23 Juin

On roule à toute bringue vers l’été dans PILS

Cette semaine, la voiture de Pils part de Clermont-Ferrand où le festival Europavox se prépare pour filer à Hérisson où le Cube accueille le Théâtre du Radeau et « descend » à Aurillac pour la Fête de l’école.


L’été est là, à n’en pas douter, les festivals déboulent et en tête celui des Hautes Terres à Saint-Flour ce weekend.
Samedi soir, la fête de la musique se prolonge à Eglise Neuve Près Billom qui programme 11 groupes dont les innénarables 19 singes qui reprennent des FACE B , des groupes des années 90 que personne ne connait, avec talent.

Ce weekend, la Fête de l’Ecole à Aurillac invite une dizaine de groupes dont les bordelais JC Satan.

Samedi encore, faites un tour au Festival Piano à Riom où André Manukian affrontera en duel Jean-François Zigel, ça se passera à Mozac. Jean-François Zygel restera dans la région et improvisera sur Bach lundi soir à Riom.

Enfin le festival Europavox s’ouvrira jeudi prochain avec le groupe Archive.

Le dernier « Soubresaut » du théâtre du Radeau s’installe au Cube

Le dernier spectacle du Théâtre du Radeau s'ouvre sur une glissade.

Le dernier spectacle du Théâtre du Radeau s’ouvre sur une glissade.

Le Cube à Hérisson accueille jusqu’à dimanche l’une des plus importantes compagnie de théâtre contemporain, le Théâtre du Radeau, qui présente sa dernière création, « Soubresaut ».

Dans la scène inaugurale de « Soubresaut », la dernière création de la Compagnie du radeau, les personnages glissent dans les dernières secousses du metteur en scène François Tanguy. Une scène où d’emblée, les images abondent et  nous interrogent: Que nous réserve Soubresaut? Pour le metteur en scène, ce soubresaut qui convoque plusieurs textes de grands auteurs comme le « Soubresauts » de Samuel Beckett, c’est une contraction du temps passé, présent et avenir.

Le passé de la Compagnie du Radeau, c’est aussi celui de Pierre Meunier qui en a fait partie bien avant d’installer sa compagnie « La Belle Meunière » au Cube à Hérisson dans l’Allier.  Le Cube, niché dans la campagne bourbonnaise, met en avant la création artistique depuis une trentaine d’années. Laboratoire où les compagnies viennent réfléchir, fabriquer et confronter leur nouvelles créations aux spectateurs, le Cube s’est doté d’un public expert, habitué à la création contemporaine.

Pour voir quelques images de « Soubresaut », c’est par ici:

Vend. 23 juin à 20h30, Sam. 24 juin à 20h30, Dim. 25 juin à 17h 

Infos et réservations: lecube.herisson@gmail.com TEL: 06 80 44 06 70

15 Juin

Quatrième et neuvième art à l’honneur dans Pils

GOPR1750-00_00_33_10

La soprano Fleur Mino a commencé le chant à Cournon d’Auvergne. Elle sort un disque solo sur de grands airs de comédies musicales « French Kiss ». La bande dessinée est dans les rues de Clermont-Ferrand du 9 au 18 juin : la librairie Esprit BD fête ses vingt ans avec une manifestation originale.


Pils du 16 juin 2017

Fleur Mino chante sur les grandes scènes d’opéra. Elle a interprété Pamina dans La Flûte Enchantée de Mozart, Belinda dans Didon et Enée de Purcell et bien d’autres

La rencontre avec le directeur musical Kevin Amos précipite sa carrière : ensemble ils travaillent un répertoire de grands airs de comédies musicales, West Side Story, Le Magicien d’Oz ou La Mélodie du Bonheur. Sur scène, le succès est au rendez-vous et un disque complète l’aventure French Kiss sorti le 19 mai dernier.

Mais Fleur n’a pas oublié ses premiers pas et retrouve avec émotion son premier professeur de chant à l’école de musique de Cournon d’Auvergne.


Fleur Mino

La bande dessinée sort dans la rue à Clermont-Ferrand. Vingtième anniversaire oblige, avec la manifestation Ici Ailleurs la librairie Esprit BD anime la ville jusqu’au 18 juin.

