03 Déc

Décès de Valery Giscard d’Estaing : l’hommage des centristes de la région

Midi-Pyrénées, l’Aveyron mais aussi Toulouse furent des terres centristes, dirigées par des élus UDF, le parti de Giscard. Ses anciens membres se souviennent. Quant à la nouvelle génération, elle rend aussi hommage à l’ancien président.

Valéry Giscard d’Estaing en juin 2019 lors d’une conférence consacrée au 50ème anniversaire de l’élection de Georges Pompidou (Photo Jacques Demarthon AFP)

L’UDF fut  fondée en 1978 en soutien à Valéry Giscard d’Estaing. Jean-Luc Moudenc l’intégra dès sa création. Il avait 17 ans. « C’est  l’élection de Valery Giscard d’Estaing qui m’a fait m’engager en politique pour des idées forces : l’Europe, la majorité à 18 ans, l’idée de gouverner au Centre pour rassembler les français » témoigne l’actuel maire de Toulouse sur le site internet de France3 Occitanie.

Philippe Douste-Blazy intégra l’UDF plus tard. Mais  l’ancien maire de Lourdes et de Toulouse rend aussi un hommage appuyé au Président disparu. Ce qu’il retient aujourd’hui de VGE :

La profonde intelligence, un immense européen, un grand réformateur, le modernisateur de la vie politique française et européenne »

« Il fut ce qu’on peut appeler mon mentor politique dès les années 70» avoue sans retenue Marc Censi. « J’avais pour lui une grande admiration. J’ai eu l’occasion de le côtoyer à l’association des présidents de régions » se souvient celui qui dirigea Midi-Pyrénées de 1988 à 1998.

« Mon regret est qu’il n’ait pas pu effectuer un deuxième mandat. Je crois que c’est Borloo qui a dit de lui qu’il était un homme qui avait eu raison trop tôt » regrette l’ancien maire UDF de Rodez.

L’UDI 31 a le cœur gros

Aujourd’hui, l’UDF n’est plus mais les militants de l’UDI se souviennent aussi du dernier centriste encarté à avoir été Président.

« Comme il l’avait si bien su le dire en 1974, personne n’a le monopole du cœur mais ce soir la famille centriste a le cœur gros » écrit sur son compte Twitter Sophie Lamant, la présidente de l’UDI 31.

Patrick Noviello (@patnoviello)

01 Déc

Régionales : Myriam Martin et Manuel Bompard désignés « chefs de file » pour La France Insoumise

Aucune surprise quant à ce choix de la conseillère régionale sortante et du député européen, tous deux habitués aux affiches des derniers scrutins. Leur programme s’élabore et il se veut « ouvert » à de nouveaux partenaires.

Après les Sénatoriales en septembre dernier, en route pour les Régionales pour Myriam Martin Photo : Facebook M.Martin

Déçus par la décision d’Europe Ecologie Les Verts réunis en Assemblée Générale ce week-end, le comité électoral Occitanie de LFI a donc annoncé la couleur en désignant ses chefs de file. « Nous leur avions pourtant fait une proposition précise pour parvenir à une liste de large rassemblement en capacité de gagner la Région, sans préalable de notre part » précise le comité régional dans son communiqué.

Antoine Maurice tout seul n’aurait jamais fait 48% aux Municipales » Myriam Martin

« Moi je suis toujours surprise par ses refus-là non motivés. Je pense qu’EELV a une mauvaise analyse des Municipales. Je regrette vraiment qu’Antoine Maurice ait perdu à Toulouse mais tout seul il n’aurait jamais fait 48%. Et c’est le cas de tous les autres candidats Europe Ecologie Les Verts en France » analyse Myriam Martin.

Union ratée avec EELV

« Nous avons été mal traités par le PC et les Verts à la Région. Ils nous ont privé de groupe politique. Mais de ça, on avait fait table rase. Je ne suis pas pour l’union béate mais quand on peut unir nos forces il faut le faire. On avait convaincu nos militants de nous unir avec EELV, mais eux ont fait le contraire » regrette la désormais chef de file LFI.

Et dans son communiqué le comité électoral régional de LFI de reprendre à son compte le cheval de bataille historique d’EELV : « Nous n’avons plus que quelques années pour agir face à l’urgence climatique. Et la terrible crise sociale qui frappe notre pays nous oblige à un devoir de responsabilité. Il y a donc urgence à changer les politiques régionales et les méthodes politiques. Cela nécessite de se fédérer, à l’inverse de la décision de repli sur soi que viennent de décider les instances d’EELV ».

