23 Mai

La grande offensive de Médiacités pour gagner de nouveaux lecteurs et des abonnés

Gagner des lecteurs et les inciter à s’abonner, c’est primordial pour le site d’investigation locale. Qui se donne les moyens de faire grandir son lectorat et casse les codes en matière de communication.

La rédaction de Médiacités (Photo : Joseph Melin)

C’est un mini flyer comme on en trouve régulièrement dans notre boîte aux lettres. De ces pubs auto-imprimées qui vantent les mérites d’un marabout, souvent d’origine africaine, capable de ramener l’être aimé ou de régler les problèmes d’argent.

« Retour de l’être corrompu »

Là, docteur Mamadou est devenu « docteur Médiacités » et le flyer vante les mérites du site d’investigation locale, qui travaille sur Toulouse, Lille, Nantes et Lyon.

Reprenant les codes de ces annonces de marabouts, Médiacités propose plutôt des enquêtes sur « toutes les dérives des pouvoirs locaux. Détournement de fonds publics, retour de l’être corrompu, malchance aux abus de biens sociaux, etc ».

C’est une initiative de notre nouveau responsable communication et marketing, explique Jacques Trentesaux, directeur de la rédaction de Médiacités. Il faut bien reconnaître que c’est un poil moins sérieux que nos communications habituelles. Mais il y a un vrai potentiel viral ».

Marketing et mobilisation des lecteurs

Ces dernières semaines, Médiacités s’est renforcé. L’équipe de permanents, constituée de journalistes (les enquêteurs dans les villes étant principalement des pigistes), s’est donc notamment ouverte à un responsable communication et marketing à plein temps.

« Nous sommes dans une course contre la montre mais on voit que depuis le début 2019 les choses s’accélèrent, poursuit Jacques Trentesaux. Nous avons 2500 abonnés, nous en gagnons en solde net environ 140 chaque mois contre 70 ou 80 en 2018. Surtout, le taux de réabonnement est très bon, supérieur à 80 % pour les abonnés annuels ». 

Un rythme plus lent que prévu

Fondé à Lille fin 2016, présent depuis à Toulouse, Lyon et Nantes, Médiacités publie chaque semaine des enquêtes, révélant des scandales, des turpitudes d’élus, des faits qui sans ces articles pourraient rester cachés.

Partenaire de Médiapart, Médiacités, après deux ans d’existence, peine cependant à recruter de nouveaux abonnés. A la création du journal en ligne, les porteurs du projet espéraient capter 3000 abonnés par ville. On en est loin. Or le temps presse, pour que l’entreprise puisse assurer sa pérennité. D’où la mise en place d’une nouvelle stratégie, résolument offensive.

Mobiliser les lecteurs

L’autre nouvelle tête au sein de l’équipe, c’est un « responsable de la mobilisation des lecteurs ». Un titre encore peu répandu dans la presse française. Pierre Leibovici, cofondateur de L’Imprévu.fr, a accepté de relever le défi.

Mon rôle à Médiacités consiste à utiliser toutes les techniques pour faire collaborer les lecteurs avec les journalistes. Ce n’est pas simple quand on fait de l’investigation parce que les journalistes n’ont pas dans leur ADN ce type de collaboration mais à Médiacités tout le monde est prêt à changer sa culture. Il faut en France que le journalisme soit moins hors-sol, que le lecteur soit inclus davantage dans le processus journalistique (Pierre Leibovici)

La rédaction, sous son impulsion, a donc prévu de travailler autour d’une méthode en trois points :

  • développer des enquêtes collaboratives en demandant aux lecteurs ce qu’ils ont envie de savoir et de lire
  • faire appel à l’expertise des lecteurs, qu’ils soient associatifs, riverains d’un site, scientifiques, etc.
  • organiser régulièrement des rencontres entre lecteurs et journalistes pour échanger sur des idées d’enquêtes et de reportages.

L’engagement des lecteurs, leur participation à nos enquêtes, c’est un levier pour élargir la base du lectorat. Et quand la promesse éditoriale sera plus forte, que les articles et les enquêtes seront plus concernant, plus impliquant pour le public, on espère que cela motivera davantage de lecteurs à s’abonner (Pierre Leibovici).

Dans cet objectif, Médiacités a aussi ouvert un nouvel espace sur son site, La Fabrique, qui permet de montrer et d’expliquer les coulisses du journal, le travail des journalistes. Plus de transparence et d’ouverture pour amener les lecteurs à s’approprier les enquêtes et à franchir le cap de l’abonnement.

FV (@fabvalery)