31 Mai

Rendez-vous Rue Serge Gainsbourg avec Charlotte

Jeudi 31 mai, Charlotte Gainsbourg donne le seul concert en salle de sa tournée à la Coopérative de Mai, rue Serge Gainsbourg à Clermont-Ferrand. La chanteuse nous a ouvert les portes de ses répétitions.


Pendant tout le filage du concert qu’elle donnera le lendemain à la Coopérative de Mai, Charlotte Gainsbourg ne dit pas un mot. Elle se contente de prendre des notes entre chaque couplets. Tour à tour chantant face à son piano ou face à son public, Charlotte enchaîne un bon nombre de ses nouvelles chansons et va aussi puiser dans l’album que lui a fait son père alors qu’elle n’était qu’une adolescente effrontée, « Charlotte For Ever ». Un album qui, à bien des égards, ressemble à celui qu’elle vient de réaliser avec le musicien electro Sebastian.

Un concert à l’image de l’album « Rest »

C’est toute l’ambiance de ce dernier album « Rest » que la chanteuse restitue sur la scène de la coopérative de mai: un concert totalement noir et blanc, une pop électro nerveuse et  une Charlotte qui susurre ses états d’âmes les plus intimes. Susurrer ne signifie pas que la voix n’est pas là, au contraire, la voix de la chanteuse est souvent mise en avant dans ce concert.

Un concert où l’ombre du père est encore plus présente que lors de la dernière tournée de l’artiste, à découvrir ce jeudi soir donc, rue Serge Gainsbourg.

18 Mai

PILS, fais-moi peur!

L’exposition « Lanternes magiques et Fantasmagories » réveille les morts au Château de Villeneuve -Lembron

Dans PILS aujourd’hui, on vous fait trembler d’effroi en vous emmenant voir des fantômes au château de Villeneuve-Lembron, Valérie Mathieu et Richard Beaune détailleront aussi la programmation du festival Jazz aux sources qui se déroule tout ce weekend à Châtel-Guyon dans le Puy de Dôme.

 

Dame blanche dans une des tours, l’esprit du baron de Villeneuve dans une chambre, pendant un an, le château de Villeneuve-Lembron va vous foutre les jetons: sueurs froides, chair de poule, peur au ventre, ici, on se joue du visiteur en ressuscitant les lanternes magiques, invention qui amuse beaucoup au XIXe siècle.
L’invention de la photographie dans les années 1830 a aussi beaucoup inspiré les chasseurs de fantômes et nourri les fantasmes des amateurs de spiritisme, pratique apparue aux Etats Unis en 1848. Et si la technologie pouvait prouver l’existence de l’au-delà. Saurez-vous vous laisser duper aussi?
Pas de doute, on ressort du château de Villeneuve-Lembron hanté par cette exposition, qui frappe les esprits.

Sinon c’est la 20e édition de « Jazz aux sources » qui transporte la Nouvelle Orleans dans les rues de Châtel Guyon. Festival qui enregistre 700 concerts depuis vingt weekends de pentecôte! Jusqu’à lundi, bars et rues de la ville seront tour à tour investis par les Marina & The Kats, le tromboniste, trompettiste et multi instrumentiste hongrois Attila Korb et son Rollini Project… ou encore des Oignons, qui ne vous feront pas pleurer, au contraire…

 

11 Mai

PILS is Memory

Jusqu’au 31 octobre 2018, le musée des Arts d’Afrique et d’Asie à Vichy fête le dragon

Le Musée des Arts d’Afrique et d’Asie à Vichy propose de nouvelles expositions et parmi elles, l’exposition « Dragon » qui revient au travers d’objets, de tableaux et de sculptures sur les différentes représentations de cette créature légendaire qui suscite  croyances et sentiments différents selon la partie du monde dans laquelle on se trouve.

Autre exposition à découvrir dans le musée vichyssois, « Afriques, collections missionnaires », une exposition qui permet au visiteur de revenir sur l’histoire du musée, créé par l’association de la maison du missionnaire, Association riche d’une grande collection d’objets rapportés à vichy à partir des années 20 par des missionnaires alors en cure dans la ville d’eau.

