactive Group, ont créé une plateforme web solidaire et gratuite, destinée  à mettre en relation ces deux univers.

« Lorsque nous avons voulu livrer des masques et visières produits par Safran Electrical & Power aux hôpitaux toulousains, nous avons constaté qu’il n’existait pas d’outil efficace pour recueillir les besoins des professionnels de santé. Nous avons donc décidé de développer cette plateforme » explique Lisa Dupont, à l’initiative de ce projet et responsable communication chez Safran Electrical & Power.

Industriesolidaire.fr « s’adresse, d’une part, à toutes les entreprises produisant des équipements de protection (masques, visières, gels hydroalcooliques et autres), et d’autre part, à tous les professionnels de santé (personnels des hôpitaux, CHU, EPHAD, indépendants, etc.) » poursuit-elle.

« Les offres et demandes sont répertoriées par département. L’idée est de rapprocher les ressources et les besoins pour faciliter les livraisons en circuits courts« .

Lancé officiellement le 23 avril 2020, le site web « commence à faire son chemin avec 9 sociétés adhérentes qui ont distribué du matériel au CHU de Toulouse, à la clinique des Cédres à Cornebarrieu ou l’hôpital Joseph Ducoing » précise Lisa Dupont.

Les concepteurs cherchent aujourd’hui à attirer les entreprises solidaires pour étoffer ce « bon coin » unique en Occitanie.

Plus d’info sur : https://industriesolidaire.fr/

Voir le reportage de Stéphane Compan et Clara Delannoy, de France 3 Occitanie : 

Julien Leroy

17 Avr

Coronavirus : le personnel soignant de l’hôpital de Cahors reprend la chanson « Toi+moi » et cartonne sur le web

© Centre Hospitalier de Cahors

Après la reprise d’Angèle par une infirmière de Toulouse, c’est au tour du personnel soignant de l’hôpital de Cahors de chanter sur le confinement et le Covid-19.

Sur l’air de la célèbre chanson « Toi + Moi » de Grégoire (2008), les hospitaliers ont détourné les paroles pour sensibiliser aux règles sanitaires et rendre hommage à tous ceux qui sont en première ligne.

Toi, plus moi, plus vous, plus tous ceux qui le peuvent
Plus lui, plus elle, et tous ceux qui son seuls
restez chez vous pour sauvez nos aïeuls
Allez, Allez, restez tous confinés

L’initiative a été lancée par une infirmière, Julie Catus qui travaille au sein de l’unité de confinement Covid-19 de l’établissement lotois. Son idée a rapidement séduit les collègues, des aides-soignantes et des agents hospitaliers. Le tournage a eu lieu ce dimanche 12 avril dans les couloirs de l’hôpital.

Postée le 15 avril sur la page Facebook du centre hospitalier de Cahors, la parodie fait le buzz. Elle totalise plus de 90.000 vues en l’espace de 2 jours.

A écouter (sans attendre) ici :

Julien Leroy

06 Avr

Coronavirus : Une infirmière du CHU de Toulouse parodie « Balance ton quoi » d’Angèle

© Oriane Bordron

Pour parler du confinement et sensibiliser au danger du Covid-19, une infirmière du CHU de Toulouse a réalisé une parodie de la célèbre chanson « Balance Ton Quoi » d’Angèle

Rebaptisée « Reste chez toi », Oriane Bordron a détourné les paroles avec beaucoup de talent et de tact.

Je dois t’avouer que j’ai pas envie de crever
Par ton manque d’humanité alors merci reste confiné
Reste chez toi 
Reste chez toi
Reste chez toi
Et là vraiment tu m’aideras

« L’idée première de cette chanson et d’avoir une pensée pour toutes les personnes qui sont mobilisées en ce moment et que l’on oublie. Car il n’y a pas que les soignants qui sont en première ligne. Et je tenais aussi à inciter les gens à rester chez eux car j’ai pu constater que ce n’était malheureusement pas suffisamment le cas » nous explique Oriane Bordron qui travaille actuellement au bloc opératoire.

