08 Déc

Pils roule toujours d’un spectacle à une expo

IMG_2364

La voiture de pils est restée à Clermont-Ferrand cette semaine : Mozart s’invite à la maison de quartier de Croix de Neyrat avec le Centre Lyrique Clermont Auvergne et six artistes locaux regroupent leurs créations originales dans une exposition au centre Camille Claudel : Art Auvergne Connection.


Pils du 8 décembre 2017

Depuis 2015, désireux de sensibiliser un plus large public, le Centre Lyrique Clermont-Auvergne multiplie ses actions de sensibilisation en se tournant vers les structures socio-culturelles des quartiers prioritaires de la ville. « Lyrique en quartier(s) », ainsi s’appelle l’initiative, se déplaçait à la Maison de Quartier de Croix-de-Neyrat à Clermont-Ferrand pour un spectacle autour de Mozart.

 


Lyrique en quartier

 

L’union fait la force : au Centre Camille Claudel à Clermont-Ferrand, six artistes locaux (Plume, Chris Art, Genski, Neko, Yann Pinstriping et Timmy Willy) se sont regroupés pour créer Art Auvergne Connection. Une exposition conçue comme un parcours dans les différentes techniques de création de ces artistes et certaines sont plutôt originales.

 


Expo Art Auvergne Connection

Art Auvergne Connection du 8 au 23 décembre 2017 puis du 2 au 20 janvier 2018.

01 Déc

PILS fait Comme John et fête le Prisme

Les deux Comme John nous ont reçus dans leur salon installé pour le lancement de leur nouvel album au Tremplin à Beaumont. Photo: R.Beaune

Les deux Comme John nous ont reçus dans leur salon installé pour le lancement de leur nouvel album au Tremplin à Beaumont. Photo: R.Beaune

La salle aurillacoise Le Prisme à 10 ans: ce lieu, c’est à la fois une salle de concert et un espace culturel à Aurillac. Le bâtiment a vu le jour en 2007 à l’initiative de la communauté d’agglomération. Quatre jours de fête sont prévus pour cet anniversaire (du 7 au 10 décembre). Mais ce n’est pas tout: le groupe clermontois Comme John revient avec un nouvel album et ces filles sont toujours aussi « enchantantes« .


PILS du 1er décembre

150 concerts organisés en 10 ans et 260 000 spectateurs accueillis, le Prisme à Aurillac a accueilli des pointures telles que Indochine, Yannick Noah, Benabar, -M-, Jean-Louis Aubert,Jacques Dutronc, Nolwenn Leroy ou encore Zazie. La liste est longue et ce n’est pas fini. Le weekend prochain, la salle fêtera ses 10 ans avec un programme chargé: au menu, les Wampas, Black M, une poignée de groupes du coin programmés par l’association Love me tendeur et même un feu d’artifice.


Le Prisme à Aurillac (15) a 10 ans

Elles s’appellent Comme John et comme John Lennon, elles chantaient beaucoup en anglais sur leur premier album il y a déjà deux ans de ça. Finalement, elles reviennent aujourd’hui avec des ribambelles de choses à raconter: Du coup est né une collection de dix ritournelles écrites en français.

Ce retour à la langue maternelle, c’est aussi le résultat de deux années folles où les soeurs se sont frotté à des professionnels et à un public, plus large, beaucoup plus large comme cette date à Belfort où elles ont joué devant un parterre d’environ 4000 personnes. Ces grandes filles viennent de lancer « Illusion » en grandes pompes sur la scène du Tremplin à Beaumont, elles seront à la Librairie des Volcans samedi 2 décembre et en première partie du groupe Aliose à La Coopérative de Mai mardi prochain.


Le duo clermontois Comme John sort un nouvel album

22 Sep

Tia nous traine jusque dans les bayous avec « Lil Bird »

tiaLa chanteuse clermontoise Tia, lauréate du prix Blues Passion en 2012, sort un nouveau disque qui nous emmène jusqu’aux rives du Mississippi.

Pendant deux jours, La petite Coopé a pris les airs louches et chaud d’un club de la Nouvelle Orléans: entourée de trois musiciens, Tia adapte à la scène les dix titres de son nouvel album Lil Bird. Des chansons faîtes des souvenirs de ses voyages outre atlantique, à la Nouvelle Orléans, où cette musique est née. Cet album, c’est une collection de photographies mais ce n’est pas pour autant une image d’Épinal que nous a ramené Tia de la Nouvelle Orléans, là-bas, on chante le blues comme on respire, c’est ce qu’elle nous raconte dans le reportage ci-dessous où vous pouvez par ailleurs découvrir deux titres de ce nouvel opus. Les trois musiciens qui l’accompagnent sont Marc Borghi aux claviers, Xavier Nikqi à la contrebasse et Marc Glomeau aux percussions.


