18 sept

Puy-en-Velay: Fusion des régions, Front de Gauche et réunion publique

Dans le cadre de la réforme territoriale, et plus particulièrement la fusion des régions, le Front de Gauche propose une réunion publique, le 26 septembre, au Puy-en-Velay. Eric Dubourgnoux, qui préside le groupe au Conseil Régional d’Auvergne, et les élus qui l’entourent « portent une autre vision que celle défendue par l’actuel gouvernement » et ils souhaitent l’exposer et en débattre.

Dans son communiqué, le Front de Gauche estime que « la fusion de l’Auvergne et de Rhône-Alpes est lourde de dangers. C’est pour cela que nous pensons que rien ne peut se faire, ni se décider, sans l’implication citoyenne et le débat démocratique« . « C’est la casse systématique du modèle français au profit de celui qui règne dans les pays anglo-saxons« , estiment-ils par ailleurs, « même l’Etat français y perdra de sa force au profit d’instances européennes encore plus éloignées des citoyens. Que dire des conséquences désastreuses pour les territoires ruraux ?« ; s’interrogent-ils.

La réunion aura lieu le vendredi 26 septembre à 18h au centre Roger-Fourneyron du Puy-en-Velay.

Invitation débat réforme territoriale 260914 le puy en velay

15 sept

La visite de Cécile Duflot à Vichy reportée

La venue de l’ancienne ministre du Logement était prévue de longue date. La figure de proue d’Europe Ecologie- Les Verts (EELV) devait se rendre jeudi 18 septembre à Vichy, pour évoquer notamment les enjeux écologiques dans l’économie locale et… la recomposition de la gauche ! Mais c’était sans compter le bouleversement du calendrier parlementaire et ce vote de la confiance au gouvernement Valls II, qui aura lieu ce mardi 16 septembre. La députée de la 6e circonscription de Paris, bien occupée cette semaine, est donc excusée. Son déplacement pourrait avoir lieu fin octobre, début novembre.

11 sept

Présidence de l’UDI : Hervé Morin cherche des soutiens auvergnats

A Chamalières, Hervé Morin attablé avec Louis-Giscard d'Estaing et plusieurs élus centristes auvergnats. (Photo : Nordine Mohamedi)

A Chamalières, Hervé Morin attablé avec Louis-Giscard d’Estaing et plusieurs élus centristes auvergnats. (Photo : Nordine Mohamedi)

Après avoir sillonné la région Centre mercredi, Hervé Morin poursuit sa campagne en Auvergne. Après un déjeuner avec Louis Giscard d’Estaing à Chamalières et une séance de dédicace de sa « lettre à Alma », le candidat à la succession de Jean-Louis Borloo tient une réunion publique ce jeudi soir à 18h au Centre Jean Richepin, à Clermont-Ferrand.

Le député de l’Eure, ancien ministre de la Défense des gouvernements Fillon 1 et 2, devra livrer bataille contre trois autres prétendants à la présidence de l’UDI : Jean-Christophe Fromantin, député des Hauts-de-Seine ; Jean-Christophe Lagarde, député de Seine-Saint-Denis ; Yves Jégo, député de Seine-et-Marne et actuel président par intérim de la toute jeune Union des démocrates indépendants.

Les belligérants disposent encore de trois bonnes semaines pour mener la campagne du premier tour de l’élection du président de l’UDI, dont le vote se tiendra le 15 octobre prochain. Le second tour aura lieu le 13 novembre, à l’avant-veille du Congrès du parti.

 

Laurent Wauquiez: « Si le président de la République était responsable, il remettrait sa crédibilité politique et démocratique sur la table »

STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Au lendemain de l’annonce de son soutien à Nicolas Sarkozy pour la présidence de l’UMP, Laurent Wauquiez était l’invité du Jean-Jacques Bourdin sur RMC Info. Le député-maire du Puy-en-Velay a demandé que François Hollande tire les leçons de l’ambiance générale qui règne dans le pays.

Si le président de la République était responsable, il remettrait sa crédibilité politique et démocratique sur la table.

« Si le président de la République était responsable, il remettrait sa crédibilité politique et démocratique sur la table« , a ainsi dit Laurent Wauquiez. Si « ce ne sont pas les sondages » qui gouvernent, « c’est l’accumulation » qui pose problème selon l’élu auvergnat. Il estime que l’absence de confiance, « les vaudevilles qui s’accumulent, une explosion économique, des promesses » (sous-entendu non-tenues) sont autant de raisons qui doivent faire réagir au plus haut sommet de l’Etat. « Il nous a promis la pause fiscale cette année, il nous a promis l’inversion de la courbe du chômage, il nous a promis l’exemplarité« , poursuit Laurent Wauquiez selon qui la dissolution de l’Assemblée Nationale et le départ de François Hollande en cas de défaite de la gauche sont aujourd’hui devenus nécessaires.

