20 Nov

La place des femmes dans les médias : un combat encore loin d’être gagné

Le Club de la presse d’Occitanie multiplie les initiatives pour rendre visibles les femmes dans les médias de la région : annuaire des expertes, soirée « Elles font l’actu » et études sur le taux de femmes dans l’encadrement des médias régionaux (spoiler : c’est très masculin !).

Sylvie Maligorne, rédactrice en chef adjointe et ex-cheffe du service politique de l’AFP (Photo : Eric Feferberg/AFP)

C’est un combat. Les femmes sont encore très mal représentées dans les médias en France, comme dans le reste de l’Europe. L’Occitanie n’y échappe pas. Le club de la presse d’Occitanie (basé à Montpellier) a fait ce constat depuis longtemps. Qu’elles soient « expertes », privées de parole dans les grands médias, ou journalistes, privées d’accès à la hiérarchie des rédactions, les femmes sont, en général, assez mal représentées.

Les hommes monopolisent la parole

L’étude menée par le Club de la Presse (en collboration avec l’Association des Journalistes de Toulouse et sa Région, l’AJT-r) a consisté à mesurer la quantité et la qualité des intervenantes féminines dans 6 médias régionaux ou locaux (20 Minutes, La Dépêche du Midi Toulouse et Cahors, France Bleu Toulouse, France 3 Occitanie et Côté Toulouse) : photos, articles, vidéos ont été analysés sur une période donnée.

Il en ressort que non seulement 75 % des intervenants qui ont accès aux médias sont des hommes (et par conséquent 25 % des femmes) mais également que qualitativement les femmes sont cantonnées à des secteurs précis comme la santé ou à des actualités froides alors que les hommes interviennent davantage dès que l’actualité est plus chaude !

Un annuaire des expertes

Pour remédier à cela, le Club de la Presse sort la deuxième édition de son annuaire des expertes (le premier portait uniquement sur l’ex-Languedoc-Roussillon). 420 noms de femmes d’Occitanie (hors politique et médias) y sont recensés.

De plus en plus de journalistes vont à la facilité, en utilisant leurs contacts, sans chercher à savoir si d’autres experts existent notamment des femmes. L’annuaire doit les aider à sortir de leur réseau (Céline Cammarata, présidente du Club de la Presse Occitanie)

Les journalistes (masculins comme féminins car les hommes ne sont pas les seuls à « exclure » les femmes de leurs articles ou reportages) n’auront donc plus d’excuses pour donner la parole à des femmes expertes dans « une vingtaine de domaines dans lesquels nous avons identifié et contacté des femmes qui ont les compétences et qui acceptent de répondre rapidement aux demandes des journalistes » explique Catherine Stern, journaliste à Toulouse et à l’origine de la commission femmes et médias de l’AJT-r.

Un chef sur six dans les rédactions est une femme

« Il y a un lien de cause à effets entre l’absence de femmes dans la hiérarchie des médias et le fait que le lectorat soit plutôt masculin » estime Céline Cammarata. Il faut dire que les résultats de l’autre étude menée par le Club de la Presse sont terribles pour les médias dans la région : 17 % de femmes seulement dans des fonctions de chef(fe) de service (direction d’antenne, direction de la publication, direction de la rédaction, rédaction en chef, chefs d’agences, chefs d’édition), soit une femme pour six hommes au même poste.

Les femmes se disent qu’elles préfèrent renoncer à ces fonctions en raison souvent des responsabilités familiales, des enfants à gérer, et qu’elles ne pourront pas être à 100 % dans le poste (Céline Cammarata)

Ce chiffre monte tout de même à 32 % au niveau des postes d’adjoint-e-s… surtout grâce au Languedoc-Roussillon, apparemment plus féminisé que Midi-Pyrénées !

Pire, certaines rédactions majeures de notre région ne sont dirigées que par des hommes ! Attention, on lâche les noms (source Club de la Presse) : La Dépêche du Midi, Midi Libre, L’Indépendant, Les Gazettes, La Lettre M. Etonnant, alors que, depuis des années, le métier de journaliste se féminise. Apparemment pas son encadrement.

Une soirée avec les femmes « qui font l’actu »

Pour mettre les femmes dans la lumière, pas seulement auprès des patrons de presse et des journalistes mais aussi du public, le Club de la Presse organise le vendredi 7 décembre la deuxième édition de sa soirée « Elles font l’actu ! ». La première avait eu lieu à Montpellier en 2016.

Cette fois c’est à Toulouse, au cinéma Gaumont Wilson, que l’on débattra du sujet avec des experts et des expertes. Une soirée parrainée par Céline Pigalle, la patronne de la rédaction de BFM TV et ouverte au public (mais inscription préalable obligatoire)… hommes et femmes bienvenus.

FV @fabvalery