13 Oct

Un journaliste en garde à vue à Toulouse, interpellé pendant la manif des Gilets jaunes

Le journaliste indépendant a été interpellé samedi 12 octobre à Toulouse et se voit reprocher des faits qu’il conteste. Il doit être libéré dans la soirée et sera convoqué ultérieurement devant la justice.

Les rapports ont été à nouveau tendus entre la presse et les forces de l’ordre samedi 12 octobre à Toulouse. Le photoreporter qui apparaît sur cette photo n’est pas le journaliste qui a été placé en garde à vue (Photo : GUILLAUME HORCAJUELO/ MAXPPP)

Selon nos informations, la garde à vue de Guillaume Bernard qui a été prolongée ce dimanche après-midi doit être levée dans la soirée, alors que le journaliste indépendant exerçant à Toulouse, a été interpellé par les forces de l’ordre samedi en milieu d’après-midi et vient de passer plus de 24 heures en garde à vue.

Il conteste les faits qui lui sont reprochés

Selon le parquet de Toulouse, le journaliste se voyait reprocher des jets de projectiles en direction des forces de l’ordre, lors du 48ème rassemblement des Gilets jaunes à Toulouse, une manifestation nationale qui a vite dégénéré samedi après-midi.

Il lui est également reproché de s’être rebellé au moment de son interpellation. Le jeune homme conteste les faits qui lui sont reprochés.

Un proche, contacté par nos soins, explique que le jeune journaliste de 25 ans est « pacifique » et qu’il est « impossible qu’il ait fait ce qu’on lui reproche ». Un témoin sur place indique d’ailleurs que son interpellation s’est faite en douceur. Sur une vidéo postée par le média qui l’emploie, Rapports de force, on le voit, menotté, se laisser conduire par les policiers sans résister :

Les proches expliquent qu’il a pu être confondu avec un participant à la manifestation. Sans contact depuis 24 heures avec le journaliste, la famille n’a pas de détails sur les raisons de son interpellation.

Garde à vue levée et convocation devant la justice

Alors qu’un rassemblement avait lieu dimanche en fin d’après-midi devant l’hôtel de police de Toulouse, à l’appel notamment de ses proches, pour demander sa libération immédiate, le parquet nous a indiqué que la garde à vue de Guillaume Bernard devrait être levée dans la soirée de dimanche.

Il sera poursuivi pour rébellion et convoqué ultérieurement devant la justice.

En revanche, le procureur de la République nous a indiqué que les poursuites pour jets de projectiles étaient abandonnées.

Pigiste pour plusieurs médias

Le journaliste exerce à Toulouse pour le site national Rapports de Force, spécialisé dans les mouvements sociaux, ainsi que pour le journal militant toulousain « A rebrousse poil », pour le site EcomNews, spécialisé dans l’actualité économique dans la moitié sud de la France et enfin pour le magazine Sans Transition.

Il fait partie des 26 personnes interpellées à Toulouse samedi (source : préfecture de la Haute-Garonne) dont 25 avaient été placées en garde à vue.

Les GAV de journalistes sont rares. Celle de Gaspard Glanz (Taranis News) à Paris en avril dernier lors d’une manif de Gilets jaunes avait suscité un débat sur le métier de journaliste : faut-il être forcément détenteur de la carte de presse ? Peut-on être journaliste et engagé ?

Toujours est-il que l’exercice du métier de journaliste est toujours difficile sur les manifestations, après 48 samedis de mobilisation. Ce samedi 12 octobre plusieurs journalistes et photographes se sont encore fait confisquer leur matériel de protection (casque, masque anti-gaz, etc) par les forces de l’ordre. D’autres ont été bousculés ou empêchés de travailler sur la voie publique.

FV @fabvalery

07 Oct

Allo @Place_Beauvau c’est pour un signalement : David Dufresne à Toulouse pour un débat sur les violences policières

Le journaliste, auteur de « Dernière sommation », est attendu le 23 octobre pour un débat dans la ville rose.