Tia en résidence à la Coopérative de Mai

13 Juil

Pédale douce en Rosalie pour PILS

PILS_14_juillet-00_05_39_08

L’équipe de PILS est allé sur les bords de l’Allier à Vichy au volant d’une Rosalie pour vous présenter les festivals de l’été. Après les rendez-vous du mois de juillet la semaine dernière, Valérie Mathieu et Richard Beaune vous liste une bonne partie des festivals du mois d’Août en Auvergne.


Les festivals d’Août sont dans PILS
En Août, les festivités s’ouvrent le 5 au Monastier-sur-Gazeille en Haute Loire avec l’illustre festival de cuivres, 29e édition avec entre autres en ouverture le groupe ElectroPhazz.

Le mois d’Août classique commence dans les Combrailles le 7 avec le festival Bach en Combrailles qui comme son nom l’indique fête le compositeur allemand pour la 19e fois cette année…

Pour la fête, le 11 Août, tous à La Roquebrou pour le festival de Boogie Woogie, ou à Saugues, pour le festival Celte en Gévaudan qui invite cette année le groupe Matmatah.

Du 18 au 20 août, Montluçon célèbre la chanson française et le 26 août, les Fatals Picards font partie de la grande fête de Nonette
Enfin, deux grands rendez-vous au mois d’aout,le festival de la Chaise Dieu, 51 e édition, et bien sûr, le rendez-vous du théâtre de rue en Auvergne, ça se passe à Aurillac dans le Cantal.

 

07 Juil

Pils pédale pour un tour d’Auvergne des festivals

GOPR1222-00_00_57_05

C’est la saison des festivals et Pils a choisi quelques événements qui vont pimenter l’été auvergnat au mois de juillet.

Dès le 7 juillet, la musique prend d’assaut le pavé Thiernois. Pampariner c’est faire la fête en patois et les habitants de Thiers ne s’en privent pas : depuis vingt ans, la Pamparina programme une quarantaine de groupes sur trois jours. Des fanfares mettent l’ambiance dans la rue et des scènes en plein air accueillent artistes confirmés et jeunes talents. Cette année pour fêter son anniversaire, la Pamparina vous offre Maceo Parker!


Pils du 7 juillet

Quelques festivals en Auvergne au mois de juillet

CLASSIQUE

21 juin -23 juillet : Osez le classique dans l’Allier

13-16 juillet : Festival 6 cordes au fil de l’Allier

la guitare sous toutes ses formes d’expression à Chanteuges en Haute-Loire

16 juillet-13 aout : les monts de la madeleine  dans l’Allier

 

24-29 juillet : les fêtes musicales du château de Pionsat  dans le Puy-de-Dôme

POP ROCK

13 juillet : 13bis festival à la Chapelaude dans l’Allier

29 juillet : Wepachaba à Brout Vernet allier

CHANSONS

7-8 juillet : Live des brumes à Ste Sigolène en Haute-Loire

11-15 juillet : Les rencontres Marc Robine à Blanzat dans le Puy-de-Dôme

12-14 juillet : Les nuits de st jacques au Puy-en-Velay en Haute-Loire

FOLKLORE

12-16 juillet : la ronde des copains du monde   à Ambert dans le Puy-de-Dôme

17-23 juillet : festival Interfolk au Puy-en-Velay

 21-23 juillet : cultures du monde  à Gannat dans l’Allier

MUSIQUE DANSE THEATRE CIRQUE

12-16 juillet : Nuits de Rêve à Rosières en Haute-Loire

8 juillet-16 août : les Contre-plongées de l’été  à Clermont-Ferrand

JAZZ

19 au 22 juillet : Festi’jump cantal  à Aurillac

23 Juin

Le dernier « Soubresaut » du théâtre du Radeau s’installe au Cube

Le dernier spectacle du Théâtre du Radeau s'ouvre sur une glissade.

Le dernier spectacle du Théâtre du Radeau s’ouvre sur une glissade.

Le Cube à Hérisson accueille jusqu’à dimanche l’une des plus importantes compagnie de théâtre contemporain, le Théâtre du Radeau, qui présente sa dernière création, « Soubresaut ».

Dans la scène inaugurale de « Soubresaut », la dernière création de la Compagnie du radeau, les personnages glissent dans les dernières secousses du metteur en scène François Tanguy. Une scène où d’emblée, les images abondent et  nous interrogent: Que nous réserve Soubresaut? Pour le metteur en scène, ce soubresaut qui convoque plusieurs textes de grands auteurs comme le « Soubresauts » de Samuel Beckett, c’est une contraction du temps passé, présent et avenir.

