27 Mar

Un printemps à La Coopérative de Mai

Jain sera à la Coopérative de Mai le 19 avril mais c'est déjà complet. Photo: MAXPPP

Jain sera à la Coopérative de Mai le 19 avril mais c’est déjà complet. Photo: MAXPPP

C’est le printemps à la Coopérative de Mai et les concerts fleurissent. Il n’y a qu’à se baisser pour en cueillir un gros bouquet de toutes les couleurs: rock, psyche, pop, chanson, jazz, etc… Une saison où l’on pourra applaudir le retour à Clermont-Ferrand de Bertrand Cantat, Camille ou Jain.

Mais pas seulement… La Coopérative de Mai distille dans sa programmation un certain de nombres de rendez-vous qui donnent l’impression aux Clermontois d’être un peu privilégiés. Ils auront par exemple la chance de voir débouler sur la scène clermontoise le groupe Thee Oh Sees (mercredi 10 mai 2017) qui, depuis une dizaine d’années, fait un barouf d’enfer autour du gourou de San Francisco John Dwyer. Le musicien prolifique a déjà pondu une bonne douzaine d’albums (18 en réalité), les deux derniers en date étant les deux pendants d’un même délire kautrock, A Weird Exits et An Odd Entrances ((Castle Face Records). Dans la série « fichtre, ils passent à Clermont eux aussi« , le duo anglais post-punk et hip hop Sleaford Mods qui à proprement parler ne machent pas ses mots. Si les Sex Pistols avaient été des rappeurs, ils seraient peut-être les Sleaford Mods, débitant des diatribes contre la société sur un rythme ultra-minimaliste. 

Ce printemps, le Jazz aura la classe du trompettiste Avishaï Cohen, qui partagera la scène ce soir-là (samedi 8 avril) avec le trio d’Alfredo Rodriguez. Pour la pop, trois donzelles super douées et à l’univers très marqué, Olivia Ruiz le 15 avril, Jain le 19 mais c’est d’ores et déjà complet et enfin Camille, qui revient avec un nouvel album (le 2 juin) et une nouvelle tournée, elle s’arrêtera à Clermont-Ferrand le 16 mai.

Vous pouvez faire votre marché en suivant ce lien.

 

17 Mar

PILS s’invite au Festival Vidéoformes

Cette semaine, votre agenda culturel vous dit un maximum de choses sur le festival Vidéoformes dont les installations sont visibles jusqu’au 1er avril. Petit aperçu également de la nouvelle exposition événement du Musée d’Art Roger Quillot à Clermont-Ferrand.

 


PILS du 17 mars
Au Festival Vidéoformes, les œuvres prennent vie… Créer et procréer deviennent synonymes pour les artistes comme dans cette chapelle où l’iranienne Golnaz Behrouznia présente Lumina Fiction #2, un écosystème qui réagit et se transforme en présence du visiteur. L’oeuvre de Christine Maigne vit aussi: White Pulse respire sous nos yeux ébahis et crée le trouble chez le spectateur..
Performances, projections et expositions, d’ici le 1er avril, le plateau central de Clermont-Ferrand devient un immense laboratoire pour les artistes qui cherchent un monde non pas meilleur mais ailleurs.


Les artistes créent des mondes au Festival Vidéoformes

Après le succès des autoportraits du musée d’Orsay (65000 visiteurs quand même), le musée d’art Roger Quillot accueille 56 peintures provenant du musée des beaux-arts et d’archéologie de Besançon. Une collection exceptionnelle puisque c’est la plus ancienne collection publique de France créée en 1694, soit un siècle avant celle du Louvre. Goya, David, Ingres, Géricault ou Courbet, ils sont tous là et rangés dans leur mouvement respectifs, néoclassicisme,réalisme et ou romantisme, c’est tout un pan de l’histoire de la peinture des années 1790 aux années 1850 qu’on traverse en visitant cette exposition, à découvrir jusqu’au 3 septembre 2017.

