10 Juil

Pourquoi la Bienne était verte fluo lors du passage du Tour de France ?

Capture d'écran du passage du Tour de France à Saint-Claude.

Capture d’écran du passage du Tour de France à Saint-Claude.

L’image n’a duré que quelques secondes mais a été vue dans le monde entier. Lorsque les coureurs du Tour de France ont traversé la ville de Saint-Claude dans le Jura, le caméraman, juché dans l’hélicoptère, filme la Bienne vue du ciel et, ce jour-là, elle est verte fluo.. Mauvais réglage colorimétrique du téléviseur ou initiative « pour faire joli »? Rien de tout cela. Il s’agit d’une action imaginée par quatre pêcheurs amoureux de la Bienne et désespérés de la voir à l’agonie.

Continuer la lecture

07 Fév

La Bienne, une rivière qui n’en finit pas d’agoniser

La mortalité 2016-2017 sur la Bienne est plus importante que celle de 2012-2013.

La mortalité 2016-2017 sur la Bienne est plus importante que celle de 2012-2013.

L’histoire se répète. Malgré les cris d’alarme répétés des défenseurs des rivières, les poissons de la Bienne continuent de mourir. Cette année encore, la pêche sera fermée  sur depuis le barrage d’Etable à Saint-Claude jusqu’à la commune de Lavancia-Epercy au pont des carrières Di Lena, soit un tiers du parcours de cette rivière du Jura. Même si il n’a pas été possible de comptabiliser précisément les poissons morts, les observateurs estiment que les mortalités de 2016-2017 sont beaucoup plus élevés que celles de 2012-2013. 

Continuer la lecture

06 Juin

Les truites de la Bienne de nouveau à l’agonie

La fédération de pêche du Jura et la Biennoise au chevet de la Bienne.

La fédération de pêche du Jura et la Biennoise au chevet de la Bienne.

Le constat est affligeant et consternant. Les truites de la Bienne, rivière du Haut-Jura, sont de nouveau victimes d’une forte pollution après celle connue en 2012. Le préfet du Jura a pris un arrêté le 3 juin dernier pour interdire la pêche sur la Bienne depuis le barrage d’Etable à Saint-Claude jusqu’à la commune de Lavancia-Epercy au pont des carrières Di Lena. Une interdiction prévue jusqu’au 18 septembre prochain, date de la fermeture de la pêche en première catégorie.

Continuer la lecture

21 Mai

Depuis 2010, la mobilisation pour la santé des rivières s’est accentuée

En Franche-Comté, les années se suivent et… se ressemblent !  C’est malheureusement devenu presque un rituel. Depuis 2010, plusieurs manifestations ont été organisées pour défendre la qualité des eaux des rivières franc-comtoises. Aujourd’hui, ce ne sont plus seulement les pêcheurs ou les défenseurs de l’environnement qui défilent. Des commerçants, des parents inquiets ont aussi tenu à signaler leurs inquiétudes.

A Ornans, ils étaient un peu plus de 300 manifestants dans les rues en 2010, l’année suivante environ 800 à Goumois puis 600 à Jeurre dans le Jura en 2012. Loue, Doubs, Bienne et ce printemps 2014 Dessoubre avec 2000 manifestants…

Voici le reportage tourné samedi 17 mai à Saint-Hippolyte par mes confrères Maxime Villirio et Philippe Arbez.

 Les organisateurs ont mis en ligne sur leurs pages Facebook et https://www.facebook.com/rivierescomtoises , le contenu des interventions lors des prises de paroles avant la manifestation.

Isabelle Brunnarius

 

 

 

 

 

 

23 Jan

La démocratie, les pêcheurs et le préfet

Truite photographiée par Nicolas Germain

Truite photographiée par Nicolas Germain

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le compte à rebours est lancé. Les plus mordus décomptent les jours avant l’ouverture de la pêche en mars prochain. Comme chaque année, ce sont les préfectures qui fixent les conditions de pêche dans chaque département. Depuis la charte de l’environnement de 2004, l’Etat doit consulter le grand public avant de prendre une décision qui a un impact sur un ensemble de personnes dans le domaine de l’environnement.
Vous ne le saviez-pas ? Moi, non plus ! En fait, pour l’instant, seuls les plus concernés donnent leur avis par mail ou par courrier.