Posté ce jeudi 2 avril sur Facebook et YouTube, le clip commence à circuler sur les réseaux sociaux avec plus de 21.000 vues en quelques jours.

Julien Leroy

14 Août

Une cyberattaque vise les cliniques du groupe Ramsay dont 2 à Toulouse

© MaxPPP

Une attaque informatique nationale a visé, ce samedi 10 août, les 120 cliniques et hôpitaux privés du groupe Ramsay, selon France 3 Marseille.

La cyberattaque a ainsi touché 2 cliniques de l’agglomération toulousaine : l’Union et Marquisat situées sur la commune de Saint-Jean. Une information confirmée par la direction. La situation devrait revenir à la normale d’ici le 16 août.

Cependant, les 3 établissements toulousains du groupe Capio, acquis par Ramsay en février 2019, ne sont pas concernés. « Ils n’avaient pas encore basculé sur notre système informatique » précise le siège. Il s’agit des cliniques de Quint-Fonsegrives (Croix du Sud), de Beaupuy et de Cornebarrieu (Cèdres).

L’attaque malveillante a bloqué la messagerie et les applications-métiers forçant les employés à « revenir au papier, au crayon pour gérer les plannings » déclare la direction de Ramsay. « Mais nous sommes certains qu’aucune donnée n’a été volée« .

Le groupe de santé, leader français de l’hospitalisation privée, a souhaité se montrer rassurant : « La continuité et la sécurité des soins n’ont pas été affectées » a-t-elle affirmée.

Ce n’est pas la première fois que des hôpitaux français sont la cible de cyber-délinquants. En mars 2019, 600 ordinateurs du CHU de Montpellier ont été infectés. D’autres attaques ont lieu à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) et  Condrieu (Rhône) depuis le début de l’année. Un phénomène qui inquiète le Gouvernement.

Julien Leroy

31 Mar

Albi : un jeu vidéo pour (mieux) former les étudiants infirmiers

E-santé. Pour former les futur(e)s infirmiers ou infirmières d’Occitanie, des chercheurs de l’université d’Albi ont conçu : « Clone ». Ce serious game plonge virtuellement les futurs professionnels de soin dans la vie quotidienne d’un hôpital.

© Serious Game Research Lab

Un jeu vidéo pour apprendre son métier d’infirmier. C’est l’objectif de « Clone » conçu à Albi.

Visuellement, ce serious game ressemble aux Sims ou à Theme Hospital, un jeu des années 90 où il fallait gérer un hôpital.

Dans Clone, le joueur incarne un(e) infirmier/e qui prend son poste le matin. Après avoir pris les transmissions auprès de l’équipe de nuit, il doit planifier les tâches à faire dans la journée, les réaliser et enfin transmettre les informations à l’équipe de l’après-midi.

L’objectif est de former « aux compétences d’organisation, de planification, de prise de décisions ou encore de leadership » précisent les concepteurs.

Une fois la partie terminée, l’étudiant peut analyser ses erreurs et ses réussites. « Cela permet également au formateur de procéder à un débriefing et d’analyser les mécanismes mis en place par le futur professionnel« .

Capture écran du jeu / © Serious Game Research Lab

Un simulateur virtuel qui séduit les étudiants

Le projet est né d’un constat de la part des professionnels du secteur.

« Les infirmiers rencontrent des difficultés lors de leur prise de poste en terme d’organisation du travail et de gestion des activités. A l’initiative de l’ARS, un groupe de travail a été constitué pour tenter d’améliorer le développement de cette compétence » raconte l’équipe de Clone.

En juillet 2017, les chercheurs du laboratoire Serious Game Research de l’université Champollion à Albi relèvent ainsi le défi.

Un an plus tard, le jeu vidéo est expérimenté par 1000 étudiants infirmiers d’Occitanie. « 75% des étudiants qui ont utilisé le jeu sérieux déclarent que celui-ci apporte une plus-value au niveau de l’apprentissage » assurent les chercheurs.

Une seconde phase de test est prévue pour septembre 2019 sur des étudiants infirmiers de 2e année. Un déploiement national est également à l’étude.