David Dufresne (Photo : France Info)

Pas de doute que son intervention à Toulouse suscitera beaucoup d’intérêt. Dans une ville où les manifestations de Gilets jaunes n’ont pas cessé depuis près d’un an, où plusieurs journalistes ont été blessés lors des manifestations, où des interventions musclées des forces de l’ordre sont régulièrement dénoncées, David Dufresne va trouver son public.

Une compilation méthodique

Le journaliste indépendant (ex-Libé, Médiapart et iTélé) et documentariste est devenu, depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, un ardant compilateur des violences policières, particulièrement sur Twitter avec sa marque de fabrique « Allo @Place_Beauvau, c’est pour un signalement », qui interpelle le compte officiel du Ministère de l’Intérieur.

Un premier roman inspiré de son travail de journaliste

Ce recensement et la lumière portée ainsi sur le travail des forces de l’ordre, a conduit le journaliste, auteur de plusieurs documentaires d’enquêtes fouillées et de plusieurs livres références, de publier un premier roman, « Dernière sommation » (éditions Grasset), très inspiré de la situation en France depuis un an.

C’est à l’invitation du café-associatif L’Itinéraire Bis à Toulouse que David Dufresne viendra débattre le mercredi 23 octobre à 20h30. Lanceur de balles de défense (LBD), nasses, usage des lacrymogènes, blessures irréversibles… Les sujets de discussion ne manquent pas.

FV (@fabvalery)

PS : le titre de ce post de blog est un emprunt « clin d’oeil » à la mécanique lancée sur Twitter par David Dufresne. Rien d’autre.

02 Oct

Toulouse : à « Presse en scène », les journalistes travaillent… sur une scène de théâtre !

L’événement, le 8 octobre au Théâtre du Pavé, a l’ambition de faire monter des journalistes sur scène pour « écrire » en direct un journal sur le thème de l’égalité hommes-femmes.

Copyright : Théâtre du Pavé

On peut écrire un journal, l’imprimer sur du papier ou le publier sur internet. On peut aussi, et c’est ce que propose « Presse en scène », l’écrire en direct sur la scène d’un théâtre. Sans qu’il soit publié autrement que dans la tête des membres du public.

A l’initiative de la fondation Oïkos, cet événement va pousser quelques journalistes à monter sur la scène du théâtre du Pavé et à se produire, non pas en étant un acteur qui joue le rôle d’un journaliste, mais journaliste qui travaille face au public.

Le thème retenu pour cette première c’est l’égalité hommes-femmes.

Pour encadrer ces courageux journalistes prêts à affronter le public en direct, il y aura des « experts », spécialistes du sujet, mais également des comédiens, des vrais, ceux qui sont régulièrement sur scène pour raconter la vie des autres non pas seulement avec des mots mais aussi avec leur voix, leur chair, leurs membres, leur corps entier.

Expérience sans doute étrange, qui a en tout cas le mérite de casser les codes et mettre les journalistes directement face à leur public.

« Presse en scène »

Mardi 8 octobre 2019 à 20 heures

Théâtre du Pavé à Toulouse

Inscription sur le site internet dédié (cliquer ici)

30 Août

Un média militant toulousain a-t-il été censuré par Facebook ?

C’est ce qu’affirme le CAMé (collectif auto média énervé) qui a vu, ainsi que d’autres groupes de la gauche radicale en France, son audience chuter sur Facebook après le G7 à Biarritz.

Copyright : J. Saget / AFP

Y a-t-il eu un concours de circonstances et de coïncidences pour qu’au moins 4 pages facebook de groupes de la gauche radicale en France soit « déréférencées » et voient leurs audiences brutalement chuter fin août ou bien sont-elles victimes d’une vaste opération de censure visant à faire disparaître leurs publications dans les nimbes du réseau social ?

Facebook ne répondra pas précisément sur le sujet, comme il n’a pas répondu à nos confrères de Médiapart qui ont révélé cette affaire le 29 août (cliquer ici, lien payant), se bornant à dire que seuls les administrateurs des pages auront droit, dans un délai inconnu, à une explication.