 

12 Mar

Trust, toujours convaincus et encore convaincants

Bernie Bonvoisin haranguant le public de la Coopérative de Mai à Clermont-Ferrrand pendant le titre emblématique de Trust , "Antisocial" Photo: Claude Fallas

Bernie Bonvoisin haranguant le public de la Coopérative de Mai à Clermont-Ferrrand pendant le titre emblématique de Trust , « Antisocial » Photo: Claude Fallas

Samedi soir, le groupe Trust a fait sonner son hymne « Antisocial » devant une Coopérative de Mai pleine à craquer. Le groupe contestataire, qui fête ses 40 ans de carrière, n’a rien perdu de sa verve et n’a pas renié ses idées.

En allant couvrir la venue du groupe Trust à Clermont-Ferrand, je ne m’attendais à rien de particulier et je me disais seulement qu’une fois de plus, quelques vieux briscards tentaient de renouer avec leur gloire passée. Mais je dois bien avouer que ma rencontre avec le chanteur Bernie Bonvoisin et le guitariste Norbert Krief dit « Nono » m’a prouvé qu’on pouvait fêter ses 60 balais sans pour autant renier le jeune con qu’on a été. Il y a 40 ans, Bernie hurlait sa colère contre un système vérolé de l’intérieur, contre la bourgeoisie, contre la répression et contre l’extrême droite. Quand on suit, même de loin, la campagne présidentielle, on se rend compte que le monde que Bernie contestait hier n’a pas beaucoup changé et que les vieux démons qu’il avait pris pour cible à 20 ans semblent prendre tout le lit aujourd’hui. Pire pour Bernie, il se pourrait même que ceux qui reprenaient en chœur « Antisocial » à l’époque soient aujourd’hui séduits par les idées de Marine le Pen.

Norbert Krief dit "Nono" guitariste de Trust à la Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand.

Norbert Krief dit « Nono » guitariste de Trust à la Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand.

Trust, groupe « anti » et entier

Alors Bernie Bonvoisin prend le temps de parler pendant ses concerts et n’hésite à remettre les choses à leur place car pour lui, si le FN a changé de sexe, il n’a pas changé de visage. C’est sans doute pour cette bonne raison qu’il enfonce le clou en écrivant un nouveau titre « F Haine » dont il fait reprendre le refrain au public à chacun de ses concerts: « La haine a une chevelure blonde qui surfe sur la vague marine« . L’auteur interprète nous rappelle que cette tournée l’a mené jusqu’à  Fréjus (où le maire FN David Racheline est en place depuis 2014) et que parfois, son discours crée quelques remous dans la salle. Mais Bernie, le bob vissé sur la tête et ses convictions chevillées au corps ne laisse rien passer: « Il faut s’impliquer mais ne pas porter de jugements sur les personnes qui votent comme ça, c’est sur le fond qu’il faut insister, sur les idées que ça dégage, l’islamophobie, l’homophobie, la haine de l’autre en général.« 

Fans de Trust, quoiqu’on devienne

Alors c’est sûr, les deux leaders du groupe, Bernie et Nono n’ont plus 20 ans mais les chansons comme « Marche ou crève« , « Préfabriqués« , « Le Mitard » ou « Antisocial » déchaînent encore les foules…
sans doute parce que la colère qui a nourri ces hymnes est encore intacte et pas forcément passée de mode. Le public a vieilli aussi et chacun s’est arrangé avec le jeune con qu’il a été. Hier soir à mes côtés, deux gendarmes sont venus applaudir leurs idoles et ils n’ont pas hésité une seconde au moment de reprendre le refrain de « Police Milice« . Fans de Trust, c’est pour la vie.


Retour de Trust à la Coopérative de Mai

24 Fév

PILS: Les routiers de la culture d’Aurillac à La Bourboule

Comme chaque vendredi, l’équipe de PILS sillonne les routes d’Auvergne à la recherche des sorties culturelles de la semaine. Sur leur chemin, ils ont rencontré la compagnie du Teatro del Silencio au Centre National des Arts de la Rue Le Parapluie à Naucelles près d’Aurillac.