Le passé de la Compagnie du Radeau, c’est aussi celui de Pierre Meunier qui en a fait partie bien avant d’installer sa compagnie « La Belle Meunière » au Cube à Hérisson dans l’Allier.  Le Cube, niché dans la campagne bourbonnaise, met en avant la création artistique depuis une trentaine d’années. Laboratoire où les compagnies viennent réfléchir, fabriquer et confronter leur nouvelles créations aux spectateurs, le Cube s’est doté d’un public expert, habitué à la création contemporaine.

Pour voir quelques images de « Soubresaut », c’est par ici:

Vend. 23 juin à 20h30, Sam. 24 juin à 20h30, Dim. 25 juin à 17h 

Infos et réservations: lecube.herisson@gmail.com TEL: 06 80 44 06 70

19 Mai

PILS se balade dans le monde de l’art clermontois

PILS_vendredi_19_mai-00_00_04_11

Ce weekend, les manifestations culturelles se bousculent dans la région. A Clermont-Ferrand par exemple, vous pouvez flâner d’ateliers d’artistes en ateliers d’artistes pour les Arts en Balade puis courir aux concerts d’Hippocampus.


PILS du 19 mai 2017

C’est une nouvelle fois au Campus des Cézeaux à Clermont-Ferrand, sous un chapiteau géant que le festival Hippocampus flanque sa prog festive: Dub Inc, Bon entendeur, Taïwan MC, La chose et L’Epicerie, deux jours de concerts par et pour les étudiants de Clermont et d’ailleurs.

C’est l’occasion de découvrir L’Epicerie, un groupe de rap clermontois qui ne se contente pas de faire de la musique mais, à l’aide du label EDN, créé en même temps que le groupe, fait aussi bouger la scène hip hop de Clermont-Ferrand.

C’est aussi ce weekend la 22e édition des Arts en Balade qui expose l’artiste plasticien Maxime Tauban à l’Espace Victoire ou encore le photographe Nicolas Anglade et la sculptrice Lison Barbier au Centre Culturel Camille Claudel.

 

 

 

 

21 Avr

La nouvelle Tôlerie veut nous décrocher la lune

Chaque trimestre, le collectif Non Breaking Space, en charge de la programmation de la Tôlerie pour trois ans, sortira un journal

Chaque trimestre, le collectif Non Breaking Space, en charge de la programmation de la Tôlerie pour trois ans, sortira un journal

Le lieu d’Art contemporain La Tôlerie rouvre après plusieurs mois de fermeture. Après une première décennie d’activités, la municipalité cherchait à donner une plus large cohérence à cet espace d’exposition et en a confié la programmation à l’association de trois organismes réunissant artistes et commissaires d’exposition qui se sont associés sous le nom « Non Breaking Space« . Pendant trois ans, la Tôlerie deviendra leur lieu d’expérimentation.

Pleins feux sur La Tôlerie… Pour inaugurer le nouveau départ de cet espace d’art contemporain, l’association Non Breaking Space a donné le feu vert à l’artiste Elisa Pône, qui réalise de œuvres pyrotechniques. Sa réalisation sur la façade en tôle du lieu s’intitule LesTeintesTorréfiéesdelaTôleTuméfiée et s’inspire d’un tableau de l’artiste d’avant-garde russe Olga Rozanova. Après avoir allumé la mèche, l’image s’est à petit feu dévoilée aux nombreux visiteurs venus au vernissage. C’est donc au coin du feu que les nombreux visiteurs ont vu s’embraser les premiers moments de La tôlerie 2.0. La Tôlerie, garage coincé dans un quartier clermontois, avait 10 ans. La municipalité a décidé de faire de ce lieu d’exposition un lieu d’expérimentation.

Le premier artiste invité par le collectif Non Breaking Space, c’est l’artiste allemand Veit Stratman: Son job, c’était de repenser l’éclairage du lieu. Voilà comment 32 néons se sont retrouvés suspendus sur le plafond de la Tôlerie. Trente-deux tubes qui tournent de 45°, chaque jour à 16h. Si la réalisation peut paraître déconcertante, c’est tout à fait voulu par l’artiste qui s’amuse avec la banalité des objets. Car si l’agencement de ces tubes fluorescents a été pensé comme une oeuvre d’art, le résultat peut très bien passé inaperçu et finalement n’avoir qu’une fonction aux yeux du visiteur, éclairer la salle.

Demander à la lune

Plus tard pendant la soirée d’inauguration, l’orchestre d’Auvergne a joué des ouvertures de symphonie pour l’ouverture de cette aventure. Une fois par mois, le public sera invité à pousser les portes de la Tôlerie pour voir ce qui s’y passe. Les rendez-vous sont donnés à chaque pleine lune. Pour Sharif Andoura, comédien qui joue les porte-paroles du collectif, « la lune aurait des influences sur l’agriculture donc pourquoi pas sur la culture… »

Pour ses visiteurs, le collectif Non Breaking Space ira-il jusqu’à leur décrocher la lune?
Concerts, performances, expositions, en trois ans, la Tôlerie va se transformer et peut-être nous transformer à tel point qu’on risque de voir la lune en plein midi.


