11 Juin

Linknow, l’application qui aide à trouver son réseau professionnel (de proximité)

Se rapprocher d’un professionnel qui travaille sur la table d’a côté pour partager. C’est l’objectif d’une nouvelle application née à Toulouse : Linknow. Elle veut ainsi aider à développer son réseau professionnel en connectant les personnes ayant les mêmes centre d’intérêts et se trouvant autour de soi.

Imaginez que vous êtes dans un salon professionnel, un espace de co-working, une salle d’étude ou dans un hall de gare. Des personnes vous entourent. Qui sait, l’une d’entre elles peut vous aider dans votre travail ou devenir votre prochain collaborateur ?

C’est sur ce constat qu’un ingénieur informatique de 34 ans, Julien Biau, a eu l’idée de créer « Linknow », une application mobile qui permet de rapprocher les professionnels se trouvant à proximité.

« A mi-chemin entre LinkedIn et Tinder, Linknow se veut être plus qu’un réseau social de rencontre. L’application souhaite être un outil de développement personnel et professionnel » explique son concepteur.

Des hashtags pour rencontrer

Une fois connectée, la plateforme vous invite à saisir vos centre d’intérêts et vos compétences sous forme de hastag.

Ces derniers permettent de détecter les professionnels partageant les mêmes mots clés. Ce concept fait l’originalité de cette application toulousaine.

L’ensemble fonctionne via le bluetooth du smartphone.

Linknow s’adresse ainsi aux travailleurs nomades, aux utilisateurs des espaces de co-working et aux participants d’un salon professionnel.

« C’est un facilitateur » précise Julien Biau « née de la volonté d’aider les personnes à se rapprocher les unes des autres, en dépassant les barrières de l’inhibition ou de la timidité« .

Entièrement gratuit pour les utilisateurs, le modèle économique de Linknow repose sur des partenariats avec des événements et des grandes entreprises. L’application vise également le marché international avec des versions disponibles en anglais et en espagnol.

Lancé en mai 2018, Linknow cherche aujourd’hui à se faire connaître auprès des professionnels.

>>> Pour télécharger l’apps : www.linknow.fr

Julien Leroy

 

22 Mai

L’application toulousaine Liberty Rider (qui sauve la vie des motards) débarque en Europe

Exclusif. La start-up toulousaine propose de sécuriser les virées sur les routes européennes des motards français. Liberty Rider est ainsi accessible dans 9 pays.

© Maxppp

Basée à Toulouse, la start-up Liberty Rider attaque, désormais, le marché international.

Deux ans après son lancement, l’application d’appel d’urgence pour les deux-roues, est disponible dans 9 pays d’Europe.

« Les motards et scootéristes français roulant avec Liberty Rider seront couverts dans les pays suivants : France (Guadeloupe, Martinique, Guyane, La Réunion et Mayotte inclus), Portugal, Espagne, Italie, Autriche, Allemagne, Luxembourg, Belgique et Pays-Bas » liste l’équipe toulousaine.

Un déploiement rendu possible grâce à un partenariat avec Inter Mutuelles Assistance (IMA), leader européen dans le traitement de l’appel d’urgence et de l’eCall. Le service est ouvert depuis ce 16 mai 2018.

Application moto unique en France

Liberty Rider est une application pour smartphone, capable « de détecter les accidents à moto afin de pouvoir alerter les secours au plus vite quand le motard accidenté n’est pas en mesure de le faire » résume Emmanuel Petit, cofondateur. 

Unique en France, l’innovation toulousaine se décline également sous forme de gant connecté qui possède les mêmes fonctionnalités.  

En 24 mois, la jeune pousse a séduit la communauté des motards et les organisations de la sécurité routière. Elle revendique 200.000 utilisateurs, plus de 250 accidents traités et « 10 vies sauvées » précise l’équipe, hébergée chez AT Home à Toulouse.

>>> Plus d’info sur www.liberty-rider.com

Julien Leroy

19 Mai

Ne plus (jamais) perdre ses affaires avec l’étiquette connectée de la startup Solukey

La startup toulousaine Solukey dévoile une application dédiée aux objets perdus. Le système collaboratif met en relation le propriétaire avec la personne qui retrouve l’affaire.

© Solukey

Chaque année, 12 millions d’objets sont perdus sur le territoire Français. « Pourtant, 93% des particuliers ayant trouvé des objets souhaitent les remettre à leur propriétaire » assure Julien Lacour, le fondateur de Solukey.