Il faut arrêter les projets inutiles ! » Myriam Martin

« Il faut arrêter les projets inutiles comme la scierie de Lannemezan ou l’autoroute Castres-Toulouse. Il y en a énormément dans notre région » assure Myriam Martin. Et la candidate LFI de relever « un désaccord sur la méthode avec Carole Delga. « Il faut partir des besoins et des urgences écologiques. Le Schéma Régional pour l’Aménagement du Territoire prévoit des choses en ce sens mais pour… 2040 ! »

Dans son programme, Myriam Martin souhaite aussi plus « faire avec les habitants ». Mais quid de la convention citoyenne alors ? « C’est la montagne qui accouche d’une souris. En seulement trois sessions, c’est une plaisanterie ! Nous voulions un débat général sur la LGV par exemple. Il a été refusé ».

Main tendue à d’autres forces politiques

Mais pas d’union avec EELV signifie-t-il pour autant que LFI restera seule ? « Nous continuons de tendre la main à toutes les forces politiques, aux militants associatifs ou syndicaux, qui partagent ces priorités politiques pour constituer ensemble une liste porteuse de ces aspirations » précise prudemment leur communiqué.

Un « Archipel Citoyen » régional ? « On n’a pas abandonné l’idée » avoue Myriam Martin. « Dans l’appel que nous avons lancé, il y a des signataires de tous horizons. On a proposé d’ouvrir le programme » explique la conseillère régionale sortante. Covid oblige, la campagne va surtout débuter en visio mais les équipes de LFI sont déjà en place assure le mouvement.

Combien de listes à gauche ?

Carole Delga candidate à sa propre succession, Antoine Maurice en campagne pour Europe Ecologie Les Verts, déjà deux listes sont déclarées à gauche, trois avec celle-ci. Y-en aura-t-il une quatrième voire plus ? Même si c’est bien connu aux Régionales plus qu’ailleurs, chacun compte ses voix au premier tour et on se réunit au second, l’union finale est cette fois-ci loin d’être assurée.

Patrick Noviello (@patnoviello)

26 Nov

Régionales Occitanie : le maire de Balma, Vincent Terrail-Novès, tête de liste pour En Marche

[Exclusif] La République En marche a trouvé sa tête de liste pour les Régionales de 2021 en Occitanie. Il s’agit d’un maire( ex-LR), soutenu par le parti présidentiel lors des dernières municipales : Vincent Terrail-Novès.

Vincent Terrail-Novès, maire de Balma

Vincent Terrail-Novès sera la tête de liste d’En Marche pour les prochaines régionales. Plusieurs noms de députés et d’élus locaux circulaient. Mais, finalement, c’est le maire d’une commune de la métropole toulousaine et un conseiller régional (sortant) qui va représenter les couleurs « macronistes ». Vincent Terrail-Novès n’est pas membre du parti présidentiel. Mais il a bénéficié du soutien d’En Marche lors des municipales de juin dernier.

Vincent Terrail-Novès a eu des responsabilités au sein des Républicains : responsable des Jeunes Populaires sous la présidence Sarkozy, tête de liste départementale aux Régionales de 2010 et 2015.

Laurent Dubois (@laurentdub)

Régionales 2021 : le « ministre » de la Justice de Marine Le Pen future tête de liste en Occitanie ?

Marine Le Pen présente Jean-Paul Garraud comme son futur ministre de la Justice en cas de victoire à la présidentielle. L’ancien magistrat et actuel euro-député est candidat pour être tête de liste aux Régionales en Occitanie.

Marine Le Pen et Jean-Paul Garraud. Photo MaxPPP/IP3

Le casting des Régionales bouge du côté du Rassemblement National. Le maire de Beaucaire semblait s’imposer (naturellement) pour devenir la tête de liste du parti de Marine Le Pen. Mais, selon nos informations, une autre candidature s’invite dans le jeu. Pas n’importe laquelle puisque le concurrent de Julien Sanchez bénéficie d’un appui de poids : la présidente du RN.

C’est plus qu’un atout. En effet,  mi-janvier,  Marine Le Pen et les instances nationales du Rassemblement National décideront si…Jean-Paul Garraud sera (ou non) le leader de la liste des Régionales en Occitanie.Et  la future candidate à la présidentielle de 2022, ne cache pas son enthousiasme envers sa nouvelle recrue. Une recrue qui est arrivée dans les rangs du RN en 2019, lors des dernières Européennes.

