08 Jan

Les médias régionaux aux couleurs de Charlie

Après l’attentat de Charlie-Hebdo, les médias régionaux portent sur leur une ou sur les réseaux sociaux la marque de leur solidarité avec les victimes et de leur attachement à la liberté de la presse. C’est le cas, par exemple, du quotidien régional. Le titre de La Dépêche du Midi est ce jeudi 8 janvier barré d’un bandeau noir.

B6xtaFVCQAAwetI

La rédaction de Centre Presse Le Journal de l’Aveyron a décidé de mettre du noir et blanc sur la totalité de sa une. Les couleurs vives du logo ont disparu : effet sinistre à la hauteur de l’événement :

10411079_693352307453096_6416357275149517197_n

Midi-Libre (diffusé dans notre région principalement dans l’Aveyron), a fait le choix d’un cahier spécial de 8 pages dont voici la une :

10906513_10152914278377559_6251684030310130504_n

France 3 Midi-Pyrénées pour sa part a modifié dès mercredi ses avatars sur les réseaux sociaux, Twitter et Facebook, avec un bandeau « je suis Charlie » qui barre le logo de la chaîne.

Capture

Idem pour l’éditeur jeunesse toulousain Milan Presse :

wx5PpNnV

La radio RTM31 (Radio Toulouse Métropole) annonce sur Twitter couper son antenne durant deux heures ce jeudi en hommage aux victimes :

 

28 Août

La Dépêche du Midi en « négociations exclusives » pour devenir actionnaire majoritaire de Midi-Libre

© AFP

© AFP

Un accord a été conclu entre Sud-Ouest, propriétaire de Midi-Libre, et le groupe présidé par Jean-Michel Baylet pour entrer en « négociations exclusives » sur le rachat de Midi-Libre.

La Dépèche du Midi est entrée en cette fin août en « négociations exclusives » pour le rachat des Journaux du Midi (Midi-Libre, l’Indépendant, Centre-Presse), qui appartient actuellement à Sud-Ouest qui souhaite vendre ses participations majoritaires.

Selon une note interne diffusée ce 28 août au personnel de l’un des groupes de presse concernés, « un accord vient d’être conclu entre les groupes Dépêche du Midi, Centre France et Sud-Ouest pour entrer en négociations exclusives sur une prise de participation au capital du groupe Midi-Libre ».

« A l’issue de cette opération, poursuit cette note, le groupe Dépêche du Midi présidé par Jean-Michel Baylet deviendrait l’opérateur du groupe Midi-Libre en qualité de premier actionnaire, tandis que le groupe Centre-France et des investisseurs locaux seraient partenaires associés de cette opération ».

Ces informations ont été confirmées dans la journée par un communiqué des trois groupes de presse. Le groupe Sud-ouest, qui avait racheté Midi-Libre au Monde pour 93 millions d’euros en 2008, resterait « actionnaire significatif » avec 33,4 % du capital.

Jean-Michel Baylet a toujours eu de l’intérêt pour Midi Libre. Il avait saisi l’occasion très tôt quand Sud-Ouest, en proie à un plan d’économies, a souhaité se désengager partiellement.

En constituant un groupe de presse qui couvrira largement les frontières des deux régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, La Dépéche du Midi et son président, qui est aussi président du Parti radical de gauche (PRG) partenaire du PS au gouvernement, anticipe aussi la réforme territoriale et la fusion des deux régions.