26 Juin

Gustave Courbet au fil de la Loue

Rarement un peintre n’a autant peint sa terre natale. Falaises, pans de calcaires sont souvent en arrière-fond des toiles. Et ce ne sont pas des paysages inventés, ils sont bien réels ! Le ruisseau du Puits noir, la grotte Sarrazine, la roche Bottine sont aisément reconnaissables pour celui qui sait observer la Vallée. C’est le cas de Pascal Reilé. Natif d’Ornans ( sa famille y vit depuis au moins trois générations, c’est dire…) , cet hydrogéologue connaît  aussi bien les sous-sols de ce bassin versant que ses paysages. Il a grandi à deux pas du musée et a appris tout naturellement à décrypter l’œuvre du Maître d’Ornans.

Trait d’union

Avec un tel bagage, c’est plutôt facile pour lui d’écrire le trait d’union entre l’œuvre, la vie de Courbet et la vallée d’aujourd’hui. Il y a tout juste un an,  à l’occasion de la réouverture du musée Courbet, le département du Doubs a demandé à Pascal Reilé de réaliser des « Sentiers de Courbet » . Quatre parcours sont désormais disponibles. Vous pouvez les consulter sur le site internet du musée Courbet ou les trouver directement à Ornans. Pour le tournage de notre page été diffusée prochainement sur France 3 Franche-Comté nous lui avons demandé de nous guider sur les pas de Courbet. Un parcours quasi-initiatique.

Isabelle Brunnarius

18 Juin

La Loue, héroïne du roman « Du domaine des murmures ».

«Vers le sud, point n’était besoin de mur de bois ni de pierre : la tour seigneuriale déploie ses ailes dépareillées au sommet d’une falaise abrupte au pied de laquelle coule la Loue. La tranquille rivière continue de lécher l’escarpement rocheux, s’appliquant à dessiner depuis toujours les mêmes boucles vertes sur la terre.»

Avec "Du domaine des murmures", Carole Martinez a remporté le Goncourt des lycéens 2011.

A peine quelques pages tournées, et le lecteur s’engouffre dans cette fable romanesque. Que nous aimions la Loue ou pas, «Du domaine des murmures» est à lire. Son auteur, Carole Martinez, nous emmène dans une histoire à peine croyable de demoiselle emmurée à vie. Esclarmonde vit au XII ième siècle dans le comté de Bourgogne à Hautepierre, là où se faufile encore aujourd’hui la Loue. Au fil des pages, la rivière endosse son rôle de cours d’eau mystérieux où les hommes vont se perdre.
Pourquoi avoir choisi la vallée de la Loue ? Pour ces falaises et sa rivière en contrebas. Carole Martinez n’a jamais mis les pieds dans la vallée ! Tout est imaginaire et pourtant si proche du réel.
J’ai passé un moment délicieux à écouter cette auteur me raconter comment elle était tombée sur la vallée de la Loue. Pour ancrer son château sorti de ses rêveries, Carole Martinez cherchait une forêt escarpée avec rivière en contrebas. Après des heures sur Google Earth, elle finit par chercher dans des guides de varappe… Bingo ! Le charme de la Loue a vite opéré. «Déjà, rien que le nom de la Loue est splendide, m’explique-t-elle. Et puis cette idée de la source de la Loue peinte par Courbet en lien avec l’Origine du monde.. Comme je parle du féminin, cette Loue si féminine me convenait bien, il fallait que je pose mon château là !»

Mouthier Hautepierre, photographié par Jean-Claude Gagnepain.

De fil en aiguille, ce qui au départ ne devait être qu’un chapitre du roman, prend de l’ampleur, embarque Carole Martinez. «Je me laisse surprendre, c’est un peu comme un voyage. Je sais où je veux aller mais ce n’est pas organisé. Je me laisse happer par ce que je rencontre en cours de route». La personnalité d’Esclarmonde, les légendes franc-comtoises de la Dame Verte, du cheval Gauvin, de la jument d’Amaury, de Berthe de Joux, nourrissent l’imaginaire de Carole Martinez. «J’ai inventé comment la fable de la Dame Verte était née, j’aime montrer la force de l’imaginaire populaire. Les histoires qui tiennent ont été inventées par cette force là.» L’écrivain préfère imaginer plutôt que d’être déçue par le réel alors viendra-t-elle arpenter les abords de la Loue ? Des lecteurs lui ont déjà envoyé des photos de Mouthier Hautepierre et elle ne semble pas déçue ! Ses trois prochains romans devraient toujours se passer autour de son château imaginaire de Hautepierre mais cette fois-ci aux XIV ième, XVI ième et XXI ième siècles… C’est promis, si d’ici là, Carole Martinez ose s’aventurer dans le réel, je l’emmènerais flâner au bord de la Loue.