 Magistrat de profession et député spécialisé sur les questions de Justice

Marine Le Pen a annoncé que l’ancien magistrat sera son ministre de la Justice en cas de conquête de l’Elysée. Le RN est toujours et encore en recherche de respectabilité et surtout de…crédibilité. Et, sur ce terrain, Jean-Paul Garraud est un « bon client ». Ancien numéro 2 de l’Ecole Nationale de la Magistrature, ex vice président du TGI de Paris, Jean-Paul Garraud a également occupé un poste d’avocat général et de juge à la cour de justice de la République.

Ce parcours professionnel se double d’une expérience politique. Député de Gironde de 2002 à 2012, Jean-Paul Garraud a pris le siège une figure locale à dimension nationale, Gilbert Mitterrand, le fils cadet de l’ancien président (socialiste) de la République. Une fois élu parlementaire, Jean-Paul Garraud est resté sur son terrain judiciaire en étant rapporteur de texte et en siégeant au sein de la commission Outreau.

Que se soit professionnellement ou politiquement, Jean-Paul Garraud est une « prise de choix » pour Marine Le Pen. Pas uniquement en terme de carte de visite et de CV. Issu des rangs de l’UMP, une candidature Garraud en Occitanie permettrait de « braconner » sur les terres de la droite.

Un ancien soutien de François Fillon

Jean-Paul Garraud siège actuellement au sein du groupe RN au Parlement Européen. Mais l’euro-député est issu de la droite. Lors de la présidentielle de 2017, Jean-Paul Garraud a soutenu François Fillon. Il a également occupé des responsabilités nationales au sein de l’UMP. A la différence du maire de Beaucaire, il peut donc élargir l’assise du vote RN lors des prochaines régionales.

La République En Marche se dirige vers un profil « centriste ». A droite, la candidature d’un Aurélien Pradié est toujours d’actualité. C’est quasiment (l’anti-macronisme et le « gaullisme social » en plus) le même positionnement. Dans ce contexte, Jean-Paul Garraud peut bénéficier d’un espace politique :  les voix d’une droite républicaine « dure ».

Toutes les « planètes » sont alignées pour que la tête de liste du RN s’appelle, en janvier prochain, Jean-Paul Garraud.

 

Laurent Dubois (@laurentdub)

 

25 Nov

Toulouse : échanges à fleurets non mouchetés sur l’encadrement des loyers

Nous vous avions déjà expliqué pourquoi malgré un vœu déposé, l’opposition municipale n’avait aucune chance de voir examiner à nouveau la question de cette mesure sur la ville. Mais hier, dernier jour pour les dépôts de candidature des communes à l’encadrement des loyers, une ultime charge de François Piquemal (Archipel Citoyen) a provoqué l’agacement de la majorité.

Photo Patrick Lefevre/MAXPPP

« Encadrement des loyers : François Piquemal piétine le droit républicain et le suffrage universel ». Ainsi s’intitule le communiqué envoyé à la presse par « Pour Toulouse », groupe majoritaire au conseil municipal. « Si Toulouse Métropole ne s’est effectivement pas positionnée en faveur de ce dispositif, c’est après en avoir objectivement étudié l’hypothèse et parce qu’elle ne remplit pas les quatre critères légaux nécessaires » y développe Pierre Esplugas (LR) son porte-parole.

« Obstination aveugle » ou « volonté majoritaire des citoyens »

Quelques heures auparavant, sur les réseaux sociaux notamment, François Piquemal regrettait, en ce dernier jour pour candidater à l’encadrement des loyers, que « Toulouse manque la marche pour plusieurs raisons dont l’obstination aveugle de M.Moudenc». Et l’ancien militant de Droit Au Logement de réaffirmer que dans la ville « les loyers ont augmenté de 12% en trois ans et compte de nombreuses personnes précaires voire sans-abris ».

« Le programme électoral d’Archipel prévoyait explicitement l’encadrement des loyers (sans jamais dire comment le rendre légalement possible, ce qui n’est pas dans le pouvoir d’un maire » riposte de son côté Pierre Esplugas. « Le Projet Aimer Toulouse, choisi par une majorité d’électeurs, annonçait clairement que les loyers ne seraient pas encadrés. Telle est donc la volonté majoritaire des citoyens toulousains, que nous appliquons, Monsieur Piquemal ! » conclut-il.

