03 Mar

Wauquiez vu en « bon président » par 15% des Français, loin derrière Juppé (48%)

Libération a demandé à l’institut de sondages Viavoice d’enquêter auprès des Français pour savoir qui ils voyaient comme un potentiel « bon président de la République ». Pour près de la moitié d’entre eux (48%), c’est Alain Juppé qui parait le mieux armé pour la fonction. Le maire UMP de Bordeaux devance Manuel Valls (40%) et Nicolas Sarkozy (37%). Plus loin derrière, entre Xavier Bertrand et Jean-Luc Mélenchon, arrive Laurent Wauquiez. Le député-maire du Puy-en-Velay recueille 15% d’opinion positive.

Sondage effectué en ligne du 18 au 23 février, auprès d’un échantillon de 1 000 personnes, représentatif de la population française de 18 ans et plus (méthode des quotas).

26 Sep

L’UMP Jean-Pierre Brenas veut « une métropole arverne » allant de Vichy à Issoire

Jean-Pierre BrenasChef de file de l’opposition clermontoise, l’UMP Jean-Pierre Brenas était l’invité du Club de la Presse d’Auvergne, vendredi, au lendemain du premier meeting marquant le retour officiel de Nicolas Sarkozy dans le jeu politique. Le conseiller municipal a évoqué son soutien à l’ancien chef de l’Etat mais il a aussi évoqué la vie locale et les prochaines échéances électorales, notamment les Départementales de mars 2015. Un scrutin auquel il n’exclut pas de participer.

Sarko 2, le retour

« Je constate que le pays est dans une ambiance politique cataclysmique. La Gauche, au gouvernement, est extrêmement fragilisée, on a une montée en puissance de Marine Le Pen. Les Français expriment de la colère, du rejet, du désarroi« , explique Jean-Pierre Brenas. L’élu clermontois estime que « dans ce contexte là, on a besoin d’un chef (…) qui fasse preuve d’autorité, de volontarisme et qui ait surtout des idées nouvelles« . Pour lui, Nicolas Sarkozy a le profil idéal et c’est pour cette raison qu’il a décidé de s’engager à ses côtés « en le parrainant« . La volonté du candidat à la présidence de l’UMP de refonder un parti qui « aille au-delà » de son périmètre actuel, en ouvrant la porte au Centre, a fini de le convaincre. Enfin, seul Nicolas Sarkozy semble pourvoir redonner à la présidence de la République une crédibilité que Jean-Pierre Brenas trouve mise à mal par l’actuel locataire de l’Elysée. François Hollande « n’a pas la stature d’un président de la République« , constate-t-il, « c’est un président normal qui fait un quinquennat anormal« .

Une métropole arverne pour demain

Sur le plan local, Jean-Pierre Brenas a ré-affiché sa vision de Clermont demain. Il y a nécessité, selon lui, de bâtir une grande « Métropole Arverne » qui aille de Vichy à Issoire en intégrant Riom, Clermont-Ferrand et Thiers. Il veut dépasser le clivage Gauche/Droite sur cette question. Au passage, il égratigne tout de même le nouveau maire de Clermont-Ferrand, le socialiste Olivier Bianchi, qui a « fait un effet d’annonce en disant que Clermont allait passer en communauté urbaine« . C’est un effet mécanique affirme son principal opposant puisque le seuil a été abaissé de 450 000 à 250 000 habitants. « Ce n’est pas parce que Clermont a connu une croissance« , dit-il. Le conseiller municipal UMP estime que « la métropole arverne apportera du pouvoir d’achat en diminuant le nombre d’élus et les frais de fonctionnement« . Il veut également créer un dynamisme qui attire les populations.

Olivier Bianchi ressemble à son mentor François Hollande.

Le sourire en coin, Jean-Pierre Brenas a évoqué l’action de l’actuel maire de Clermont-Ferrand. Refusant de le critiquer car « la politique politicienne exaspère les gens« , l’élu UMP a préféré « lui faire des compliments ». « Il ressemble à son mentor François Hollande« , lance-t-il. « Il est comme lui, un peu d’humour, pas très courageux, pas très volontariste, pas beaucoup d’énergie, il est politiquement mou », poursuit-il. Le maire socialiste « attend les vents de la croissance à Clermont-Ferrand » mais Jean-Pierre Brenas considère « que malheureusement on ne prépare pas l’avenir sans énergie, courage et volontarisme« . Selon lui, Olivier Bianchi « n’a pas la gnaque pour faire décoller la ville, il n’a pas de cap« .