C’est sur ce constat que ce jeune toulousain a créé l’application Solukey.

Une fois téléchargée sur son smartphone, il suffit de d’éditer (gratuitement) une étiquette avec un code et la coller sur les clés, un ordinateur ou un passeport.

En cas de perte, la personne qui retrouve votre bien, se met en relation en saisissant simplement l’identifiant dans l’application.

« La personne qui trouve votre objet peut ainsi vous alerter n’importe où dans le monde en un simple clic sur le site internet ou via l’application. Vous recevez instantanément une notification vous indiquant les coordonnées de la personne ou du service à contacter. Vos coordonnées restent bien sûr confidentielles » précise le concepteur

Il existe évidemment de nombreux applications similaires mais ce système collaboratif veut « créer une vraie communauté d’entraide et ainsi devenir l’application de référence pour les objets perdus » espère Julien Lacour.

Né après un travail dans un service des objets trouvés

L’entrepreneur a eu l’idée de cette étiquette connectée lors d’un travail dans un service des objets trouvés d’une collectivité.

« Je ne cessais d’enregistrer les déclarations de pertes et objets restitués par un grand nombre de personnes bienveillantes. Malgré cette solidarité (..) la probabilité de rendre tous ces précieux objets aux propriétaires malchanceux était quasi-nulle par manque d’informations » raconte Julien Lacour.

Reste à trouver un modèle économique. Julien Lacour est en train de la finaliser. Son projet est de proposer des offres aux entreprises pour gérer leur parc de matériel ou pour éviter la perte des affaires de leurs clients.

Basée à Plaisance-du-Touch, près de Toulouse, le concepteur cherche également un accélérateur de startup.

>>> Plus d’info sur www.solukey.fr

Julien Leroy

18 Mai

Aviitam, un carnet de santé connecté pour lutter contre l’obésité (mais aussi le diabète et les troubles de sommeil)

Deux médecins de Montpellier ont créé le premier carnet de santé connecté dédié au diabète, à l’obésité, au cholestérol et aux troubles du sommeil. Ce compagnon de route veut guider les patients vers un mode de vie plus équilibré. Une nouvelle version est disponible ce vendredi 18 mai à l’occasion de la journée européenne de l’obésité.

© MAXPPP / CORTIER CLAUDE

Aider les personnes atteintes de maladies chroniques liées au mode de vie – diabète, obésité, cholestérol et troubles du sommeil. C’est l’objectif du carnet de santé « Aviitam » créé par deux médecins du CHU de Montpellier, Pr. Antoine Avignon et le Dr. Vincent Attalin.

Cette plateforme en ligne veut surtout « guider les patients vers un mode de vie plus équilibré » précisent les fondateurs. Une approche pour « changer de comportement plutôt que prendre des médicaments« .

« En se connectant à son espace personnel, chaque personne va pouvoir enregistrer toutes les données qui concernent sa santé pour aider son médecin à mieux l’accompagner, prendre conscience des liens entre ses comportements et sa santé et préparer ses consultations en amont » explique le duo.

En saisissant toutes ses données, le patient le partage avec son médecin pour améliorer sa prise en charge.

« Le médecin peut avoir accès à l’ensemble de ses informations en un clic. Il a également accès à des questionnaires scientifiquement validés permettant une évaluation globale de la santé des patients et à des journaux interactifs pour suivre leur mode de vie » raconte Antoine Avignon.

1300 médecins utilisent ce carnet de santé

Plus de 1300 médecins et autant de malades en France testent actuellement la première version d’Aviitam.

La nouvelle version est lancée ce vendredi 18 mai à l’occasion de la journée européenne de l’obésité. Le marché est colossale car 50% de la population française de plus de 30 ans est en surcharge pondérale (surpoids et obésité), selon une statistique 2016 de l’Inserm.

Reste à trouver un modèle économique. Pour le moment, l’application est totalement gratuite pour l’ensemble des utilisateurs. Antoine Avignon et Vincent Attalin réfléchissent à des offres payantes proposant des programmes supplémentaires et des formations en e-learning. En attendant, Aviitam est soutenu par le conseil régional et des subventions de la recherche publique.

Plus d’info sur www.aviitam.com

Julien Leroy

07 Mai

Météo Pollen, l’application (toulousaine) qui donne les prévisions de pollen de votre commune

Recevoir sur son smartphone, les prévisions de pollen de sa commune pour les prochains jours. C’est l’objectif de l’application Météo Pollen, créée par une start-up de Toulouse.

