11 Déc

Les « reporters en colère » se manifestent à Toulouse

Ce collectif qui dénonce les pratiques policières vis-à-vis de la presse pendant les manifestations a déployé une banderole durant la manif contre la réforme des retraites mardi 10 décembre.

H. Murail (@HMurail / Twtter)

A Toulouse, des journalistes, des photographes ont, ces derniers mois, depuis le début des manifs de Gilets jaunes, étaient visés, blessés, violentés, voire placés en garde à vue par les forces de l’ordre.

Comme à Paris, un collectif se dresse « contre la répression ».

Mardi 10 décembre, lors de la manifestation contre la réforme des retraites dans Toulouse, ils sont quelques uns à avoir déployé une banderole « Reporters en colère » face aux forces de l’ordre.

Visages masqués

Et comme à Paris, certains des reporters qui ont choisi de faire connaître leur inquiétude ont choisi de dissimuler leur visage, comme on le voit sur la vidéo ci-dessus. Une pratique qu’il faut bien qualifiée de contradictoire avec la volonté affichée de travailler librement.

De plus, participaient à ce rassemblement à Toulouse, des « reporters » très engagés ces derniers mois dans la mouvement des Gilets jaunes dans la ville rose, voire des manifestants qui se sont ensuite, au fil des mois, improvisés ou auto-proclamés journalistes.

Conditions de travail difficiles

Ceci étant dit, de plus en plus de journalistes couvrant les manifestations sociales se plaignent du traitement de la presse par les forces de l’ordre. Les conditions de travail dans ce contexte sont ainsi rendues extrêmement difficiles : saisie de matériel de protection ou d’enregistrement vidéo, quand les journalistes ne sont pas directement visés, par exemple par des tirs de LBD.

Le tout à un moment où le Sénat, sous l’impulsion du sénateur de l’Hérault Jean-Pierre Grand, a adopté un amendement permettant de condamner toute personne filmant ou photographiant les forces de l’ordre sans leur autorisation. Un texte qui va à l’encontre de la liberté de la presse dénoncent les organisations professionnelles et des juristes.

FV (@fabvalery)