La mémoire aussi vive que l’eau à Vichy

C’était la 170e fois que le comédien et danseur Patrice de Bénédéttii jouait son spectacle « Jean » devant un monument au mort. C’était aussi le 8 mai, jour idéal pour témoigner des horreurs de la guerre. C’était aussi l’un des nombreux spectacles que propose pour la cinquième année le festival « Water is Memory« , un festival qui n’a pas peur d’interroger le passé. Performance dans un Zoo d’humains, conférence et bus de la mémoire qui rappelle l’histoire de Vichy à chaque escale, le festival de la Compagnie procédé Zèbre a pris l’eau comme conducteur d’une parole encore indispensable. A découvrir jusqu’au 27 mai prochain.

Sinon, commence la semaine prochaine le festival les Irrépressibles à Riom et Ménétrol dans le Puy-de-Dôme. Septième édition de ce festival qui met l’honneur le burlesque et la figure du Clown. Vous pourrez y voir par exemple le duo Jacqueline et Marcel qui jouera L’Ours de Tchekhov aux Abattoirs, un concert burlesque avec « Les Frères Jacquard » ou encore le couple très drôle « Pétrolina et Mascarpone » de la compagnie Ahoui.

AGENDA

Sinon, Samedi 12 mai, grande soirée Green Piste Records, le label alti-ligérien invite DJ Gambeat et programme entre autres le groupe de folk rock ethnique Selebyon.

Le groupe Calle Allegria sort un nouvel album… Intitulé « Présente! », l’album sera fêté lors d’un concert à La Baie des Singes à Cournon-d’Auvergne, le 17 mai prochain.

Mais avant cela vous pourrez profiter du concert de Dominique A à la Coopérative de Mai à Clermont-Ferrand, prévu mardi 15 mai.

Même jour non loin de là, toujours à Clermont-Ferrand, le groupe Lords of Altamont fera exploser les encenintes du BombShell.

13 Avr

Une bonne récolte de Mauvaises Graines dans PILS

Le groupe Selebyon donne son premier grand concert lors du festival des Mauvaises Graines à Chadrac en Haute-Loire

La Maison pour Tous de Chadrac s’est transformé pour la 8e édition du Festival Les Mauvaises Graines. Jusqu’à samedi soir, une dizaine d’artistes se partagent la scène de la salle alti-ligérienne.

L’histoire d’Haiku se déroule en passant d’une ombre à l’autre sans jamais perdre le fil de sa poésie. Un spectacle d’ouverture qui donne le ton du festival Mauvaises Graines: artiste émergeant ou confirmé, c’est surtout pour leur créativité qu’ils ont rejoints la programmation écclectique de ce festival qui fête cette année sa huitième édition. Un festival qui récolte aussi ses mauvaises graines parmi la scène locale: le public peut y découvrir le groupe Selebyon et son folk rock ponot-sénéglais.

Des expositions à ne pas manquer dans la région

Pendant les vacances de printemps, il y peu de propositions pour sortir alors c’est l’occasion ou jamais de pousser les portes des musées, quelques grosses expositions méritent le détour, comme celle du FRAC Auvergne, Reste l’air et le monde, qui propose de redécouvrir la riche collection du fonds d’art contemporain d’Auvergne jusqu’au 17 juin 2018.

Une exposition accompagnée d’une autre au FRAC, celle du cinéaste Clément Cogitore Reste l’air et les formes. Deux films courts vous sont proposés dont Les Indes Galantes, film présenté au dernier festival du court métrage où l’on voit des danseurs de Krump s’emparer de la musique de Rameau.

Au Marq (Musée d’Art Roger Quillot) à Clermont-Ferrand, vous pouvez revivre l’amitié de deux artistes du début du siècle dernier, Edouard Vuillard et Ker-Xavier Roussel. Ils ont peint les paysages de leur vie et vous font voyager dans leur intimité jusqu’au 24 juin prochain.

Au Centre National du Costume de Scène à Moulins, l’exposition contes de fees vous proposent de découvrir les costumes des ballets et opéras inspirés des plus grands contes de princes et de princesses: de Cendrillon à Alice aux Pays des merveilles, une exposition à découvrir jusqu’à mi septembre 2018.

Enfin, Jusqu’au 30 novembre l’artiste peintre Thérèse Bisch nous raconte la Grande Guerre dans ces toiles exposées au Musée d’art d’Aurillac.