© MaxPPP

Si beaucoup se réjouissent de l’arrivée des beaux jours, 30% des français redoutent cette période synonyme de retour du pollen.

C’est pourquoi la start-up toulousaine WeatherForce, vient de concevoir l’application Météo Pollen.

Une fois téléchargée sur son smartphone, Météo Pollen informe les personnes allergiques sur le taux de concentration de pollen prévu dans l’air de leur ville.

« Contrairement aux applications existantes, elle annonce les quantités de pollen prévues dans chaque ville, sur la journée en cours et les deux jours suivants » précise l’équipe toulousaine. Les prévisions concernent les pollens des graminées, bouleau et olivier.

L’application affiche également la pollution de l’air, la carte de Météo France et des conseils pour mieux vivre avec les allergies.

La jeune pousse a travaillé en collaboration avec le Centre Européen de Météorologie (CEPMMT), dans le cadre du programme scientifique européen de surveillance de l’atmosphère CAMS.

Sortie en le 15 mars dernier, Météo Pollen revendique plus de 5000 téléchargements en l’espace moins de 2 mois.

WeatherForce a été créée à Toulouse, en 2016, par Christine David et Pascal Venzac. Leur société est spécialisée dans les projets et les applications météorologies.

>> Plus d’info sur weatherforce.org

>> Découvrez Méteo Pollen avec le reportage de Julie Valin Marc Raturat / Juin 2018 : 

Julien Leroy

02 Mai

Gard : « Un jeu d’enfant », l’application qui facilite la garde des enfants (à la dernière minute)

Pas toujours facile de trouver une personne pour garder les enfants ou les récupérer à la sortie de l’école… surtout en cas d’imprévus. C’est pourquoi une Gardoise, Johanna Del Campo, a eu l’idée de créer l’application « Un jeu d’enfant ».

© Un jeu d’enfant

Finies les galères pour aller chercher son enfant à l’école ou le faire garder. Il est désormais possible de trouver des solutions de dernière minute grâce à une application smartphone « Un jeu d’enfant » lancée par Johanna Del Campo. 

A force d’entendre ses copines dirent « je ne peux pas venir, j’ai personne pour garder mon enfant », cette assistante de gestion de Nîmes a eu l’idée de créer ce réseau social privé.

Entièrement gratuite, l’application permet de créer un groupe de connaissances et d’envoyer des messages. Les membres du réseau peuvent alors accepter de rendre service ou pas.

L’entraide entre mamans ou papa a toujours existé. « Un jeu d’enfant » veut tout simplement faciliter les échanges. Finie la culpabilité des deux cotées, on ose demande de l’aide ou de l’accepter.

Après une version testée dans le Gard depuis novembre 2017, l’application est désormais disponible sur toute la France.

>> Plus d’info en image avec ma chronique dans « 9h50 le matin Occitanie » sur France 3 – mai 2018  :

>> Plus d’info sur : www.unjeudenfant.fr

Julien Leroy

22 Mar

MedPics, le réseau social des médecins pour échanger sur des cas cliniques

E-santé. MedPics permet de rassembler le corps médical pour échanger leur expertise sur des cas cliniques anonymes. Cette application a été créée par une start-up de Montpellier. Elle compte aujourd’hui près de 50.000 professionnels.

© Medpics

Unique en France, MedPics est une application de partage de cas cliniques.

« Medpics est un véritable réseau social pour les médecins et professionnels de santé qui leur permet d’échanger entre confrères de cas cliniques tout en préservant l’anonymat des patients » explique le concepteur, le Dr Safia Slimani.

L’objectif est « d’améliorer leur formation ou perfectionner un diagnostic en se basant sur l’intelligence collective« .

MedPics propose ainsi des groupes de discussion autour de cas cliniques anonymes mais aussi une messagerie instantanée privée afin de poursuivre l’échange avec un confrère.

« Pour les médecins isolés dans les déserts médicaux, cela peut permettre de rompre la solitude et d’échanger avec des confrères pour émettre des diagnostics Pour les étudiants, cela leur permet de s’exercer et d’apprendre au contact de professionnels » précise le fondateur.

Depuis janvier 2018, la plateforme délivre des formations en e-learning agréés par l’agence nationale du développement personnel continu (ANDPC). MedPics peut également se transformer en messagerie interne pour un hôpital. En résumé, MedPics veut devenir le couteau suisse du professionnel de la santé.

