23 Jan

Les initiatives se multiplient à Toulouse contre les « fake news »

La mobilisation est tous azimuts à Toulouse avec plusieurs conférences et des initiatives pour comprendre le fonctionnement et lutter contre les fake news.

(Photo : J-François Prey / MaxPPP)

(Photo : J-François Prey / MaxPPP)

Il n’y a pas que Facebook, Google ou même le président de la République Emmanuel Macron qui lancent (ou annoncent) des initiatives pour lutter contre le développement et la diffusion des fausses nouvelles. Et surtout sur leurs conséquences. Plusieurs initiatives sont lancées localement à Toulouse : conférence, réflexions, éducation aux médias. L’expression popularisée par Donald Trump est à la mode, mais c’est pour la bonne cause. Petit passage en revue de ce qui va se passer à Toulouse.

Déconstruire les fausses infos

Les rencontres InfoCom de Toulouse sont un rendez-vous traditionnel de réflexion autour d’un thème d’actualité sur le traitement de l’information et de la communication. Organisées chaque année par l’IUT et l’université Paul Sabatier de Toulouse, elles ont porté par exemple lors des dernières éditions sur « la communication de crise à l’ère du numérique », « l’identité numérique » ou encore « les réseaux sociaux ». Cette année, elles porteront (le 22 février prochain) sur les fake news, « comment déconstruire une fausse information ? ».

« Nous choisissons chaque année un thème qui soit à la fois dans l’actualité, en lien avec le journalisme et la communication et particulièrement lié au monde du numérique, expliquent les organisateurs, des étudiants, épaulés par leurs enseignants et des professionnels. Et cette année, ce thème s’imposait de lui-même ».

Parmi les intervenants ce jour-là lors de l’édition 2018 : Denis Teyssou (AFP), Vincent Coquaz (ex-Désintox de Libé) et même Sébastien Liébus, l’un des fondateurs du… Gorafi !

Remettre en lumière l’objectivité des faits

Auparavant, dès ce samedi 27 janvier, c’est l’université populaire de philosophie de Toulouse qui propose une journée de conférences (dans le cadre de ses journées de zététique) intitulé « Menaces sur les faits objectifs ». « Complots, baratins, fake news, faits alternatifs, post-vérité, négationnisme, écrit l’université sur son site internet, sont des notions plus ou moins récentes qui ont toutes comme intention et résultat, l’affaiblissement de l’objectivité des faits. Cet affaiblissement sert les obscurantistes qui luttent activement contre les connaissances, certains intérêts politiques qui inventent ou déforment les faits au service de leurs opinions, les baratineurs en quête de notoriété et/ou d’intérêts pécuniaires. L’affaiblissement de la vérité objective prive la société d’un socle minimal à partir duquel les citoyens pourraient se forger des avis éclairés ». Les conférences, dont le détail se trouve sur le site internet de l’université populaire de philosophie, ont lieu toute la journée à la salle du Sénéchal à Toulouse.

Eduquer les plus jeunes

Enfin, la lutte contre les fake news passe aussi par l’éducation aux médias auprès du jeune public, particulièrement sensible et ciblé par la désinformation. Le Club de la presse d’Occitanie met actuellement en place, avec la journaliste toulousaine (ex-La Tribune) Sophie Arutunian, un groupe de professionnels ou de spécialistes pour sensibiliser les collégiens et les lycéens à la détection des fake news notamment sur les réseaux sociaux.

« L’initiative à été lancée dans la région de Montpellier, notamment à Lunel, en 2015 en réaction aux attentats de Charlie, explique la journaliste. On est en train de le dupliquer à Toulouse. L’idée est de faire intervenir des binômes journalistes/experts des réseaux sociaux dans les classes et auprès des associations des quartiers dits « prioritaires ». 

Ce travail devrait déboucher sur les premières interventions dans les classes et les quartiers à la rentrée de septembre.

Privilégier les médias de confiance

Autant d’initiatives qui vont dans le bon sens. Rappelons que le journal Le Monde a mis en place un outil, le Décodex, qui permet de « tracer » le média en ligne sur lequel vous venez de lire une info et de vérifier le niveau de confiance de chaque titre.

Lutter contre les fake news est un combat quotidien. L’une des règles est aussi de s’informer auprès de médias reconnus, de confiance… Et ça ne manque pas, y compris sur l’info locale et régionale, à Toulouse comme ailleurs.

FV (@fabvalery)