21 Sep

Les pistes du Sénat pour lutter contre la fracture numérique

Après 4 mois d’audition, la mission d’information du Sénat sur la lutte contre l’illectronisme et pour l’inclusion numérique, a rendu ses conclusions ce jeudi 17 septembre 2020. Les 23 sénateurs de la commission (dont 4 de la région Occitanie) ont émis 45 propositions tout en soulignant l’urgence de la situation face au Coronavirus.

© Pierre HECKLER / MaxPPP

« L’illectronisme ne disparaîtra pas d’un coup de tablette magique ! » résume Raymond Vall, sénateur RDSE du Gers et rapporteur de cette mission d’information.

De mai à septembre 2020, l’élu gersois et 22 de ses collègues ont réalisé un audit sur la fracture numérique en France.

Cette commission parlementaire baptisée « lutte contre l’illectronisme et pour l’inclusion numérique », a été lancée par le groupe RDSE du Sénat après le confinement. L’école à la maison et la crise du Covid-19 ont fait émerger les inégalités numériques des Français. 14 millions de Français ne maîtrisent pas les usages du numérique selon l’INSEE.

Durant 4 mois, les sénateurs ont auditionné plus de 90 personnes (principalement en visioconférence) et se sont déplacés le 3 juillet à Labège aux portes de Toulouse. Cette commune est labellisée « Territoire d’action pour un numérique inclusif » depuis 2019.

Ce travail a permis de formuler 45 propositions afin de lutter (enfin ?) contre la fracture numérique des Français. Elles ont été dévoilées ce jeudi 17 septembre lors d’une conférence de presse au Sénat.

Du chèque-équipement à la sentinelle de l’illectronisme

D’abord, les sénateurs soulignent que « la dématérialisation généralisée de services publics à marche forcée laisse 3 Français sur 5 sur le bord de la route, tant les démarches administratives en ligne sont complexes ». Ils préconisent ainsi de revoir la stratégie numérique des sites publics en passant « d’une logique 100 % dématérialisation à une logique 100 % accessible »

Ensuite, les élus réclament que l’inclusion numérique soit une priorité nationale dotée d’un fonds « d’un milliard d’euros d’ici 2022« . Parallèlement, ils suggèrent d’installer des « sentinelles de l’illectronisme » dans les territoires.

La fracture numérique passe également par le coût de l’équipement. Le rapport propose de créer « un chèque-équipement destiné à la location ou à l’achat d’un équipement de préférence reconditionné« .

Enfin, l’étude évoque le « choc de qualification au numérique dans les entreprises, en particulier les PME-TPE, les commerçants et artisans » et demande le déblocage d’un « crédit d’impôt pour la formation au numérique« 

En conclusion, les parlementaires insistent sur l’urgence de la situation face à l’épidémie du Covid-19.

« Quelle que soit sa forme, l’exclusion numérique constitue un handicap majeur dans une société toujours plus numérisée. L’accélération de cette évolution avec le confinement et le développement du télétravail rendent encore plus urgente l’inclusion numérique du plus grand nombre » précise le sénateur Gersois Raymond VALL. 

Le reste des propositions sont à lire dans le rapport final ou dans la synthèse.

Note : Ce groupe de travail était composé de 23 sénateurs dont 4 de la région Occitanie : Raymond Vall (sénateur PRG du Gers), François Bonhomme (sénateur LR du Tarn-et-Garonne), Viviane Artigala (sénatrice PS des Hautes-Pyrénées) et Angèle Préville (sénatrice PS du Lot).

Julien Leroy

11 Juin

Culture geek : assister (gratuitement) à un concert des Toulousains de « Neko Light Orchestra » ce dimanche 14 juin !

En attendant la reprise des tournées, les Toulousains de « Neko Light Orchestra » proposent gratuitement un concert en ligne ce dimanche 14 juin. Ce groupe est spécialisé dans les reprises musicales des films d’animations, de science-fiction et de jeux vidéo. Né dans la ville rose, c’est le plus grand groupe musical geek de France.