« Squats » et « spéculation »

Mais ce qui a agacé franchement la majorité municipale, ce sont les dernières sorties de l’élu d’opposition dans la presse locale. François Piquemal y accuse notamment Jean-Luc Moudenc dans les colonnes d’Actu Toulouse de « chasser de la ville les habitants les moins aisés » et de « livrer des biens qui appartiennent à la collectivité à des fins de spéculation immobilière », prenant l’exemple du quai Saint-Pierre.

Et « Pour Toulouse » de rappeler que François Piquemal « ex-fanfaron du DAL » comme il y est qualifié, a été « fort peu soucieux des principes républicains » et « prend plaisir, depuis des années à piétiner le Droit – singulièrement le droit de propriété – en organisant des squats ». « A l’inverse, notre comportement est tout simplement républicain en respectant la loi et en mettant en oeuvre le projet que les Toulousains ont choisi, pas celui qu’ils ont rejeté » martèle Pierre Esplugas.

 Ambiance, ambiance… Le prochain conseil municipal risque d’être animé.

Patrick Noviello (@patnoviello)

 

 

 

 

 

Projet de loi contre la glottophobie : pour Claude Sicre « le problème plus général c’est le rapport Paris-Province »

Jeudi 26 novembre à l’initiative du député de l’Hérault, Christophe Euzet (Agir) , l’Assemblée Nationale va examiner un projet de loi contre la discrimination par l’accent. L’auteur toulousain Claude Sicre également fondateur du Forom des Langues réagit à ce projet mais plus largement à ce qu’il qualifie de « maladie de l’unitarisme ».

Claude Sicre, poète, chanteur et auteur de « Notre Occitanie ». Photo MaxPPP Frédéric Charmeux

« Je suis pour faire semblant d’être pour cette loi ». A travers cette affirmation toute la malice et l’ironie du « Fabulous Trobadors ». « C’est la seule façon d’en faire parler par beaucoup de monde » reconnaît volontiers le fervent défenseur de la langue occitane.

C’est aussi présent et invisible que l’air qu’on respire » Félix Castan

Mais de quels maux la glottophobie est-elle le nom ? «Le problème plus général, plus profond, c’est le rapport Paris-Province » martèle Claude Sicre. « Ça n’est pas nouveau, ça date de la Renaissance. Je l’analyse dans mon livre (1) et je suis le premier à pousser le raisonnement jusqu’au bout » insiste-t-il.

Et l’auteur de citer l’un de ses maîtres à penser l’écrivain occitan Félix Castan qui disait de ce rapport Paris-Province « c’est aussi présent et invisible que l’air qu’on respire ». « Quand Montesquieu disait « peut-on être persan » il voulait en fait dire « peut-on être gascon » » fait également remarquer Claude Sicre.

L’unitarisme et la pensée française

« L’unitarisme est la maladie numéro un de la pensée française » explique l’artiste. « Il est à l’oeuvre depuis des siècles dans la littérature, l’histoire, toutes les sciences humaines, les arts, l’humour, la chanson, le cinéma, la radio, la télé, les comportements politiques, sociaux, économiques des français. Mais on ne le voit pas. Tellement il est enraciné dans notre façon de pensée ».

Pas besoin d’aller chercher bien loin dans les archives politiques pour tomber sur des réminiscences de cette discrimination indémodable. On se souvient de la mésaventure d’une de nos consoeurs raillée par Jean-Luc Mélenchon lors d’une interview. Mésaventure qui avait même valu à la députée LREM Laetitia Avia la (mauvaise ?) blague de proposer une loi sur le sujet. Mais aujourd’hui nous y sommes.

Pas besoin de loi ou de règlement, on va mettre tout le monde d’accord » Claude Sicre

Pour Claude Sicre « si la question est bien posée, en profondeur, tout le monde va mesurer l’énormité de ce que cela soulève, et il n’y aura pas besoin d’alourdir notre justice d’une énième loi victimaire ». Selon lui, pas besoin de loi, de règlement, ou encore de sanctions.

« Si les politiques lisent quelques livres, si les intellectuels sortent de leur carcan parisien, si les journalistes donnent la parole sans s’arrêter aux anecdotes en allant en profondeur, il y aura un déclic » assure ce féru de langue qui lance un appel à cette même presse.

