28 Fév

L’avenir de TLT au menu de Toulouse Métropole… un mois après la décision du tribunal de commerce

téléchargement

A la suite des prises de position des présidents des groupes PS à la mairie et à Toulouse Métropole Pierre Cohen et Claude Raynal (lire ici notre billet à ce sujet), Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse-Métropole indique ce samedi dans un courrier envoyé à Claude Raynal et diffusé à la presse qu’il a mis à l’ordre du jour de la prochaine réunion de la Métropole le renouvellement du contrat d’objectif et de moyens (COM) qui prévoit le versement de fonds à la chaîne locale en échange d’objectifs en terme de programmes et d’audience.

Déjà trop tard ?

Problème : cette réunion est programmée… le 9 avril prochain, alors que c’est dans une semaine vendredi 6 mars, un mois plus tôt donc, que le tribunal de commerce de Toulouse doit se prononcer sur l’avenir de la chaîne de télé locale, avec un risque élevé de prononcer la liquidation judiciaire de la structure actuelle.

Voici le courrier de Jean-Luc Moudenc

La discussion des élus de la Métropole sur le renouvellement du COM pourrait donc intervenir sur les ruines de la télé locale si le tribunal prononce la liquidation de TLT le 6 mars. 

Mais si la société actuelle (dont la ville de Toulouse est actionnaire principal via la société d’économie mixte CTV) est dissoute par la justice, la Métropole pourrait ainsi engager des discussions avec un repreneur, ou un groupe de nouveaux actionnaires.

Des repreneurs déjà sur les rangs

D’après nos informations, le Capitole continue ces derniers jours de consulter des groupes de médias intéressés par la télé locale pour tenter de réunir un nouveau tour de table et éviter l’écran noir… On parle beaucoup du groupe Médias du Sud qui exploite déjà des télés locales à Marseille, Nîmes et Montpellier. En revanche, la piste de Fiducial Médias, qui a repris récemment Sud Radio à Toulouse, semble désormais abandonnée.

Un dossier politique

A l’approche de la date fatidique du 6 mars, le dossier, déjà très politique, l’est encore plus. Lundi 2 mars, ce sont les élus écologistes qui organisent une conférence de presse pour présenter leurs propositions pour sauver TLT et en faire « une télé citoyenne« .

FV

27 Fév

Toulouse : les élus socialistes demandent à Jean-Luc Moudenc de sauver TLT

Les élus socialistes de la ville de Toulouse et de Toulouse-Métropole ont demandé ce vendredi au maire Jean-Luc Moudenc de tout faire pour sauver la chaîne locale TLT, alors que la chaîne locale est convoquée vendredi 6 mars devant le tribunal de commerce de Toulouse qui pourrait prononcer sa liquidation judiciaire.

MEDIAS-TELEVISION-SOCIAL

Pierre Cohen, ancien maire et président du groupe d’opposition PS à la ville, demande à son successeur Jean-Luc Moudenc dans un communiqué de presse « des réponses claires sur l’avenir de TLT et les engagements financiers nécessaires pour assurer sa pérennité ». « La nouvelle municipalité toulousaine, écrit-il, a choisi de revoir le contrat d’objectifs et de moyens de la télévision locale en réduisant progressivement les moyens alloués par la ville. Alors que TLT vit en grande partie grâce à l’argent public, cette décision équivaut à une mise à mort du média. Lors de la précédente mandature, un véritable plan a été mis en place, redressant progressivement la situation de TLT à l’aide des actionnaires et mobilisant de nombreux acteurs locaux, culturels comme sportifs. Télé Toulouse assure, en complément des éditions locales de France Télévisions, une information de proximité, diverse et pluraliste, indispensable à notre Métropole ».

Moins offensif et plus consensuel, le sénateur socialiste de Haute-Garonne et président du groupe socialiste à Toulouse Métropole Claude Raynal vient lui d’écrire au maire UMP de Toulouse Jean-Luc Moudenc pour lui demander un engagement ferme vis-à-vis de TLT.

Après avoir reçu les salariés, Claude Raynal indique dans ce courrier (qu’il a transmis à la presse) qu’il souhaite que le maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole confirme la continuation du Contrat d’Objectif et de Moyens (COM) avec la chaîne locale afin de donner des garanties avant l’audience cruciale devant le tribunal de commerce. Surtout, l’élu socialiste assure Jean-Luc Moudenc du soutien de son groupe d’opposition dans cette démarche.

Le courrier de Claude Raynal :

Paralysée par les dettes, TLT, dont l’actionnaire principal est la ville de Toulouse (via la société d’économie mixte CTV), vit sous perfusion des COM de la ville et de la région Midi-Pyrénées. La direction de la chaîne est convoquée par le tribunal de commerce le 6 mars et l’avenir de TLT est désormais plus qu’incertains. Plusieurs repreneurs seraient déjà sur les rangs, notamment le groupe Médias du Sud, qui exploite la télé locale de Montpellier TV Sud.

La vingtaine de salariés est aujourd’hui dans l’expectative.

FV