02 Nov

« 70 Art For Haïti » Acte I

photographe : Nestor Milot

Pour finir de célébrer le 70ème anniversaire du Secours populaire français, 70 Art For Haïti sollicite des artistes contemporains afin de participer à une vente aux enchères solidaire à Paris, du 8 au 16 décembre 2015 à la Galerie W Eric Landau, au profit du Centre culturel Molière Chandler à Jacmel en Haïti.

70 artistes de renommées nationale et internationale seront à l’honneur à travers la création de 70 œuvres d’art autour du textile. Les fonds issus de la vente permettront de pérenniser le programme éducatif mené depuis plus de cinq ans déjà, par le Secours populaire français et Action Contre l’Enfance Maltraitée.

Des partenaires soutiennent déjà ce projet, mais l’équipe, oeuvrant pour 70 Art For Haïti, a aussi besoin de vous! Et lance un appel au don en ligne sur la plateforme KissKissBankBank à l’adresse qui suit http://www.kisskissbankbank.com/70-art-for-haiti–71

Si vous ne pouvez résister à l’envie de tout savoir sur 70 Art For Haïti, voici http://70artforhaiti.com/ :)

Merci à vous toutes et vous tous.

20 Oct

Projection du film « Sur le chemin de l’école » / Exposition d’Art postal

SUR LE CHEMIN DE L’ECOLE

Le vendredi 13 novembre 2015, à l’occasion du 26ème anniversaire de la signature de la Convention universelle des droits de l’enfant, le Secours Populaire accueillera, 450 élèves de plusieurs écoles de l’agglomération de Limoges au cinéma Grand Ecran Ester, pour une matinée consacrée aux Droits de l’enfant.

invit cinema sur le chemin de l'école22

Synopsis :

Ces enfants vivent aux quatre coins du globe mais partagent la même soif d’apprendre. Ils ont compris que seule l’instruction leur permettra d’améliorer leur vie, et c’est pour cela que chaque jour, dans des paysages incroyables, ils se lancent dans un périple à haut risque qui les conduira vers le savoir.
Jackson, 11 ans, vit au Kenya et parcourt matin et soir quinze kilomètres avec sa petite sœur au milieu de la savane et des animaux sauvages…
Zahira, 12 ans, habite dans les montagnes escarpées de l’Atlas marocain, et c’est une journée de marche exténuante qui l’attend pour rejoindre son internat avec ses deux amies…
Samuel, 13 ans, vit en Inde et chaque jour, les quatre kilomètres qu’il doit accomplir sont une épreuve parce qu’il n’a pas l’usage de ses jambes. Ses deux jeunes frères poussent pendant plus d’une heure son fauteuil roulant bricolé jusqu’à l’école…
C’est sur un cheval que Carlos, 11 ans, traverse les plaines de Patagonie sur plus de dix-huit kilomètres. Emmenant sa petite sœur avec lui, il accomplit cet exploit deux fois par jour, quel que soit le temps…

Les enfants pourront ainsi voir le film de Pascal PLISSON « Sur le chemin de l’école » et échanger avec les responsables de l’association ACEM-Haïti sur la scolarisation en Haïti.

Ce projet est soutenu par la fondation SNCF.

 

 

EXPOSITION D’ART POSTAL

Dans le cadre du 26ème anniversaire de la signature de la Convention universelle des droits de l’enfant et pour finir de célébrer le 70ème anniversaire du Secours populaire français, celui-ci tiendra également à rappeler les enjeux majeurs qui se jouent dans l’aide apportée auprès des populations mises en difficulté, dans le monde entier. Afin d’illustrer cette solidarité internationale de manière à la fois artistique, ludique et pédagogique, l’association a proposé à des élèves de Limoges et de Jacmel en Haïti, de pouvoir échanger sur le droit à l’éducation, inscrit dans la Convention des Droits de l’enfant, en s’inspirant d’un courant d’art, postal.

art postalDans la pratique, les artistes Rémy Pénard et Joël Thépault se sont employés à ce que chaque élève puisse s’approprier le personnage représenté sur la carte, à partir de collages, d’écrits et de dessins, pour transformer celle-ci en un objet d’art postal. De même, les institutrices de l’école haïtienne ont guidé les élèves à projeter leur imagination sur la carte.

