21 Oct

Metronews à Toulouse, c’est (vraiment) fini

Sans faire de bruit, dans la torpeur de l’été passé, la présence du quotidien gratuit Metronews à Toulouse (comme dans les autres villes de province où il était distribué) s’est brusquement arrêtée. Même sur le web. Plusieurs emplois de journalistes et de commerciaux ont été supprimés. 

IMG_4323

On vous avait dit ici que le quotidien gratuit (groupe TF1) avait prévu un plan social drastique (60 emplois supprimés sur 96) et surtout annoncé la fin du « print », l’édition papier distribuée chaque matin notamment près des bouches de métro. Le 3 juillet (le même jour que la fin de la télé locale TLT), le quotidien a disparu des présentoirs et des mains des distributeurs, principalement des étudiants qui ont perdu là un petit job.

Mais la volonté de TF1 de faire de Metronews un média uniquement sur le web, abandonnant la coûteuse édition papier, a aussi conduit à la suppression des postes dans les différentes « locales » dont ceux de Toulouse : un poste de journaliste titulaire, deux commerciaux et quatre pigistes.

L’aventure Métro (puis Metronews) à Toulouse est vraiment terminée. Les rares articles toulousains publiés sur le site internet sont désormais écrits… depuis Paris. Et le pluralisme local ne s’en porte pas mieux !

FV

22 Mai

Metronews va cesser sa parution papier à Toulouse

IMG_4130

Metronews, le quotidien gratuit distribué par des étudiants tôt le matin aux entrées des bouches de métro à Toulouse, c’est bientôt terminé ! L’actionnaire majoritaire, le groupe TF1, a annoncé hier « une adaptation » du modèle économique du journal avec la suppression des éditions papier au profit de la seule existence du site internet.

C’est la baisse du marché publicitaire qui contraint TF1 à faire ce choix stratégique, d’après le groupe. Une soixantaine de postes sera supprimée dans toute la France (en plus de son édition parisienne, Metronews compte des éditions locales à Toulouse, Marseille, Lyon, Lille et Nice-Cannes.

CFivM18WgAAXIw4 (1)

A Toulouse, il est encore trop tôt pour savoir ce que va devenir l’équipe rédactionnelle : 1 journaliste titulaire et 4 pigistes qui assurent les permanences et la mise à jour du site internet de Metronews Toulouse. 

En revanche, l’avenir est désormais sombre pour la vingtaine de jeunes qui assurent la distribution des exemplaires papier le matin dans les rues de Toulouse. Des jobs d’étudiants pour la plupart qui vont forcément disparaître.

TF1 informera le Comité d’entreprise le 26 mai prochain. D’ici là, c’est l’inquiétude qui domine.

FV