>>> Petite démonstration de Clone en cliquant ici 

>>> Reportage de France 3 Occitanie (Cécile Frechinos & Frédéric Desse) :

Julien Leroy

26 Avr

E-sport à Toulouse : un tournoi de jeux vidéos au profit des enfants malades

Jouer à un jeu vidéo tout en aidant des enfants hospitalisés. C’est l’objectif d’un tournoi de e-sport organisé ce dimanche 29 avril à Toulouse. Une première dans la ville rose.

© Adrien Vautier / MAXPPP

A Toulouse, l’école de jeux vidéo « Pixel School » organise ce dimanche 29 avril à 14h00, un tournoi caritatif de jeux vidéos au profit d’enfants malades.

Les participants sont invités à s’affronter dans la dernière version de « Dragon Ball Fighter Z« . Un jeu de combat qui se joue sur la console PS4. Les parties seront retransmises sur Internet afin de toucher un plus grand public.

Chaque spectateur pourra alors faire un don via une cagnotte en ligne. Les frais d’inscriptions iront également à l’association ainsi que les dons des sponsors et des partenaires.

« L’intégralité des bénéfices de l’événement seront reversés à l’association Hôpital Sourire, qui fournit tout ce qu’il faut de ludique et culturel à l’Hôpital des Enfants du CHU de Toulouse » affirme Niki Apergis, le fondateur de Toulouse Pixel School. 

C’est la première fois qu’une compétition de e-sport de charité est organisée à Toulouse.

« Parce que le jeu vidéo c’est aussi une communauté, de l’entraide, du vivre et du jouer ensemble, battons-nous à coups de Kamé Hamé Ha pour que les enfants hospitalisés puissent aussi jouer et s’as.muser durant leur propre combat« 

A ce jour, une quinzaine de joueurs est prête à se battre pour la bonne cause. Il est encore possible de s’inscrire sur la page Facebook de l’événement.

Julien Leroy

05 Juil

Hospitalidée, le « tripadvisor de la santé » né à Toulouse, prépare une levée de fonds de 3 millions d’euros

Un an après son lancement en juillet 2015, « Hospitalidée » considéré comme le Tripadvisor des hôpitaux, des cliniques et des médecins, s’est imposé comme le premier site d’avis santé en France. La plateforme web créée par un Toulousain s’apprête à lever 3 millions d’euros.

© Mathilde Laban / France 3 Midi-Pyrénées Loïc Raynal, le fondateur du site internet Hospitalidee

© Mathilde Laban / France 3 Midi-Pyrénées Loïc Raynal, le fondateur du site internet Hospitalidee

Internet permet de noter les hôtels, les restaurants ou encore la qualité d’une compagnie aérienne… on peut aussi y évaluer les établissements de santé et les praticiens. Depuis juillet 2015, le Toulousain Loïc Raynal a lancé Hospitalidee, considéré comme le Tripadvisor des avis de santé.

L’objectif est de « libérer la parole des patients et faciliter leur décision dans le choix des établissements » déclarait le fondateur au moment du lancement. Sur Hospitalidee, il est ainsi possible de noter les hôpitaux, les cliniques et les médecins. 

Aujourd’hui, Hospitalidee trace son chemin. « En quelques mois, Hospitalidée s’est imposé comme le premier site d’avis santé en France » avec « près de 50 000 avis » assure Loic Raynal. « Nous devrions atteindre les 100 000 avis enregistrés avant la fin de l’année 2016 » espère-t-il. 

Une levée de fonds de 3 millions d’euros

Malgré les méfiances et les réserves de certains corps médicaux, la plateforme toulousaine prépare actuellement « une levée de fonds de 3 millions d’euros » annonce le fondateur, ce mardi 5 juillet. 

Une levée de fonds pour recruter « 10 à 15 collaborateurs supplémentaires » détaille Loïc Raynal. Née à Toulouse, la start-up compte 5 salariés basés au coeur de la technopole de Castres-Mazamet, dans le Tarn. 

Hospitalidee cherche également à se déployer dans « 1 ou 2 autres pays européens » dès 2017. 

>>> Site Hospitalidee : hospitalidee.fr/

Julien Leroy