Cette exposition d’Art postal aura lieu à la BFM, du 13 novembre à 14:30 au 31 décembre à 18:00.

 

 

Tous les remerciements reviennent aux élèves et institutrices, instituteurs des écoles Jean Le Bail, Jean zay, Joliot Curie, Molière Chandler et Roussillon, aux artistes et au Point Art. »

 

Retour sur la reconnaissance des droits de l’enfant

La prise de conscience des droits de l’enfant s’est faite au lendemain de la 1ère Guerre Mondiale, avec l’adoption de la Déclaration de Genève, en 1924. Le processus de reconnaissance des droits de l’enfant a continué sous l’impulsion de l’ONU, avec l’adoption de la Déclaration des droits de l’enfant en 1959.

La reconnaissance de l’intérêt de l’enfant et de ses droits se concrétise le 20 novembre 1989 avec l’adoption de la Convention internationale des droits de l’enfant  qui est le premier texte international juridiquement contraignant de protection des Droits de l’Enfant.

Les droits de l’enfant sont des droits humains. Ils ont pour vocation de protéger l’enfant en tant qu’être humain. Ainsi tout comme les droits de l’Homme de manière générale, les droits de l’enfant sont constitués de garanties fondamentales et de droits humains essentiels.

La Convention contient 54 articles qui consacrent l’ensemble des droits civils et politiques des enfants, ainsi que tous leurs droits économiques, sociaux et culturels.

Cette Convention consacre 4 principes qui doivent subordonner la mise en œuvre de l’ensemble des droits qu’elle prévoit:

  • La non-discrimination
  • L’intérêt supérieur de l’enfant
  • Le droit à la vie, à la survie et au développement
  • Le respect de l’opinion de l’enfant

Pour plus d’informations sur les droits de l’enfant : http://www.un.org/fr/rights/overview/themes/children.shtml

 

27 Avr

Place à la porcelaine

P1200586

Les étudiants de l’IUT de Limoges en Techniques de Commercialisation

Dans le cadre du 70ème anniversaire du Secours populaire français, les étudiants de l’IUT de Limoges en Techniques de Commercialisation se sont associés aux créateurs d’Esprit Porcelaine pour organiser une vente solidaire.

P1200559

Le Miroir des cœurs, Agnès Réjasse

Fusionnant créativité, design et arts du feu, les membres du collectif Esprit Porcelaine, basé à Boisseuil, sont designers,  artisans, artistes, concepteurs de formes.Tous les artistes partenaires de ce projet ont conçu et créé des pièces totalement uniques pour cette occasion et en ont fait don.
Les pièces en expo-vente à La Galerie jusqu’au 28 avril, sont vendues au prix unique de 300 € au profit du Secours populaire. Sept pièces sont déjà vendues. Il en reste à découvrir ou à acquérir. Elles valent vraiment le détour pour leur originalité, leur finesse et la matérialisation de l’engagement des artistes, des étudiants et des bénévoles qui ont rendu le projet possible.
P1200558

La Galerie», 15, boulevard Louis Blanc à Limoges

17 Avr

Les ateliers d’art postal

P1190923A partir d’une même carte postale intitulée « les droits de l’enfant grandissent les Hommes », tous les élèves doivent s’approprier le personnage représenté sur la carte en projetant leur imagination sur celle-ci, pour la transformer en une nouvelle création artistique et illustrer un des droits de l’enfant, l’éducation. Les artistes Joël Thépault et Rémi Pénard accompagnent les élèves pendant la réalisation des travaux, en leur donnant des petits coups de pouce : « Comment on colle un caillou ? » demande l’un d’eux. Les artistes animent l’atelier chacun à leur façon, mais conçoivent tous deux l’art postal comme « quelque chose qui vous passe par la tête, et qui arrive par la poste », nous explique Rémi Pénard.P1190938