Je refuse qu’un étranger en situation irrégulière ait accès gratuitement à tout notre système de santé.

Concernant les économies que pourrait réaliser l’Etat pour réduire son déficit, Laurent Wauquiez a présenté quelques pistes. L’une d’entre elles concernent la santé. L’ancien ministre de la Recherche pointe du doigt « l’aide médicale d’Etat, qui vaut quasiment un milliard d’euros pour des étrangers en situation irrégulière« . « Il faut le supprimer« , affirme-t-il, « je refuse qu’un étranger en situation irrégulière ait accès gratuitement à tout notre système de santé« . « L’Accès quasi gratuit aux services de santé est assez déresponsabilisant, je pense que ça on ne peut plus se le payer« , poursuit l’édile ponot.

Enfin, évoquant son long silence médiatique durant l’été, Laurent Wauquiez a simplement dit que « quand on s’exprime, il faut que ça ait du sens« , « on a beaucoup trop de politiques qui bavardent, qui parlent à tire-larigot« . Quelques secondes de plus et il citait Coluche, Laurent Wauquiez: « de tous ceux qui n’ont rien à dire, les plus intéressants sont ceux qui se taisent« , disait autrefois l’humoriste.

 

L’écologiste Cécile Duflot à Vichy le 18 septembre

AFP PHOTO / GUILLAUME SOUVANT

AFP PHOTO / GUILLAUME SOUVANT

Cécile Duflot sera de passage à Vichy le 18 septembre. L’ancien ministre du Logement et de l’Egalité des Territoires des gouvernements Ayrault 1 et 2 doit visiter, sous réserves de changements de dernière minute, le domaine thermal de 15h à 16h. Elle tiendra ensuite une conférence de presse (16h30) avant de se prêter à une séance dédicace à 17h30. Cécile Duflot a sorti, fin août, un livre intitulé « De l’intérieur, voyage au pays de la désillusion ». Elle raconte ses deux années de ministre, ses relations, parfois tendues avec certains membres du gouvernement.

Faute d’avoir voulu être un président de gauche, il n’a jamais trouvé ni sa base sociale ni ses soutiens. A force d’avoir voulu être le président de tous, il n’a su être le président de personne.

Le chef de l’Etat n’est pas épargné non plus et en prend pour son grade. « J’ai fait le même chemin que des millions de Français. J’ai voté Hollande, cru en lui et été déçue« , écrit-elle. « A force d’avoir voulu être le président de tous, il n’a su être le président de personne« , ajoute Cécile Duflot. De son engagement, de sa désillusion, et de son avenir, il sera aussi forcément question lors d’une réunion publique organisée le soir de sa venue à Vichy, vers 18h (horaire à confirmer).

09 sept

Les ténors de l’UMP se retroussent les manches et publient « Les 12 travaux de l’opposition »

Main dans la main. Douze ténors de l’UMP se sont retrouvés sur un projet commun: écrire un livre intitulé « Les 12 travaux de l’opposition ». Pêle-mêle, Alain Juppé, François Baroin, Jean-François Coppé, François Fillon, Xavier Bertrand, Benoist Apparu, Nathalie Kosciusko-Morizet, Valérie Pécresse, Bruno Le Maire, Jean-Pierre Raffarin et les Auvergnats Brice Hortefeux et Laurent Wauquiez exposent dans l’ouvrage leurs « projets pour redresser la France ».

C’est Benoist Apparu qui a convaincu ses amis de faire fi de leur différence et remettre l’opposition sur le droit chemin: celui des projets politiques. « Je ne sens pas dans ce livre de clivages entre gaullistes, libéraux et centristes« , s’est réjoui Jean-Pierre Raffarin lors de la conférence de presse de présentation, mardi, dans un café proche de l’Assemblée Nationale. Un rendez-vous qu’ont manqué Jean-François Copé et Xavier Bertrand mais les dix autres auteurs étaient bien là, assis côte à côte.

Dans le livre, ces anciens ministres, dont certains briguent où l’investiture présidentielle ou la tête de l’UMP, exposent leurs idées sur leurs thèmes de prédilection. Brice Hortefeux, ancien ministre de l’Intérieur, a, par exemple, planché sur les moyens de « maîtriser durablement les flux migratoires en France et en Europe ».

« On n’est pas dans une logique de conquête de pouvoir. Face à l’affaissement de plus en plus rapide du pouvoir socialiste« , la question est « comment redonner de la crédibilité » à l’action politique, a affirmé le député-maire du Puy-en-Velay Laurent Wauquiez.