Parmi les pages concernées, celle du CAMé, le collectif auto média étudiants de Toulouse devenu récemment le collectif auto média énervé.

Dans un post, publié le 29 août… sur sa page facebook, le collectif explique que la chute de son audience sur facebook a débuté après le traitement du contre-sommet du G7.

Selon le collectif, c’est le partage d’un article concernant la découverte d’une policière « infiltrée » dans les mouvements contestataires au G7 qui aurait déclenché la censure.

A la suite de ce post, on a vu clairement que nos publications ne touchaient plus grand monde, explique Léon, membre du Camé. On se demande si Facebook n’a pas utilisé la nouvelle loi sur les fake news pour désindexer notre page et celles d’autres collectifs, alors que les infos que nous publions sont militantes, engagées mais toujours vérifiées.

La page du groupe toulousain compte 4 600 fans. Le collectif s’est constitué au moment du mouvement contre la loi travail en 2016 et couvre les mouvements sociaux, étudiants, environnementaux et sociétaux en général… ainsi que leur « répression » par les forces de l’ordre.

On s’est dit en 2016 qu’il fallait qu’on se réapproprie l’info. Nous étions au coeur de la lutte. Et ce que nous voyions alors dans les grands médias ne nous semblait pas pertinent (Léon)

Ensuite, le CAMé a fait son apparition sur les réseaux sociaux. « Contrairement à d’autres mouvement radicaux, explique Léon, nous avons décidé d’être présents sur Facebook, Twitter, Instagram, d’investir les réseaux sociaux justement parce que nous avions fait le constat que les médias radicaux, militants, y étaient absents ».

Alors que le groupe « Lille insurgée », lui aussi pénalisé sur facebook cette semaine, semblait retrouver son niveau d’audience normal ce vendredi, le groupe toulousain a posté une nouvelle publication. Un test. « Elle ne remonte toujours pas dans les fils des abonnés de la page », explique Léon.

Et ce vendredi, l’administrateur de la page du collectif toulousain attendait toujours des explications de Facebook France.

FV @fabvalery

08 Juil

Le correspondant de BFM TV à Toulouse Jean-Wilfrid Forquès « joker » à la présentation des éditions de la chaîne info

Après 10 ans comme correspondant de BFM TV et RMC à Toulouse, le journaliste va œuvrer comme présentateur cet été.

Jean-Wilfried Forquès

Depuis 10 ans, Jean-Wilfrid Forquès est le visage de BFM TV et la voix de RMC à Toulouse et dans la région : attentats de Toulouse, Montauban et Trèbes, inondations dans l’Aude, soirées électorales, reportages sur tous les sujets…

Une belle opportunité

A compter du 20 juillet, le Toulousain va présenter les éditions de la chaîne info à Paris. Il a été choisi comme « joker » présentateur. Il va dans un premier temps co-présenter la tranche 10h-14h avec Florence Duprat puis tiendra l’antenne, fin août, de 14 heures à 17 heures avec Sandra Gandoin

Quand on a l’opportunité de faire de la présentation sur la chaîne pour laquelle on travaille, il faut le tenter. A 54 ans, après 20 ans de Sud Radio et 10 ans de BFM sur le terrain, j’ai de l’expérience, cela doit servir. La difficulté et la nouveauté pour moi ce sera de s’adapter à l’immédiateté de l’info quand on fait du direct pendant plusieurs heures, d’acquérir les bons réflexes (Jean-Wilfrid Forquès)

Cette nouvelle expérience coïncide aussi avec l’arrivée de Marc-Olivier Fogiel à la tête de la chaîne. Jean-Wilfrid Forquès correspond à la fois à un visage connu des téléspectateurs de la chaîne et à une nouveauté en plateau, même si le journaliste a aussi présenté des éditions il y a quelques années à Télé Toulouse (TLT).

Après le traumatisme de novembre…

L’occasion aussi de se renouveler pour le journaliste de terrain qui avoue que les choses « ne sont plus les mêmes » depuis fin novembre 2018. Ce jour-là, poursuivi par des Gilets jaunes dans les rues de Toulouse, qui l’avaient identifié et insulté parce que journaliste à BFM, il n’avait échappé au lynchage que grâce à la réactivité de ses deux gardes du corps et à un commerçant qui l’avaient recueilli dans sa boutique (cliquer ici).