Fondée en mars 2015 à Montpellier, la plateforme revendique près de 50.000 utilisateurs et plus de 15.000 cas cliniques.

L’idée est née dans la tête du docteur Safia Slimani, généraliste à Salon-de-Provence. Lors d’un week-end start-up de Montpellier, elle rencontre son associé : Jonathan Oleszkiewicz, ingénieur informatique. Depuis la jeune pousse compte 7 salariés.

>>> Pour télécharger l’application Medpics : www.medpics.fr

Julien Leroy

16 Oct

SoAppli, l’application toulousaine qui lutte contre le gaspillage alimentaire

La journée nationale contre le gaspillage alimentaire se déroule ce lundi 16 octobre. L’occasion de parler d’une nouvelle application toulousaine : SoAppli. Elle propose de vous aider à mieux gérer vos courses alimentaires en visualisant, en quelque clics, les stocks de vos placards et de votre frigo.

© MaxPPP

© MaxPPP

Gérer le stock alimentaire dans son frigo et ses placards, pour lutter contre le gaspillage alimentaire. C’est le concept (tout simple) de SoAppli, une nouvelle application pour smartphone, 100% toulousaine.

« SoAppli vous propose de vous aider à mieux gérer vos dépenses alimentaires et donc vos courses, en maîtrisant vos stocks, dans votre frigo bien sur, mais aussi dans vos placards et votre congélateur » explique Valérie Aubert, la fondatrice de l’apps.

Une fois installé sur son smartphone, il suffit de scanner les produits via leur code barre ou de les saisir manuellement, pour créer son garde-manger virtuel.

Pour chaque aliment ou boisson, l’utilisateur peut également paramétrer des alertes lorsque la date de péremption approche ou le stock s’amenuise.

Si la première étape d’enregistrer toute sa cuisine s’avére fastidieuse, l’application devient indispensable pour vos courses. Fini les épices ou le paquet de riz acheté en double !

« Savoir à tout moment ce que j’ai dans mes placards, frigo et congélateur, afin de ne pas sur-acheter, et donc éviter de gaspiller » explique la Toulousaine.

SoAppli est également intuitif. « Tous vos produits restent enregistrés, même quand vous n’en avez plus. Du coup pas besoin de les rentrer à nouveau« . 

Une application développée par son mari pour son usage personnel

« L’idée m’est venue en faisant le constat que quand je faisais les courses, c’était toujours un peu rapidement, sans avoir de liste toujours bien définie, et que au final en rentrant chez moi, certains produits me manquaient et d’autres étaient en trop » raconte la toulousaine.

Le meilleur moyen pour lutter contre cette sur-consommation est « celui que nous avons toujours sur nous : le portable…donc une appli » poursuit-elle.

« Une application que mon mari a développé pour mon usage perso, et qui a très vite été jalousée par mes amies. L’idée de faire une application grand public a fait son chemin et SoAppli est née« .

Présentée pour la première fois lors de la Mêlée Numérique de Toulouse fin septembre, SoAppli est gratuite durant 6 mois. Valérie Aubert espère ensuite atteindre les 10.000 téléchargements d’ici la fin de l’année 2017. 

En attendant, cette ancienne cadre bancaire de 40 ans veut « trouver des partenaires tels que la grande distribution, drive, pour améliorer encore la facilité d’utilisation de l’appli » m’explique-t-elle.

Sa start-up est accompagnée par le label d’expérimentation de la Smart City de Toulouse Métropole. 

>>> Téléchargements et infos sur la page www.facebook.com/SoAppliToulouse/

Julien Leroy

27 Juil

Des Toulousains inventent Watch Eat, le « Airbnb » des soirées foot

L’application toulousaine Watch Eat propose de mettre en relation des fans de sport pour regarder un match à la TV chez un particulier. Un « Airnb » des amateurs de sport qui sera disponible le 5 août prochain sur smartphone.

© Jean Francois Frey / MaxPPP

© Jean Francois Frey / MaxPPP

La plateforme Watch Eat propose à des particuliers possédant une TV et un abonnement à l’une des chaînes sportives, de recevoir des invités le temps d’un match. Voici le concept de la nouvelle application née à Toulouse.

« Par exemple, ce soir pour la finale de Ligue des Champions, je peux accueillir 3 supporters du Real Madrid chez moi (..). Ainsi nous mangerons ensemble devant le match et partagerons nos émotions entre supporters du Real Madrid » précise Karim Cherifi, co-fondateurs de Watch Eat.