De même, les élèves du Centre culturel Molière Chandler ont débuté les séances, encadrées par les institutrices de l’école, avec le soutien de Milot Nestor, personne relais de l’association Acem Haïti au sein du Centre culturel Molière Chandler. Ainsi, les élèves haïtiens transforment la carte en utilisant les ressources environnantes, feuille de flamboyant, terre, plume d’oiseau, etc… tout ce qu’ils peuvent découvrir dans la nature et qui leur insuffle l’inspiration nécessaire à la réalisation de l’objet postal. C’est de cette manière-là que Rémy Pénard conçoit l’art postal ; il se réalise au fil du hasard, des trouvailles, qui suscitent une idée et sa concrétisation. A l’école Jean le Bail, une des écoles participante, les élèves ont amené des boutons, des cailloux, des fleurs, et des magazines à découper, et se sont exclamés à la fin de l’atelier « c’est génial, je recommencerai chez moi ».

Toutes les cartes sont envoyées à l’adresse du Secours populaire, dans un premier temps, pour une exposition à la BFM mise en scène par Joël Thépault. L’exposition d’art postal est prévue pour novembre 2015, à l’occasion du 26ème anniversaire de la signature de la Convention universelle des Droits de l’enfant. Suite à l’exposition de l’objet d’art postal, les cartes seront de nouveau postées et échangées entre l’école haïtienne et les écoles limougeaudes.

  P1190904

 

02 Avr

Retour sur… « Se Battre »

se-battre-affiche-40x60Le jeudi 12 mars, le Secours populaire de la Creuse a organisé, au cinéma Le Sénéchal à Guéret, la diffusion du film documentaire Se Battre réalisé par Jean-Pierre Duret et Andrea Santana. Plus de 50 personnes sont venues assister à cette projection : bénévoles, personnes aidées et partenaires.

Pour réaliser ce film, le réalisateur a posé sa caméra au plus près des « acteurs » du Secours populaire de Givors dans le Rhône. Il filme des gens qu’on voit et qu’on entend peu. En donnant la parole à certains d’entre eux et à des bénévoles du Secours populaire, Jean-Pierre Duret fait une œuvre utile. Il aide les personnes à regagner une part de leur dignité. Il valorise l’engagement des bénévoles qui se dépensent sans compter pour être au plus près de cette pauvreté et sensibilise tous ceux qui ont à cœur de faire diminuer la trop grande place qu’occupe la précarité dans notre société.

C’est dans cet esprit que le Secours populaire de la Creuse agit sur le terrain tout au long de l’année et compte faire des 70 ans de l’association une année riche en échanges et en solidarité.

 

27 Mar

La philosophie des galettes

Nous ne pouvons cesser de remercier Patrick Sobral et Les Légendaires qui partagent la devise « Tout ce qui est humain est nôtre ». En illustrant son engagement sur la boite de galettes du Secours populaire, il rappelle l’importance de l’engagement citoyen auprès des jeunes, une valeur qui s’apprend et se transmet. Lorsqu’un jeune achète une boite de galettes, c’est un geste symbolique, c’est l’avenir du bénévolat qu’il défend, c’est l’entraide et la solidarité qui se concrétisent dans l’esprit et le cœur des jeunes, c’est un geste citoyen qui amène des univers différents à se rencontrer et s’enrichir mutuellement.

Pour réussir les bonnes galettes de la solidarité, il vous faudra :GALETTES-legendaires-03

– 1 bonne poignée d’entraide
– 5 à 6 cuill. à café de partage
– 2 sachets d’engagement citoyen
300 gr. de bonne volonté

– 1 grosse pincée d’envie d’échanger

Mélangez le tout, saupoudrez de graines de bonheur à planter et vous aurez la bonne pâte de la philosophie des galettes.

 

 

 

13 Mar

Les nouvelles des « Nouveaux solidaires »

La Patate chaude de Nicolas Floc'h, dans le cadres d'une commande Nouveaux Commanditaires http://www.nouveauxcommanditaires.eu/fr/25/93/la-patate-chaude#.VHwmIxe3020.facebook

La Patate chaude de Nicolas Floc’h, projet des Nouveaux Commanditaires à Rennes Photo : http://www.nouveauxcommanditaires.eu/fr/25/93/la-patate-chaude#.VHwmIxe3020.facebook

Pierre Marsaa – association Point de fuite –, et Pomme Boucher – association Quartier Rouge –, médiateurs entre la Fondation de France et les Nouveaux commanditaires, ont présenté le 4 mars 2015, au siège du Secours populaire de la Haute-Vienne, un panel d’artistes pouvant possiblement réaliser la commande des « Nouveaux solidaires ». Ces artistes travaillent les mises en volumes, inventent ou détournent des formes, utilisent les couleurs et la lumière pour créer des espaces interrogateurs et pertinents, qui attirent le regard ou qui transmettent des ondes de merveilles.