30 Mar

Les PILS admirent les paysages du Musée d’Art Roger Quillot

Dans PILS, cette semaine, Valérie Mathieu et Richard Beaune nous conduisent vers la nouvelle exposition du Musée d’art Roger Quillot et nous font découvrir un festival 100% scène rock féminine, Les Femmes s’en mêlent.

Au Musée d’art Roger Quillot, c’est l’amitié de deux peintres qui est célébrée: une exposition montre les paysages dans lesquels Edouard Vuillard et Ker-Xavier Roussel ont passé leurs vies et qu’ils ont peint tour à tour fidèlement ou en les transfigurant. Des paysages qui illustrent leurs vies respectives mais aussi des paysages qui montrent l’évolution de l’art en ce début de 20ème siècle. Une exposition à découvrir jusqu’au 23 juin 2018.

« Les Femmes s’en mêlent », c’est un festival qui met en avant la scène féminine depuis vingt ans. Depuis le premier concert le 8 mars 1997 à Paris, le festival s’est exporté dans un grand nombre de villes en France et s’étale désormais sur deux mois. Cette année, c’est le Baraka, club 100% féminin qui accueille l’une des dates de cette 21ème édition du Festival. Au programme, Pack AD, groupe canadien et Fuck It, groupe clermontois.

Une nouvelle galerie a vu le jour à Clermont-Ferrand, La Rosa da Rua, une galerie Place du Terrail qui ne propose que des expositions éphémères et qui a été investit par deux artistes, Keymi et Motte, très connu à Clermont-Ferrand pour les œuvres qu’ils ont peint sur les murs de la ville. On peut voir les œuvres de Keymi sur les murs de l’Hotel Dieu et les deux artistes ont aussi réalisé une grande fresque le long du tramway.
Ils exposent leurs travaux d’ateliers dans cette galerie clermontoise jusqu’au dimanche 1er Avril.

16 Mar

Vidéoformes déforme des formes à Clermont-Ferrand

L’artiste allemand Philipp Artus devant son installation interactive « Flora » pour le festival Vidéoformes à Clermont-Ferrand – Photo: Cédric Munro

Le Festival Vidéoformes investit une dizaine de lieux à Clermont-Ferrand et regroupe plusieurs dizaines d’artistes vidéastes, en compétition ou en exposition.

Jusqu’au 31 mars, le festival Vidéoformes présente une sélection de vidéos d’art du monde entier et une série d’expositions dont beaucoup sont interactives et poussent même le spectateur à devenir lui-même artiste. C’est le cas avec l’installation interactive Flora de l’allemand Philipp Artus: muni d’une tablette numérique, vous êtes invité à générer des formes mais attention, Flora est aussi un instrument visuel qui peut révéler votre personnalité. Une installation à découvrir à la Galerie l’Air du Temps, galerie installée à la Chapelle de l’Oratoire, dont la réouverture date de l’édition précédente.

Cette année, Vidéoformes vous fait aussi Dieu tout puissant, créateur d’une humanité aux milles visages avec le duo d’artistes Scenocosme. Une oeuvre troublante à découvrir Salle Gaillard, tout comme l’installation de Phyllis Baldino, Nothing From The Future. Pour et avec Vidéoformes, l’artiste américaine présente deux installations dont Nothing from the Future, qui pourrait se traduire par aucune nouvelles de l’avenir, une installation qui ne nous apprend rien et c’est justement ça que l’artiste voulait montrer avec sa collection d’écrans tactiles sur lesquelles notre société passe son temps sans jamais ne rien trouver.

Tout le programme est à découvrir sur le site du Festival Vidéoformes.

13 Fév

40ème Festival du Court-métrage: 5 films à retenir

Certes il y a le palmarès et les choix des jurys qui nous permettent de voir des films que nous n’avions pas forcément remarqués dans les différentes sélections et puis il y a les films qui nous ont touchés en tant que spectateurs. Voici donc les 5 films de la rédaction commentés par les réalisateurs eux-mêmes.