Les élections départementales et régionales

Enfin, Jean-Pierre Brenas n’a aucun doute sur le fait que « les élections régionales sont gagnables » en décembre et que le département du Puy-de-Dôme, à Gauche actuellement, peut basculer en mars prochain. Sur ce point, l’union UDI/UMP est « indispensable pour gagner des cantons« . Enfin, sera-t-il lui-même candidat? « Je ne sais pas encore », affirme-t-il, « ce sera le fruit des discussions ». Et quand le fruit sera mûr, sur quel canton se voit-il tenter sa chance? « Sur le canton Clermont sud-ouest, il y a beaucoup à faire…« 

11 Sep

Laurent Wauquiez: « Si le président de la République était responsable, il remettrait sa crédibilité politique et démocratique sur la table »

STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Au lendemain de l’annonce de son soutien à Nicolas Sarkozy pour la présidence de l’UMP, Laurent Wauquiez était l’invité du Jean-Jacques Bourdin sur RMC Info. Le député-maire du Puy-en-Velay a demandé que François Hollande tire les leçons de l’ambiance générale qui règne dans le pays.

Si le président de la République était responsable, il remettrait sa crédibilité politique et démocratique sur la table.

« Si le président de la République était responsable, il remettrait sa crédibilité politique et démocratique sur la table« , a ainsi dit Laurent Wauquiez. Si « ce ne sont pas les sondages » qui gouvernent, « c’est l’accumulation » qui pose problème selon l’élu auvergnat. Il estime que l’absence de confiance, « les vaudevilles qui s’accumulent, une explosion économique, des promesses » (sous-entendu non-tenues) sont autant de raisons qui doivent faire réagir au plus haut sommet de l’Etat. « Il nous a promis la pause fiscale cette année, il nous a promis l’inversion de la courbe du chômage, il nous a promis l’exemplarité« , poursuit Laurent Wauquiez selon qui la dissolution de l’Assemblée Nationale et le départ de François Hollande en cas de défaite de la gauche sont aujourd’hui devenus nécessaires.

Je refuse qu’un étranger en situation irrégulière ait accès gratuitement à tout notre système de santé.

Concernant les économies que pourrait réaliser l’Etat pour réduire son déficit, Laurent Wauquiez a présenté quelques pistes. L’une d’entre elles concernent la santé. L’ancien ministre de la Recherche pointe du doigt « l’aide médicale d’Etat, qui vaut quasiment un milliard d’euros pour des étrangers en situation irrégulière« . « Il faut le supprimer« , affirme-t-il, « je refuse qu’un étranger en situation irrégulière ait accès gratuitement à tout notre système de santé« . « L’Accès quasi gratuit aux services de santé est assez déresponsabilisant, je pense que ça on ne peut plus se le payer« , poursuit l’édile ponot.

Enfin, évoquant son long silence médiatique durant l’été, Laurent Wauquiez a simplement dit que « quand on s’exprime, il faut que ça ait du sens« , « on a beaucoup trop de politiques qui bavardent, qui parlent à tire-larigot« . Quelques secondes de plus et il citait Coluche, Laurent Wauquiez: « de tous ceux qui n’ont rien à dire, les plus intéressants sont ceux qui se taisent« , disait autrefois l’humoriste.

 

03 Sep

Brice Hortefeux n’est « pas sûr » de lire le livre de Valérie Trierweiler

Crédit photo: AFP PHOTO / JEAN PIERRE MULLER

Crédit photo: AFP PHOTO / JEAN PIERRE MULLER

Brice Hortefeux a choisi France Info pour faire sa rentrée politique mercredi matin. Invité à répondre aux questions de Jean-François Achilli, le conseiller régional UMP d’Auvergne et eurodéputé s’est dit « surpris » par la parution du livre de Valérie Trierweiler. « Je ne suis pas sûr de le lire » a reconnu le compagnon de route de Nicolas Sarkozy.

C’est le tempérament d’un homme qui est décrit, ce cynisme et cette indifférence, à l’évidence, sont préoccupants.

Dans « Merci pour ce moment » (Les Arènes) à paraître le 4 septembre, l’ex compagne de François Hollande raconte ses années passées auprès du chef de l’Etat. Une histoire qui ne semble pas particulièrement intéresser Brice Hortefeux même s’il admet que les propos tenus par « une personnalité qui par définition le connaît bien » sont de nature à le conforter dans l’opinion qu’il a du président de la République. « François Hollande est dépeint comme cynique et indifférent et l’auteure souhaite visiblement que ça se sache« , dit l’élu auvergnat. Il ajoute: « je ne suis pas sûr que nous devions commenter les aspects de la vie privée mais là, visiblement, c’est le tempérament d’un homme qui est décrit, ce cynisme et cette indifférence, à l’évidence, sont préoccupants« .

22 Juil

Brice Hortefeux, parrain des « Jeunes avec Nicolas Sarkozy »

Brice Hortefeux et Nora Berra, le 5 juillet 2014 (Photo: AFP PHOTO / GUILLAUME SOUVANT)

Brice Hortefeux et Nora Berra, le 5 juillet 2014 (Photo: AFP PHOTO / GUILLAUME SOUVANT)

L’ancienne secrétaire d’Etat à la Jeuness, Nora Berra, a créé une association avec l’aval de l’ancien président. Cette association porte le nom de « Jeunes avec Nicolas Sarkozy » et elle doit « fédérer la jeunesse qui a envie du retour » de celui qui a dirigé la France entre 2007 et 2012.