La production de bandes dessinées est toujours plus riche et plus variée et Fred Porcile, libraire et organisateur de Ici Ailleurs a voulu marquer l’événement en  plaçant la BD à la croisée des autres arts. Musique, cinéma, et bien sûr expositions diverses sont donc au programme.

Salle Camille Claudel, jusqu’au 8 juillet, Patrick Prugne et Jean-Pierre Gibrat exposent des planches originales. On découvre leur travail en couleurs directes, aquarelle pour l’un, encre pour l’autre et ces planches ont un éclat que les techniques de reproduction ne parviennent pas à restituer.

Festival de BD « Ici Ailleurs »

09 Juin

Pils prend la route dans la région Auvergne Rhône Alpes

Plus de quarante rendez-vous pour la nouvelle saison de la Comédie de Clermont et une belle initiative des scènes de musiques actuelles de la grande région, tout va bien dans la Pilsmobile!


Pils du 9 juin 2017

Pils a pris la route pour l’Open Tour. Une belle initiative prise par quatre salles de musiques actuelles de la région Auvergne Rhône Alpes. Le Tremplin à Beaumont, le Brise Glace à Annecy, le Labo à Lyon et les Abattoirs à Bourgoin se sont associés pour accompagner de jeunes groupes émergents.

Le principe est simple : un concert dans chaque lieu avec deux groupes locaux et un invité. Melatonin, groupe originaire d’Annecy est venu le 7 juin au Tremplin : chaque salle fait tourner ses poulains dans le réseau. C’est l’occasion pour les directeurs de salles de mieux se connaître, d’échanger des pratiques et pour les musiciens d’élargir leur public.

Si les financements suivent, l’Open Tour prendra de l’ampleur dès la rentrée prochaine, d’autres salles sont déjà intéressées.


Open Tour

 Antoine et Manuel réinventent chaque saison l’identité visuelle de la Comédie. À l’occasion de la publication de la nouvelle brochure 1718, le duo sera en dédicace à la galerie Claire Gastaud le samedi 10 juin à partir de 15 heures.

Antoine et Manuel réinventent chaque saison l’identité visuelle de la Comédie. À l’occasion de la publication de la nouvelle brochure 1718, le duo sera en dédicace à la galerie Claire Gastaud le samedi 10 juin à partir de 15 heures.

 

La Comédie de Clermont a dévoilé sa 21 éme saison. Après avoir fêté ses vingt ans avec une programmation exceptionnelle, la Comédie devait rebondir. Jean-Marc Grangier nous a expliqué ses choix, toujours de la qualité mais aussi de la quantité avec en ligne de mire le prochain déménagement dans un tout nouveau théâtre en 2019.


Nouvelle saison de la Comédie de Clermont

01 Juin

Le lumineux Philippe Decouflé à la Comédie de Clermont

PILS_Decoufle-00_00_10_17Le chorégraphe Philippe Decouflé est de retour à Clermont-Ferrand pour présenter ses « Nouvelles pièces courtes ». Après « Panorama » et « Contact », l’artiste livre un travail plus personnel et toujours aussi débordant d’idées.

Les histoires se succèdent sur la scène de la Maison de la Culture et le public les dévore des yeux comme des gourmandises. Pas de doute, c’est bien un spectacle de Philippe Decouflé: En trois pas de danses, une idée géniale et des couleurs, l’artiste nous attrape et ne nous lâche plus.

La première pièce courte met en scène un duo de danseurs qui se trouvent être aussi des musiciens et tout se met à tourner sous nos yeux: la musique se déroule au fil des gestes sur un  piano ou sous une flûte traversière. Une nouvelle pièce courte nous montre tout ce qu’on peut faire avec des danseurs quand on les met dans un trou, quand une autre nous emmène en voyage à Tokyo… A priori rien à voir entre toutes ces bulles de bonheur et d’ailleurs le chorégraphe n’a pas cherché à trouver une cohérence entre elles et ne les présentent jamais dans le même ordre. Pourtant, c’est de lui qu’il parle dans chacune d’elles et davantage des ces pièces que dans ses précédents spectacles, nous a-t-il confié. Il convoque Vivaldi, le compositeur préféré de sa mère disparue, il fait dansé son ancien amour, il raconte son voyage au Japon, le chorégraphe est derrière tout ça et pour une fois, nous le montre.