Il s’agit à présent de choisir l’artiste qui pourrait répondre au cahier des charges, si elle ou il accepte de prendre part à la réalisation du projet. Le Secours populaire portant échos jusque dans les quartiers, le centre-ville étant lieu de transit entre ces différents sites urbains, l’œuvre doit se déployer au sein de tous ces espaces pour y inscrire et ré-inscrire la solidarité. Il faut repérer les lieux d’action du Secours populaire qui sont à privilégier dans la réalisation du projet.

À Beaubreuil, le chantier d’insertion, la Salle municipale Jean Montalat, où se sont déroulées les répétitions des spectacles La Jeune Fille aux mains d’argent représenté à l’Opéra, le chanteur à la caméra présenté au conservatoire de Limoges, ainsi que le Stade du Prieur pour le lieu de déroulement de la fête de quartier ; en partenariat avec l’Alsea (Association limousine de la sauvegarde de l’enfance à l’adulte).

Aux Coutures : deux appartements accueillant les ateliers d’aide aux devoirs qui profitent à une vingtaine d’enfants des quartiers, et le renforcement du lien social avec le groupe « se restaurer aux coutures », en partenariat avec la Maison du Département (Conseil Général), et la fête de quartier.

Au Val de l’Aurence : les Salles municipales Marcel Vardelle et Jules Ladoumègue, le Château du Mas Jambost et le Parc de l’Aurence où a été tourné sur téléphone portable le court métrage Mon quartier, mon village, mon lieu de vie, présenté au sein du festival Pocket films, au Forum des images (Paris). Le Parc du Talweg pour la fête de quartier où ont été mis en place des ateliers d’art postal avec Rémy Pénard, un photomaton musical avec Jean-Michel Péricat et Gilles Favreau. La Maison du département et la Galerie commerciale de Corgnac où ont pu être exposés les « portraits mis en musique » découlant du photomaton musical. La galerie commerciale de Corgnac le Parc du Talweg pour le projet pré-accueil de l’âne bleu (avril à juin 2013) suivi d’une installation plastique et d’une performance culinaire : un couscous populaire.

Le repérage de ces lieux est une étape essentielle de reconnaissance et de mémoire lors de laquelle les Nouveaux solidaires deviennent guides, et lors de laquelle l’artiste se nourrit de la mémoire des projets et activités qui y ont pris place pour en marquer sa création artistique.

 Rendez-vous le 15 avril pour de nouvelles aventures.

 

10 Fév

En mars : Les Nouveaux solidaires

L’action Nouveaux commanditaires offre à toute personne de la société civile les moyens de participer à l’émergence d’un art de la démocratie. Pourquoi le Secours populaire a-t-il voulu prendre part à cette action?

La commande d’une œuvre d’art est née d’une volonté de réaménagement des locaux du Secours populaire 87 afin d’améliorer les conditions d’accueil des publics et les conditions de travail des bénévoles. L’œœuvre des Nouveaux commanditaires devait être mise en place à l’intérieur du bâtiment. Puis le projet s’est déplacé à l’extérieur, en premier lieu sur la façade du siège de l’association, visible de tous ; avant de s’étendre vers la ville et les quartiers où le Secours populaire propose de mettre en place des projets artistiques et solidaires, depuis de nombreuses années.

En irriguant la ville, l’œuvre tracerait ainsi un parcours de solidarité car « si la satisfaction des besoins alimentaires est essentielle pour survivre / sous-vivre, l’être humain a besoin de se nourrir l’esprit, le cœœur, pour vivre, donc choisir ». L’œœuvre se voudra nourriture de l’esprit, se fondant à l’objectif d’éducation populaire auquel le SPF est attaché depuis ses origines. Francis Jourdain, qui s’est affirmé lui-même comme un pionnier du mouvement moderne, en fut le premier Président.