Un Premier Ministre plus sensible à la question ?

Reste à savoir maintenant ce qu’il adviendra de ce projet de loi. Emportera-t-il l’adhésion de la majorité LREM ? Donnera-t-il lieu comme le souhaite Claude Sicre à un débat plus large ? Sera-t-il appuyé en hauts lieux par un Jean Castex venu de province ? Premier Ministre qui se souvient sans doute encore de la façon dont avait été accueilli son accent du sud-ouest lors de son arrivée à Matignon.

(1)« Notre Occitanie » de Claude Sicre aux éditions « Anagraphis »

Patrick Noviello (@patnoviello)

24 Nov

Filmer les policiers : la journaliste et députée (En Marche) Sandrine Mörch vote pour l’interdiction puis se rétracte

La députée (En Marche) de la Haute-Garonne a voté pour l’interdiction de filmer le visage des policiers. Rien de surprenant pour un membre de la majorité. Sauf que la presse est vent debout contre cette mesure jugée liberticide et que Sandrine Mörch est…journaliste de profession.

Sandrine Mörch, députée En Marche de la Haute-Garonne. MaxPPP

Sandrine Môrch échappe totalement au soupçon de lobbying ou de corporatisme. Journaliste de profession, la députée de la 9ème circonscription de la Haute-Garonne met régulièrement en avant son parcours dans les rédactions de France 2, France 3, TF1 et Arte. Et, pourtant elle défend une mesure combattue par l’ensemble de la presse.

Il est parfaitement sain qu’un député fasse primer son mandat sur ses attaches professionnelles. Sandrine Mörch met souvent en avant sa qualité de journaliste pour justifier son engagement politique. Elle a notamment déclaré qu’elle « défend (en tant que parlementaire) les mêmes causes et les mêmes valeurs que dans le journalisme ».

La proposition de loi « sécurité globale » met un terme à cette double casquette.

Cette clarification intervient alors, qu’au travers de tracts syndicaux et de tribunes, les journalistes se mobilisent contre l’article 24 de la proposition de loi « sécurité globale ». L’interdiction et la répression ( 1 an de prison, 45 000 euros d’amende) de la diffusion de « l’image du visage ou de tout autre élément d’identification » d’un policier ou d’un gendarme suscite une très forte opposition. Des associations de défense des droits de l’Homme, des avocats et des magistrats sont également opposés à cette mesure. Le malaise dépasse même les frontières de la France. Le conseil des droits de l’homme de l’ONU a critiqué la proposition de loi polémique.

Lors d’une manifestation parisienne contre la loi « sécurité globale », un journaliste de France 3 a été interpellé et placé en garde à vue. Un journaliste, Tangi Kermarrec, avec qui, d’ailleurs, l’ancienne journaliste et actuelle députée a travaillé et qui a été son rédacteur en chef (adjoint).

Dans ce contexte très particulier, la députée de la Haute-Garonne aurait pu se contenter d’une abstention lors du vote sur l’article 24. C’était un moyen facile et sans risque (politique) d’exprimer sinon une opposition, du moins une réserve. A la différence de plusieurs membres du groupe En Marche à l’Assemblée, la députée a préféré jouer la discipline majoritaire.

Une discipline qui a une limite temporelle : juin 2022. A la fin de son mandat, la parlementaire pourrait, au terme d’une mise en disponibilité, revenir dans sa rédaction d’origine.

Contactée par France 3 Occitanie, Sandrine Mörch n’a pas répondu à nos sollicitations afin de connaitre sa position et les raisons de son vote.

Une position et un vote qui ont évolués. Après avoir voté en première lecture pour l’article 24, la députée de la Haute-Garonne a contacté les services de l’Assemblée afin de « faire savoir qu’elle aurait voulu voter contre » !!!

Lors du vote en séance solennelle, ce mardi 24 novembre, Sandrine Mörch a réitéré sa position en votant contre l’ensemble de la proposition de loi « sécurité globale ». Vrai revirement ou simple ajustement suite au battage médiatique ? Le doute est permis…

Laurent Dubois (@laurentdub)

 

 

13 Nov

Des régionales en juin : la proposition fait l’unanimité ou presque

Faut-il reporter les élections régionales (et les départementales ?) au moins de juin ? C’est ce que recommande Jean-Louis Debré dans son rapport sollicité par le Premier Ministre. Covid oblige, la plupart des partis en présence y sont favorables. Mais les modalités varient.