Isabelle Brunnarius

08 Juin

SOS Loue et rivières comtoises réagit à l’étude suisse

Comme nous vous l’annoncions il y a quelques jours sur le site internet de France 3 Franche-Comté, le collectif SOS Loue et rivières comtoises a réagi à l’étude du laboratoire de Neuchâtel annonçant la découverte d’un champignon qui pourrait expliquer les mortalités de poissons dans le Doubs et la Loue. Voici le communiqué intégral.

Le communiqué de presse de SOS Loue Rivières Comtoises sur la Saprolégnia

02 Juin

Près de 800 manifestants à Jeurre (39) pour améliorer la qualité des rivières comtoises.


Manifestation de Jeurre ( 39 ) pour… par F3FrancheComte

Tranquillement, sans slogan scandé mais la colère rentrée, le défilé a traversé le village de Jeurre. Cette année, les défaillances des stations d’épurations ont été pointées du doigt par les organisateurs de la manifestation. Charles Varenne, le président de l’AAPPMA La Biennoise a recensé 46 rejets d’eaux usées directement dans la Bienne. Ce type de rejets est interdit dès qu’il y a un réseau dans  le village. Le collectif SOS Loue et rivières comtoises et l’association de pêche la Biennoise ont voulu « mettre les élus devant leurs responsabilités » en les invitant à participer à une table-ronde en marge de la manifestation. Les maires de Jeurre, Vaux-les-Saint-Claude, Molinges et Saint-Claude ont répondu à cette invitation, ils ont été rejoints plus tard par Marie-Christine Dalloz, députée du Haut-Jura. Les échanges ont été cordiaux. En fait, les élus présents sont ceux qui ont bien conscience des défaillances de leurs stations d’épurations. Ils ont entrepris des travaux mais il faut monter des dossiers, trouver des financements, faire des études… En fait, comme pour les autres sources de pollution, des actions sont entreprises, des sommes importantes sont investies mais la détérioration du milieu est tellement ancienne et profonde que les résultats ne se voient pas forcément. Le temps des échéances politiques n’a rien à voir avec le temps de l’environnement.

01 Juin

En avant-première de la manifestation de Jeurre (Jura)

L'affiche de la manifestation de Jeurre du 2 juin 2012 dans le Jura

C’est malheureusement devenu un rituel printanier. 2010 Ornans, 2011 Goumois et … 2012 Jeurre. Malheureusement car ce sont les mortalités de poissons dans la Loue, le Doubs franco-suisse et cette année la Bienne qui sont à l’origine de ces manifestations. Cette fois-ci, c’est L’APPMA La Biennoise qui organise ce rassemblement avec le soutien du collectif SOS Loue et rivières comtoises. Nouveauté cette année, une table-ronde avec des élus est prévue à 14 heures avant la manifestation de 15 heures . Les organisateurs n’ont pas choisi leur date au hasard. A une semaine des législatives, ils  espèrent obtenir des élus présents des engagements pour améliorer la qualité de l’eau en les « mettant devant le fait accompli ». Le débat sera certainement intéressant d’autant plus que la pollution de la Bienne est surtout due aux problèmes domestiques. Dans ce secteur, le fonctionnement des stations d’épuration laisse à désirer.

La député sortante Marie-Christine Dalloz (UMP) et son adversaire du Front de Gauche Francis Lahaut, le maire de Saint-Claude ont annoncé leur participation à la table-ronde. les maires de Jeurre, Vaux-les-Saint-Claude seront également présents.

A Ornans, l’enterrement de la Loue avait rassemblé 300 personnes, environ  800 manifestants s’étaient déplacés à Goumois. Cette année, les organisateurs souhaitent mobiliser encore plus et espèrent que des non pêcheurs viendront exprimer leur ras-le-bol du mauvais état de santé des rivières.

Le reportage au laboratoire d’analyses de Poligny

Thierry Chauffour et Jean-Pierre Grandidier ont rencontré Françoise Pozet, vétérinaire biologiste du laboratoire départemental d’analyses de Poligny qui a contribué à l’étude de l’université de Neuchâtel sur le rôle du champignon Saprolegnia parasitica dans la mortalités des poissons du Doubs et de la Loue. Georges Lauraine, le président de la fédération de pêche du Doubs réagit à cette étude. Pour lui, il ne faudrait pas que cette annonce fasse oublier que les poissons souffrent également de la mauvaise qualité de l’eau.

Un champignon tueur de poissons ? par F3FrancheComte