PILS du 24 février 2017

Le metteur en scène Mauricio Celedon prépare le nouveau spectacle du Teatro Del Silencio inspiré de Beckett au Parapluie à Aurillac

Le metteur en scène Mauricio Celedon prépare le nouveau spectacle du Teatro Del Silencio inspiré de Beckett au Parapluie à Aurillac

Le metteur en scène Mauricio Celedon transporte toute sa troupe dans l’univers du dramaturge irlandais Samuel Beckett. C’est la pièce de Juan Radrigan « Beckett et Godot » qui lui a inspiré le spectacle « Oh! Secours! »

Toute la troupe était en résidence au CNAR Le Parapluie à Naucelles près d’Aurillac pour les répétitions d’un spectacle déjà bien avancé. Ils montrent l’étendue des travaux lors d’une sortie de résidence au Parapluie le samedi 25 mars à 18h.


Le Teatro del Silencio en résidence au Parapluie

Quant aux rendez-vous à venir, l’humoriste Redouanne Harjane débarque avec son nouveau spectacle à la Coopérative de Mai, ce sera le 3 mars 2017 et toute la semaine prochaine, du 27 février au 3 mars, la Bourboule lance la première édition du Larsenik Festival qui met en avant la scène de musiques actuelles auvergnate.

 

15 Jan

Bertrand Cantat de retour à Clermont-Ferrand en juin 2017

Bertrand Cantat le 30 mars 2016 en résidence à Agen pour son nouveau spectacle "Condor Live"

Bertrand Cantat le 30 mars 2016 en résidence à Agen pour son nouveau spectacle « Condor Live » Photo MaxPPP

Le chanteur Bertrand Cantat reviendra à la Coopérative de Mai le 3 juin prochain pour un spectacle intitulé « Condor Live » d’après le roman de l’écrivain Caryl Férey.

C’est une lecture musicale à laquelle nous convie Bertrand Cantat pour son nouveau spectacle. Le texte qu’il lira / chantera aux côtés du guitariste Marc Sens (qu’on connait notamment via le projet « Zone Libre » auquel ce dernier a participé aux côtés d’un autre ex-Noir Désir Serge Teyssot-Gay jusqu’en 2011 pour les trois premiers albums du groupe) et Manusound aux machines basses, est extrait du dernier roman « Condor » de l’écrivain Caryl Ferey, une plongée en apnée, poétique, sombre et forcément rock’n’roll dans le Chili post-Pinochet. L’extrait retenu pour la version live « Condor », est un « roman dans le roman» écrit par un protagoniste du livre. On y suit les deux héros, le Colosse aux mains cassées et Catalina qui traversent les ruines de la dictature. Ce thriller politique musical a été créé en mars dernier à Agen et a déjà fait la joie de nombreux spectateurs à Toulouse, au Festival Correspondances de Manosque et ailleurs et sera présenté le 3 juin prochain à la Coopérative de Mai où le chanteur avait préparé son grand retour sur scène en 2014 avec son autre groupe Détroit. 

13 Jan

PILS roule pour TacT et la Nuit de la lecture

Cette semaine, Valérie et moi sommes allés voir les trois gars de Tact dans leur local de répétition qui en réalité, est la cave d’un bar clermontois. On n’avait pas bien chaud mais la musique du groupe nous a fait oublier tout ça. Si on en parle, c’est parce que le groupe sort le 20 janvier prochain leur premier album intitulé « Goodbye Paranoïa ». Ils seront au tremplin à Beaumont ce même jour pour fêter ça.

Le 14 janvier, c’est la Nuit de la Lecture dans toute la France et en Auvergne aussi évidemment. Dans la métropole Clermontoise, les médiathèques ouvrent leurs portes aux visiteurs à la nuit tombée, c’est le principe de la Nuit de la lecture. A Clermont, la Bibliothèque du patrimoine dévoile quelques pièces de sa riche collection.