Difficile de ne pas succomber au charme de cet artiste jamais à sec d’idées nouvelles et à Clermont-Ferrand, le premier soir des trois représentations qui affichent complet, Philippe Decouflé a une nouvelle fois envoyé son public au septième ciel.


Philippe Decouflé Nouvelles Pièces Courtes


PILS du 2 juin 2017

19 Mai

PILS se balade dans le monde de l’art clermontois

PILS_vendredi_19_mai-00_00_04_11

Ce weekend, les manifestations culturelles se bousculent dans la région. A Clermont-Ferrand par exemple, vous pouvez flâner d’ateliers d’artistes en ateliers d’artistes pour les Arts en Balade puis courir aux concerts d’Hippocampus.


PILS du 19 mai 2017

C’est une nouvelle fois au Campus des Cézeaux à Clermont-Ferrand, sous un chapiteau géant que le festival Hippocampus flanque sa prog festive: Dub Inc, Bon entendeur, Taïwan MC, La chose et L’Epicerie, deux jours de concerts par et pour les étudiants de Clermont et d’ailleurs.

C’est l’occasion de découvrir L’Epicerie, un groupe de rap clermontois qui ne se contente pas de faire de la musique mais, à l’aide du label EDN, créé en même temps que le groupe, fait aussi bouger la scène hip hop de Clermont-Ferrand.

C’est aussi ce weekend la 22e édition des Arts en Balade qui expose l’artiste plasticien Maxime Tauban à l’Espace Victoire ou encore le photographe Nicolas Anglade et la sculptrice Lison Barbier au Centre Culturel Camille Claudel.

 

 

 

 

06 Mai

PILS: Immersion dans une histoire d’amour

Une installation numérique immersive à découvrir jusqu'au 3 juin au Théâtres des Îlets à Montluçon.

Une installation numérique immersive à découvrir jusqu’au 3 juin au Théâtres des Îlets à Montluçon.

Jusqu’au 3 juin 2017, Carole Thibaut, la directrice du Centre dramatique national de Montluçon invite les visiteurs à venir s’immerger dans une histoire d’amour. L’installation numérique intitulée « Une liaison contemporaine » raconte de pleins de manières la liaison d’un homme et d’une femme.

En ce moment, au Théâtre des Îlets, le visiteur a la possibilité de plonger dans une histoire d’amour… 777 jours et nuits d’une relation amoureuse qu’on peut suivre au travers des SMS ou e-mails que se sont échangés les deux amants. La metteure en scène, auteure et directrice du Cendre Dramatique National de Montluçon Carole Thibaut a écrit cette histoire d’amour selon trois points de vues: Celui du fil SMS entre les deux protagonistes, selon les mails que se sont envoyés les amants et enfin celui du récit qu’en a fait l’homme plusieurs années après.

Ce monde de l’amoureux, on peut donc le voir, l’entendre, le lire et le ressentir même dans cette installation numérique que Carole Thibaut a réalisé avec le collectif INVIVO qui témoigne aussi du fait que les relations amoureuses se vivent aussi dans un espace virtuel.

Une première création à Montluçon autour de Musset 

Carole Thibaut, qui a les clés du centre dramatique national de Montluçon pour trois ans ne badine pas… avec l’amour: Les variations amoureuses qu’elle met en scène est une réécriture de la pièce de Musset. Pour ça d’ailleurs, elle est allé à la rencontre des jeunes de collèges et de lycées pour voir si aujourd’hui, la jeunesse ne badinait pas davantage avec l’amour qu’au XIXe siècle. Comment réagirait Rosette aujourd’hui, la fille de paysan qu’a créé Musset par rapport à Camille et Perdican, issus de la grande Bourgeoisie? Un spectacle qui là encore immergera les spectateurs puisque les trois comédiens joueront sur des poutres autour et au milieu d’eux.

Cette création, vous pourrez la découvrir à partir du 30 mai au théâtre des îlets, en attendant vous pouvez aussi suivre le fil de l’histoire d’amour écrite par Carole Thibaut dans l’installation Une Liaison Contemporaine, jusqu’au 3 juin.