Thomas Thévenoud « se grandirait en démissionnant » selon André Chassaigne

AFP PHOTO / DOMINIQUE FAGET

AFP PHOTO / DOMINIQUE FAGET

Mardi, André Chassaigne a estimé que Thomas Thévenoud aurait dû démissionner de l’Assemblée Nationale. Le député communiste du Puy-de-Dôme estime que son homologue, qui a annoncé quitter le Parti Socialiste, « se grandirait » en agissant ainsi. « C’est incompréhensible, gravissime, inconséquent de ne pas mesurer les dégâts à l’encontre de la parole publique, cela fait du mal à la politique« , a ajouté le président du groupe Front de Gauche.

C’est incompréhensible, gravissime, inconséquent de ne pas mesurer les dégâts à l’encontre de la parole publique, cela fait du mal à la politique.

Thomas Thévenoud a quitté le secrétariat d’Etat au commerce neuf jours après y être entré pour des problèmes de déclarations de revenus. Des déboires fiscaux et un comportement qui ont « de graves conséquences car il aggrave la coupure entre le peuple et ses représentants » pour André Chassaigne.

05 sept

Dans la revue de tweets: des promesses non tenues, du foot et un président de région scandalisé

Vous n’êtes pas sur Twitter, vous n’avez pas de followers et vous ne followez personne, vous savez qu’il se dit des choses sur ce réseau social mais sans savoir vraiment qui le dit et comment…Chaque vendredi, nous vous proposerons ici une revue de tweets. Les plus marquants, les plus engagés, les plus surprenants, les plus drôles ou les plus navrants…

Laurent la fronde

Candidat malheureux face à Laurent Wauquiez lors des dernières élections municipales au Puy-en-Velay, le socialiste Laurent Johanny est allé prendre l’air à La Rochelle, fin août, pour assister à l’université d’été du PS. Sur Twitter, il n’a pas manqué d’afficher sa perplexité quant au virage pris par le chef de l’Etat et son premier ministre, à l’opposé des promesses de 2012. Est-il nécessaire de rappeler que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent ?

Michel Sauvade, philosophe en short

Qui c’est les plus fort? Evidemment, c’est plus les Verts…Dimanche soir, la rencontre de Ligue 1 entre le PSG et l’AS Saint-Etienne a tourné à la démonstration. Les Parisiens n’ont fait qu’une bouchée de leurs adversaires en les écrasant 5 buts à 0. Supporter de l’équipe stéphanoise, le maire centriste de Marsac-en-Livradois (Puy-de-Dôme), Michel Sauvade, a sorti sa calculette après cette piquette. Ainsi, une grosse défaite et quatre victoires valent mieux que cinq petits revers…Finalement, le foot, c’est un peu comme la politique…

Christophe Serre veut un nouveau planning

Alors que se pose encore la question de la date des élections régionales et départementales, Christophe Serre suggère au Premier Ministre de tout regrouper en juin 2015. Le président de l’UMP 63 va même plus loin en suggérant de les organiser juste après l’élection présidentielle de mai 2015 ! Seul hic, les primaires qui doivent désigner le candidat de l’UMP pour l’Elysée sont prévues pour 2016.

René Souchon scandalisé

René Souchon n’est pas content. Alors que Thomas Thévenoud vient de quitter le gouvernement après seulement neuf jours de présence, le secrétaire d’Etat chargé du commerce extérieur aurait un problème avec les impôts, le président du Conseil Régional d’Auvergne a sévèrement critiqué le comportement de son « camarade » socialiste. René Souchon s’est dit « scandalisé » et pense à tous ces militants « bafoués et trompés« . Des militants trompés au PS? Encore? La fronde n’est pas loin…

Le socialiste Alexandre Pourchon soutient François Hollande et le Gouvernement « par conviction, pas par obligation »

Alexandre PourchonQuand Alexandre Pourchon passe en revue les sujets d’actualité de la rentrée, ce n’est pas la page people qui l’intéresse le plus. Pourtant, questionné sur la sortie du brûlot de Valérie Trierweiler dans lequel elle raconte ses huit années de vie auprès de François Hollande, le premier secrétaire fédéral du Parti Socialiste du Puy-de-Dôme a pris quelques secondes pour donner son sentiment. Il voit dans le livre, intitulé « Merci pour ce moment », « un tissu de conneries qui ne mérite aucun commentaire« . « La vie privée des gens ne m’intéresse pas« , ajoute-t-il en précisant que le portrait de François Hollande dressé par son ex compagne ne correspond pas au personnage qu’il connaît depuis de longues années.

Si François Hollande n’allait pas au bout de son mandat, ce serait une catastrophe pour le parti socialiste.