23 Déc

Le PILS de noël

Pour Noël, PILS débarque dans vos foyers les bras chargés de cadeaux…


Un PILS de Noël

Au programme, une soirée au Baraka, le club clermontois organise une soirée pour Ayden, un petit garçon atteint de la maladie de Krabbe, maladie orpheline qui n’est pas traitée en France. Le seul espoir pour ses jeunes parents, c’est de le faire participer à un essai clinique aux Etats-Unis qui devrait avoir lieu début 2017, une opération pour laquelle on demande aux parents la somme d’1 million de dollars.


Le club clermontois le Baraka se mobilise pour Ayden

Pour faire un don, c’est par ici: Lueur d’espoir pour Ayden

Tout au long des vacances de noël, l’humoriste Ezan propose deux spectacles au café-théâtre Défonce de Rire à Clermont-Ferrand, le soir est consacré aux adultes et les après-midis aux enfnats avec un spectacle interactif intitulé « Un Robot pas comme les autres. »


Un spectacle intéractif pour les enfants

Et vous pouvez fêter noël au son de Metodik, le groupe de rap clermontois vient de sortir un nouveau clip intitulé « Stan & Rudy », un véritable conte de noël:


Le groupe de rap Clermontois Metodik propose un clip de Noël

 

 

 

 

 

09 Déc

Un PILS assez décevant mais bien utile tout de même

PILS1Dans PILS cette semaine, Valérie Mathieu et Richard Beaune nous trimbalent pour une virée au Puy-en-Velay rendre visite à l’Atelier du Poisson Soluble, une petite maison d’édition jeunesse qui fait appel aux dons sur une plateforme de financement participatif pour faire face à de nombreuses difficultés. Ils rencontrent aussi le groupe vichyssois ACDçU qui se prépare pour un grand concert au Zénith d’Auvergne le 8 avril 2017. Nous les avons rencontrés en pleine préparation… dans un salon de beauté. On est loin du rock’n’roll, certes mais assez proche du groupe vichyssois finalement… PILS2

Sinon, vous avez rendez-vous avec Arno à la Coopérative de Mai à Clermont-Ferrand vendredi 9 décembre.
Côté humour, vous avez de quoi faire avec par exemple Jeremy Ferrari au Prisme d’Aurillac ou encore Céline Groussard à la Baie des Singes à Cournon d’Auvergne.

Samedi10 décembre, vous avez d’abord rendez-vous avec le groupe 19 singes à la Javanaise et le ben Harper français Patrice pose ses valises à la Coopérative de Mai.
Le groupe The Joe’s revisite les tubes de Joe Dassin au Geyzer à Bellerive-sur-Allier
Le chanteur Luc Arbogast fait le tour des églises à Souvigny dimanche et à Clermont mardi.
Mercredi 14 décembre Jane Birkin revisite les chansons de Gainsbourg avec l’Orchestre d’Auvergne à la maison de la culture et pendant ce temps, à la coopérative de Mai, Doc Gyneco se revisite lui-même. Enfin, jeudi 15 décembre Elie Semoun est à l’Opéra de Vichy.

Le titre du jour à découvrir, c’est « Stan & Rudy » du groupe clermontois Metodik en écoute intégrale ici.

25 Nov

PILS: de Paiaka à Bernard Plossu

J'ai visité pour vous l'exposition de Bernard Plossu à l'Hotel FondFreyde

J’ai visité pour vous l’exposition de Bernard Plossu à l’Hotel FondFreyde

Cette semaine, dans votre agenda culturel PILS, vous pourrez écouter quelques notes de la dernière réalisation du groupe de raggae clermontois Paiaka et découvrir les photographies de Bernard Plossu qui après avoir photographié les grands espaces du Mexique ou des Etats Unis, s’est intéressé à la chaîne des volcans d’Auvergne.