Le journaliste toulousain, qui a couvert de nombreux conflits pour Sud Radio (Kosovo, Irak, Afghanistan, etc), vit toujours avec ces images dans la tête : « Jamais je n’aurais pensé vivre cela à 800 mètres de chez moi ! ». A ce sujet, le parquet de Toulouse a d’ailleurs classé l’affaire, les enquêteurs ne parvenant pas à identifier les meneurs.

Sur les plateaux de BFM, Jean-Wilfrid Forquès va grossir les rangs des journalistes-présentateurs toulousains de la chaîne, aux cotés de Rachid M’Barki. 

FV @fabvalery

 

28 Juin

« Chouf Tolosa », le nouveau média de Toulouse, par les quartiers et pour les quartiers

Emanation d’une formation au journalisme pour les jeunes des « cités » initiée par le Tactikollectif, Chouf Tolosa est en ligne pour proposer un autre regard sur les quartiers populaires.

Le quartier du Mirail à Toulouse (Photo : R. Gabalda / AFP)

Un média des quartiers, par les quartiers, pour les quartiers. Près de 15 ans après le Bondy Blog, voici Chouf Tolosa. Un nouveau média qui vient de voir le jour à Toulouse (cliquer ici).

Sortir du « récit violent et anxiogène »

D’emblée, dans sa présentation, ce nouveau site internet annonce la couleur, écorchant au passage les « médias dominants » et leur regard sur les quartiers populaires :

Le constat de départ est que l’image des quartiers véhiculée par la presse dominante est encore aujourd’hui trop souvent la même : faite de clichés, de faits divers sensationnalistes et stigmatisants, véhiculant un récit violent et anxiogène, en décalage avec les réalités vécues par beaucoup d’habitantes et habitants. Face à ces regards biaisés, Chouf Tolosa entend redonner la parole à celles et ceux qui vivent dans les quartiers.

Bref, l’idée est de proposer de l’info sur les quartiers populaires de Toulouse à rebours des faits divers habituels voire des poncifs de la presse traditionnelle.

Né de l’atelier journalisme du Tactikollectif

Ce qui est à l’origine de ce nouveau site, c’est l’initiative lancée en 2017 par Tactikollectif et dont nous avions d’ailleurs parlé sur ce blog (cliquer ici) : un atelier de journalisme pour des jeunes issus de « banlieue » comme on dit généralement, des quartiers populaires de Toulouse pour être plus précis (qui bien que souvent situés en périphérie de la ville sont tout de même sur le territoire de la commune et non en « banlieue » comme cela peut être le cas en région parisienne).

Ces apprentis en journalisme, issus donc des quartiers toulousains, ont travaillé avec le journaliste indépendant Emmanuel Riondé (Médiapart, Médiacités) et, ensemble, ils ont fait le constat qu’il fallait passer à l’étape suivante : créer un journal en ligne, publier, faire des interviews, organiser des débats, aller à la rencontre des habitants, modifier l’image que l’on peut avoir des quartiers populaires…

Le pluralisme dans les quartiers aussi

On a souvent souligné sur ce blog l’importance du pluralisme de la presse dans la vie d’une démocratie et, plus localement, dans celle d’une région ou d’une ville.

Bienvenue donc à Chouf Tolosa (qui tire son nom du mot arabe « chouf », qui signifie regarde, voit ! et le nom de Toulouse en Occitan) dans le petit monde pas toujours tranquille des médias toulousains.

Souhaitons longue vie à ce nouveau média et surtout de réaliser son objectif d’offrir une information sur les quartiers populaires, différente, gratuite, libre et indépendante.

FV (@fabvalery)

26 Juin

En dix ans, 13 % de journalistes locaux en moins en Occitanie

Médiacités publie une enquête sur l’état de presse quotidienne régionale et locale en France où il apparaît une chute des effectifs. L’Occitanie est particulièrement concernée, notamment les départements de l’ex-Languedoc-Roussillon.