Continuer la lecture

09 Mar

Le Jura, terre de pêcheurs

Pour voir les photos, passez la souris sur la carte…

Nous avons le plaisir de recevoir des photos et un texte complet signé Claude Patrico. Une belle découverte du Suran, une rivière qui semble préservée. Voici le texte de ce pêcheur heureux :

« Le Suran est une rivière qui prend sa source  sur la commune de Loisia  en région de la Petite Montagne dans le Jura. Tout le long de son parcours, elle reçoit de nombreux affluents qui, en temps de sècheresse, jouent un rôle très important. Après avoir paisiblement serpenté pendant environ 77 km, dont 26 sur le Jura et 51 sur l’Ain, le Suran conflue avec la rivière d’Ain à Varambon.

Depuis début 2012, les deux syndicats du Suran du Jura et de l’Ain ont fusionné pour créer le SMISA (Syndicat Mixte Interdépartemental du Suran et de ses Affluents) qui a à charge la gestion du Contrat de Rivière.

Cette rivière du Suran a le grand privilège d’héberger le Castor sur certains de ses tronçons mais aussi sur ses affluents.

« Comme tous les ans, cette rivière du Suran classée en première catégorie, est très prisée par les pêcheurs de truites. Ce matin avec une température d’environ 4° les pêcheurs étaient au rendez-vous dans une brume qui laissait entrevoir quelques rayons de soleil en fin de matinée. Parmi eux, Dominique Desmaris, pêcheur chevronné depuis plus de 50 ans qui pour cette ouverture, vient de prélever un beau spécimen de 62 cm pour un poids de plus de 3kg, car oui dans le Suran on trouve encore de la belle sauvage. »

Quant à Nicolas Germain, il nous a fait partager la joie de se retrouver avec ses amis pêcheurs au bord de la rivière d’Ain à Crotenay : « Une rivière grossie par l’eau de neige avec des conditions de pêche très compliquées. Aucune truite de prise mais comme tous les ans, la convivialité était de mise autour du feu ! Heureux comme des poissons dans l’eau ces pêcheurs ! »

On attend vos photos ! Même si vous aviez l’habitude de pêcher sur le parcours fermé de la Bienne. Envoyez nous des photos, un peu comme un état des lieux.

Isabelle Brunnarius
Carte et infographie : Xavier Beisser et Pascal Sulocha

15 Nov

Suite de la pollution de la Bienne à Morez : des truites sont envoyées pour analyse à Valence

Les truites victimes de la pollution de la Bienne à Morez

Daniel Berthet, le président de  la société de pêche de Morez, prépare méticuleusement les truites mortes prélevées la semaine dernière dans la Bienne. Ces prélèvements vont partir ce jeudi dans un laboratoire d’analyse de Valence dans la Drôme. Ces analyses révéleront peut-être le nom du produit toxique à l’origine de la mort d’au moins 300 truites la semaine dernière à Morez. Mais il se peut que plus de poissons soient morts car les fortes pluies de ces jours là ont augmenter le débit de la Bienne; des poissons ont pu être entraînés loin rapidement. Avantage de cette météo, la pollution a été diluée.
Le président de cette AAPPMA souhaite déposer plainte à la gendarmerie, mais, pour l’instant, les gendarmes n’ont pas voulu prendre sa plainte en expliquant qu’ils attendaient le procès-verbal de la police de l’eau, l’Onema. Mais Daniel Berthet ne s’avoue pas vaincu, il retournera à la gendarmerie pour tenter de déposer plainte. Les enquêtes sur les pollutions aquatiques aboutissent difficilement car il est compliqué de prouver l’origine du déversement.

12 Août

A la reconquête du milieu naturel de la Bienne.

Le 8 août dernier, mes confrères de France 3 Franche-Comté ont tourné un reportage au bord de la Bienne. Ce jour là, les représentants de l’association de pêche «La Biennoise», du parc naturel régional du Haut-Jura et de la sous-préfecture de Saint-Claude (39) se sont retrouvés ensemble au chevet de la Bienne.