A l’AFP, Nora Berra a confié qu’elle a été « beaucoup interpellée par des jeunes » qui lui ont dit: « On se reconnaît dans ce que Nicolas Sarkozy a fait pour les jeunes« . Selon elle, « Nicolas Sarkozy suscite vraiment un désir, chez les jeunes mais aussi chez de nombreux Français« .

L’ancien chef de l’Etat « a approuvé » le lancement de cette association lors d’un rendez-vous début juillet avec Nora Berra. La présidence de l’association a été confiée au Lyonnais Antoine Guérin, alors que Brice Hortefeux, qui préside par ailleurs « Les amis de Nicolas Sarkozy », est le parrain de l’association.

03 Juil

Brice Hortefeux: « Nicolas Sarkozy est un atout et une chance pour notre pays »

Brice Hortefeux et Nicolas Sarkozy, le 3 juin 2010. (Crédit photo: MaxPPP)

Brice Hortefeux et Nicolas Sarkozy, le 3 juin 2010. (Crédit photo: MaxPPP)

Le fidèle parmi les fidèles, Brice Hortefeux, a réagi à l’interview accordée par Nicolas Sarkozy à Europe 1 et TF1 au lendemain de sa triple mise en examen. Le conseiller régional d’Auvergne a estimé que « ceux qui doutaient sont rassurés » et « ceux qui étaient convaincus sont renforcés« .

En revanche, l’eurodéputé UMP ne semble pas en phase avec une majorité des français. Alors que l’ancien ministre de l’intérieur affirme que « plus que jamais, Nicolas Sarkozy est un atout et une chance pour notre pays« , un sondage CSA/BFM TV rapporte que 65% des Français sont contre un retour dans la vie politique de l’ancien président de la République.

25 Jan

Brice Hortefeux : « Le président de la République nous vend un tournant mais il nous donne le tournis »

Brice Hortefeux en a assez de la spirale de l’échec ! Invité du club de la presse d’Auvergne, vendredi matin, le vice-président de l’UMP a lancé « un appel solennel à la raison » à Clermont-Ferrand et « la raison c’est l’union » a-t-il dit. Quelques jours après la présentation de la liste « Pôle Central », il « propose à Jean-Pierre Brenas et Gilles-Jean Portejoie et Michel Fanget une rencontre, la plus rapide possible, afin de construire ensemble l’union, afin d’adopter le projet du renouveau et de rassembler une équipe gagnante« . Continuer la lecture

27 Juin

Brice Hortefeux estime que « le pouvoir politique a eu raison de chercher une solution » dans le litige Crédit Lyonnais/Bernard Tapie

Invité sur iTélé, jeudi matin, Brice Hortefeux a donné son avis au sujet de l’arbitrage dans le litige Crédit Lyonnais/Bernard Tapie. Pour le conseiller régional d’Auvergne, et vice-président de l’UMP, « le pouvoir politique a eu raison de chercher une solution pour mettre fin à une affaire qui coutait aux contribuables chaque année« .

Alors que le gouvernement souhaite engager un recours en révision contre cet arbitrage qui a accordé, en 2008, plus de 400 millions d’euros à l’homme d’affaire, Brice Hortefeux estime que « les modalités, les montants relèvent des arbitres mais pas du pouvoir public » défendant ainsi l’initiative prise sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

« Ce qui aurait été choquant, ajoute l’élu auvergnat, c’est que les pouvoirs publics n’interviennent pas pour mettre fin à une affaire qui datait de près de vingt ans, qui coutait des millions d’euros en honoraires d’avocats et donc aux contribuables et qui, mécaniquement, rajoutait à la facture dix millions d’euros par an« .

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

07 Juin

Législatives 2012, les débats : 2ème circonscription du Puy-de-Dôme

A l’occasion des élections législatives, France 3 Auvergne organise douze débats, un par circonscription. Retrouvez ici celui qui concerne la 2ème circonscription du Puy-de-Dôme. Les invités sont Lionel Müller (UMP), Christine Pirès-Beaune (PS), Pascal Estier (Front de Gauche) et Steve Giannetti (Centre pour la France-MoDem, suppléant d’Anne-Marie Regnoux). Ce débat est animé par Yannick Kusy (rédacteur en chef adjoint) et Stéphane Moccozet (journaliste de France 3 Auvergne).

Ce débat a été enregistré le jeudi 7 juin 2012


Législatives 2012, les débats : 2ème… par France3Auvergne

Les autres candidats :

Gisèle Dupré (Nouveau Centre), Marie-Françoise Joët (Mouvement Ecologiste Indépendant), Dominique Leclair (Lutte Ouvrière), Agnès Mollon (EELV), Jacques Montel (Alliance Ecologiste Indépendante), Gérald Perignon (FN), Audrey Pierrot (Sans étiquette)