Le siège de Midi Libre à Saint-Jean-de-Védas près de Montpellier (Photo : MICHAEL ESDOURRUBAILH/ MaxPPP)

On dit d’une démocratie qu’elle est en bonne santé quand sa presse est diverse, pluraliste et vivace. La notre doit être un peu malade.

Dans une longue enquête fouillée publiée ce mardi 26 juin, le site d’investigation locale Médiacités (cliquez ici) fait l’état des lieux de la presse quotidienne en France. Et ce n’est pas brillant.

Médiacités a recensé notamment la baisse du nombre de cartes de presse entre 2009 et 2018 département par département. En moyenne, le nombre de journalistes locaux a baissé de 12,5 % en France en une dizaine d’année.

Cette baisse est encore plus sensible en Occitanie, d’après les chiffres recueillis par Médiacités : 13,12 % de baisse en moyenne dans les 13 départements de la région avec des records notamment dans les départements de l’ex-région Languedoc-Roussillon comme l’Hérault, l’Aude, les PO, etc, qui atteignent plus de 16 % de baisse du nombre de journalistes.

Le rachat des journaux du Midi (Midi Libre, L’Indépendant, etc) par La Dépêche du Midi, la fermeture d’agences, le recentrage de La Marseillaise qui a quitté certains départements, la crise générale de la presse écrite face au numérique sont autant de raisons à cette forte baisse.

L’enquête de Médiacités comprend également une carte interactive (cliquez ici) des fermetures d’agences locales ou départementales partout en France.

FV @fabvalery

17 Mai

Montpellier : polémique autour d’une conférence des identitaires de la Ligue du Midi au Club de la presse d’Occitanie

Une conférence de presse du groupe identitaire « Ligue du Midi » était prévue ce vendredi matin dans les locaux du club de la presse. Elle a finalement été annulée. On vous explique pourquoi et comment.

Richard Roudier (au centre) leader de la Ligue du Midi, photographié à Montpellier en 2015 (Photo : J-M. Mart/MaxPPP)

Tout est allé très vite. En début de matinée ce vendredi 17 mai, des journalistes se sont étonnés sur les réseaux sociaux qu’une conférence de presse de la Ligue du Midi, groupuscule identitaire régional (avec également une représentante du groupe musical d’extrême-droite Les Brigandes) soit prévue au Club de la Presse d’Occitanie, dans ses locaux montpelliérains, dans le quartier d’Antigone, à 10h30 le jour-même.

Finalement, la conférence de presse a été annulée à la dernière minute. D’après nos informations, depuis la veille, jeudi, des journalistes membres de l’association du Club de la presse avait remonté à la direction leur étonnement concernant l’accueil de ce groupuscule.

« Rumeurs », annulation et communiqués

Dans un premier post sur Facebook, le Club de la presse a fait vendredi matin état de « rumeurs » concernant cette conférence de presse.

Un événement qui figurait pourtant bien à l’agenda du club de la presse, avant d’en être supprimé, comme on le voit sur cette capture d’écran, effectuée par France 3 Occitanie :

Une heure plus tard, le club de la presse d’Occitanie a publié un second post sur facebook, expliquant que la conférence avait été annulée en raison du comportement « inacceptable » des membres de la Ligue du Midi envers certains journalistes :

Groupe identitaire régional, la Ligue du Midi milite notamment contre l’arrivée des migrants, parfois avec des méthodes violentes.

Condamnation pour des actes violents

En 2017, Olivier Roudier, militant et fils du leader de la Ligue du Midi, Richard Roudier, a été condamné à un mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Montpellier pour le saccage des locaux de l’association Réseau Accueil Insertion Hérault, qui aide les mineurs isolés, pour le compte du conseil départemental, comme le raconte cet article de France 3 Occitanie (cliquez ici).

Un autre fils de Richard Roudier a été aussi mis en cause dans l’évacuation musclée de la fac de droit de Montpellier en mars 2018.