PILS du vendredi 5 mai

21 Avr

La nouvelle Tôlerie veut nous décrocher la lune

Chaque trimestre, le collectif Non Breaking Space, en charge de la programmation de la Tôlerie pour trois ans, sortira un journal

Chaque trimestre, le collectif Non Breaking Space, en charge de la programmation de la Tôlerie pour trois ans, sortira un journal

Le lieu d’Art contemporain La Tôlerie rouvre après plusieurs mois de fermeture. Après une première décennie d’activités, la municipalité cherchait à donner une plus large cohérence à cet espace d’exposition et en a confié la programmation à l’association de trois organismes réunissant artistes et commissaires d’exposition qui se sont associés sous le nom « Non Breaking Space« . Pendant trois ans, la Tôlerie deviendra leur lieu d’expérimentation.

Pleins feux sur La Tôlerie… Pour inaugurer le nouveau départ de cet espace d’art contemporain, l’association Non Breaking Space a donné le feu vert à l’artiste Elisa Pône, qui réalise de œuvres pyrotechniques. Sa réalisation sur la façade en tôle du lieu s’intitule LesTeintesTorréfiéesdelaTôleTuméfiée et s’inspire d’un tableau de l’artiste d’avant-garde russe Olga Rozanova. Après avoir allumé la mèche, l’image s’est à petit feu dévoilée aux nombreux visiteurs venus au vernissage. C’est donc au coin du feu que les nombreux visiteurs ont vu s’embraser les premiers moments de La tôlerie 2.0. La Tôlerie, garage coincé dans un quartier clermontois, avait 10 ans. La municipalité a décidé de faire de ce lieu d’exposition un lieu d’expérimentation.

Le premier artiste invité par le collectif Non Breaking Space, c’est l’artiste allemand Veit Stratman: Son job, c’était de repenser l’éclairage du lieu. Voilà comment 32 néons se sont retrouvés suspendus sur le plafond de la Tôlerie. Trente-deux tubes qui tournent de 45°, chaque jour à 16h. Si la réalisation peut paraître déconcertante, c’est tout à fait voulu par l’artiste qui s’amuse avec la banalité des objets. Car si l’agencement de ces tubes fluorescents a été pensé comme une oeuvre d’art, le résultat peut très bien passé inaperçu et finalement n’avoir qu’une fonction aux yeux du visiteur, éclairer la salle.

Demander à la lune

Plus tard pendant la soirée d’inauguration, l’orchestre d’Auvergne a joué des ouvertures de symphonie pour l’ouverture de cette aventure. Une fois par mois, le public sera invité à pousser les portes de la Tôlerie pour voir ce qui s’y passe. Les rendez-vous sont donnés à chaque pleine lune. Pour Sharif Andoura, comédien qui joue les porte-paroles du collectif, « la lune aurait des influences sur l’agriculture donc pourquoi pas sur la culture… »

Pour ses visiteurs, le collectif Non Breaking Space ira-il jusqu’à leur décrocher la lune?
Concerts, performances, expositions, en trois ans, la Tôlerie va se transformer et peut-être nous transformer à tel point qu’on risque de voir la lune en plein midi.


La réouverture de la Tôlerie

Saison 1: LUMIERE!

Lumière! est le premier volet d’une programmation qui met en récit pendnat trois ans l’apparition d’un lieu d’art à partir de ses éléments fondamentaux: la lumière (2017), le sol (2018), et les murs (2019).

15 Avr

Richard III tire son irrévérence à Clermont-Ferrand

La troupe de la Schaubühne joue Richard III de William Shakespeare mis en scène par Thomas Ostermeier. ©Arno Declair

La troupe de la Schaubühne joue Richard III de William Shakespeare mis en scène par Thomas Ostermeier. ©Arno Declair

La troupe de Thomas Ostermeier joue Richard III à Clermont-Ferrand (seules dates de province depuis Avignon en 2015) pendant trois soirs. La première, vendredi soir, a été ovationnée par le public, conquis par ce scélérat qu’incarne avec une folie appropriée le comédien Lars Eidinger.