La réouverture de la Tôlerie

Saison 1: LUMIERE!

Lumière! est le premier volet d’une programmation qui met en récit pendnat trois ans l’apparition d’un lieu d’art à partir de ses éléments fondamentaux: la lumière (2017), le sol (2018), et les murs (2019).

31 Mar

Cécile Coulon nous embrase en « Trois saisons d’orage »

Cecile Coulon« Trois saisons d’orage », c’est le titre du dernier roman de la clermontoise Cécile Coulon. A 26 ans, l’auteure sort son sixième livre et à chaque nouveau titre, le public et les critiques sont au diapason. Née en Auvergne, Cécile Coulon ne troquerait pas le confort de sa province contre une cage à poule à Paris (sic), une région qui l’a d’ailleurs inspirée pour ce drame familial.

Cécile Coulon nous explique qu’elle préfère une bonne image et une métaphore inspirée plutôt qu’une fastidieuse description. S’il y a quelque chose qui percute le lecteur des romans de la jeune clermontoise, c’est bien les images qu’elle nous balance à tour de bras à chaque paragraphe. A commencer par celle qui pose le décor: plutôt qu’un bled au milieu de nulle part, Cécile Coulon préfère parler d’une « pierre cassée au milieu d’un pays qui s’en fiche » pour nous mener jusqu’aux Fontaines, petit village qui n’attendait qu’elle pour s’écrire. « Les Fontaines » s’érige au milieu des « Trois Gueules », le pays originel, la page vierge sur laquelle l’écrivaine va poser ses personnages: André, Bénédict, Agnès, Bérangère, Maxime et Valère vont graver leur légende dans la roche qu’on extrait de ce coin perdu qui peut donner autant qu’il peut prendre.

Aux « Trois Gueules », comme dans la vie, les peines ruinent les joies et de ces ruines germent de nouvelles pousses de bonheur. Mais aussi comme dans la littérature, comme dans une tragédie grecque, le « destin », la « fatalité » se nichent à chaque interligne, ce curé qui n’arrête pas de nous dire que ça va mal tourner: on se prépare au pire dès la première page et quand l’incendie éclate, on se dit « c’est le destin! » Mais là, l’auteure nous contredit: s’ils en sont là, « c’est parce qu’ils ont le courage d’affronter ce qu’ils vivent« . Alors le lecteur, lui aussi, affronte comme il peut ces « Trois saisons d’orage » qui le foudroient, ce roman qui le bouleverse comme un coup de foudre.


Cécile Coulon parle de « Trois saisons d’orage »

« Trois saisons d’orage » de Cécile Coulon, Ed. Viviane Hamy

 

17 Mar

PILS s’invite au Festival Vidéoformes

Cette semaine, votre agenda culturel vous dit un maximum de choses sur le festival Vidéoformes dont les installations sont visibles jusqu’au 1er avril. Petit aperçu également de la nouvelle exposition événement du Musée d’Art Roger Quillot à Clermont-Ferrand.

 


PILS du 17 mars
Au Festival Vidéoformes, les œuvres prennent vie… Créer et procréer deviennent synonymes pour les artistes comme dans cette chapelle où l’iranienne Golnaz Behrouznia présente Lumina Fiction #2, un écosystème qui réagit et se transforme en présence du visiteur. L’oeuvre de Christine Maigne vit aussi: White Pulse respire sous nos yeux ébahis et crée le trouble chez le spectateur..
Performances, projections et expositions, d’ici le 1er avril, le plateau central de Clermont-Ferrand devient un immense laboratoire pour les artistes qui cherchent un monde non pas meilleur mais ailleurs.


Les artistes créent des mondes au Festival Vidéoformes

Après le succès des autoportraits du musée d’Orsay (65000 visiteurs quand même), le musée d’art Roger Quillot accueille 56 peintures provenant du musée des beaux-arts et d’archéologie de Besançon. Une collection exceptionnelle puisque c’est la plus ancienne collection publique de France créée en 1694, soit un siècle avant celle du Louvre. Goya, David, Ingres, Géricault ou Courbet, ils sont tous là et rangés dans leur mouvement respectifs, néoclassicisme,réalisme et ou romantisme, c’est tout un pan de l’histoire de la peinture des années 1790 aux années 1850 qu’on traverse en visitant cette exposition, à découvrir jusqu’au 3 septembre 2017.