Premier tour des élections Municipales à Toulouse, le 15 mars dernier. Photo MaxPPP Michel Viala.

S’il y a bien un point sur lequel tout le monde s’accorde, c’est le refus de revivre le scénario des élections municipales. « Si c’est pour recommencer comme en mars dernier, non merci  » s’exclame Julien Léonardelli conseiller régional RN, alors candidat à Fronton en Haute-Garonne. « Nous ne voulons pas à nouveau d’élections en deux rounds » prévient Myriam Martin pour La France Insoumise.

Les leçons des Municipales

« Les leçons ont été tirées par le Président et le Premier Ministre » assure Pierre Casteras qui « ne veut pas refaire le match ». « Ce que je salue c’est la méthode et l’objectif de la démarche de ce rapport » souligne aussi le porte-parole de LREM en Haute-Garonne.

« La proposition fait consensus, non ? »  Pour Pierre Esplugas, il faut « s’adapter à la situation de manière raisonnable ». Or de l’avis du porte-parole de LR 31, « un report de mars à juin c’est raisonnable ».

Côté socialiste, la Présidente sortante Carole Delga n’a pas souhaité s’exprimer. Mais pour Sébastien Vincini, « ce report était souhaité ». Le premier fédéral du PS en Haute-Garonne approuve « cette décision de bon sens ».  Quant à Valérie Rabault, la présidente du groupe socialiste à l’Assemblée elle ne fera pas de commentaire étant donné que cette proposition de report « va dans le sens de ce que qu’elle avait dit à Jean-louis Debré ».

« Ce qui est important pour nous c’est que la décision soit prise rapidement pour ne pas museler la démocratie » précise Antoine Maurice tête de liste EELV.

Vote par correspondance

A l’inverse la préconisation d’utiliser le vote par correspondance fait la quasi-unanimité contre elle, comme lorsqu’elle avait été évoquée pour les Municipales. « Ça doit être utilisé à la marge » recommande Myriam Martin. « On voit ce que ça a donné aux Etats-Unis où ils recomptent une semaine après » ironise Julien Léonardelli.

Pierre Esplugas se dit lui carrément « hostile » au vote par correspondance. « Pour le professeur de droit public que je suis, rien ne remplace l’unité de temps et de lieu du bureau de vote. le fait de se déplacer, de faire un effort répond au rituel électoral ».

Antoine Maurice « partage la prudence de Jean-Louis Debré sur la question ». « Il ne faut pas décider de nouvelles modalités de vote à la hâte » commente le candidat écologiste.

« Je suis assez partagé » avoue également Pierre Casteras. « C’est assez lourd à organiser. On en peut pas l’imposer à quelques mois d’une élection. Il faut en débattre sereinement » préconise-t-il.  »

Procurations facilitées ?

Guère plus d’enthousiasme sur la facilitation des procurations pour certains. « Actuellement on a des bureaux de Poste, des entreprises et même des mairies ouverts. Alors pourquoi ne pourrait-on pas assurer de bonnes conditions sanitaires dans les bureaux de vote » affirme Julien Léonardelli. « On doit être dans les meilleures conditions pour aller voter. Les procurations, ça doit rester à la marge » estime Myriam Martin.

« Un aménagement numérique doit sans nul doute être envisagé » estime Pierre Esplugas. Pour l’élu Les Républicains, « le point désuet et obsolète, c’est de les faire valider par des policiers ou des gendarmes qui ont autre chose à faire actuellement ».

Même analyse sur cette facilitation des modalités pour Pierre Casteras. « Que chacun n’arrive pas avec 10 procurations bien évidemment » explique cet ancien maire, « mais, sans tomber dans le tout numérique, il faut vivre avec son temps ».

Comment faire campagne ?

Dernier point qui préoccupent les futurs candidats : la tenue de la campagne. « Ni les français, ni les élus n’ont l’esprit à des campagnes électorales en ces temps troublés » reconnaît Sébastien Vincini. « Aujourd’hui, notre action est exclusivement tournée vers la gestion de la crise sanitaire et ses conséquences sociales, psychologiques et économiques » certifie le vice-président socialiste du département de Haute-Garonne.

Pour Antoine Maurice, ce sera une campagne « en mode Covid ». « A défaut de meeting, qu’on puisse au moins aller à la rencontre des habitants » espère la tête de liste EELV.