Le chef de l’Etat a vécu une semaine compliquée, ponctuée par un nouveau sondage qui le place au plus mal dans l’opinion que les Français ont de lui. Selon TNS-Sofres, la cote de popularité de François Hollande est tombée à 13%. Une crise de confiance qui fait naître ici et là un scénario: celui d’une possible démission. Alexandre Pourchon balaie l’hypothèse d’un revers de la main, il ne pense pas l’issue plausible pour une simple raison: « si François Hollande n’allait pas au bout de son mandat, ce serait une catastrophe pour le Parti Socialiste« .

Les socialistes ont changé leur vision du monde économique.

Alexandre Pourchon soutient le Président et le gouvernement « par conviction, pas par obligation » mais il regrette que ce qui a été fait depuis la prise du pouvoir ne soit pas mieux mis en avant. Et le conseiller général de pointer du doigt un problème récurrent chez les socialistes: « quand on fait des choses biens, on ne sait pas en parler« . « On ressent un vrai malaise au sein du PS », reconnaît-il mais le virage social-libéral pris par le François Hollande ne lui déplait pas, bien au contraire. « Les socialistes ont changé leur vision du monde économique« , poursuit-il, expliquant que sa formation politique « a besoin d’être dépoussiérée« .

La réforme territoriale? J’en attendais beaucoup plus.

Au cours de la matinée, l’élu du Puy-de-Dôme a également évoqué son avenir personnel. Alexandre Pourchon se sent à l’étroit, aujourd’hui, dans son habit de conseiller général. S’il a bien eu une discussion « en tête-à-tête » avec René Souchon, avant l’annonce de la fusion des régions, pour lui présenter sa manière de voir les choses, la réforme territoriale voulue par Manuel Valls a changé la donne. Pas avare de critiques: « il fallait d’abord travailler sur les compétences, la méthode choisie n’a pas été la bonne », Alexandre Pourchon précise qu’il attendait « beaucoup plus » de cette réforme. Une petite déception qui n’a guère d’emprise sur son ambition. Est-ce qu’il a « l’envie, la gnaque » pour projeter la collectivité vers l’avenir ? « Pour le Département, non. Pour la Région, oui« . L’Auvergnat n’a pas fait une réponse de Normand.

 

 

04 sept

Les réactions en Auvergne après la parution du livre de Valérie Trierweiler

Crédit Photo : AFP PHOTO PATRICK KOVARIK

Crédit Photo : AFP PHOTO PATRICK KOVARIK

Personne ne le lira mais tout le monde en parle. Jeudi, à l’occasion de la parution du livre de Valérie Trierweiler, dans lequel elle raconte ses années passées auprès de François Hollande, les réactions de la classe politique ne manquent pas et les réseaux sociaux sont un lieu privilégié pour écrire tout ce qu’on pense de la démarche de l’ex.

Trompée, humiliée publiquement, Valérie Trierweiler a visiblement décidé de rendre la monnaie de sa pièce au locataire de l’Elysée avec qui elle a partagé huit années de vie et dont elle est officiellement séparée depuis le 25 janvier 2014. Dans « Merci pour ce moment », elle dresse le portrait d’un homme « déshumanisé » par le pouvoir. Si certaines langues condamnent fermement le procédé employé par la journaliste, d’autres lui trouvent des circonstances atténuantes. C’est le cas du communiste Cyril Cineux. Le secrétaire fédéral du PCF 63 rappelle dans un tweet que « c’est LUI qui l’a trompée« .

Le maire UMP de Chatelguyon, Frédéric Bonnichon, prévient qu’il n’ouvrira pas le livre. « La politique et les français méritent mieux que les poubelles« , écrit l’édile.

Flavien Neuvy, maire UDI de Cébazat, ironise sur l’anaphore désormais célèbre de François Hollande: « Moi, Président ». L’élu estime également que le chef de l’Etat est « cuit » pour 2017 à cause du coup des « sans dents« .

Les « sans dents« , c’est ainsi, selon Valérie Trierweiler, que celui qui disait ne pas aimer les riches parlerait des pauvres. Dentiste de profession, l’UMP Jean-Pierre Brenas a toute légitimité sur ce point et il n’a pas manqué de mordant en tweetant. Reprenant une promesse de François Hollande faite le 2 mai 2012, il disait alors vouloir « être un Président qui respecte les Français« , le chef de l’opposition à la mairie de Clermont-Ferrand demande s’il s’agit des Français « avec ou sans dents« .

Pour le leader du Front National en Haute-Loire, c’est la fonction présidentielle qui est la principale victime de ce nouvel épisode élyséen. Pierre Cheynet estime qu’elle est morte lors du précédent mandat et que « sa dépouille est profanée quotidiennement« .

RSS