14 Fév

Le Fabshop poursuit sa croissance et veut lever 1,2 millions d’euros

Un objet pour le 14 juillet à imprimer en 3D

Un objet pour le 14 juillet à imprimer en 3D

Ça y est, le temps de la levée de fond est arrivée pour l’entreprise spécialisée dans la 3D. Le Fabshop, installé à près de Saint-Malo et à Paris, veut devenir une référence mondiale des modèles 3D téléchargeables. Elle veut lever 1,2 millions sur une plateforme internet d’investisseurs.

L’entreprise fondée par Bertier Luyt  a choisi Anaxago comme plate-forme de crowdfunding. Avec un ticket d’entrée à 2000 euros et les déductions fiscales classiques (ISF, IR, PEA), c’est un mix entre le financement participatif et un tour de table qui est privilégié pour ce développement. Son modèle: le catalogue d’objets à imprimer. Continuer la lecture

08 Déc

En Bretagne, on imprime son sabre laser Star Wars episode VII en 3D

Le sabre laser en kit

Le sabre laser en kit

Que la force de l’impression 3D soit avec vous. L’info à fait le tour de la toile et des réseaux: on peut imprimer en 3D le sabre laser de Star Wars episode VII. L’objet culte est proposé par une entreprise installée à Saint-Malo, le Fab Shop, qui fait ici un coup de com’ international et a déposé les plans 3D sur le site spécialisé Thingiverse.

Embout de tuyau d’arrosage, tire-bouchon, vous pourrez enfin tester l’utilité réelle de ce sabre dont la forme à surpris bon nombre de fans. Mais là n’est pas l’intérêt de ce post.

C’est l’occasion en effet de donner un coup de projecteur sur cette entreprise, titulaire de la licence Markerbot, une des imprimantes 3D fiables et accessibles du marché. Le Fabshop a un bureau à Paris, son siège à Saint-Méloir-des-Ondes et a créé, en un peu plus d’un an, une quinzaine d’emplois. Ce n’est déjà pas rien. Autre corde à son arc, la licence de la Maker Faire en France. Un événement mondial du Do It Yourself organisé par la revue américaine « Make », et qui fait des petits (sous licence, donc), un peu partout. Le Fab Shop en a organisé un à Saint-Malo en avril 2015, à Paris en 2014 et remet ça en 2015 avec encore plus d’espace d’exposition.

C’est le signe qu’en quelques années l’impression 3D est passé du stade de la curiosité d’une poignée de geeks à celui d’un business, fût-il celui d’une niche pour l’instant.

Au Paris Maker Faire j’avais en effet été impressionné, c’est le cas de le dire, par le nombre d’exposants proposant ainsi un catalogue d’objets à imprimer, et un service de design personnalisé. On parle ici de cadres de tableaux, de figurines, mais aussi d’escarpins ou de mobilier de jardin. Pour les plus mégalo, il y a la possibilité de se passer au scanner 3D afin de pouvoir imprimer son buste. Du meilleur effet sur son bureau.

Le Fabshop est donc sur les starting blocks en attendant le passage de la niche à celui de l’aubaine commerciale. Mais déjà nous pouvons noter que cette activité de l’impression 3D fait vivre une entreprise d’une dizaine de personnes. Ce n’est donc plus un mirage de doux rêveurs.

05 Déc

Le Mabilais à Rennes: un immeuble symbolique pour abriter la French Tech

L'immeuble Le Mabilais

L’immeuble Le Mabilais -SG

La secrétaire d’Etat au Numérique, Axelle Lemaire, est venue à Rennes pour « inaugurer », en quelques sorte, la French Tech Rennes, qui s’installe dans un immeuble symbolique de l’économie métropolitaine. L’immeuble La Mabilais, qu’à visité la secrétaire d’Etat, abritait dans les années 70 le centre des télécommunications de France Telecom.

300 personnes ont donc accueilli Axelle Lemaire dans cet immeuble à l’allure toujours contemporaine, puisque le dispositif French Tech prévoit l’existence d’une vitrine « physique », d’un lieu emblématique, pour ce label destiné à promouvoir la vitalité de nos territoires à l’international.

Les projets présentés à la Secrétaire d’Etat (la ville de Rennes en 3D, la start-up Cocourse, la petite séance de soudure de badges clignotants offert par le Fab Lab, toute cette visite au pas de course a été largement live-twitté.

Il est intéressant, donc, de noter est la symbolique du lieu choisi par Rennes Metropole pour abriter cette vitrine de 1000m2 qui accueillera un espace de co-working, une pépinière un fab lab, et le bureau du futur « Mr French Tech Rennes » qui sera bientôt recruté.

La Mabilais en 3D via @Mediaveille

L’immeuble de la « Mabilais » est donc cet immeuble-phare, planté au bout des quais de la Vilaine, et orné d’une soucoupe, dessiné par l’architecte Louis Arretche.

Le promoteur Legendre a investit 40 millions d’euros pour sa réhabilitation, et la soucoupe est désormais prolongée d’un « phare » clignotant destiné à être un éventuel repère pour un routard galactique égaré dans les parages.

La première société à réinvestir les lieux est un des fleurons rennais de la nouvelle économie, l’entreprise OuestJob.

Ainsi, la French Tech Rennes rejoindra ce pionnier de la recherche d’emplois sur internet, créé il y a 15 ans dans des locaux qui abrita l’un des piliers de l’économie rennaise (non, je ne mentionnerai pas le minitel). D’une économie du réseau, la Mabilais deviendra le symbole d’une économie en réseau.