Un désamour attendu

« D’avance je pense que la participation va être faible » annonce Myriam Martin. « On va avoir un désintérêt parce que le désamour se poursuit entre citoyens et élus. Ça c’est le vrai sujet » martèle la conseillère régionale de La France Insoumise.

« Comment allons-nous mener campagne » se demande Julien Léonardelli. « Y-aura-t-il des meetings ou pas ? Ce qui est sûr c’est qu’on va devoir innover » prévient l’élu régional du Rassemblement National.

Patrick Noviello (@patnoviello)

22 Oct

Néonicotinoïdes : les apiculteurs d’Occitanie piqués au vif s’en prennent aux députés

Des actions ont été menées ces mercredi et jeudi par le syndicat des apiculteurs d’Occitanie. Leur cible : les députés qui ont voté ou se sont abstenus sur le projet de loi ouvrant un retour de ces pesticides.

Manifestation d’apiculteurs ce mercredi 21 octobre devant la permanence parlementaire d’Elisabeth Toutut-Picard à Toulouse. Photo Syndicat des Apiculteurs d’Occitanie.

« Votre député Monique Iborra n’a pas voté pour les abeilles, ne votez plus pour elle ». Voilà ce qu’ont pu lire, dès le levé du jour hier, les columérins sur certaines colonnes Morris de leur commune.

Quelques heures plus tard, c’était la permanence d’Elisabeth Toutut-Picard qui était cernée par des apiculteurs en tenue de travail et des pancartes dénonçant les néonicotinoïdes.

Elisabeth Toutut-Picard explique son abstention

« La porte de ma permanence est toujours ouverte et je vais proposer à ces apiculteurs de les recevoir » nous a-t-elle répondu en marge d’une réunion du groupe interministériel Santé Environnement qu’elle présidait ce jour à l’Assemblée. De plus, elle assure avoir publié les explications de son abstention sur son site internet.

Mais quelle mouche a donc piqué les éleveurs d’abeilles ? Ils dénoncent un vote issu d’un lobbying, notamment de l’industrie du sucre. Le 6 octobre dernier par 313 voix contre 158 le retour des néonicotinoïdes a été entérinée au Palais Bourbon via la possibilité d’introduire des dérogations notamment pour les producteurs de betteraves qui ont à faire face à des maladies.

Betteraves de Lot et Garonne

Pour information, les premières cultures de fleurs de betterave les plus proches de notre région se trouvent en Lot et Garonne. »1500 hectares » précise Olivier Fernandez avant de rappeler que  » les abeilles, elles, ne connaissent pas les frontières ».

Là où certains députés a une mesure obligatoire pour sauver des emplois, les apiculteurs d’Occitanie, eux, une atteinte directe à leur travail mais au delà à la santé des insectes et à plus grande échelle des espèces vivantes. « La betterave est un prétexte. Toutes les filières obtiendront des dérogations notamment le maïs » prévient Olivier Fernandez.

Comment peut-on voter en conscience contre 1322 études internationales ? »

Pour le Président des apiculteurs de la région « ce pesticide est un poison peu importe sa quantité ». « A cause de lui les abeilles mettent quatre fois plus de temps à travailler, on le retrouve jusque dans la graisse des ours polaires mais aussi chez les oiseaux ». Des apiculteurs qui dans un communiqué ne comprennent pas « comment on peut voter en conscience contre 1322 études internationales ».

Plusieurs actions en justice sont en cours. Mais les éleveurs d’abeilles espèrent maintenant que le Sénat retoquera le projet de loi. Il doit être examiné ce mardi 27 octobre au palais du Luxembourg.

Patrick Noviello

14 Oct

Avec l’épidémie de Covid et la vague verte, la réflexion sur l’encadrement des loyers de retour mais pas à Toulouse

Avec l’arrivée de majorités de gauche et/ou vertes dans certaines métropoles (Lyon, Montpellier), la question de l’encadrement des loyers revient sur le devant de la scène. A Toulouse, le maire (LR) réélu en juin ne prendra pas cette option comme il l’avait déjà annoncé en décembre dernier après la formation d’un groupe de travail. Mais son opposition a toutefois déposé un vœu pour que la mesure soit à nouveau étudiée en raison notamment de la crise économique. Sans succès.

Photo Eric Cabanis/AFP

Les communes candidates à l’encadrement des loyers ont jusqu’au 24 novembre pour déposer leur dossier. « Il n’y aura probablement pas de conseil municipal d’ici là, c’est pour ça que nous avons déposé ce vœu » explique François Piquemal.