Ce vendredi, la Ligue du Midi tenait une conférence de presse sur « les nouvelles dispositions législatives restreignant les libertés publiques » selon ses propres termes, concernant la commission d’enquête parlementaire sur la lutte contre les groupuscules d’extrême-droite présidé par la député Insoumise de l’Hérault Muriel Ressiguier (cliquez ici).

« Un dysfonctionnement interne »

Contactée par le blog « Médias d’ici », Céline Cammarata, la présidente du Club de la Presse, a reconnu « un dysfonctionnement interne ». « Nous sommes une association, avec des élus membres du conseil d’administration mais qui ont aussi un métier, un employeur et puis aussi des salariés ».

Mardi, nos salariés ont été contactés par la Ligue du Midi et ont appliqué la règle que nous avions fixé, à savoir que tout parti politique qui n’est pas interdit, qui est légal, peut être accueilli dans nos locaux pour tenir ses conférences de presse. Ils ont donc accepté que la Ligue du Midi vienne ce vendredi. Nous défendons la liberté de la presse et pas seulement quand ça nous arrange, sinon c’est le début de la censure (Céline Cammarata).

Mais entre-temps, des journalistes ont fait savoir au Club de la Presse qu’ils avait été malmenés par des membres de la Ligue du Midi.

J’ai donc pris la décision de demander aux salariés de fermer le club ce vendredi matin et de quitter les lieux pour ne pas subir de violences. Nous avons annulé cette conférence de presse, malgré les engagements qui avaient été pris. En toute transparence, nous avons eu un dysfonctionnement interne.

Le Club de la presse a été la cible de protestation, des deux côtés d’ailleurs : certains reprochant à l’association d’avoir voulu offrir une tribune à la Ligue du Midi ; le groupuscule dénonçant lui une censure après l’annulation.

Nous allons donc revoir notre position sur l’accueil de certains partis politiques ou mouvements. Mais je veux dire que jamais nous n’avons eu l’idée d’offrir une vitrine, une tribune ou une caution à la Ligue du Midi. Nous sommes seulement dans le dialogue : permettre aux journalistes de poser leur question. Mais quand certains sont malmenés ou agressés, nous prenons avant-tout leur défense. (Céline Cammarata)

Un journaliste agressé vendredi matin

Les membres de la Ligue du Midi ont donc finalement tenu leur conférence de presse dans un bar proche du Clud de la presse.

C’est là, selon nos informations, qu’un journaliste présent a été bousculé et agressé par un membre du groupuscule. Il a eu sa chemise déchirée, ses cartes arrachées mais ne souffre pas de blessure.

FV (@fabvalery)

07 Mai

Mort de Kennedy, assassinat d’Oswald, guerre du Vietnam : l’Aveyronnais François Pelou, journaliste à l’AFP, est mort

Reporter de guerre, bourlingueur et grand professionnel, il avait envoyé depuis Dallas la dépêche de l’AFP annonçant l’assassinat de JF Kennedy et avait même assisté deux jours plus tard au meurtre du suspect Lee Harvey Oswald. Hommage à un grand nom du journalisme.

François Pelou à son retour en France en 1970 après avoir été arrêté par le régime au Brésil (Photo : AFP)

François Pelou était né à Saint-Izaire, dans le sud-aveyron. Il aurait aimé être agriculteur, comme une partie de sa famille, mais après les études secondaires à Villefranche-de-Rouergue puis Rodez, le voilà étudiant puis diplômé de la prestigieuse école de commerce ESSEC.

C’est un peu par hasard qu’il prend un petit boulot à l’Agence France Presse (AFP), pour trier les dépêches la nuit. Là, il voit les infos qui parviennent du monde entier. C’est le déclic.

Ce sera la guerre de Corée, où il sera d’ailleurs blessé, puis les Etats-Unis, au bureau de New-York, où il deviendra reporter sportif, couvrant plusieurs olympiades.

Le premier journaliste à confirmer la mort de Kennedy

Le 22 novembre 1963, quand on tire sur le président John Fitzgerald Kennedy à Dallas, François Pelou est à New-York. Il saute dans le premier avion pour le Texas.