L’artiste devra réaliser l’œuvre avec la participation des publics, en valorisant les savoir-faire locaux et les ressources locales. L’œuvre doit mettre en lumière le gisement de richesses humaines, rappeler ainsi la multi-culturalité des publics qui fréquentent le Secours populaire, questionner des moyens de lutte pour mettre fin au regard porté sur la précarité et inscrire la solidarité au patrimoine culturel immatériel.

La commande des « Nouveaux solidaires » a été validée en novembre 2014 par le Comité d’experts Culture de la Fondation de France, présidé par Martin Béthenod. Pierre Marsaa, médiateur culturel auprès de L’association Point de fuite (Bordeaux) fait le relais entre la Fondation de France et les Nouveaux commanditaires. Il soutient l’écriture du cahier des charges, il oriente le choix de l’artiste en présentant différents exemples de travaux d’artistes. Il en va de même pour la Direction Régionale des Affaires Culturelles du Limousin. En effet, il émerge depuis peu en France le « mariage » entre la commande citoyenne et la commande publique, permettant aux « Nouveaux solidaires » de formaliser plus sereinement le projet. L’association Point de fuite, qui se trouve à Bordeaux, passe le témoin à l’association Quartier rouge, relais en Limousin. Les « Nouveaux solidaires », Point de fuite et la DRAC décideront ensemble quel artiste aura à charge l’étude et la réalisation de l’œuvre. Les « Nouveaux solidaires » proposeront le nom d’une ou peut-être d’un artiste en avril. Si celle-ci ou celui-ci accepte, trois mois d’études seront nécessaires avant la soumission d’une proposition au début de l’été 2015.

Les 7 « Nouveaux solidaires », Barbara Driss, Daniel Péchieras, Jérôme Gady, Houria Meddah, Marie-Christine Dupuy-Robinet, Nachida Fauchereau, Sophie Vergnaud sont issus des publics accueillis au sein des permanences d’aide alimentaire et d’aides au départ en vacances, ou sont des bénévoles actifs, réflexifs et décisionnaires de l’association du Secours populaire.

logo_ptf_fondationdefrance« L’action Nouveaux commanditaires, initiée par la Fondation de France permet à des citoyens confrontés à des enjeux de société ou de développement d’un territoire, d’associer des artistes contemporains à leurs préoccupations en leur passant commande d’une œuvre. Son originalité repose sur une conjonction nouvelle entre trois acteurs privilégiés : l’artiste, le citoyen commanditaire et le médiateur culturel, accompagnés des partenaires publics et privés réunis autour du projet. »

http://www.nouveauxcommanditaires.eu/

 

03 Fév

Les ventes d’œuvres continuent

WP_004685

Voilà déjà 90 œuvres vendues ainsi que de nombreux livres d’art. Il reste de superbes pièces, des ouvrages de belles éditions et des magazines d’art hors série. Elles sont aussi visibles sur la page Facebook du Secours populaire 87. Merci aux visiteurs qui viennent nombreux au Pavillon du Verdurier soutenir le Secours populaire.

Le Secours populaire vous accueille tous les jours de 10 h à 19 h.

Le Secours populaire vous accueille tous les jours de 10h à 19h.

30 Jan

Un beau succès

Hier s’est tenu, au Pavillon du Verdurier, le vernissage de la 4ème biennale des artistes. Étaient au rendez-vous de nombreux visiteurs, artistes et bénévoles.

Les cloches de la vente ont sonné, et déjà de nombreuses œuvres d’art (peintures, photographies, gravures, sculptures, porcelaine, émail, planches originales…)  ont séduit des acheteurs. Les artistes présents ont fait part de leur engagement politique au travers de leurs œuvres et ainsi de leur solidarité envers le Secours populaire. Le Commissaire de l’exposition, Philippe Bongrand, soulignait la générosité des artistes. Leurs dons seront profitables aux publics accueillis par le Secours populaire.

Thierry Mazabraud, secrétaire général du Secours populaire de la Haute-Vienne a remarqué une affluence grandissante des visiteurs par rapport aux années précédentes, soit un peu plus de 300 personnes.

