10 Avr

Une histoire de famille(s) à l’origine d’un clash entre Jean-Luc Mélenchon et La Dépêche du Midi

Le leader de La France Insoumise s’en est violemment pris ce mercredi au journal toulousain après un article sur la présence de ses proches sur la liste LFI aux élections européennes.

Jean-Luc Mélenchon (Photo : Sylvain Thomas AFP)

Jean-Luc Mélenchon a produit mercredi 10 avril un tweet dans lequel il s’en prend à La Dépêche du Midi, coupable, à ses yeux d’avoir « dénigrer » la liste de la France Insoumise aux élections européennes au prétexte qu’y figure des proches du leader de LFI, dont son ex-compagne, ou encore la mère de Manon Aubry, la tête de liste.

A famille, famille et demie !

Une histoire de famille qui ne plaît pas du tout à Jean-Luc Mélenchon qui rappelle dans son tweet que, selon lui, La Dépêche, dirigée par la famille Baylet, n’a pas de leçon à donner en matière de « regroupement familial ».

 

Au passage, Jean-Luc Mélenchon oublie quelques membres de la famille Baylet qui figurent dans la gouvernance du journal et du groupe auquel il appartient. Il omet également de signaler que Marie-France Marchand-Baylet est l’ex-épouse de Jean-Michel Baylet (et compagne de Laurent Fabius).

Ce qui a provoqué le courroux de Jean-Luc Mélenchon, c’est un article publié mercredi 9 avril sur le site internet du journal, signé par le nouveau rédacteur en chef Lionel Laparade et titré : « Qui sont les proches et les parents de Mélenchon sur la liste France Insoumise aux Européennes ? » (cliquez ici).

On y lit notamment que l’ex-compagne de Jean-Luc Mélenchon est numéro 13 sur la liste, qui compte aussi son gendre, son garde du corps, son chauffeur et, donc, la mère de la tête de liste Manon Aubry.

Des infos déjà présentes dans la presse

Cet article regroupe en fait des informations circulant depuis plusieurs semaines sur les réseaux sociaux ou même reprises dans la presse quelques jours plus tôt, comme lorsque Libération s’interrogeait sur la place du gendre de Jean-Luc Mélenchon sur la liste, dès le 2 avril (cliquez ici). 

Manon Aubry avait d’ailleurs affirmé début avril que les personnes proches d’elle ou de Jean-Luc Mélenchon sont « de vrais militants, engagés depuis longtemps. Ils ont fait leurs preuves sur le terrain »

Mais comme l’article de La Dépêche du Midi a été repris par quelques titres et radios nationales ce mercredi, le leader de LFI a fait feu avec le plus efficace des missiles virtuels : le tweet. Sur le mode : à famille, famille et demi.

Effet Streisand

Mais dans les commentaires, les Twittos sont nombreux à rappeler à Jean-Luc Mélenchon qu’il y a une petite différence entre une famille qui possède et gère un journal ou un groupe de presse, dont une entreprise privée, et une autre qui brigue des mandats électoraux.

D’autres internautes découvrent cette situation à la faveur de ce tweet. A vouloir fustiger un journal, Jean-Luc Mélenchon a attiré la lumière sur la situation de certains membres de la liste LFI. On appelle cela « l’effet Streisand ».

FV (@fabvalery)