© Christian AUDIAU

A Toulouse, la musique se déconfine peu à peu avec des concerts à distance. Un nouveau rendez-vous musical est organisé par « Neko Light Orchestra » ce dimanche 14 juin à 20h30.

Né dans la ville rose, ce groupe de rock mélodique réinterprète les bandes originales de films d’animations, de science-fiction et de jeux vidéo. Leur univers s’étend de Star War à Game of Thrones en passant par Harry Potter et les animations japonaises d’Hayao Miyazak. En 9 ans d’existence, il est devenu le plus grand groupe musical geek de France.

En attendant la reprise des tournées, la formation toulousaine propose le 14 juin, son concert des « Echos de la Vallée du Vent, des Lucioles & du Soleil Levant‘.

Ce live reprend la musique des chefs d’œuvres de l’animation japonaise dont ceux des studios Ghibli (Hayao Miyazaki).

Le spectacle sera joué et retransmis en direct « depuis un studio de cinéma, avec lumières de concert, 10 caméras qualité télévision, piano à queue et un écran led géant derrière les musiciens » précise le manager, Nicolas Chaccour. 

Pour le public, il suffit de rester dans leur salon et se connecter à 20h30 sur la plateforme Twich.tv. (durée : 1h45)

Teaser :

Julien Leroy

 

27 Mai

Tourisme : (re)découvrez les trésors cachés en France grâce à ce générateur d’idées de voyage

Deux jeunes entrepreneurs de Montpellier ont conçu explorelafrance.fr. Ce générateur propose (gratuitement) des idées de voyage pour (re)découvrir la France. Une initiative qui permet de relancer le tourisme après deux mois de confinement.

© ExploreLaFrance.fr

Depuis le début de la pandémie du Covid-19, les acteurs de l’écosystème numérique d’Occitanie multiplient les initiatives solidaires. Certains ont créé une plateforme pour récolter les dons de masques pour les hôpitaux. D’autres ont offert gratuitement leurs innovations ou leurs compétences pour les petits commerces.

La dernière idée nous vient de Montpellier avec le site web explorelafrance.fr afin de soutenir le tourisme en France.

Confinés (par hasard) sous le même toit, Eric Gerardin (CEO du blog de voyages GénérationVoyage.fr) et Sylvain Morel (co-fondateur de la plateforme de logements entre sportifs Sportihome.com) ont conçu un générateur d’idées voyage « qui permet de découvrir, en un seul clic et de manière aléatoire, des destinations originales partout en France«  explique le duo.

« La France regorge de trésors cachés, cet été sera l’occasion pour les millions de Français de les (re)découvrir !« 

En raison des mesures de déconfinement, l’outil offre la possibilité de filtrer les résultats dans un rayon de 100 km autour de son domicile. Il comprend également des fonctions de favoris et de partage. L’utilisateur peut aussi indiquer, sur chaque point d’intérêt proposé, s’il a déjà visité ou non ce lieu.

A ce jour, 1700 sites touristiques célèbres ou méconnus, sont recensés par #ExploreLaFrance.

La base de données est alimentée par les deux fondateurs mais aussi par les offices du tourisme. L’occasion pour ces dernières de promouvoir leurs destinations et relancer le secteur sinistré par des semaines de confinement.

« L’année 2020 se dirige vers un tourisme 100% franco-français avec plus des 2/3 de ceux qui pourront partir qui opteront pour une destination montagne ou campagne. Pour ceux qui ne pourront pas partir, ils profiteront de découvrir leur territoire à 2h maximum de voiture de chez eux » précisent Eric Gerardin et Sylvain Morel.