Les œuvres resteront toutes exposées jusqu’au 12 février pour les regards curieux et les acquéreurs. Attention où vous posez les yeux, certaines œuvres d’art ne se révèlent pas facilement… À ne pas manquer non plus, la vente d’ouvrages issus d’une sélection des dons de livres d’art des deux dernières années.

Les premières ventes

Les premières ventes

Marc Firmin qui a fait don de deux photophores en porcelaine avec le logo du Secours populaire gravé.

Marc Firmin a fait don de deux photophores en porcelaine signifiant sa solidarité en y gravant le logo du Secours populaire.

Ramon Aguilella et Roch Popelier

Ramon Aguilella et Roch Popelier

 sculpture chat

 SPF87-photos Michel Corneloup

Merci à tous les artistes solidaires :

Charlie ABAD, Anna ABLAS, Ramon AGUILELLA, Delphine ALRIC, André-Pierre ARNAL, Simone ASHER-NATHAN, Tudor BANUS, jacques BARRY, Claude BENSADOUN, Catherine BERNIS, Alain BONNAURE, Sandra BORREL-CHOFFEL, J-P BOUCHAREL, Isabelle BRAUD, Claude BROMET, Jean-Claude CAFFIN, Odile CARITEAU, Josiane CHAGOT, Yves CHAUDOUET, Stéphanie CHERPIN, Christian CHRISTEL, Edwige COL, Florent CONTIN-ROUX, Annie COURTIAUD, Colette CORNEILLE, Laurent CORVAISIER, Henri CUECO, DAFLO, Radmila DAPIC, Michel DELLA VEDOVA, Jean-François DEMEURE, Diane DE BOURNAZEL, Kristina DE PAULIS, Jean-Marie DESCHAMPS, Thierry DEVAUD, Ismet DOGRU, Alain DORET, Agnès DORTUT, Alain DUBAN, Patrick DUBRAC, Françoise DUMY, Catherine DUPIRE, Thomas DURANTEAU, Franck EON, Max EYROLLE, Jacques FADAT, Danièle FAUCHER, Richard FAUGUET, Sophie FAVRE, Dominique FERRAGGIOLI, Marc FIRMIN, Mariette FORGES, Geneviève FOURGNAUD, Jean FOURTON, Hubert et Jacques FROIDEVAUX « Plonk et Replonk », Robert FRUGIER, Françoise GAILLARD, Jean-Paul GARCIA, Bernard GILBERT, Dominique GILBERT, Michèle GILBERT, Alain GOURSAUD, Pascale HUBER-BEAULIEU, Daniel HUMAIR, Marie SIGRIST-LAROUDIE, Bernard LACHANIETTE, Laurence LAVOLLEE, Francis LAVOUTE, Véronique LEDAULT, Jean LECOINTRE, Jean-Pierre LEDOUX, Frédérique LEMARCHAND, Yvette LINOL, Bernadette LEPINOIS, Mathias LEROYER, Gaëlle MAAS, Pavel MACEK, Annick MALINVAUD, Maurice MANTE, Michel MARCHAND, Michel MAZET, Dominique MERIGARD, Miguel Angel MOLINA, Anita MOLINERO, Odile MONMARSON, Eva OFFREDO, Olivier ORUS, Katja PATRIER, Vincent PECAUD, Rémi PENARD, Marc PETIT, Jean-François PEYRICHOUT, Marie-Claude PHENIX, Valérie PICOT, Roch POPELIER, Jean-Charles PROLONGEAU, Jean-Louis PUIVIF, Annie QUERIAUD, Lise RATHONIE, Lionel REDON, Annick REDOR, Jean-Pierre RIBIERE, Christophe RUBEN, Viviane SADARNAC, Marie SARRAZIN , Marie-Pierre SAUNIER, Jean-Claude TARON, Louis SCHMITT, Matthieu SERY, Matt SESOW, Léa SHAMS, Jean-Marc SIMEONIN, Patrick SOBRAL, Jean-Paul SPORTIELLO, Laurent TERRAS, Joëlle THABARAUD, André THABARAUD, Dominique THEBAULT, Joël THEPAULT, Marianne TIXEUIL, Annette VALLEJO, Laurent VAURY, Annie VEYRIRAS, Roger VULLIEZ.