Paiaka, toujours vivant, de toutes façons

Le nouvel album remix de Païaka vient d’arriver. L’édition vinyle ne devrait pas tarder à pointer son nez. Huit Titres tirés de « Alive Anyway », leur dernière production en date, remixés par différents producteurs de Dub et d’Electro français et internationaux : Dubmatix, Teldem Com’Unity, Ashkabad, Mahom, James Laffite, The Dub Shepherds…


Un nouvel album de remixes pour le groupe PAIAKA

Bernard Plossu, « Les Feux du Bivouac » à l’Hotel Fondfreyde

Le photgraphe de la nouvelle vague Bernard Plossu qui s’est illustré avec sa série de photographies « Le Voyage Mexicain » expose en ce moment à l’Hotel Fondfreyde, le Centre Photographique de Clermont-Ferrand. Aux côtés de ses photos du Mexique et des Etats-Unis, l’artiste expose des photos du Massif Central. A découvrir jusqu’au 11 février 2017.


Bernard Plossu expose à l’Hotel Fondfreyde à Clermont-FD

20 Nov

17e Rendez-vous du Carnet de Voyage: Quand on arrive en ville…

L'un des intérieurs peint par Valérie Aboulker, carnettiste présente lors du 17e Rendez-Vous du Carnet de Voyage.

L’un des intérieurs peint par Valérie Aboulker, carnettiste présente lors du 17e Rendez-Vous du Carnet de Voyage.

Du 18 au 20 novembre, Clermont-Ferrand a rendez-vous avec le carnet de voyage et plus de cent carnettistes se sont rejoints dans la capitale arverne. Cette année, ce sont les métropoles qui sont mises à l’honneur: Paris, Rio ou New-York, les escales sont nombreuses mais pour dessiner ces villes mille fois croquées ou photographiées, il faut être créatif.

Créatives, l’écrivain Camille Lebon et la dessinatrice Johanna Thomé de Souza l’ont sûrement été suffisamment pour recevoir le grand prix du Jury cette année pour leur livre Rio Nossorécit de leur séjour de trois ans dans la plus grande ville du Brésil. Les deux filles ont voulu remmettre les choses à leur place et montrer que Rio ne pouvait pas se limiter à ses clichés que sont la violence, la pauvreté, la fête et le tourisme sexuel.

Dessin extrait du livre "Rio Nosso" de Johanna Thomé de Souza et Camille Lebon, lauréates du 17 e RDV du Carnet de Voyage (Grand Prix du Jury)

Dessin extrait du livre « Rio Nosso » de Johanna Thomé de Souza et Camille Lebon, lauréates du 17 e RDV du Carnet de Voyage (Grand Prix du Jury)

C’est d’ailleurs souvent un défi pour les artistes de dessiner une ville mille fois dessinéé et dont chaque monument, chaque coin de rue a déjà été photographié. Que ce soit New-York, Venise ou Paris, les artistes doivent se démener pour éviter l’écueil du cliché. La jeune taiwanaise Jocelyn Kao balade son personnage de Cha-Cha à travers Paris et n’essaye surtout pas d’éviter la baguette, les macarons et la Tour Effel. Dans son carnet ChaCha à Paris, la jeune illustratrice se joue de tout ce qui fait Paris pour le reste du monde. 

Quant à la parisienne Valérie Aboulker, elle a dessiné Paris de l’intérieur: les salons, les séjours, les bibliothèques ou les cuisines des parisiens sont ainsi représentés dans son carnet Portraits d’Intérieurs. C’est une façon plus intime de dessiner la capitale.

Pour se démarquer, Emmanuel Lemaire a dessiné Rotterdam. Il n’a pas vraiment fait exprés de choisir cette ville des Pays-Bas entièrement détruite lors de la seconde guerre mondiale et reconstruite depuis. Il s’est échoué dans cette ville en perpétuelle extension parce que sa petite ami de l’époque y avait trouvé un boulot. Il a doncsilloné Rotterdam à bicyclette pendant huit mois et a photographiée et dessinée la ville sous tous les angles. De retour en France, il a publié son livre, Un séjour à fleur d’eau.