20 Avr

Toulouse : deux journalistes blessés, touchés par des projectiles de la police

Lors du 23ème samedi de manifestation des Gilets jaunes, deux journalistes ont été blessés. Explications.

Le journaliste Kévin Figuier a été touché au mollet (Photo : K. Figuier)

A chaque samedi son cortège d’incidents concernant la presse. Quand ce ne sont pas des coups de matraques essuyés par des journalistes ou photographes, comme le 13 avril lors de l’acte « national » des Gilets jaunes à Toulouse (cliquer ici) ou de menaces venant de certains manifestants, il s’agit de blessures subies par les journalistes dans des conditions très contestables.

Deux journalistes ont ainsi été blessés ce 20 avril à Toulouse. Le photo-reporter Kevin Figuier, qui tient notamment le blog Toulouse Hors-Champ, a été touché par une grenade de désencerclement qui, selon lui, avait été tirée en cloche alors que ces projectiles des forces de l’ordre sont censées être lancés au sol.

Le journaliste a été contraint de mettre fin à sa couverture de la manif : il a été touché au mollet (photo ci-dessus) avec une plaie et plus légèrement au dos.

Interrogé par nos soins, Kevin Figuier estime que ses blessures auraient pu être graves s’il n’avait eu le réflexe de se tourner en voyant la grenade en l’air.

Ce samedi soir, il envisageait de faire un signalement auprès de l’inspection générale de la police nationale (IGPN).

Un autre journaliste a été touché ce samedi. Il s’agit du photographe indépendant Frédéric Scheiber, qui travaillait pour le site d’info locale Actu Toulouse, notamment pour y réaliser des directs vidéos sur facebook pendant la manifestation.

Lui a été également touché par une grenade de désencerclement au genou. Ce samedi soir, le photographe « boitille » selon l’éditeur du site Actu Toulouse, Pascal Pallas.

 

Le journaliste a ensuite été délibérément visé par des gaz lacrymogènes.

Encore un samedi noir pour la presse à Toulouse.

FV (@fabvalery)