1. Gros chagrin de Céline Devaux

Ça va passer. On s’en remet. Jean fête son anniversaire, boit trop et se souvient du week-end désastreux qui a mené à sa rupture avec Mathilde. Voilà le pitch du dernier film que la réalisatrice Céline Devaux est venu défendre à Clermont-Ferrand. Un film qui nous parle de chagrin d’amour et dont le sujet nous parle autant que celui de son précédent film moult fois récompensé: Le repas dominical.

2. Bonobo de Zoël Aeschbacher

Ce film a reçu les faveurs des festivaliers et couronné du prix du public. Bonobo, c’est un film choral sur différents personnages vivant dans le même logement social et tous à la recherche de bonheur et de sens.

3. Les Ondes noires d’Ismaël Joffroy Chandoutis

En compétition labo, ce documentaire nous raconte de façon magistralement belle comment notre société ultra-connectée où les ondes ont envahi presque tous les espaces ont poussé un certain nombre de personnes à s’isoler du reste du monde. Trois personnes intolérantes aux radiations électromagnétiques témoignent de leur survie au sein d’un monde qui leur semble de plus en plus inaccessible.

4. J’attends Jupiter d’Agathe Riedinger

Liane vient d’apprendre qu’elle est retenue pour le second tour d’un casting de télé-réalité. Persuadée que sa vraie vie va enfin commencer, elle se déleste de tout ce qui l’entoure pour embrasser ce grand chamboulement. Agathe Riedinger nous dresse un portrait radical de la jeunesse.

5. Prends mon poing de Sarah Al Atassi

Pour nous parler de Prends mon poing, la réalisatrice Sarah Al Atassi est venue à notre rencontre accompagnée de son comédien principal, celui qui dans le film interprète un Bilal à fleur de peau, Michel Mhanna Santoni. Bilal est marginal, violent, et vit au milieu de nulle part entre boisson, baise et baston. Il pense avec ses poings. Un jour, il tombe sur un rival qui lui résiste. L’affrontement se dansera à deux.

26 Jan

Europavox 2.0 et J.Aubertin, c’est dans P.I.L.S.

Cette semaine, les fous du volant vous déroulent le programme du prochain Europavox, un festival clermontois complètement repensé. Ils roulent aussi pour J.Aubertin, un jeune songwriter clermontois qui sort un E.P. ce 26 janvier 2018.

 


Par ordre d’apparition dans PILS: Richard Beaune, Valérie Mathieu, Didier Veillault et J. Aubertin. 

C’est sur la pelouse de la place du 1er Mai à Clermont-Ferrand que l’équipe d’Europavox a mené le cortège de journalistes avec une bonne et une mauvaise nouvelle à annoncer:
La mauvaise? Il n’y aura pas de concert au Stade Michelin cette année, mais fort du très gros succès de l’édition précédente, les organisateurs ont décidé de mettre tout le monde dehors: un festival en plein air, avec une scène d’une jauge de 10 à 15 000 personnes.

Etienne Daho, Orelsan, Brigitte, Lomepal, Rilès et les autres…

Quelques noms d’artistes ont été dévoilés, et si toutes les têtes d’affiches ne sont pas encore choisies (d’autres noms à venir en avril), on sait d’ores et déjà qu’Etienne Daho fera partie de cette grande fiesta à l’extérieur et que le rappeur Orelsan devrait conclure en beauté l’édition 2018 qui se déroulera du 28 juin au 1er juillet.

J.Aubertin, un américain à Clermont

C’est l’Amérique qui susurre à l’oreille de J.Aubertin, ce clermontois qui s’est mis à la guitare vers 17 ans et qui sort, sept ans plus tard son premier E.P., Bringers of the light, six chansons qui sentent bon les grands espaces américains. Le jeune songwriter a enregistré sa première création dans un studio dans le Colorado aux Etats-Unis, lors d’une tournée où il faisait les premières parties des concerts d’un autre folkeux de talent Willy Tea Taylor.

Le jeune homme présentera cet EP au Chapelier Toqué à Clermont-Ferrand le 2 février 2018, en compagnie de Dan’O’Sonic et de Tzapluzaïres. Il jouera également à la Coopérative de Mai le 16 février 2018 à l’occasion du Showcase Club #4.

22 Déc

PILS de Noël, the most wonderful time of the year

Pour Noël, Valérie Mathieu et Richard Beaune mettent la voiture de PILS entre les rênes d'un renne chantant...