L’application s’adresse à la fois aux supporters et aux amateurs de sport qui ne regardent que quelques événements durant l’année. Le but étant « de partager un moment convivial » complètent les deux fondateurs. Reste à savoir si le concept d’inviter des inconnus chez moi, séduira les passionnés.

Une formule apéro en option

En attendant de savoir, le fonctionnement est très simple. Soit vous vous inscrivez comme un hôte disposant d’un abonnement à l’une des chaînes sportives payantes. Soit comme un visiteur prêt à se déplacer. L’ensemble des annonces s’affichent en fonction de sa localisation.

« Vous découvrirez le salon de votre hôte ainsi que la TV dont il dispose, afin d’avoir une idée exacte du lieu d’accueil. À la manière d’un Airbnb, vous trouverez votre bonheur en quelques clics » détaille Karim Cherifi. 

Et comme sur un site de revente, le visiteur pourra évaluer son hôte avec des points fair-play”. 

Parallèlement, Watch Eat propose deux formules d’accueil. « La première consistera à recevoir un invité gratuitement. La seconde formule comportera un repas » explique les concepteurs. L’Hôte propose alors un apéritif ou un repas en précisant auparavant le prix.

Inventée par un fan du PSG et un supporter de l’OM

Watch Eat est née dans la tête de deux amis Toulousains. Karim Cherifi, 24 ans, est un supporter de l’OM qui vient d’obtenir un diplôme MBA à New York. Et Enzo Trupiano étudie la stratégie digitale tout en suivant à 21 ans, les matchs de son équipe préférée, le PSG.

Lancement le 5 août

Le lancement officiel de Watch Eat est prévu pour l’ouverture de la saison de ligue 1 de football, le 5 Août 2017. L’application sera disponible gratuitement sur Androïd et Apple. 

A terme, les concepteurs veulent étendre la plateforme à tous les sports diffusés à la TV : rugby, basket, tennis,…

>>> Plus d’info sur www.watcheat.fr

Julien Leroy

30 Sep

Emission Occitanie Matin : Les chroniques « Tout ce qui buzz » de cette semaine avec YourTOP, Manon Bril, Mortus Corporatus,…

Depuis la rentrée, votre blog « Tout ce qui Buzz » fait une excursion sur les plateaux de télévision.

Chaque semaine, du lundi au vendredi (sauf le mercredi), retrouvez moi dans l’émission « Occitanie matin » à 9h50 sur France 3 Midi-Pyrénées et France 3 Languedoc-Roussillon. Retrouvez ici toutes les Buzz présentés cette semaine.

Une rubrique quotidienne qui parle des starts-ups qui cartonnent, des youtubeurs qui buzz, des blogs qui comptent, des applis qui marchent, des web-séries à ne pas rater,… bref, tout ce qui buzz en Occitanie, d’Auch à Nîmes en passant par Toulouse ou Montpellier. 

Au menu de cette semaine, du 26 au 30 septembre 2016 :

>>> Lundi 26 septembre 2016 – épisode 11 – « YourTop, c’est top ! » : YourTOP est une nouvelle aplication créée par 4 étudiants de Montpellier. « Le but est de noter tout et n’importe quoi de façon anonyme » explique Romain Jacob, l’un des fondateurs. L’internaute peut ainsi noter ou partager ses coups de cœurs, ses restaurants préférés, ses films, ses séries TV,… bref, tout vos TOP ! Plus d’info sur la vidéo de présentation : cliquer ici

>>> Mardi 27 septembre 2016 – épisode 12 – « Une youtubeuse historique » : Manon BRIL est une youtubeuse toulousaine spécialisée en…histoire. Elle vient de fêter les 1 ans de sa chaine YouTube « C’est une autre histoire »

>>> Jeudi 28 septembre 2016 – épisode 13 – « Mortus Corporatus » : La web-série aveyronnaise « Mortus Coporatus » est à mourir de…rire. Depuis plus d’un an, c’est un succès sur la toile. A découvrir absolument ici et par là.


Tout ce qui Buzz – web-série Mortus Corporatus

>>> Vendredi 29 septembre 2016 – épisode 14 – « La ville rose, le paradis pour les mariès » : Toulouse est le meilleur endroit pour se marier selon les internautes. Un classement de Topito des plus belles mairies fait actuellement le Buzz. La ville rose est première. En 2015, un magazine avait déjà classé Toulouse commet le meilleur endroit pour se marier en France. Plus d’info sur le site de Topito.

A la semaine prochaine

Julien Leroy