Sur place, toutes les rumeurs circulent sur l’état de santé du Président des Etats-Unis. On dit que le manque de chance est une faute professionnelle pour les journalistes. La petite histoire raconte que François Pelou, au hasard de ses rencontres dans le commissariat où le suspect Lee Harvey Oswald a été arrêté, tombe sur un membre de la sécurité du Président.

Le policier lui confie que Kennedy est mort sous ses yeux, le crâne explosé par une balle.François Pelou se précipite sur une cabine téléphonique et l’AFP annonce la mort du Président.

Ruby le bouscule pour assassiner Oswald

Dans la foulée, François Pelou est parmi les journalistes qui assistent au transfert de Lee Harvey Oswald au commissariat de Dallas. Soudain, un homme le bouscule et tire sur le suspect.

Il assiste en direct à l’assassinat d’Oswald, d’une balle en plein coeur, tirée par Jack Ruby. Il sera d’ailleurs plus tard entendu par la commission Warren, qui tente de faire la lumière sur l’affaire.

Ruby était à côté de moi et m’a bousculé pour aller tuer Oswald qui arrivait juste en face de moi (…) Oswald a été le premier à voir arriver son assassin. C’est pour ça que j’ai toujours cru qu’ils se connaissaient » racontera-t-il plus tard.

François Pelou prendra ensuite la direction du bureau de l’AFP à Saïgon, au Vietnam. C’est là qu’il rencontre la journaliste et écrivaine italienne Oriana Fallaci, avec laquelle il partagera une grande histoire d’amour. 

Puis ce sera le Brésil, avec une interpellation rocambolesque, l’Espagne (en 1965, il est encore le premier à annoncer la mort de Franco), Bruxelles et une retraite bien méritée dans l’Aveyron natal.

François Pelou s’est éteint à 94 ans à Conques (Aveyron) où il vivait. Une vie bien remplie. Un destin hors norme.

FV (@fabvalery)

 

20 Avr

Toulouse : deux journalistes blessés, touchés par des projectiles de la police

Lors du 23ème samedi de manifestation des Gilets jaunes, deux journalistes ont été blessés. Explications.

Le journaliste Kévin Figuier a été touché au mollet (Photo : K. Figuier)

A chaque samedi son cortège d’incidents concernant la presse. Quand ce ne sont pas des coups de matraques essuyés par des journalistes ou photographes, comme le 13 avril lors de l’acte « national » des Gilets jaunes à Toulouse (cliquer ici) ou de menaces venant de certains manifestants, il s’agit de blessures subies par les journalistes dans des conditions très contestables.

Deux journalistes ont ainsi été blessés ce 20 avril à Toulouse. Le photo-reporter Kevin Figuier, qui tient notamment le blog Toulouse Hors-Champ, a été touché par une grenade de désencerclement qui, selon lui, avait été tirée en cloche alors que ces projectiles des forces de l’ordre sont censées être lancés au sol.

Le journaliste a été contraint de mettre fin à sa couverture de la manif : il a été touché au mollet (photo ci-dessus) avec une plaie et plus légèrement au dos.

Interrogé par nos soins, Kevin Figuier estime que ses blessures auraient pu être graves s’il n’avait eu le réflexe de se tourner en voyant la grenade en l’air.

Ce samedi soir, il envisageait de faire un signalement auprès de l’inspection générale de la police nationale (IGPN).

Un autre journaliste a été touché ce samedi. Il s’agit du photographe indépendant Frédéric Scheiber, qui travaillait pour le site d’info locale Actu Toulouse, notamment pour y réaliser des directs vidéos sur facebook pendant la manifestation.

Lui a été également touché par une grenade de désencerclement au genou. Ce samedi soir, le photographe « boitille » selon l’éditeur du site Actu Toulouse, Pascal Pallas.

 

Le journaliste a ensuite été délibérément visé par des gaz lacrymogènes.

Encore un samedi noir pour la presse à Toulouse.

FV (@fabvalery)