Pour Noël, Valérie Mathieu et Richard Beaune mettent la voiture de PILS entre les rênes d’un renne chantant…

C’est Noël et l’équipe de PILS déboule avec une voiture chargée de cadeaux… Un concert de Noêl de l’Orchestre d’Auvergne et du Centre Lyrique, un clip du groupe clermontois Païaka et un renne chantant… Joyeux Noël.


C’est une tradition pour les fêtes : le concert de noël à l’Opéra de Clermont-Ferrand. Cette année, une sérénade de Vivaldi, donnée pour la première fois à l’ambassade de Venise : la Senna Festeggiante.
Pour diriger cette coproduction Orchestre d’Auvergne et Centre Lyrique Clermont-Auvergne, un jeune chef et claveciniste anglais : Jonathan Cohen. Le Centre Lyrique, lui apporte des voix d’excellence à ce programme dont la soprano hongroise Emoke Barath.

Un projet au budget élevé qu’il était donc important de coproduire, un très beau cadeau de l’orchestre d’auvergne et du centre lyrique pour fêter Noël le 22 décembre.

Le groupe clermontois Païaka dévoile un clip tourné à l’opéra de Clermont-Ferrand. Le nouvel album « The Line » sort le 9 février 2018 et Païaka y affirme sa diversité.

Paiaka sera en tournée dans toute la France en 2018 pour présenter The Line. Avec une halte à la Coopérative de Mai à Clermont le 3 mars.

AGENDA:

Pas de Muriel Robin ni de Michèle Laroque comme nous vous l’avions par erreur annoncé la semaine dernière à la Baie des Singes mais Didier Benureau vendredi 22 décembre dans la salle des fous rires de Cournon d’Auvergne.

L’humoriste Philippe Chevallier sera sans Laspales pour son spectacle Chevallier au Backstep à Vichy vendredi 22 et samedi 23 décembre.

Mardi 26 décembre, l’orchestre Paris Classik investira l’église Saint-Genes des Carmes à Clermont-Ferrand.

Et le lundi 1er janvier, passez vos nuits d’été chez Berlioz avec l’ensemble Capella Forensis à l’église Saint-Genes de Thiers.

 

01 Juin

Le lumineux Philippe Decouflé à la Comédie de Clermont

PILS_Decoufle-00_00_10_17Le chorégraphe Philippe Decouflé est de retour à Clermont-Ferrand pour présenter ses « Nouvelles pièces courtes ». Après « Panorama » et « Contact », l’artiste livre un travail plus personnel et toujours aussi débordant d’idées.

Les histoires se succèdent sur la scène de la Maison de la Culture et le public les dévore des yeux comme des gourmandises. Pas de doute, c’est bien un spectacle de Philippe Decouflé: En trois pas de danses, une idée géniale et des couleurs, l’artiste nous attrape et ne nous lâche plus.

La première pièce courte met en scène un duo de danseurs qui se trouvent être aussi des musiciens et tout se met à tourner sous nos yeux: la musique se déroule au fil des gestes sur un  piano ou sous une flûte traversière. Une nouvelle pièce courte nous montre tout ce qu’on peut faire avec des danseurs quand on les met dans un trou, quand une autre nous emmène en voyage à Tokyo… A priori rien à voir entre toutes ces bulles de bonheur et d’ailleurs le chorégraphe n’a pas cherché à trouver une cohérence entre elles et ne les présentent jamais dans le même ordre. Pourtant, c’est de lui qu’il parle dans chacune d’elles et davantage des ces pièces que dans ses précédents spectacles, nous a-t-il confié. Il convoque Vivaldi, le compositeur préféré de sa mère disparue, il fait dansé son ancien amour, il raconte son voyage au Japon, le chorégraphe est derrière tout ça et pour une fois, nous le montre.

Difficile de ne pas succomber au charme de cet artiste jamais à sec d’idées nouvelles et à Clermont-Ferrand, le premier soir des trois représentations qui affichent complet, Philippe Decouflé a une nouvelle fois envoyé son public au septième ciel.


Philippe Decouflé Nouvelles Pièces Courtes


PILS du 2 juin 2017