La salle Jean Cocteau était pleine vendredi soir pour voir cette curiosité dont on a tant parlé lors de sa création à Avignon en 2015. Au bout d’une demi-heure pourtant, un spectateur n’y tenait plus et décide de quitter la salle. Il faut dire que la troupe n’a pas été tendre avec le public depuis le début du spectacle: musique hurlante, des comédiens qui sautent comme des cabris d’un bout à l’autre du décor mais aussi d’un bout à l’autre de la salle et un Richard III plus affreux encore qu’il ne l’avoue lui-même au début de la pièce. Sur la scène, Lars Eidinger interrompt sa tirade shakespearienne et interpelle le déserteur pour lui dire « au revoir« . Après ça, difficile pour un autre mécontent de s’extraire de ce royaume nauséabond que le metteur en scène Thomas Ostermeier a édifié sur les vers déjà bien pervers de Shakespeare.

Je suis comme un miroir », Lars Eidinger à propos de son personnage Richard III

A moins bien sûr que ce courageux fuyard n’ait été le seul à vouloir fuir… Car si ce Richard III nous repousse admirablement, il nous embobine aussi diablement. Comme il trompe l’esseulée Lady Anne qu’il a privé d’un père et d’un époux, il nous fascine en gesticulant comme un pantin désarticulé autour de son mic qu’il agite pour tour à tour déclamer, cracher sa haine, livrer ses plans et même rapper like a ripper. « Je suis comme un miroir, nous confie le comédien Lars Eidinger à propos de son personnage, je leur (les spectateurs) renvoie leur propre image. D’abord, ils vont se moquer d’eux-mêmes et à la fin, ils sont choqués de voir leur vrai visage. »  Et c’est vrai que ce n’est pas simple de regarder en face l’ignominie dont l’homme est capable. Car ce Richard III ne cache rien de ses pensées les plus malsaines et se sert de nous comme des pages d’un journal intime sur lesquelles il écrit son Histoire. En laissant son acteur improviser et jouer avec son auditoire, Thomas Ostermeier renforce la perversité du dramaturge anglais qui règle ses comptes avec l’âme humaine en aparté.


Répétitions de Richard III à Clermont-Ferrand

Prochaines représentations: Samedi 15 Avril à 20h30 et dimanche 16 Avril à 17h00. Du 21 au 29 juin 2017 au Théâtre de L’Odéon, Paris. 

14 Avr

Les rires s’éclatent comme des bulles à Puy de Mômes

La compagnie espagnole Pep Bou présentait leurs spectacle "Clinc" en ouverture du 23e festival Puy-de-Mômes

La compagnie espagnole Pep Bou présentait leurs spectacle « Clinc » en ouverture du 23e festival Puy-de-Mômes (Photo: Cédric Munro)

Pour cette 23e édition du festival Puy-de-Mômes à Cournon d’Auvergne (Puy-de-Dôme), 26 spectacles sont poposés, mêlant compagnies locales et compagnies d’ailleurs, embrassant toutes les disciplines artistiques, du théâtre de marionnettes au théâtre tout court, de la danse aux arts du cirque, jusqu’au 20 avril prochain.


23e festival Puy-de-Mômes

Le public du festival Puy de Mômes, c’est un public dont les yeux s’écarquillent, au rire facile et dont l’attention peut se dérober aussi vite qu’une bulle de savon. On est d’ailleurs un peu dans une bulle quand on débarque dans ce festival et la bulle, c’est une chose toute légère qui ne sert qu’à nous distraire, une bulle, c’est comme un rire, ça se forme en un clin d’oeil et disparaît dans un éclat. La compagnie Pep Bou l’a bien compris et fait gonfler les rires du public en soufflant deux ou trois mots seulement.

Si la vie d’une bulle ne tient qu’à un fil, l’art de Christophe Croës aussi… Dans son Teatro Golondrino, le marionnettiste donne vie à ses personnages en remuant ses dix doigts. On avait oublié qu’on pouvait s’évader en regardant une marionnette articulée par quelques fils, « L’Evadée« , spectacle fait de bouts de ficelles et de 15 ans de travail convoque une magie qui livre tous ses tours dès le départ.

Pourtant, la magie, c’est subjectif, nous confie la directrice du festival Laure Montanier, « en discutant avec le public, on se rend compte que la magie n’opère pas pour tout le monde. » Ce qui importe pour les programmateurs, c’est de privilégier des esthétiques fortes. Jusqu’au 20 avril, il reste une dizaine d’univers d’artistes à découvrir.

RSS