>> www.explorelafrance.fr

Julien Leroy

20 Mai

Des sénateurs d’Occitanie vont étudier la fracture numérique à l’heure du Coronavirus

© Pierre HECKLER / MaxPPP

Le confinement, l’école à la maison et la crise du Covid-19 ont fait émerger les inégalités numériques des Français. Selon une étude de l’INSEE, 17 % de la population est touché par l’inaccessibilité au numérique. Et un internaute sur 3 manque de compétences de base.

C’est pourquoi le groupe RDSE du Sénat a lancé, ce 13 mai 2020, une mission d’information contre l’illectronisme et pour l’inclusion numérique.

Ce groupe de travail est composé de 23 sénateurs dont 4 de la région Occitanie : Raymond Vall (sénateur PRG du Gers), François Bonhomme (sénateur LR du Tarn-et-Garonne), Viviane Artigala (sénatrice PS des Hautes-Pyrénées) et Angèle Préville (sénatrice PS du Lot).

La mission va organiser quatre tables rondes en visioconférence. Elle rencontrera des établissements publics qui développent des programmes d’aide aux usages du numérique, des associations, des chercheurs et des startups qui proposent de faciliter la formation au numérique.

Les conclusions de ce travail parlementaire seront présentées d’ici quelques mois, par le Gersois Raymond Vall, nommé rapporteur.

En attendant, vous pouvez suivre leurs échanges en cliquant ici.

Parallèlement, le Sénat organisera, le mercredi 27 mai, un débat consacré au thème : « La crise du Covid‑19 : révélateur de la dimension cruciale du numérique dans notre société : quels enseignements et quelles actions ? ».

Depuis septembre 2018, le gouvernement a également lancé son plan national pour faciliter l’accès au numérique dans les territoires. Des chartes d’inclusion numérique ont été signées avec plusieurs communes dont Labège en Haute-Garonne.

Julien Leroy

17 Mai

Déconfinement des sportifs : cette application vous trouve les sports à faire dans un rayon de 100 km

Depuis le 11 mai, fini le running sur son balcon ou le vélo dans son jardin. Il est désormais possible de faire du sport de plein air dans un rayon de 100 km. Mais comment trouver les spots accessibles depuis son domicile ? Réponse avec une plateforme (gratuite) développée par une start-up de Montpellier, SportiHome.

© Jean-Luc Flémal / MAXPPP

Depuis le début du déconfinement, il est désormais possible de circuler sans autorisation, dans la limite de 100 km de son domicile. Les outils pour calculer cette zone se sont multipliés ces derniers jours mais « aucun ne s’adressent aux sportifs » s’indigne Sylvain Morel, cofondateur de la startup Sportihome à Montpellier. 

Cet entrepreneur sportif et son équipe ont eu alors l’idée de créer « 100km.sportihome.com ».

Ce site permet en quelques clics, de trouver les spots de sports situés dans un rayon de 100 km autour de chez soi. 

Une fois l’adresse de son domicile saisie, « il ne vous reste alors plus qu’à déplacer et zoomer sur la carte, puis cliquer sur l’icône du spot pour être redirigé vers sa fiche. Si vous êtes sur mobile, le système de navigation préféré de votre mobile vous y guidera » explique Sylvain Morel.

« La carte et les spots présentés n’ont qu’une valeur informative » précise-t-il. « Avant de pratiquer son sport il est donc fortement conseillé de vous assurer auprès des instances sportives que vous en avez l’autorisation ».

Un outil développé par le « Airbnb des sportifs »

Cette carte des terrains de jeux est possible grâce à la base de Sportihome. 

Créée à Montpellier en 2017, Sportihome est un « airbnb » des voyageurs sportifs. L’application propose à la fois un guide des meilleurs spots dans le monde et la possibilité de loger chez des sportifs aussi passionnés que vous.

A ce jour, la plateforme couvre 45 disciplines sportives, revendique près de 30.000 utilisateurs et répertorie 2500 spots. 

D’ailleurs, s’il manque un lieu dans l’outil collaboratif de la jeune pousse, il est possible de le rajouter.

Plus d’info sur https://100km.sportihome.com/

Julien Leroy