Voici quelques informations complémentaires qu’il est difficile de donner dans un reportage de deux minutes !
Il aura fallu le récent épisode en mars dernier de forte mortalité de poissons pour qu’un coup d’accélérateur soit donné à la protection de ce milieu naturel.
Le président de «La Biennoise», Charles Varenne insiste sur les rejets des stations d’épurations. Pour lui, il faut agir vite. Il rappelle que son association a recensé 46 rejets entre Lavencia et Saint-Claude. Selon le sous-préfet, Hervé Carrère, l’Onema a vérifié que ces rejets ne seraient pas sources de pollution. En revanche, Hervé Carrère confirme bien la mise en demeure par l’Onema de la commune de Molinges pour qu’elle mette aux normes sa station d’épuration d’ici 2013. Cette commune pourra bénéficier de l’appui technique du parc naturel régional du Haut-Jura et des subventions de l’Agence de l’eau. Mais il y a-t-il encore des budgets pour les autres rivières comtoises quand on sait que de nombreux financements sont mobilisés pour la Loue ? Le sous-préfet m’a assuré qu’il y avait encore des possibilités de financements. En ce moment, le laboratoire départemental du Jura est entrain de mener une étude comparative sur différents poissons pour tenter de comprendre l’origine de la mortalité.
Cette mortalité est bien d’origine multifactorielle. Le passé fortement industrialisé des environs de la Bienne n’est pas négligé. Les fonctionnaires de la Dreal, eux, sont chargés de repérer les éventuelles sources de pollution dans les friches industrielles.
Bref, Hervé Carrère assure que la veille est renforcée sur la Bienne et que des informations sont entrain d’être récupérées. Tout cela dans la «logique de la reconquête du milieu». Les actions prioritaires pourront être définies en fonction des résultats des actions en cours. La prochaine réunion est prévue en septembre.
Et les poissons ? «Il faut les laisser tranquilles !» me précise le sous-préfet. L’interdiction de pêcher même en no-kill est toujours en vigueur. Une interdiction prise en mars dernier par la préfecture du Jura à la demande de «La Biennoise».

Isabelle Brunnarius

02 Juin

Près de 800 manifestants à Jeurre (39) pour améliorer la qualité des rivières comtoises.


Manifestation de Jeurre ( 39 ) pour… par F3FrancheComte

Tranquillement, sans slogan scandé mais la colère rentrée, le défilé a traversé le village de Jeurre. Cette année, les défaillances des stations d’épurations ont été pointées du doigt par les organisateurs de la manifestation. Charles Varenne, le président de l’AAPPMA La Biennoise a recensé 46 rejets d’eaux usées directement dans la Bienne. Ce type de rejets est interdit dès qu’il y a un réseau dans  le village. Le collectif SOS Loue et rivières comtoises et l’association de pêche la Biennoise ont voulu « mettre les élus devant leurs responsabilités » en les invitant à participer à une table-ronde en marge de la manifestation. Les maires de Jeurre, Vaux-les-Saint-Claude, Molinges et Saint-Claude ont répondu à cette invitation, ils ont été rejoints plus tard par Marie-Christine Dalloz, députée du Haut-Jura. Les échanges ont été cordiaux. En fait, les élus présents sont ceux qui ont bien conscience des défaillances de leurs stations d’épurations. Ils ont entrepris des travaux mais il faut monter des dossiers, trouver des financements, faire des études… En fait, comme pour les autres sources de pollution, des actions sont entreprises, des sommes importantes sont investies mais la détérioration du milieu est tellement ancienne et profonde que les résultats ne se voient pas forcément. Le temps des échéances politiques n’a rien à voir avec le temps de l’environnement.

01 Juin

En avant-première de la manifestation de Jeurre (Jura)

L'affiche de la manifestation de Jeurre du 2 juin 2012 dans le Jura

C’est malheureusement devenu un rituel printanier. 2010 Ornans, 2011 Goumois et … 2012 Jeurre. Malheureusement car ce sont les mortalités de poissons dans la Loue, le Doubs franco-suisse et cette année la Bienne qui sont à l’origine de ces manifestations. Cette fois-ci, c’est L’APPMA La Biennoise qui organise ce rassemblement avec le soutien du collectif SOS Loue et rivières comtoises. Nouveauté cette année, une table-ronde avec des élus est prévue à 14 heures avant la manifestation de 15 heures . Les organisateurs n’ont pas choisi leur date au hasard. A une semaine des législatives, ils  espèrent obtenir des élus présents des engagements pour améliorer la qualité de l’eau en les « mettant devant le fait accompli ». Le débat sera certainement intéressant d’autant plus que la pollution de la Bienne est surtout due aux problèmes domestiques. Dans ce secteur, le fonctionnement des stations d’épuration laisse à désirer.

La député sortante Marie-Christine Dalloz (UMP) et son adversaire du Front de Gauche Francis Lahaut, le maire de Saint-Claude ont annoncé leur participation à la table-ronde. les maires de Jeurre, Vaux-les-Saint-Claude seront également présents.

A Ornans, l’enterrement de la Loue avait rassemblé 300 personnes, environ  800 manifestants s’étaient déplacés à Goumois. Cette année, les organisateurs souhaitent mobiliser encore plus et espèrent que des non pêcheurs viendront exprimer leur ras-le-bol du mauvais état de santé des rivières.