 

L’élu d’opposition à la Mairie de Toulouse justifie aussi cette initiative par le fait que la situation a changé. « La crise sanitaire et économique va mettre des milliers de toulousains en difficulté. Les étudiants ont de plus de mal à accéder à un logement. Et enfin, une étude du site Appartager annonce une hausse des loyers de 12% en trois ans sur Toulouse ».

Le contexte sanitaire et sociale n’a pas modifié la donne en matière d’évolution des loyers » Bertrand Serp, conseiller municipal délégué au logement

« Le contexte sanitaire et sociale n’a pas modifié la donne en matière d’évolution des loyers sur les trois derniers trimestres 2019-2020 » affirme Bertrand Serp en Conseil Municipal lors de sa réponse à François Piquemal. « L’IRL qui est l’indice de référence des loyers indexé sur la consommation est inférieur à 1%. Il est de 0,66% pour les derniers indices connus, marquant donc un infléchissement par rapport aux indices de l’année précédente » précise le conseiller municipal délégué au logement.

 

Personnellement, ce n’est pas ce qu’a constaté François Piquemal. « Il y a deux ans et demi, je payais 741 euros par mois. Aujourd’hui mon loyer est 758 euros. Soit une augmentation de 204 euros sur l’année ».

 

Lors du conseil du 8 octobre dernier, Bertrand Serp a aussi rappelé pour la majorité que fin 2019, un groupe de travail avait déjà conclu à la non utilité d’encadrer les loyers. Les arguments d’alors mettaient en avant entre autres un faible écart entre loyers du parc public et loyers du parc privé et un taux de logement construit suffisamment élevé pour empêcher une flambée des prix.

Ce que je crois s’il y a un encadrement des loyers, c’est qu’on repousse les investisseurs » Jean-Luc Moudenc, maire (LR) de Toulouse

Dès juillet 2019, sur France3 Midi-Pyrénées, Jean-Luc Moudenc avait justifié son opposition à cette mesure. « Ce que je crois s’il y a un encadrement des loyers, c’est qu’on repousse les investisseurs, que l’on diminue donc la production de logements. Et s’il y a moins de logements sur le marché, alors que la demande est forte, on risque tout simplement d’avoir le contraire de ce qu’on veut, c’est à dire une hausse des prix. »

 

« C’est une candidature que doit faire la municipalité auprès du Ministère. On demande juste la mise en place d’un nouveau groupe de travail, représentatif cette fois-ci, avec associations étudiantes, Fondation Abbé Pierre ou encore le DAL. Et après, le Ministère peut dire non » précise François Piquemal.

L’encadrement des loyers nécessite une analyse préalable » Emmanuelle Wargon, Ministre chargée Logement

Si ce n’est que le Ministère semble renvoyer la balle aux maires. « Comme vous le savez l’encadrement des loyers, c’est une demande des maires et moi j’ai dit que je répondrais favorablement aux demandes » a déclaré la Ministre chargée du logement lundi 12 octobre sur le plateau du 19/20 Midi-Pyrénées Emmanuelle Wargon. Avant de nuancer : « Mais ça nécessite une analyse avec un observatoire des loyers, c’est un processus qui prend un peu de temps ».

 

A Toulouse la majorité estime avoir déjà fait cette analyse via son groupe de travail en 2019.  C’est ce que rappelle Bertrand Serp lorsqu’il répond à François Piquemal lors du dernier conseil Municipal. « Une réflexion métropolitaine conduite sous la présidence de Karine Traval-Michelet, le maire (NDR : PS) de Colomiers, alors vice-présidente de Toulouse Métropole en charge de l’habitat » précise-t-il. Comme pour souligner que l’opposition à l’encadrement des loyers dépassait la simple ville de Toulouse.

66% des toulousains sont locataires selon l’Insee. On ne retrouve pas cette tendance dans la majorité municipale » François Piquemal, élu Archipel Citoyen

Le vœu déposé par l’élu d’Archipel Citoyen a donc logiquement été rejeté par la majorité municipale. Toutefois François Piquemal l’évoquera à nouveau ce jeudi en conseil de métropole. « 66% des toulousains sont locataires selon l’Insee. On ne retrouve pas cette tendance dans la majorité municipale. Ce qui peut expliquer qu’ils balaient ainsi notre proposition » conclut-il.

Patrick Noviello